Enseignements des présidents
Chapitre 11 : Suivre le prophète vivant
précédent suivant

Chapitre 11

Suivre le prophète vivant

« Le prophète le plus important pour nous, est celui qui vit aujourd’hui, à notre époque. »

Épisodes de la vie d’Ezra Taft Benson

Un soir, quand Ezra Taft Benson avait quinze ans, il était assis à table avec le reste de sa famille et écoutait son père lire une lettre de Joseph F. Smith et de ses conseillers dans la Première Présidence. La lettre disait, entre autre : « Nous conseillons et recommandons l’instauration, dans toute l’Église, d’une ‘soirée familiale’ où père et mère peuvent réunir chez eux leurs fils et leurs filles autour d’eux et leur enseigner la parole du Seigneur. […] Si les saints obéissent à cette recommandation, nous leur promettons que de grandes bénédictions en résulteront. L’amour au foyer et l’obéissance aux parents augmenteront. La foi grandira dans le cœur des jeunes d’Israël et ils acquerront le pouvoir de combattre les mauvaises influences et les tentations qui les assaillent1. »

Plus tard, le président Benson se souvint : « Quand [mon père] eut terminé de lire la lettre, il dit : ‘La Présidence a parlé, et en ce qui nous concerne, c’est la parole du Seigneur !’ Depuis cette époque, nous avons diligemment fait nos soirées familiales dans le foyer de ma jeunesse2. »

Quand le président Benson fonda son propre foyer, lui et son épouse perpétuèrent la tradition qu’il avait apprise de ses parents. Il dit : « Je témoigne, par cette expérience [dans le foyer de mes parents] et par l’expérience des soirées familiales dans mon propre foyer, que de grandes bénédictions peuvent en découler3. »

En 1947, la Première Présidence chargea les membres de l’Église de renouveler leurs efforts pour faire la soirée familiale. Le président Benson, alors membre du Collège des douze apôtres, insista sur ce sujet dans un discours de conférence générale. Il témoigna de la famille en tant qu’« institution divine4 » et il rappela aux saints les bénédictions qu’ils recevraient s’ils suivaient les conseils du prophète de fortifier leur famille et de faire la soirée familiale. Il témoigna : « Notre bonheur ici-bas et dans l’au-delà est lié au fait que nous nous acquittions avec succès de cette grande responsabilité. Elle mérite, mes frères et sœurs, une planification et une attention de notre part, dans la prière, et j’ai la certitude en mon cœur que nous en tirerons de grands avantages, une grande joie et beaucoup de satisfaction si nous écoutons ce conseil et tous les autres que nous a donnés la présidence de l’Église5. »

Ayant reçu des bénédictions pour avoir obéi aux conseils des serviteurs choisis du Seigneur, Ezra Taft Benson exhortait fréquemment les saints des derniers jours à garder les yeux fixés sur le prophète vivant. Il témoigna hardiment de l’appel divin de chacun des présidents de l’Église avec lequel il servit6. Quand Spencer W. Kimball, qui avait été ordonné apôtre le même jour que le président Benson, fit son premier discours en tant que président de l’Église devant un groupe de dirigeants de l’Église, frère Benson se « leva et d’une voix pleine d’émotion, se faisant l’écho du sentiment de tous les participants, dit, en substance : ‘Frère Kimball, depuis toutes les années qu’ont lieu ces réunions, nous n’avons jamais entendu un discours tel que celui que vous venez de prononcer. Il y a vraiment un prophète en Israël7.’ » Et quand cet appel divin fut confié au président Benson à la mort du président Kimball, il l’accepta avec humilité et détermination. Il dit : « Mon épouse, Flora, et moi avons continuellement prié pour que les jours du président Kimball soient prolongés sur cette terre et qu’un autre miracle soit accompli en sa faveur. À présent que le Seigneur a parlé, nous ferons de notre mieux, sous sa direction, pour faire progresser l’œuvre sur la terre8. »

General Conference. 2011 October

Aujourd’hui, les saints des derniers jours se rassemblent dans le centre de conférence et dans le monde entier pour écouter le prophète vivant.

Enseignements d’Ezra Taft Benson

1

Le président de l’Église est le porte-parole du Seigneur sur la terre.

Apprenez à garder les yeux fixés sur le prophète. Il est le porte-parole du Seigneur et le seul homme qui peut parler au nom du Seigneur aujourd’hui. Que ses conseils inspirés prennent le pas sur tout. Que ses paroles inspirées soient la base sur laquelle évaluer les conseils de toutes les autorités moindres. Ensuite, vivez proche de l’Esprit afin que vous puissiez connaître la vérité de toutes choses9.

La personne qui est le porte-parole et prophète du Seigneur sur la face de la terre aujourd’hui a reçu son autorité par une lignée de prophètes remontant jusqu’à Joseph Smith qui fut ordonné par Pierre, Jacques et Jean qui furent ordonnés par le Christ qui était et est à la tête de l’Église, lui le Créateur de cette terre et le Dieu auquel tout homme devra rendre des comptes10.

Cette Église n’est pas dirigée par la sagesse des hommes. Je le sais. Le pouvoir et l’influence du Dieu Tout-Puissant dirige son Église11.

2

Le prophète le plus important pour nous, c’est le prophète vivant.

Dieu sait tout, la fin depuis le commencement, et personne ne devient président de l’Église de Jésus-Christ par accident, ou reste à ce poste par hasard, ou est rappelé à lui par hasard.

Le prophète le plus important pour nous est celui qui vit aujourd’hui, à notre époque. C’est le prophète qui nous transmet les instructions de Dieu pour nous aujourd’hui. Les révélations que Dieu a données à Adam n’ont pas dit à Noé comment construire l’arche. Chaque génération a besoin en plus des anciennes Écritures, des Écritures actuelles du prophète vivant. C’est pour cela que les lectures et les méditations les plus importantes que vous devez entreprendre sont celles des dernières paroles inspirées du porte-parole du Seigneur. C’est pour cela qu’il est essentiel que vous y ayez accès et que vous étudiiez attentivement ses paroles […]

Oui, Seigneur, merci pour le prophète qui nous guide en ces derniers jours [voir Cantiques, n °10]12.

Méfiez-vous des personnes qui placent les prophètes morts au-dessus des prophètes vivants, car les prophètes vivants ont toujours la préséance13.

Chaque président a été précisément choisi pour les besoins de l’époque et de la situation du monde et de l’Église. Tous étaient « l’homme du moment » comme nous en avons été témoin en la personne de Spencer W. Kimball. Réfléchissez au miracle de sa préordination et de sa préparation ! Bien qu’il soit appelé et qu’il reçoive les clefs de nombreuses années avant que le manteau ne repose sur ses épaules, le président est toujours l’homme qu’il faut, à la bonne place pour l’époque. Ce miracle seul est l’un des signes de la divinité de l’Église14.

Je vous le demande : avons-nous besoin d’un vrai prophète du Seigneur sur la terre aujourd’hui ? Le peuple à l’époque de Noé avait-il besoin d’un prophète pour les mettre en garde spirituellement et temporellement ? Si un homme avait refusé de suivre Noé, aurait-il été sauvé du déluge ? Pourtant, la Bible nous dit que dans les derniers jours dans lesquels nous vivons, la méchanceté du peuple deviendra comparable à la méchanceté du peuple à l’époque de Noé quand Dieu a purifié la terre par le déluge [voir Matthieu 24:37-39]. Pensez-vous que nous ayons besoin d’un prophète aujourd’hui pour nous mettre en garde et nous préparer à la purification que Dieu a promise, cette fois par le feu 15 ?

Si nous voulons connaître notre position par rapport au Seigneur, demandons-nous quelle est notre position par rapport à son capitaine dans la condition mortelle, à quel point notre vie est en harmonie avec l’oint du Seigneur, le prophète vivant, le président de l’Église, et avec le collège de la Première Présidence16.

En tant que président de l’Église, Ezra Taft Benson parlait avec beaucoup d’amour et d’insistance.

3

Le prophète vivant nous dit ce que nous avons besoin de savoir, mais pas forcément ce que nous voulons entendre.

Une caractéristique révélatrice d’un vrai prophète est qu’il déclare un message venant de Dieu. Il ne s’excuse pas du message, il ne craint pas non plus les répercussions sociales qui pourraient conduire à la dérision ou à la persécution17.

Parfois, certaines personnes pensent que leur connaissance terrestre d’un certain sujet est supérieure à la connaissance céleste que Dieu donne à son prophète sur le même sujet. Ils ont le sentiment que le prophète doit avoir les mêmes diplômes ou la même formation qu’eux avant d’accepter ce que le prophète a à dire qui pourrait aller à l’encontre de leur éducation terrestre. Quel niveau d’instruction profane Joseph Smith avait-il ? Pourtant il a donné des révélations sur toutes sortes de sujets. […] Nous encourageons l’acquisition de connaissances terrestres dans beaucoup de domaines, mais souvenez-vous que si un jour il y a un conflit entre la connaissance profane et les paroles du prophète, si vous vous tenez aux côtés du prophète, vous serez bénis et le temps prouvera que vous avez fait le bon choix.

[…] Le prophète n’a pas besoin de dire : « Ainsi dit le Seigneur » pour nous donner des Écritures.

Il y a parfois des personnes qui ergotent sur les mots. Ils vont dire que le prophète nous a donné des conseils mais que nous ne sommes pas obligés de les suivre tant qu’il n’a pas dit que c’était un commandement. Mais le Seigneur dit du prophète : « Vous prêterez l’oreille à toutes ses paroles et à tous les commandements qu’il vous donnera » (D&A 21:4).

[…] Le prophète nous dit ce que nous avons besoin de savoir, pas toujours ce que nous voulons savoir.

« Tu nous as déclaré des choses dures, plus que nous n’en pouvons supporter, » se plaignirent les frères de Néphi. Mais Néphi leur répondit en disant : « Les coupables trouvent que la vérité est dure, car elle les blesse au plus profond d’eux-mêmes » (1 Né. 16:1-2).

Harold B. Lee a déclaré :

« Il se peut que vous n’aimiez pas ce qui vient de l’autorité de l’Église. Il se peut que cela contredise vos idées politiques. Il se peut que cela contredise vos idées sociales. Cela peut gêner dans une certaine mesure votre vie sociale. […] Votre sécurité et la nôtre dépendent de ce que nous le suivions ou non. […] Gardons les yeux fixés sur le président de l’Église » (Conference Report, octobre 1970, p. 152-153).

Mais c’est le prophète vivant qui contrarie véritablement le monde. Le président Kimball a dit : « Même dans l’Église, beaucoup sont enclins à décorer les sépulcres des prophètes de jadis et à lapider mentalement les prophètes vivants » (Instructor, 95:257).

Pourquoi ? Parce que le prophète vivant en vient à ce que nous avons besoin de savoir maintenant, et le monde préfère que les prophètes soient morts, ou occupés par leurs propres affaires. […]

La façon dont nous réagissons aux paroles d’un prophète vivant quand il nous dit ce que nous avons besoin de savoir, mais préfèrerions ne pas entendre, est un test de notre fidélité. […]

Les hommes instruits peuvent avoir le sentiment que le prophète est inspiré uniquement s’il est d’accord avec eux, autrement, le prophète ne fait que donner son avis, en parlant en tant qu’homme. Les riches peuvent avoir le sentiment qu’ils n’ont pas besoin de prendre conseil d’un humble prophète. […]

Le prophète ne sera pas nécessairement populaire auprès du monde ou des gens du monde.

Lorsqu’un prophète révèle la vérité, celle-ci divise le peuple. Ceux qui ont le cœur honnête l’écoutent, mais les injustes ne prêtent pas attention à ses paroles ou le combattent. Quand il fait remarquer au monde ses péchés, les gens veulent lui fermer la bouche ou agissent comme s’il n’existait pas, au lieu de se repentir de leurs péchés. La popularité n’est jamais une preuve de vérité. Beaucoup de prophètes ont été tués ou rejetés. Alors que nous approchons de la seconde venue du Christ, vous pouvez vous attendre à ce que les peuples du monde deviennent plus méchants et à ce que le prophète ait moins de popularité auprès d’eux18.

4

Nous serons bénis si nous suivons le prophète vivant.

Afin de vous aider à réussir les épreuves essentielles qui vous attendent, je vais vous donner […] une grande clef qui, si vous l’honorez, vous couronnera de la gloire de Dieu et vous octroiera la victoire en dépit de la fureur de Satan.

[…] Dans l’Église, nous chantons le cantique : « Seigneur, merci pour le prophète » [Cantiques, n° 10]. C’est là la grande clef : Suivre le prophète. […]

[…] Le prophète est le seul homme qui parle en tout au nom du Seigneur.

Au verset 7 de la section 132 des Doctrine et Alliances, le Seigneur parle du prophète, le président, et dit :

« Il n’y en a jamais qu’un à la fois sur terre à qui ce pouvoir et les clefs de cette prêtrise sont conférés. »

Puis, aux versets 4 à 6 de la section 21, le Seigneur déclare :

« C’est pourquoi, et je parle aux membres de l’Église, vous prêterez l’oreille à toutes ses paroles et à tous les commandements qu’il vous donnera à mesure qu’il les reçoit, marchant en toute sainteté devant moi.

« Car vous recevrez sa parole, en toute patience et avec une foi absolue, comme si elle sortait de ma propre bouche.

« Car si vous faites ces choses, les portes de l’enfer de prévaudront pas contre vous19. »

Le prophète n’égarera jamais l’Église.

Wilford Woodruff déclara : « Je dis à Israël, ‘Le Seigneur ne me permettra jamais, ni à aucun autre homme qui détient le poste de président de l’Église, de vous égarer. Ce n’est pas dans le programme. Ce n’est pas dans l’esprit de Dieu » [voir Enseignements des présidents de l’Église : Wilford Woodruff, 2004, p. 210].

Marion G. Romney raconte cet incident qui lui est arrivé :

« Il y a des années, lorsque j’étais évêque, le président Grant est venu faire un discours dans notre paroisse. Après la réunion, je l’ai ramené chez lui. […] Debout près de moi, il a posé le bras sur mon épaule et a dit : ‘Mon garçon, garde toujours les yeux sur le président de l’Église et s’il te dit de faire quelque chose, et que c’est mal, et que tu le fais, le Seigneur te bénira de l’avoir fait.’ Puis avec une étincelle de malice dans le regard, il a dit : ‘Mais ne t’en fais pas. Le Seigneur ne laissera jamais son porte-parole égarer le peuple’ » (Conference Report, octobre 1960, p. 78)20.

On raconte l’histoire de Brigham Young qui, traversant une ville, vit un homme qui construisait une maison et lui dit de doubler l’épaisseur des murs. Acceptant le président Young comme prophète, il modifia ses plans et doubla les murs. Peu après, une inondation survint dans cette ville causant de grandes destructions mais les murs de cet homme restèrent debout. Tandis qu’il posait la toiture de sa maison, on l’entendit chanter : « Seigneur, merci pour le prophète21 ! »

En tant que membres de l’Église, nous devrons traverser des passes difficiles si nous voulons arriver à bon port. Nous aurons l’occasion de choisir entre des conseils contradictoires donnés par certains. C’est pour cette raison que nous devons apprendre à garder les yeux fixés sur le prophète, le président de l’Église, et plus tôt nous apprendrons, mieux ce sera22.

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • Le président Benson a dit : « Apprenez à garder les yeux fixés sur le prophète » (partie 1). Que signifie pour vous cette expression ?

  • À votre avis, pourquoi le prophète le plus important pour nous est-il le président actuel de l’Église ? (Voir la partie 2.) Quelles recommandations le prophète actuel nous a-t-il données récemment ?

  • En étudiant la partie 3, réfléchissez à une occasion où vous avez suivi les recommandations du prophète alors que vous ne les aviez pas pleinement comprises. Que nous apprennent de telles expériences ?

  • Réfléchissez à la grande clef que le président Benson mentionne dans la partie 4. Quelles bénédictions avez-vous reçues lorsque vous avez été fidèles à cette grande clef ?

Écritures apparentées

2 Chroniques 20:20 ; Amos 3:7 ; Éphésiens 2:19-20 ; 4:11-15 ; D&A 1:14-16, 37-38 ; 107:91-92 ; 6e article de foi

Aide pédagogique

« N’ayez pas peur des silences. Les gens ont souvent besoin de réfléchir avant de répondre aux questions ou d’exprimer ce qu’ils ressentent. Vous pourriez marquer un temps d’arrêt après avoir posé une question, lorsqu’une expérience spirituelle a été racontée ou que quelqu’un a des difficultés à s’exprimer » (L’enseignement, pas de plus grand appel, 2000, p. 67).

Notes

  1. Joseph F. Smith, Anthon H. Lund et Charles W. Penrose, « Home Evening », Improvement Era, juin 1915, p. 733–734.

  2. The Teachings of Ezra Taft Benson, 1988, p. 528.

  3. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 528.

  4. Conference Report, octobre 1947, p. 23.

  5. Conference Report, octobre 1947, p. 27.

  6. Voir, par exemple, Conference Report, octobre 1968, p. 17 ; Conference Report, avril 1970, p. 127 ; Ensign, janvier 1973, p. 57 ; L’Étoile, avril 1981, p. 72 ; L’Étoile octobre 1984, p. 14.

  7. W. Grant Bangerter, « Un moment spécial de l’histoire de l’Église », L’Étoile, avril 1978, p. 38.

  8. Cité dans Don L. Searle, « President Ezra Taft Benson Ordained Thirteenth President of the Church », Ensign, décembre 1985, p. 5.

  9. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 134.

  10. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 132.

  11. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 132.

  12. « Jesus Christ—Gifts and Expectations », New Era, mai 1975, p. 16–17.

  13. « Quatorze points essentiels pour suivre le prophète », L’Étoile, juin 1981, p. 2-3.

  14. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 142.

  15. « Listen to a Prophet’s Voice », Ensign, jan. 1973, p. 59.

  16. « Quatorze points essentiels pour suivre le prophète », p. 8.

  17. « Joseph Smith : prophète pour notre génération », L’Étoile, avril 1982, p. 109-110.

  18. « Quatorze points essentiels pour suivre le prophète », p. 3-4, 6 ; italiques retirés de l’original.

  19. « Quatorze points essentiels pour suivre le prophète », p. 1-2 ; italiques retirés de l’original.

  20. « Quatorze points essentiels pour suivre le prophète », p. 3 ; italiques retirés de l’original.

  21. « Civic Standards for the Faithful Saints », Ensign, juillet 1972, p. 61 ; voir aussi Sidney Alvarus Hanks et Ephraim K. Hanks, Scouting for the Mormons on the Great Frontier, 1948, p. 78–80.

  22. Conference Report, oct. 1966, p. 122.