Enseignements des présidents
Le grand plan du salut

Chapitre 17

Le grand plan du salut

« Le grand plan du salut est un thème auquel nous devons prêter une attention stricte, et qui doit être considéré comme l’un des meilleurs dons des cieux à l’humanité. »

Épisodes de la vie de Joseph Smith

En septembre 1831 Joseph Smith, le prophète, et sa famille ont déménagé à Hiram (Ohio), à 50 kilomètres au sud-est de Kirtland (Ohio), où ils ont vécu pendant près d’un an chez John et Alice (connue aussi sous le prénom d’Elsa) Johnson. C’est là que le prophète a fait la plupart de son travail sur la Traduction de la Bible par Joseph Smith.

Cet important travail, que le prophète appelait « une branche de mon appel1 », apporte beaucoup à notre compréhension du plan du salut. Le prophète a entrepris ce travail en juin 1830 après avoir reçu du Seigneur le commandement de commencer une révision inspirée de la version du roi Jacques de la Bible. Le prophète savait depuis longtemps que la Bible manquait de clarté sur certaines questions importantes. Il avait remarqué que Moroni lui avait cité certains passages de la Bible avec une légère variante de ce qui se trouve dans la nôtre (voir Joseph Smith – Histoire 1:36). Pendant qu’il traduisait 1 Néphi 13:23-29, il a appris que « beaucoup de parties qui sont claires et précieuses » avaient été ôtées de la Bible, entre autres « beaucoup d’alliances du Seigneur » (1 Néphi 13:26).

Par la suite le prophète a dit : « Je crois en la Bible telle qu’elle a été écrite par ses premiers auteurs. Des traducteurs ignorants, des scribes peu soigneux ou bien des prêtres retors et corrompus ont commis de nombreuses erreurs… Regardez les contradictions dans Hébreux 6:1 : ‘C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait.’ Si un homme laisse les éléments de la parole de Christ, comment peut-il être sauvé par la parole ? C’est une contradiction. Je n’y crois pas. Je vais traduire ce passage tel qu’il devrait être : ‘C’est pourquoi, sans laisser les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait’2. »

Guidé par l’Esprit, Joseph a passé environ trois ans à réviser la Bible, effectuant des milliers de corrections et rétablissant une connaissance qui avait été perdue. Cette connaissance restaurée a fait la lumière sur de nombreux points de doctrine peu clairs de la Bible telle qu’elle existe aujourd’hui. Ces révisions inspirées sont connues sous le nom de Traduction de la Bible par Joseph Smith. Des centaines de passages de cette traduction ont été inclus dans l’édition du roi Jaques de la Bible publiée par l’Église.

La traduction de la Bible par le prophète a été un élément important de son apprentissage spirituel personnel et du rétablissement progressif de la vérité évangélique. Au cours de la révision de l’Ancien et du Nouveau Testament, il a souvent reçu des révélations qui clarifiaient ou développaient des passages bibliques. De cette façon, le prophète a reçu de nombreux enseignements du Seigneur comme ceux que l’on trouve aujourd’hui aux sections 74, 76, 77, 86 et 91 des Doctrine et Alliance ou dans des passages de nombreuses autres sections.

Quand le prophète a débuté sa traduction de la Bible en juin 1830, le Seigneur lui a révélé un long passage des écrits de Moïse. Ce texte constitue aujourd’hui le premier chapitre du livre de Moïse dans la Perle de Grand Prix. Il rapporte une vision que Moïse a eue de Dieu, au cours de laquelle il a conversé avec lui, une vision si remarquable que Joseph Smith l’a appelée un « morceau précieux » et une « source de force3 ». Dans cette vision, Dieu a enseigné à Moïse le but fondamental du grand plan du salut.

« Et le Seigneur Dieu parla à Moïse, disant : … Car voici mon œuvre et ma gloire : réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme » (Moïse 1:37, 39).

La doctrine, les ordonnances et les promesses qui constituent le plan du salut ont été révélées dans les derniers jours par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète. Comprenant bien l’importance de ce plan, le prophète a déclaré : « Le grand plan du salut est un thème auquel nous devons prêter une attention stricte, et qui doit être considéré comme l’un des meilleurs dons des cieux à l’humanité4. »

Enseignements de Joseph Smith

Dans le monde prémortel, Jésus-Christ a été choisi pour être le Sauveur, et nous avons choisi et accepté le plan du salut.

« Lors de la première organisation dans les cieux nous étions tous présents et nous avons assisté au choix et à la désignation du Sauveur, et à l’élaboration du plan du salut, et nous avons approuvé5. »

« Le Seigneur [est] prêtre à jamais, selon l’ordre de Melchisédek, et le Fils oint de Dieu, dès avant la fondation du monde [voir Psaumes 110:4]6. »

« Le salut par Jésus-Christ a été accompli pour tous les hommes, afin de triompher du diable… Tous souffriront jusqu’à ce qu’ils se soumettent au Christ lui-même.

« Dans la dispute qui a eu lieu dans les cieux, Jésus a dit que certaines âmes ne seraient pas sauvées alors que le diable disait qu’il les sauverait toutes, et il a exposé son plan devant le grand conseil, qui a voté en faveur de celui de Jésus-Christ. Le diable s’est rebellé contre Dieu et a été rejeté avec tous ceux qui l’ont soutenu7. »

Nous sommes des êtres éternels ; nous pouvons progresser vers l’exaltation en obéissant aux lois de Dieu.

Joseph Smith, le prophète, a reçu la révélation suivante du Seigneur en mai 1833, révélation qui a été plus tard inscrite dans Doctrine et Alliances 93:29 : « L’homme était aussi au commencement avec Dieu. L’Intelligence, ou la lumière de la vérité, n’a été ni créée ni faite, et ne peut assurément pas l’être. » En avril 1844, le prophète a enseigné : « Je dois m’attarder sur un autre sujet, qui a trait à l’exaltation de l’homme… Il va de pair avec la résurrection des morts ; il s’agit de l’âme, de l’intellect de l’homme, de l’esprit immortel. D’où vient-il ? Tous les érudits et les docteurs en théologie disent que Dieu l’a créé au commencement. Mais ce n’est pas le cas : Cette idée même diminue l’homme, à mon avis. Je ne crois pas à cette doctrine ; j’ai un autre avis. Écoutez, tous les bouts de la terre, car Dieu me l’a indiqué ; et si vous ne me croyez pas, cela ne changera rien à la vérité…

« Je m’arrête sur l’immortalité de l’esprit de l’homme. Est-il logique de dire que l’intelligence des esprits est immortelle, et cependant de dire qu’elle a un commencement ? L’intelligence des esprits n’a pas eu de commencement et n’aura pas de fin. C’est logique. Ce qui a un commencement peut avoir une fin. Il n’y a jamais eu de temps où il n’y a pas eu d’esprits.

« … J’enlève l’anneau que j’ai au doigt et je le compare à l’esprit de l’homme, sa partie immortelle, car il n’a pas de début. Supposons que vous le coupiez en deux ; alors il a un commencement et une fin ; mais si vous l’unissez à nouveau, il continue d’être une ronde éternelle. Il en est de même pour l’esprit de l’homme. Aussi vrai que le Seigneur vit, si l’esprit avait un début, il aurait une fin. Tous les fous, les érudits et les sages qui, depuis le début des temps, disent que l’esprit de l’homme a eu un commencement font la preuve qu’il doit nécessairement avoir une fin ; et si cette doctrine est vraie, alors la doctrine de l’anéantissement doit être vraie. Mais si j’ai raison, je peux proclamer avec hardiesse du toit des maisons que Dieu n’a jamais eu le pouvoir de créer l’esprit de l’homme. Dieu lui-même ne pouvait pas se créer.

« L’intelligence est éternelle et repose sur un principe d’autoexistence. C’est un esprit qui est d’âge en âge, pour qui il n’y a pas de création. Tous les intellects et tous les esprits que Dieu a jamais envoyés dans le monde sont susceptibles de progresser.

« Les premiers principes de l’homme co-existent en Dieu. Dieu lui-même, se voyant entouré d’esprits et de gloire, car il était plus intelligent que tous, a jugé bon d’instituer les lois qui ont permis aux autres d’avoir la possibilité de progresser comme lui. La relation que nous avons avec Dieu nous permet de croître en connaissance. Il a le pouvoir d’instituer des lois qui éduqueront les intelligences plus modestes afin qu’elles soient exaltées avec lui, afin qu’elles puissent ajouter gloire sur gloire et toute la connaissance, le pouvoir, la gloire et l’intelligence nécessaires à leur salut dans le monde des esprits8. »

« Nous pensons que Dieu a créé l’homme et l’a doté d’un esprit capable d’apprendre et de facultés qui peuvent se développer en proportion de l’attention et de la diligence qu’il accorde à la lumière que le ciel communique à son intellect ; et que plus l’homme se rapproche de la perfection, plus ses idées sont claires, plus ses joies sont grandes, jusqu’à ce qu’il ait vaincu le mal dans sa vie et perdu tout désir de pécher ; et, qu’à l’instar des anciens, il arrive à un niveau de foi tel qu’il est enveloppé par la puissance et la gloire de son Créateur puis enlevé pour vivre avec lui. Mais nous considérons que c’est un état auquel aucun homme n’est jamais arrivé en un instant9. »

Nous sommes venus sur terre pour prendre un corps, pour croître en connaissance, et pour vaincre par la foi.

« Tous les hommes savent qu’ils doivent mourir. Il est donc important de comprendre les raisons et les causes pour lesquelles nous sommes exposés aux vicissitudes de la vie et de la mort, de comprendre les desseins et les buts de Dieu concernant notre venue dans le monde, de comprendre pourquoi nous souffrons ici-bas et pourquoi nous quittons cette terre. Pour quelle raison est-ce que nous naissons, mourrons, disparaissons et ne sommes plus ? Il est certainement raisonnable de croire que Dieu veuille révéler quelque chose sur ce point, et c’est un sujet que nous devrions étudier plus que tout autre. Nous devrions l’étudier jour et nuit, car le monde ignore tout de sa vraie nature et du lien qui l’unit [à Dieu]10. »

« Le dessein de Dieu conçu avant la fondation du monde était que nous prenions un tabernacle [corps] afin que, par la fidélité, nous vainquions et obtenions une résurrection des morts, et de cette façon acquérions la gloire, l’honneur, le pouvoir et régnions11. »

« Nous sommes venus sur terre afin d’avoir un corps et de le présenter pur devant Dieu au royaume céleste. Le grand principe du bonheur consiste à avoir un corps. Le diable n’en n’a pas et c’est en cela qu’il est puni. Il est content quand il peut posséder le tabernacle de l’homme et, quand il en a été chassé par le Sauveur, il a demandé à aller dans un troupeau de pourceaux, montrant ainsi qu’il préfère le corps de pourceaux à pas de corps du tout. Tous les êtres qui possèdent un corps ont un pouvoir supérieur à ceux qui n’en n’ont pas12. »

« Le salut pour un homme est d’être sauvé de ses ennemis ; car un homme n’est pas sauvé tant qu’il n’a pas triomphé de la mort…

« Les esprits dans le monde éternel sont comme les esprits dans ce monde. Ceux qui sont venus ici-bas et ont reçu un tabernacle, puis sont morts et ressuscités et ont reçu un corps glorifié, domineront les esprits qui n’auront pas eu de corps, ceux qui n’auront pas conservé leur premier état, comme le diable. La punition du malin était qu’il ne possèderait pas de demeure comme les hommes13. »

« Le principe de la connaissance est le principe du salut. Ce principe peut être compris du fidèle et du diligent ; et tous ceux qui n’acquièrent pas de connaissance suffisante pour être sauvés seront condamnés. Le principe du salut nous est donné à travers la connaissance de Jésus-Christ.

« Le salut ce n’est ni plus ni moins que de triompher de tous nos ennemis et de les mettre sous nos pieds. Et quand nous aurons le pouvoir de mettre tous nos ennemis sous nos pieds dans ce monde, et la connaissance pour triompher de tous les mauvais esprits dans le monde à venir, alors nous serons sauvés, comme ce fut le cas pour Jésus qui devait régner après qu’il eut mis sous ses pieds tous les ennemis, le dernier desquels étant la mort [voir 1 Corinthiens 15:26].

« Peut-être qu’il y a ici des principes auxquels peu d’hommes ont pensé. Personne ne peut avoir ce salut sans obtenir un tabernacle.

« Or, dans ce monde, les hommes sont naturellement égoïstes, ambitieux et s’évertuent à se dépasser les uns les autres, alors que certains sont disposés à édifier autrui en même temps qu’eux-mêmes. Si bien que dans l’autre monde il y a de nombreuses sortes d’esprits. Certains cherchent à exceller. Et c’était le cas de Lucifer quand il a chuté. Il recherchait des choses illégitimes. C’est pourquoi il a été chassé, et il est écrit qu’il entraîna de nombreux esprits derrière lui, et la gravité de sa punition est qu’il n’aura jamais de tabernacle. C’est son châtiment14. »

Dieu nous a donné le libre arbitre moral et la faculté de choisir le bien plutôt que le mal.

« Si les hommes veulent obtenir le salut, ils doivent se soumettre, avant de quitter ce monde, à certaines règles et certains principes, qui ont été fixés par un décret inaltérable avant que le monde soit… L’organisation des mondes spirituels et célestes ainsi que des êtres spirituels et célestes, était en accord avec l’ordre et l’harmonie les plus parfaits : leurs limites et leurs bornes ont été fixées de manière irrévocable, et ils y ont eux-mêmes volontairement souscrit dans leur demeure céleste, tout comme nos premiers parents y ont adhéré sur la terre. De là l’importance que tous les hommes sur terre, qui espèrent la vie éternelle, embrassent les principes de la vérité éternelle et y adhèrent15. »

« Chaque individu a droit au libre arbitre car Dieu l’a décrété ainsi. Il a institué le droit moral des hommes et leur a donné la capacité de choisir le bien ou le mal, de rechercher ce qui est bon, en suivant le chemin de la sainteté dans cette vie, ce qui apporte la paix de l’âme, la joie dans le Saint Esprit ici-bas, et une plénitude de joie et de bonheur à sa droite dans l’au-delà, ou bien de suivre le chemin du mal, poursuivant dans le péché et la rébellion contre Dieu, attirant de ce fait la condamnation sur leur âme dans ce monde et une perte éternelle dans le monde à venir16. »

« Satan ne peut pas nous séduire à moins que nous y consentions et succombions dans notre cœur. Nous sommes constitués de telle sorte que nous pouvons résister au diable ; si nous n’étions pas faits de la sorte, nous ne serions pas libres de choisir17. »

« Le diable n’a de pouvoir sur nous que celui que nous lui permettons ; à l’instant où nous nous révoltons contre quoi que ce soit venant de Dieu, le diable prend le pouvoir18. »

Le 16 mai 1841 le prophète s’est adressé aux saints : « Le président Joseph Smith… a fait remarquer que nous accusions généralement Satan de nos méfaits, mais s’il était la cause de toute notre iniquité, les hommes ne pourraient être condamnés. Le diable ne pouvait forcer l’humanité à faire le mal ; tout était volontaire. Ceux qui résisteraient à l’Esprit de Dieu risqueraient d’être induits en tentation, et alors l’association des cieux serait retirée de ceux qui avaient refusé d’avoir part à une si grande gloire. Dieu n’exerce aucune contrainte, et le diable n’en n’a pas les moyens ; et pareilles idées véhiculées par beaucoup [sur ces sujets] sont absurdes19. »

Eliza R. Snow a rapporté : « [Joseph Smith] a dit que la vitesse à laquelle nous avançons sur le chemin de la vertu importe peu. Résistez au mal, et il n’y a pas de danger ; Dieu, les hommes et les anges ne condamneront pas ceux qui résistent à tout ce qui est mal, et les démons ne pourront rien ; le diable pourrait tout autant chercher à détrôner Jéhovah que de chercher à renverser une âme innocente qui résiste à tout ce qui est mal20. »

Conseils pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v-xi.

  • Quelles sont les vérités du plan du salut et du but de la vie que nous connaissons grâce aux révélations de Joseph Smith, le prophète ? Comment ces vérités vous ont-elles aidés ?

  • Joseph Smith a enseigné que le plan du salut est « un sujet que nous devrions étudier plus que tout autre » (p. 225) et « un thème auquel nous devons prêter une attention stricte » (p. 222). Comment pouvons-nous étudier le plan du salut ? Dans nos activités quotidiennes que pouvons-nous faire pour prêter au plan du salut une attention stricte ? De quelles façons pouvons-nous enseigner le plan du salut aux autres ?

  • Relisez les enseignements de Joseph Smith au sujet du Conseil des Cieux et de notre nature éternelle (p. 223-225). En quoi la connaissance de ces points de doctrine peut-elle être une bénédiction pour vous ici-bas ?

  • Le prophète Joseph a témoigné que « tous les intellects et tous les esprits que Dieu a jamais envoyés dans le monde sont susceptibles de progresser » (p. 224). À votre avis, qu’est-ce que cela signifie ? Quelle influence peut avoir cette vérité sur la façon dont vous faites face à l’adversité ? sur ce que vous pensez de votre valeur et de vos capacités ? sur la façon dont vous traitez les autres ?

  • Lisez le premier paragraphe entier de la page 25. Méditez sur les bénédictions que nous recevons quand nous prêtons « attention et sommes diligents… à la lumière que le ciel communique ».

  • Relisez les enseignements de Joseph Smith sur l’importance d’avoir un corps physique (p. 225-227). Quel impact peut avoir cette connaissance sur la façon dont nous prenons soin de notre corps ?

  • Lisez les deuxième et troisième paragraphes de la page 228. Pensez à la signification de ces enseignements quand vous exercez votre libre arbitre. Que pouvons-nous faire de précis pour résister à l’influence de Satan ?

Écritures en rapport avec le sujet : 2 Néphi 2:25 ; 9:6-12 ; Alma 34:31-33 ; D&A 76:25-32 ; 101:78 ; Abraham 3:22-25