Chapitre 12 : « Recherchez l’Esprit dans tout ce que vous faites »
    Notes de bas de page

    Chapitre 12

    Recherchez l’Esprit dans tout ce que vous faites

    « Nous devons rester ouverts et sensibles aux murmures du Saint-Esprit dans tous les aspects de notre vie. »

    Épisodes de la vie d’Ezra Taft Benson

    Quand Ezra Taft Benson faisait des recommandations à d’autres Autorités générales sur le service dans l’Église, il disait souvent : « Souvenez-vous, frères, dans cette œuvre, c’est l’Esprit qui compte1. » Et quand il servait en leur compagnie, il enseignait ce principe par l’exemple, montrant que le Seigneur « est proche de ses serviteurs, à la distance même d’un murmure2 ». Robert D. Hales, du collège des Douze apôtres, raconte une occasion où il accompagnait le président Benson à une conférence de pieu dans laquelle un nouveau président de pieu allait être appelé :

    « Après avoir prié, eu des entretiens, étudié et prié encore, frère Benson m’a demandé si je savais qui serait le nouveau président. J’ai dit que je n’avais pas encore reçu d’inspiration à ce sujet. Il m’a regardé un long moment et a répondu que lui non plus. Cependant, nous avons eu l’inspiration de demander à trois détenteurs de la prêtrise dignes de prendre la parole à la session de la conférence du samedi soir. Quelques instants après que le troisième orateur a commencé à parler, l’Esprit m’a murmuré qu’il devait être le nouveau président de pieu. J’ai regardé frère Benson et j’ai vu que des larmes ruisselaient sur son visage. Nous avions tous deux reçu la révélation mais uniquement parce que nous avions continué de rechercher la volonté de notre Père céleste en allant de l’avant avec foi3. »

    Au début d’une conférence pour les nouveaux présidents de mission, le président Benson a fait la recommandation suivante :

    « J’ai souvent dit à mes frères que l’Esprit est l’élément le plus important de tous dans cette œuvre. Si vous avez l’Esprit et magnifiez votre appel, vous pouvez faire des miracles pour le Seigneur dans le champ de la mission. Sans l’Esprit, vous ne réussirez jamais, quels que soient vos talents et vos capacités.

    « Vous recevrez d’excellents enseignements au cours des trois prochains jours. On vous distribuera des manuels, on discutera des responsabilités et des modalités, on analysera les règles et tout cela vous sera très utile. Mais la plus grande aide que vous recevrez dans votre rôle de président de mission ne viendra pas des manuels d’instructions. Votre plus grande aide viendra du Seigneur lui-même lorsque vous le supplierez en humble prière. Au fur et à mesure que vous serez amenés à vous agenouiller, encore et encore, pour demander l’aide divine afin de diriger votre mission, vous sentirez l’Esprit, vous obtiendrez des réponses des cieux, votre mission prospérera spirituellement parce que vous serez dépendant de lui4. »

    Le président Benson a fait cette recommandation à tous les membres de l’Église, y compris aux jeunes enfants5. Il a dit : « Dans cette œuvre, c’est l’Esprit qui compte, où que vous serviez. Je sais que je dois m’en remettre à l’Esprit. Obtenons cet Esprit et soyons des membres de l’Église fidèles, des parents et des enfants dévoués, des instructeurs au foyer efficaces, des instructeurs édifiants et des dirigeants de pieu et de paroisse inspirés6. »

    Bien qu’il ait enseigné cette vérité publiquement et hardiment dans le monde entier, le président Benson s’efforçait principalement de la suivre pour lui-même et discrètement. Cela commençait chez lui, en partenariat avec sa femme, Flora. La demi-sœur de Flora, Julia Dalley, rendit une fois visite aux Benson, et elle écrivit par la suite une lettre à Flora, faisant des commentaires sur la famille Benson. « Qu’est-ce qui pourrait être plus idéal au monde ? » dit-elle. « J’admire la simplicité de votre mode de vie mais ce qui m’a impressionnée plus que tout, c’est le fait que l’Esprit du Seigneur demeure dans votre foyer7. »

    « Comment obtenons-nous l’Esprit ? ‘Par la prière de la foi’, dit le Seigneur. »

    Enseignements d’Ezra Taft Benson

    1

    Nous devons nous efforcer d’avoir la compagnie constante du Saint-Esprit tous les jours de notre vie.

    On peut avoir l’assurance que l’on est sur le sentier étroit et resserré si l’on ressent l’Esprit du Seigneur.

    Lorsque l’on a le Saint-Esprit, on produit certains fruits.

    L’apôtre Paul a dit que « le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, [et] la tempérance » (Gal. 5:22-23).

    L’Esprit est ce qu’il y a de plus important dans notre vie. Cela a toujours été mon sentiment. Il faut rester ouverts et réceptifs aux inspirations du Saint-Esprit dans tous les aspects de notre vie. […] Ces murmures se manifestent le plus souvent lorsque nous ne sommes pas soumis à la pression de rendez-vous et que nous ne sommes pas accaparés par les soucis quotidiens8.

    La spiritualité, être en harmonie avec l’Esprit du Seigneur, c’est cela dont nous avons le plus besoin. Nous devons nous efforcer d’avoir la compagnie constante du Saint-Esprit tous les jours de notre vie. Lorsque nous avons l’Esprit, nous aimons servir, nous aimons le Seigneur, et nous aimons les personnes avec qui nous servons, ainsi que celles que nous servons.

    Plusieurs années après son martyre, Joseph Smith apparut à Brigham Young. Écoutez son message :

    « Dites au peuple d’être humble et fidèle et de veiller à garder l’Esprit du Seigneur, et il le conduira sur la bonne voie. Faites attention à ne pas rejeter la petite voix douce ; elle vous enseignera ce que vous devez faire et où vous devez aller ; elle produira les fruits du royaume. Dites aux frères de garder le cœur ouvert à la conviction, afin que, lorsque le Saint-Esprit viendra à eux, leur cœur soit prêt à le recevoir. » […]

    L’œuvre des derniers jours est spirituelle. Il faut de la spiritualité pour la comprendre, pour l’aimer et la discerner. Par conséquent, recherchez l’Esprit dans tout ce que vous faites. Gardez-le avec vous continuellement. C’est notre défi9.

    Nous vivons dans un monde extrêmement méchant. Nous sommes entourés de propagande qui appelle le mal bien et le bien mal. Les faux enseignements abondent et nous influencent. Presque tout ce qui est sain, bon, pur, édifiant et qui fortifie est remis en cause comme jamais auparavant.

    L’une des raisons pour lesquelles nous sommes ici-bas est de discerner la vérité de l’erreur. Ce discernement vient du Saint-Esprit, pas seulement de nos facultés intellectuelles.

    Lorsque nous recherchons sincèrement et honnêtement la vérité, cette belle promesse trouve son accomplissement : « Dieu vous donnera une connaissance par son Esprit-Saint, oui, par le don ineffable du Saint-Esprit » (Doctrine et Alliances 121:26)10.

    2

    Si nous sommes humbles et sensibles, le Seigneur nous parlera par nos sentiments.

    Priez notre Père céleste de vous accorder son Esprit en tout temps. Nous appelons souvent l’Esprit, le Saint-Esprit. […] Le Saint-Esprit vous aide à choisir le bien. Le Saint-Esprit vous protégera du mal. Il vous murmure d’une petite voix douce de faire le bien. Quand vous faites le bien, vous vous sentez bien ; c’est le Saint-Esprit qui vous parle. Le Saint-Esprit est un compagnon merveilleux. Il est toujours là pour vous aider11.

    Méditez sur ce que vous ne comprenez pas. Comme le Seigneur l’a commandé à Oliver Cowdery : « Tu dois l’étudier dans ton esprit, alors tu dois me demander si c’est juste, et si c’est juste, je ferai en sorte que ton sein brûle au-dedans de toi ; c’est ainsi que tu sentiras que c’est juste » (D&A 9:8, italiques ajoutés).

    Avez-vous remarqué cette dernière expression ? « Tu sentiras que c’est juste. »

    Nous entendons les paroles du Seigneur le plus souvent par l’intermédiaire d’un sentiment. Si nous sommes humbles et sensibles, le Seigneur nous parlera par nos sentiments. C’est pour cela que les impressions spirituelles nous procurent parfois une grande joie, parfois des larmes. De nombreuses fois, mes émotions ont été attendries et mes sentiments ont été adoucis quand j’ai été touché par l’Esprit.

    Le Saint-Esprit adoucit nos sentiments. Nous éprouvons plus de charité et de compassion les uns pour les autres. Nos rapports sont plus paisibles. Nous avons une capacité accrue de nous aimer. Les gens veulent être près de nous parce que notre aspect même reflète l’influence de l’Esprit. Notre personnalité se rapproche du divin. En conséquence, nous devenons de plus en plus sensibles aux murmures du Saint-Esprit et donc nous comprenons plus clairement ce qui est de nature spirituelle12.

    3

    Nous obtenons l’Esprit par la prière sincère et le jeûne.

    Comment obtenons-nous l’Esprit ? « Par la prière de la foi », dit le Seigneur. [D&A 42:14]. Nous devons donc prier avec sincérité et avec une intention réelle. Nous devons prier pour avoir davantage de foi et pour que l’Esprit accompagne notre enseignement. Nous devons demander pardon au Seigneur.

    Nos prières doivent être faites dans le même esprit et avec la même ferveur que celles d’Énos, dans le Livre de Mormon. La plupart d’entre vous connaissent cette histoire inspirante donc je ne vais pas rappeler le contexte. Je veux simplement attirer votre attention sur ces paroles. Énos témoigne : « Je vais vous parler de la lutte que je soutins devant Dieu, avant de recevoir le pardon de mes péchés. » Il précise de quelle lutte avec Dieu il s’agit. Notez la ferveur de sa prière :

    « Mon âme était affamée ; »

    « Je m’agenouillai devant mon Créateur. »

    « Je l’implorai en une prière et une supplication ferventes pour mon âme. »

    « Je l’implorai toute la journée. »

    Ensuite Énos témoigne : « Et une voix me parvint, disant : Énos, tes péchés te sont pardonnés, et tu seras béni. […] C’est pourquoi, ma culpabilité était balayée. » Quand il demande au Seigneur comment cela a été accompli, le Seigneur lui répond : « À cause de ta foi au Christ […] ta foi t’a purifié » (Énos 1:2, 4-8 ; italiques ajoutés).

    Énos a été guéri spirituellement. Grâce à ses puissantes supplications à Dieu, il a vécu ce que tout fidèle de n’importe quelle dispensation peut vivre, vit et doit vivre s’il veut voir Dieu et être rempli de son Esprit13.

    Si vous voulez saisir l’esprit de votre office et de votre appel […] essayez de jeûner pendant un temps. Je ne veux pas dire simplement sauter un repas, puis manger deux fois plus au repas suivant. Je veux dire jeûner réellement et prier durant cette période. Ce sera plus efficace que n’importe quoi d’autre que je connaisse pour vous donner le véritable esprit de votre office et de votre appel, et pour permettre que l’Esprit agisse par votre intermédiaire14.

    4

    L’étude quotidienne des Écritures, notamment la méditation sur des passages d’Écriture, favorise la présence de l’Esprit.

    Sondez diligemment les Écritures lors de votre étude personnelle quotidienne. L’étude quotidienne des Écritures favorise la présence de l’Esprit15.

    Prenez le temps de méditer. La méditation sur un passage d’Écriture, Jacques 1:5, a conduit un jeune garçon à aller dans un bosquet pour communier avec son Père céleste. C’est ce qui a ouvert les cieux dans cette dispensation.

    La méditation sur un passage du livre de Jean, dans le Nouveau Testament, a produit la grande révélation sur les trois degrés de gloire [voir Jean 5:29 ; D&A 76].

    La méditation sur un autre passage d’Écriture dans l’épître de Pierre a ouvert les cieux à Joseph F. Smith et lui a permis de voir le monde des esprits. Cette révélation, connue sous le nom de vision de la rédemption des morts, fait maintenant partie des Doctrine et Alliances [voir 1 Pierre 3:18-20 ; 4:6 ; D&A 138].

    Méditez sur l’importance de la responsabilité que le Seigneur nous a confiée. Le Seigneur a conseillé : « Que la gravité de l’éternité repose sur votre esprit » (D&A 43:34). Vous ne pouvez pas le faire quand votre esprit est préoccupé par les soucis du monde.

    Lisez et étudiez les Écritures. Les Écritures devraient être étudiées au foyer sous la direction des pères et des mères qui montrent l’exemple. Les Écritures doivent être comprises par le pouvoir du Saint-Esprit, car le Seigneur a promis aux personnes fidèles et obéissantes : « Tu conna[îtras] les mystères et les choses paisibles » (D&A 42:61).

    La déclaration suivante de Spencer W. Kimball illustre comment nous pouvons cultiver davantage de spiritualité dans notre vie :

    « Je constate que quand je deviens négligent dans mes relations avec la Divinité et quand il semble qu’aucune oreille divine n’écoute et qu’aucune voix divine ne parle, je suis loin, très loin. Si je me plonge dans les Écritures, la distance se réduit et la spiritualité revient. Je constate que j’aime plus intensément ceux que je dois aimer de tout mon cœur, de tout mon esprit et de toute ma force ; et, les aimant davantage, je trouve qu’il est plus facile de suivre leurs conseils. » […]

    C’est une excellente recommandation dont je sais par expérience qu’elle est vraie.

    Plus vous connaissez les Écritures, plus vous vous rapprochez de la volonté de Dieu et plus le mari, la femme et les enfants sont proches les uns des autres. Vous découvrirez qu’en lisant les Écritures, les vérités de l’éternité reposeront sur votre esprit16.

    « L’étude quotidienne des Écritures favorise la présence de l’Esprit. »

    L’adversaire ne veut pas que nous étudions les Écritures dans notre foyer, et donc il va créer des problèmes s’il le peut. Mais nous devons persévérer17.

    Nous ne pouvons pas connaître Dieu et Jésus si nous n’étudions pas ce qui les concerne et si, ensuite, nous ne faisons pas leur volonté. Cette voie mène à des connaissances révélées supplémentaires qui, si nous y obéissons, finiront par nous conduire à davantage de vérités. Si nous suivons ce schéma, nous recevrons plus de lumière et de joie, nous amenant finalement en présence de Dieu auprès de qui nous aurons une plénitude de bonheur18.

    5

    Le Saint-Esprit demeurera avec nous si nous honorons les lois de Dieu, les respectons et y obéissons.

    Nous avons appris que l’Esprit ne demeure pas dans des tabernacles impurs [voir Hélaman 4:24]. L’une de nos premières priorités est donc de veiller à ce que notre vie personnelle soit en ordre19.

    Je vais vous parler d’obéissance. Vous apprenez maintenant à respecter tous les commandements du Seigneur. Si vous le faites, vous aurez son Esprit avec vous. Vous aurez une bonne estime de vous-mêmes. Vous ne pouvez pas vous sentir bien quand vous agissez mal. C’est impossible20.

    La promesse temporelle d’obéissance [à la Parole de Sagesse] est : Ils « recevront la santé en leur nombril et de la moelle pour leurs os. […] Ils courront et ne se fatigueront pas et ils marcheront et ne faibliront pas » (D&A 89:18, 20).

    J’ai toujours eu le sentiment, cependant, que la plus grande bénédiction de l’obéissance à la Parole de Sagesse et à tous les autres commandements est spirituelle.

    Écoutez la promesse spirituelle : « Tous les saints qui se souviennent de garder et de pratiquer ces paroles, marchant dans l’obéissance aux commandements […] trouveront de la sagesse et de grands trésors de connaissance, oui, des trésors cachés » (D&A 89:18, 19 ; italiques ajoutés).

    Certaines personnes ont pensé que cette promesse dépendait uniquement du respect des dispositions de la Parole de Sagesse. Mais vous noterez que nous devons marcher dans l’obéissance à tous les commandements. Alors nous recevrons des promesses spirituelles précises. Cela signifie que nous devons obéir à la loi de la dîme, sanctifier le jour du sabbat, rester moralement purs et chastes et obéir à tous les autres commandements.

    Quand nous faisons tout cela, la promesse est la suivante : Ils « trouveront de la sagesse et de grands trésors de connaissance, oui des trésors cachés » (D&A 89:19).

    Quel père et quelle mère ne voudraient pas avoir l’inspiration du Seigneur pour élever leurs enfants ? Je témoigne que ces bénédictions peuvent être vôtres. Les parents ne voudraient certainement pas, par leur désobéissance, empêcher leurs enfants de recevoir les bénédictions du Seigneur. Tous les pères et toutes les mères en Israël devraient se qualifier pour obtenir cette promesse.

    Le respect des commandements de Dieu est une condition de dignité pour entrer dans la maison du Seigneur. C’est là que sont donnés la sagesse et de « grands trésors de connaissance » concernant notre bonheur dans cette vie et notre joie dans l’éternité. […]

    Je ne crois pas qu’un membre de l’Église puisse avoir un témoignage dynamique et vibrant de l’Évangile sans respecter les commandements. Avoir un témoignage, c’est savoir continuellement par inspiration que l’œuvre est vraie ; ce n’est pas quelque chose que l’on ne reçoit qu’une seule fois. Le Saint-Esprit demeure avec les personnes qui honorent les lois de Dieu, les respectent et y obéissent. Et c’est cet Esprit qui inspire une personne. Je témoigne humblement de la réalité de cette promesse21.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Le président Benson a dit que les murmures du Saint-Esprit « viennent le plus souvent lorsque nous ne sommes pas sous la pression de rendez-vous et lorsque nous ne sommes pas submergés par les tracasseries de la vie quotidienne » (partie 1). Comment pouvons-nous rester sensibles à l’Esprit, même lorsque nous connaissons ce genre de pression ?

    • Le président Benson a enseigné : « Si nous sommes humbles et sensibles, le Seigneur nous parlera par nos sentiments » (partie 2). Qu’avez-vous appris sur le fait de reconnaître de tels murmures ?

    • Dans la partie 3, le président Benson nous invite à suivre l’exemple d’Énos, tel qu’il est rapporté dans le Livre de Mormon. Quelles leçons pouvons-nous tirer d’Énos sur le fait de rechercher l’Esprit ?

    • Pour vous, quelle est la différence entre lire les Écritures et « méditer sur un passage d’Écriture » ? (Voir la partie 4.) À votre avis, pourquoi la lecture quotidienne diligente des Écritures nous aide-t-elle à être ouverts aux inspirations de l’Esprit ?

    • Le président Benson a dit : « Le Saint-Esprit demeure avec les personnes qui honorent les lois de Dieu, les respectent et y obéissent » (partie 5). À votre avis, pourquoi notre capacité de recevoir l’inspiration est-elle influencée par nos efforts à respecter les commandements ?

    Écritures apparentées

    1 Néphi 10:17-19 ; 2 Néphi 4:15-16 ; Mosiah 2:36-37 ; D&A 8:2-3 ; 45:56-57 ; 76:5-10 ; 121:45-46

    Aide à l’étude

    « Au cours de votre étude, soyez très attentif aux idées qui vous viennent à l’esprit et aux sentiments que vous éprouvez » (Prêchez mon Évangile, 2004, p. 18-19). Pensez à noter les impressions que vous recevez, même si elles semblent être sans rapport avec les paroles que vous lisez. Il se peut que ce soit exactement ce que le Seigneur veut vous révéler.

    Notes

    1. Cité par Thomas S. Monson, « Un plan prévoyant, une promesse précieuse », L’Étoile, septembre 1986, p. 65.

    2. « Recherchez l’Esprit du Seigneur », L’Étoile, septembre 1988, p. 6.

    3. Robert D. Hales, « La révélation personnelle : Les enseignements et l’exemple des prophètes », Le Liahona, novembre 2007, p. 86–89.

    4. « My Challenges to Mission Presidents », séminaire pour les nouveaux présidents de mission, 25 juin 1986.

    5. Voir « Aux enfants de l’Église », L’Étoile, juillet 1989, p. 76.

    6. « Une responsabilité sacrée », L’Étoile, septembre 1986, p. 79.

    7. Julia Dalley, dans Sheri L. Dew, Ezra Taft Benson: A Biography, 1988, p. 128.

    8. « Recherchez l’Esprit du Seigneur », p. 2-3.

    9. « Recherchez l’Esprit du Seigneur », p. 6 ; la déclaration de Brigham Young se trouve dans Manuscript History of Brigham Young, 23 février 1947, 2 volumes, éd. Elden Jay Watson, 1968, 1971, 2:529.

    10. Come unto Christ, 1983, p. 22.

    11. « Aux enfants de l’Église », p. 76.

    12. « Recherchez l’Esprit du Seigneur », p. 4.

    13. Come unto Christ, p. 92-93.

    14. The Teachings of Ezra Taft Benson, 1988, p. 331-332.

    15. « My Challenges to Mission Presidents », séminaire pour les nouveaux présidents de mission, 25 juin 1986 ; italiques supprimés de l’original.

    16. « Recherchez l’Esprit du Seigneur », p. 3 ; la déclaration de Spencer W. Kimball se trouve dans Enseignements des présidents de l’Église : Spencer W. Kimball, 2006, p. 75.

    17. « Une responsabilité sacrée », p. 80.

    18. « Sur ses pas », L’Étoile, février 1989, p. 3, 6.

    19. Come unto Christ, p. 92.

    20. « Préparez-vous au service missionnaire », L’Étoile, septembre 1985, p. 35.

    21. « Un principe et une promesse », L’Étoile, octobre 1983, p. 94-95.