5.9 Programme de protection respiratoire
    Notes de bas de page

    5.9 Programme de protection respiratoire

    5.9.1 Objectif

    Ces directives fournissent un programme de protection respiratoire pour les employés qui portent des respirateurs. L’objectif de ce programme de protection respiratoire est de s’assurer que les employés de l’Église sont protégés contre des niveaux dangereux de contaminants atmosphériques et un manque d’oxygène. L’Église fournit un équipement de protection respiratoire pour chaque employé qui est exposé ou est susceptible d’être exposé à une atmosphère dangereuse dans le cadre de son travail.

    Les responsables et les superviseurs des opérations de l’Église qui ont besoin de respirateurs doivent appliquer ces directives et désigner un administrateur du programme respiratoire sur chaque lieu de travail. L’administrateur du programme doit s’efforcer, dans la mesure du possible, de faire respecter le programme de protection respiratoire contenu dans ce document.

    Le meilleur moyen de mesurer les dangers respiratoires consiste à mener des contrôles techniques et administratifs, tels que l’amélioration de la ventilation, la modification des processus et le remplacement des substances toxiques par des substances moins toxiques. Cependant, certaines situations exigent une protection respiratoire. Vous utiliserez temporairement des respirateurs pendant la mise en œuvre des contrôles techniques et administratifs, ou bien utilisez-les régulièrement lorsqu’aucun contrôle technique n’est mis en place.

    5.9.2 Règles et procédures générales

    Les responsables et les superviseurs doivent établir et mettre régulièrement à jour un programme écrit de protection respiratoire. L’administrateur du programme respiratoire doit faire appliquer les règles et les procédures générales suivantes pour établir et mettre à jour un programme de protection respiratoire.

    Procédures normales d’exploitation (PNE)

    L’administrateur du programme doit mettre en place des PNE pour les respirateurs. L’administrateur du programme doit :

    • Créer une liste d’activités et de situations d’urgence rendant nécessaire l’utilisation des respirateurs.

    • Sélectionner parmi les respirateurs ceux qui sont adaptés à chaque activité ou situation (voir section 5.9.3, « Choisir des respirateurs »).

    • Écrire des procédures d’utilisation des respirateurs pour chaque activité ou situation.

    • Réaliser des tests pour s’assurer que les respirateurs conviennent aux employés (aussi appelés tests d’ajustement).

    Les employés doivent utiliser les respirateurs conformément aux PNE écrites. Si des procédures n’existent pas pour une activité spécifique, utilisez l’une des options suivantes :

    1. Utilisez le respirateur le plus efficace qui est à disposition (adduction d’air ou appareil de respiration autonome).

    2. L’administrateur du programme doit créer une nouvelle PNE et choisir un respirateur adapté (voir section 5.9.3, « Choisir des respirateurs »).

    Entretien des respirateurs

    Les employés doivent s’assurer que l’équipement de protection respiratoire reste propre et fonctionnel. Pour ce faire, ils doivent respecter un programme d’inspection, de nettoyage, de réparation et de stockage adapté routinier lorsque l’équipement n’est pas utilisé (voir section 5.9.6, « Entretien, nettoyage, inspection et stockage des respirateurs »).

    Jugement médical

    L’administrateur du programme respiratoire doit :

    • Remplir un Formulaire de jugement médical respiratoire (voir chapitre 7) pour indiquer au professionnel de santé agréé le type de respirateur à utiliser et la nature des dangers respiratoires.

    • Demander un bilan médical au professionnel de santé agréé à l’aide d’un questionnaire (valable dans la juridiction réglementaire où vous vivez). Le professionnel de santé agréé donnera son autorisation en vérifiant le questionnaire ou en effectuant un bilan médical en personne si nécessaire. S’assurer que le professionnel de santé agréé rend le Formulaire de jugement médical respiratoire en donnant son avis sur la capacité de l’employé à utiliser un respirateur.

    • Classer le Formulaire de jugement médical respiratoire (voir chapitre 7).

    • Fournir des bilans médicaux supplémentaires si :

      • Un employé signale des signes et des symptômes médicaux liés à l’utilisation d’un respirateur.

      • Le médecin, le superviseur ou l’administrateur du programme remarque (par exemple, pendant les tests d’ajustement ou l’évaluation du programme) ou obtient des informations (par exemple, une modification des conditions sur le lieu de travail comme un effort physique, le port de vêtements de protection ou la température) indiquant que l’employé doit recevoir un nouveau bilan médical.

    Tests d’ajustement des respirateurs

    L’administrateur du programme est chargé de tester chaque année les employés qui utilisent des respirateurs à pression négative (purificateurs d’air). Lorsque cela est possible, effectuez des tests d’ajustement qualitatifs en utilisant le respirateur personnel de l’employé (voir « Test de pression positive » et « Test de pression négative » ci-dessous). Si cela n’est pas possible, contentez-vous d’effectuer un test avec un respirateur du même fabricant, du même modèle et de la même taille que celui de l’employé. Le Dossier de test d’ajustement de respirateur (voir chapitre 7) vous apportera des informations supplémentaires.

    L’administrateur du programme doit conserver des traces écrites de ces tests d’ajustement périodiques. Si un employé échoue à un test d’ajustement périodique, refaites des tests avec un respirateur d’une autre taille et d’un fabricant différent. Un employé ne doit sous aucun prétexte continuer à utiliser un respirateur qui ne lui convient pas parfaitement. Les employés ne doivent pas utiliser de respirateurs à pression négative (purificateurs d’air) dans une atmosphère dangereuse ou potentiellement dangereuse sauf s’ils ont réussi un test d’ajustement soit quantitatif, soit qualitatif. Le test d’ajustement est disponible auprès de fournisseurs ou de centres médicaux du travail. Les procédures et les meilleures pratiques pour les tests d’ajustement de respirateurs sont facilement disponibles sur Internet.

    Les employés qui utilisent des respirateurs à adduction d’air n’ont pas besoin de passer des tests d’ajustement. Cependant, il faut s’assurer, dans la mesure du possible, qu’un masque de la bonne taille est utilisé pour réduire les fuites d’air. Les respirateurs à adduction d’air électriques ne nécessitent pas de test d’ajustement.

    Les employés portant la barbe, une barbe de trois jours ou un autre style de pilosité faciale dans la zone de port du masque échoueront au test d’ajustement.

    Vérification du port du masque

    Sous la supervision d’une personne qualifiée, un employé doit faire son choix parmi plusieurs tailles (et marques) de respirateurs purificateurs d’air avec masque sur la moitié du visage ou sur tout le visage en les essayant pour voir lequel est le plus confortable. L’employé doit ensuite mettre le respirateur, en respectant les instructions du fabricant, et réaliser des tests en pression positive et en pression négative pour vérifier l’herméticité entre le respirateur et son visage.

    1. Test en pression positive. Fermez la valve expiratoire en appuyant légèrement sur le couvercle de la valve. Expirez légèrement. Le port est satisfaisant si une légère pression positive s’accumule dans le masque sans fuite d’air entre le masque et le visage.

    2. Test en pression négative. Bloquez la valve inspiratoire du respirateur, soit en plaçant la paume des mains sur les cartouches ou en appuyant sur le tube respiratoire ou en bloquant sa valve. Inspirez légèrement et retenez votre respiration pendant au moins 10 secondes. Le port est satisfaisant si le masque se dégonfle légèrement sans fuite d’air entre le masque et le visage.

    Au cours des deux tests, n’exercez pas une pression trop forte avec vos mains sinon le masque se déformera et son port en sera modifié. Ces tests peuvent s’avérer difficiles voire impossibles à réaliser avec des respirateurs qui n’ont pas été conçus dans l’optique de ces tests. Certaines cartouches ne peuvent pas être totalement couvertes par des mains de taille normale et certaines valves expiratoires sont difficiles à recouvrir avec la main. Retirer les valves ou les cartouches vous aidera.

    L’employé doit réussir le test de pression avec la bonne taille et la bonne marque de respirateur avant de commencer le test d’ajustement du respirateur.

    Formation des employés

    Les employés doivent être formés avant d’utiliser une protection respiratoire dans une atmosphère dangereuse ou potentiellement dangereuse. Une personne qualifiée doit former les superviseurs et les ouvriers. L’administrateur du programme doit fournir la documentation nécessaire pour les formations et conserver les dossiers. Organisez des formations annuelles sur les respirateurs pour les employés qui utilisent des respirateurs. Si un nouvel employé a reçu une formation sur les respirateurs au cours des 12 derniers mois avant son embauche par l’Église et est capable de démontrer ses compétences quant à l’utilisation d’un respirateur, alors une formation de remise à niveau n’est pas nécessaire avant l’expiration de la période de 12 mois. La formation doit inclure les points suivants :

    • Des instructions sur la nature des dangers liés à l’atmosphère de travail (graves, chroniques ou les deux) et une évaluation honnête des risques encourus sans utilisation d’un respirateur.

    • Une explication indiquant pourquoi les contrôles techniques ou administratifs ne peuvent être effectués immédiatement pour réduire ou éliminer le besoin d’utiliser des respirateurs.

    • Une discussion indiquant pourquoi le respirateur choisi pour une activité donnée est le respirateur idéal pour cette activité.

    • Une discussion à propos des capacités et des limitations du respirateur.

    • Des essais du respirateur et une formation concernant l’importance d’une surveillance minutieuse afin de s’assurer d’une bonne utilisation continue. Cela inclut une formation apprenant à reconnaître la fin de la durée de vie des cartouches et des bouteilles d’oxygène ou des filtres (par exemple, les signes incluent la reconnaissance de contaminants au goût ou à l’odeur, la vérification de la date d’expiration fournie par le fabricant ou si vous remarquez une difficulté croissante à respirer).

    • Le port du respirateur dans un environnement sain pour une durée suffisante pour s’assurer que l’employé sait manipuler le respirateur.

    • Des instructions sur le nettoyage, le stockage et l’entretien d’un respirateur.

    • L’enfilage, le port et le retrait du respirateur. Cela inclut l’ajustement du masque et le test de fuite d’air grâce aux tests en pression positive et négative.

    Évaluation du programme

    L’administra[teur](trice) du programme doit régulièrement évaluer l’efficacité du programme pour s’assurer que les employés bénéficient d’une protection respiratoire adaptée. Il ou elle doit entreprendre les démarches suivantes :

    • Évaluer la bonne volonté des employés. Discutez régulièrement avec les employés pour savoir ce qu’ils pensent du port de respirateurs. Les éléments à prendre en compte :

      • Le confort

      • La résistance à la respiration

      • La fatigue

      • L’obstruction de la vision

      • L’obstruction de la communication

      • Les mouvements contraints

      • Une gêne pour le travail

      • Le degré de confiance dans l’efficacité du respirateur

    • Inspectez et évaluez le fonctionnement du programme de respirateur. Effectuez des inspections fréquentes du programme pour vous assurer que :

      • Les bons types de respirateurs sont choisis.

      • Les employés sont bien formés.

      • Les bons respirateurs sont remis et utilisés.

      • Les respirateurs sont portés, entretenus et stockés convenablement.

      • Les respirateurs sont inspectés convenablement.

      • Les dangers respiratoires sont surveillés.

      • La surveillance médicale des ouvriers est assurée.

    L’administrateur du programme doit s’assurer que les défauts détectés dans le programme de protection respiratoires sont consignés et corrigés. La consignation doit inclure des plans pour rectifier les défauts du programme et des dates butoirs pour la mise en place des mesures correctives.

    5.9.3 Choisir des respirateurs

    L’administra[teur](trice) du programme doit choisir des respirateurs en associant le respirateur au danger respiratoire. Il ou elle doit respecter le processus de sélection pour toutes les activités dangereuses nécessitant des respirateurs.

    L’administrateur du programme doit préparer et tenir à jour un Formulaire de choix de respirateur (voir chapitre 7) qui liste les éléments suivants :

    • Activités du travail

    • Dangers respiratoires présents

    • Exposition théorique des employés

    • Respirateur à utiliser pour l’activité

    Lors de la préparation du Formulaire de choix de respirateur, utilisez les normes des meilleures pratiques industrielles et les informations disponibles les plus pertinentes concernant les dangers présents et les respirateurs disponibles. Les superviseurs ne doivent en aucun cas autoriser les employés à utiliser des respirateurs qui offrent une moins bonne protection pour une activité spécifique que les respirateurs figurant sur le formulaire.

    Pour les activités potentiellement dangereuses ne figurant pas sur le formulaire, le superviseur ou l’employé doit prendre contact avec l’administrateur du programme pour l’aider à choisir un respirateur adapté avant de commencer à travailler.

    L’administrateur du programme doit fonder son choix de protection respiratoire adaptée sur les considérations suivantes :

    • Caractéristiques du danger

    • Caractéristiques du respirateur

    • Autres considérations particulières

    Caractéristiques du danger

    Lors du choix d’un respirateur, connaissez le danger auquel vous faites face et considérez les éléments suivants :

    • Caractéristiques du danger respiratoire

      • Les contaminants

      • La concentration de contaminants

      • Le manque d’oxygène

      • La probabilité que l’environnement devienne immédiatement dangereux pour la vie et la santé (IDVS)

      • Les propriétés physiques et chimiques du contaminant

      • Les effets physiologiques sur le corps

      • Les propriétés d’avertissement du contaminant

      • Les normes et les directives sanitaires en vigueur dans votre lieu de travail

        Dans les endroits où les respirateurs doivent être portés à titre préventif en cas de déversement, de fuite ou de rejet non contrôlé, évaluez les niveaux d’exposition potentiels qui peuvent découler de ces événements.

    • La nature de l’activité ou du processus dangereux

      • Les caractéristiques de l’activité ou du processus

      • Les caractéristiques du lieu de travail

      • L’oxygène disponible dans la zone

      • Les matières premières

      • Les produits finis et les sous-produits

      • Activités des employés

    La protection respiratoire à adduction d’air est le seul type de protection approuvé pour les atmosphères pauvres en oxygène, les atmosphères IDVS et les contaminants avec de faibles propriétés d’avertissement. Utilisez des respirateurs avec masque pour tout le visage lorsque le contaminant est irritant pour les yeux.

    • L’emplacement de la zone dangereuse par rapport à la zone la plus proche d’air respirable

    • La durée de port du respirateur

    • Les normes des contaminants spécifiques (par exemple, le benzène, le plomb, l’amiante, le formaldéhyde ou l’arsenic)

    Caractéristiques du respirateur

    • Les respirateurs doivent être approuvés par des organisations reconnues, comme le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) ou la Mine Safety and Health Administration (MSHA).

    • Vous devez connaître les caractéristiques, les capacités et les restrictions du respirateur choisi.

    Considérations particulières

    • Pilosité faciale. Les employés avec une barbe n’ont pas le droit d’utiliser d’équipement de protection respiratoire car la pilosité faciale ne permet pas une bonne herméticité entre le visage et le masque.

    • Port de lunettes correctrices et de lentilles. Il est interdit de porter des lunettes correctrices avec un respirateur sur tout le visage car le masque ne peut alors être porté. Dans la plupart des cas où des respirateurs à pression négative peuvent être portés, les masques sur la moitié du visage sont acceptables. Les demi-masques ne présentent pas le problème de port du masque avec des lunettes. Cependant, les employés qui portent des lunettes correctrices et doivent porter un masque complet utiliseront des lentilles de contact ou une paire de lunettes spéciales qui se fixe à l’intérieur du masque. L’Église fournira ces paires de lunettes spéciales aux employés.

    • Caractéristiques du visage. Les employés ne doivent pas porter de respirateur si des cicatrices, des dents manquantes ou des formes du visage empêche un port hermétique du masque sur le visage.

    Fournir les respirateurs

    Les responsables et les superviseurs doivent attribuer à chaque employé ayant besoin d’un respirateur purificateur d’air son propre respirateur. Le nom de l’employé doit être marqué sur le respirateur. Chaque employé doit entretenir et stocker son respirateur conformément aux exigences énoncées dans la section 5.9.6 « Entretien, nettoyage, inspection et stockage des respirateurs ».

    N’attribuez pas d’autres types de respirateurs (le cas échéant) pour un usage exclusif. Ces respirateurs doivent être nettoyés et désinfectés après chaque utilisation.

    Situations présentant un danger immédiat pour la vie et la santé (IDVS)

    En cas de situations IDVS, les employés doivent uniquement utiliser des respirateurs à adduction d’air à pression positive. Les situations présentant un danger immédiat pour la vie et la santé incluent les éléments suivants :

    • Des contaminants atmosphériques extrêmement élevés

    • Un manque d’oxygène (moins de 19,5 %)

    • Des niveaux de contaminants et d’oxygène inconnus

    Les employés ne doivent pas entrer dans des zones présentant des conditions IDVS, sauf en cas de nécessité absolue. Les PNE en cas de conditions IDVS incluront des exigences pour les éléments suivants :

    • Le personnel en attente

    • Les cordes et les harnais de sécurité

    • Surveiller les limites d’explosions éventuelles

    • Prévenir le personnel d’intervention d’urgence

    5.9.4 Respirateurs purificateurs d’air

    Les respirateurs purificateurs d’air éliminent les contaminants de l’atmosphère et seront utilisés uniquement (1) lorsqu’il y a suffisamment d’oxygène pour rester en vie (plus de 19,5 %) et (2) dans les limites spécifiques du masque, de la cartouche ou de la bouteille d’oxygène.

    Les particules sont éliminées par des filtres mécaniques. Les gaz et les vapeurs sont supprimés par absorption ou réaction chimique. Des combinaisons de cartouches et de bouteilles d’oxygène sont disponibles conjointement aux filtres mécaniques et chimiques.

    Facteurs de protection

    Le facteur de protection d’un respirateur purificateur d’air est défini comme le ratio entre la concentration de contaminant en dehors du respirateur et les niveaux à l’intérieur du respirateur. Un facteur de protection de 1 indique qu’il n’y a pas de protection. Plus le facteur est élevé, plus le respirateur vous protège.

    Les employés ne doivent pas utiliser de respirateurs lorsque la concentration de contaminants dépasse la concentration maximale d’utilisation. Pour déterminer cela, multipliez le facteur de protection attribué par la limite d’exposition pour le contaminant. Par exemple, si un respirateur a un facteur de protection de 10 et une limite d’exposition de 50 parties par million (ppm), le respirateur sera utilisé pour des concentrations allant jusqu’à 500 ppm. La concentration de contaminants ne doit pas dépasser les limites de concentration des cartouches ou des bouteilles du respirateur.

    Propriétés d’avertissement des contaminants

    Les respirateurs purificateurs d’air sont uniquement utilisés pour les gaz et les vapeurs qui possèdent de bonnes propriétés d’avertissement. Les gaz et les vapeurs doivent être détectables par le goût, l’odeur ou une irritation, et les concentrations ne doivent pas dépasser les limites d’exposition. Les seules exceptions à cette règle sont les respirateurs approuvés équipés d’un indicateur de fin de durée de vie qui informe le porteur que la cartouche ou la bouteille approche de sa fin de durée de vie utile.

    Lorsque vous utilisez des respirateurs purificateurs d’air pour vous protéger contre les gaz et les vapeurs, remplacez les cartouches ou les bouteilles lorsqu’un contaminant est détecté dans le masque par le goût, l’odeur ou une irritation.

    De nombreux contaminants à particules ne possèdent pas de propriétés d’avertissement. Cependant, à mesure que les filtres se remplissent de particules, la résistance dans le filtre augmente et il devient de plus en plus difficile de faire passer de l’air à travers le filtre. Remplacez les filtres lorsqu’il devient plus difficile de respirer.

    Types de respirateurs purificateurs d’air

    Les respirateurs suivants sont quatre types de respirateurs purificateurs d’air courants :

    1. Utilisation unique ou respirateur jetable. Les respirateurs à utilisation unique sont utilisables pour les particules et les vapeurs organiques. Étant donné qu’il est impossible d’effectuer des tests d’ajustement pour ces respirateurs et que les employés ne peuvent pas déterminer s’ils leur vont, ces respirateurs ne doivent pas être utilisés lorsque les concentrations de contaminant sont susceptibles de dépasser les limites réglementaires ou d’autres normes sanitaires. Ils doivent uniquement être utilisés pour le confort des employés face à des contaminants présentant un niveau de toxicité faible ou nul. Ne les utilisez pas en présence de benzène, de plomb, d’amiante, de radionucléide, de formaldéhyde ou d’arsenic, quelle que soit leur concentration.

      Si les respirateurs sont fournis par l’Église sur la base d’un usage volontaire ou si l’employé apporte son propre respirateur, des précautions doivent être prises pour s’assurer que le respirateur en lui-même ne présente pas de danger. Si l’usage de respirateurs sur un site est volontaire et qu’il n’y a pas besoin d’autres types de protections respiratoires, alors le site n’a pas l’obligation de participer au programme de protection respiratoire. Pour les activités basées aux États-Unis, donnez à chaque employé qui utilise un respirateur volontairement une copie de l’Annexe D de la Norme OSHA 29 CFR 1910.134, Informations (obligatoires) pour les employés utilisant des respirateurs lorsque la Norme ne l’exige pas.

    2. Respirateurs purificateurs d’air à demi-masque. Les respirateurs purificateurs d’air à demi-masque et à masque complet sont également appelés respirateurs à pression négative car, pendant l’inspiration, la pression à l’intérieur du respirateur devient inférieure à la pression atmosphérique. Les respirateurs à demi-masque se placent sous le menton et au-dessus du nez et disposent d’une suspension à quatre points. Ces respirateurs ne protègent pas des irritants pour les yeux. Leur facteur de protection attribué est de 10. Par conséquent, ils ne doivent pas être utilisés lorsque les contaminants atmosphériques dépassent 10 fois la limite d’exposition.

      Les concentrations ne doivent pas dépasser les limites maximales indiquées sur la cartouche utilisée. Les cartouches sont utilisables pour différents contaminants atmosphériques, notamment les particules, les vapeurs organiques, les gaz corrosifs, le chlore, l’ammoniac, les radionucléides, l’amiante, et les combinaisons de ces contaminants. N’utilisez pas de respirateurs purificateurs d’air à demi-masque face à des contaminants qui :

      • Sont extrêmement toxiques.

      • Ont de mauvaises propriétés d’avertissement.

      • Irritent les yeux.

      • Sont mal absorbés par les cartouches à disposition.

    3. Respirateurs purificateurs d’air à masque complet. Les respirateurs à masque complet couvrent le visage depuis le dessous du menton jusqu’au front et sont équipés d’un masque transparent pour ne pas obstruer la vue. Ils protègent les yeux et offrent un meilleur niveau de protection. Ils jouissent également d’une meilleure durée de vie que les respirateurs à demi-masque, car la bouteille purificatrice d’air est plus grande. Le facteur de protection de ce type de respirateur est de 50. Par conséquent, ils ne doivent pas être utilisés lorsque les concentrations dépassent 50 fois la limite d’exposition. En présence d’amiante, un test d’ajustement quantitatif est obligatoire.

    4. Respirateurs purificateurs d’air électriques (RPAE). Dans les RPAE, des ventilateurs envoient de l’air à travers des filtres mécaniques vers un casque ou une cagoule ample avec une pression positive constante. Ils sont disponibles avec des filtres à particules, contenant des filtres à air de particules de grande efficacité (HEPA) et des filtres à charbon actifs pour certaines vapeurs organiques. Ils représentent une bonne alternative pour les employés qui ne peuvent pas utiliser de respirateurs à pression négative.

    5.9.5 Respirateurs à adduction d’air

    Les respirateurs à adduction d’air fournissent de l’air de classe D ou supérieure (telle que définie ci-dessous) avec une pression positive. La source d’air peut être un cylindre à air comprimé ou un compresseur qui pompe de l’air ambiant filtré et propre. L’air circule dans des tuyaux ou des tubes vers un masque, une cagoule ou un casque serré. Les respirateurs à adduction d’air fournissent une protection contre un manque d’oxygène et les atmosphères toxiques.

    Masque respiratoire alimenté en air (SCBA)

    Le masque respiratoire alimenté en air (SCBA) est un cylindre d’air comprimé transporté sur le dos de l’employé. Il fournit de l’air respirable à un masque par l’intermédiaire de tuyaux et de régulateurs. Les cylindres d’air fournissent entre 20 et 60 minutes d’air. Ils représentent une excellente source de protection respiratoire d’urgence car ils sont portatifs. Les SCBA doivent être équipés de jauges de pression de réservoir et de dispositifs d’avertissement de faible pression.

    Respirateurs à adduction d’air

    Dans les respirateurs à adduction d’air ou à entrée d’air, de l’air respirable est fourni grâce à un compresseur ou à un cylindre d’air comprimé par un tuyau connecté à un masque ou à un dispositif de cagoule. Ils présentent deux avantages grâce auxquels l’employé :

    1. N’est pas limité à 20–30 minutes dans la zone de travail.

    2. Ne doit pas supporter le poids du cylindre d’air comprimé sur son dos.

    Cependant, l’entrée d’air peut limiter la mobilité et elle peut être sectionnée. Un cylindre de secours contenant au moins cinq minutes d’air est nécessaire pour les sorties d’urgence en cas de conditions IDVS. La longueur des tuyaux peut aller jusqu’à 91 m. Les raccords de tuyaux ne doivent pas convenir à d’autres systèmes de gaz.

    Lorsque des compresseurs d’air sont utilisés, des orifices d’entrée d’air doivent se trouver dans des zones non contaminées pour s’assurer que l’air fourni est de classe D ou supérieure (telle que définie ci-dessous). Une surveillance continue du niveau de monoxyde de carbone et une alarme doivent être installés et activés dans le flux d’air du compresseur.

    Un système de purification d’air doit également être installé pour éliminer les particules, les excès d’humidité, le monoxyde de carbone et d’autres contaminants atmosphériques.

    Qualité de l’air

    L’air respirable de classe D inclut les éléments suivants :

    • Oxygène : de 19,5 à 23,5 %

    • Dioxyde de carbone : 1 000 ppm au maximum

    • Monoxyde de carbone : 10 ppm au maximum

    • Hydrocarbure (condensé) : 5 mg/m3

    • Aucune odeur perceptible

    5.9.6 Entretien, nettoyage, inspection et stockage des respirateurs

    Les superviseurs sont chargés de s’assurer que les employés entretiennent, nettoient, inspectent et stockent leurs respirateurs convenablement. Les superviseurs sont également responsables de s’assurer que les pièces de respirateurs usées, endommagées ou défaillantes sont réparées ou remplacées.

    Entretien et nettoyage des respirateurs

    Le superviseur a la responsabilité principale de s’assurer que les employés entretiennent et nettoient leurs respirateurs convenablement. Les superviseurs doivent s’assurer que les employés inspectent leurs respirateurs avant et après chaque utilisation.

    À l’aide des procédures suivantes, les employés doivent nettoyer leur respirateur à la fin de chaque service, ou plus souvent s’ils sont très sales :

    • Enlevez les filtres, cartouches ou bouteilles.

    • Rincez le masque et le tube respiratoire avec une solution nettoyante et désinfectante. Utilisez une brosse pour retirer les saletés.

    • Rincez entièrement le masque et le tube respiratoire dans de l’eau claire chaude. Laissez sécher à l’air dans un endroit propre.

    • Nettoyez les autres pièces du respirateur selon les recommandations du fabricant.

    • Insérez de nouveaux filtres, cartouches ou bouteilles régulièrement selon les recommandations du fabricant. Assurez-vous qu’ils se ferment hermétiquement.

    Inspection du respirateur

    Les superviseurs doivent s’assurer que les employés inspectent leurs respirateurs avant et après chaque utilisation. Les employés doivent signaler les problèmes ou les défauts à leurs superviseurs. Les superviseurs doivent fournir des pièces de remplacement et aider à remplacer les valves, les sangles de tête et les autres pièces usées, cassées ou défaillantes.

    Respirateurs purificateurs d’air. Les pièces de remplacement doivent être fabriquées par le fabricant du respirateur. Ne remplacez pas d’autres pièces.

    Respirateurs à adduction d’air. L’administrat[eur](trice) du programme, ou quelqu’un qu’il (elle) nomme, doit inspecter les SCBA tous les mois et documenter ces inspections. Il ou elle doit coller une étiquette sur chaque SCBA pour que la date d’inspection et les initiales de l’inspecteur soient indiqués.

    L’inspecteur doit :

    • Vérifier la pression de l’air pour vérifier que le cylindre est complètement chargé.

    • Vérifier les dispositifs de régulation et d’avertissement pour s’assurer qu’ils fonctionnent correctement.

    • Vérifier l’état du masque, des valves, des bandeaux, des sangles d’épaule et de tous les tuyaux. Étirez les tuyaux à la recherche de cassures et de fuites.

    • Testez de manière hydrostatique tous les cylindres de gaz comprimé régulièrement. Testez les cylindres en acier tous les cinq ans. Testez les réservoirs en aluminium tous les trois ans.

    • Testez les cylindres à la date indiquée sur le cylindre, ou avant. Si un cylindre n’a pas été testé dans les délais impartis, retirez le cylindre et dépressurisez-le jusqu’à pouvoir effectuer le test. Le test doit être effectué par une entreprise qualifiée.

    Les employés doivent signaler les problèmes aux superviseurs. Les employés ne doivent pas essayer de réparer eux-mêmes. Seuls les techniciens certifiés peuvent effectuer les réparations sur l’équipement à adduction d’air.

    Stockage des respirateurs

    Le superviseur doit veiller à ce que les employés :

    • Stockent les respirateurs purificateurs d’air dans un endroit propre, sec et sûr où les températures ne dépassent pas les 49 °C, comme le casier d’un employé.

    • Protégez les respirateurs des rayons du soleil, de la chaleur, du froid extrême, de l’humidité excessive, des produits chimiques nocifs et des distorsions (déformations). Des grandes boîtes avec des couvercles en plastique ou des sacs plastique sont une bonne solution de stockage des respirateurs à demi-masque.

    • Pour des raisons d’urgence, éloignez les respirateurs des zones où des situations dangereuses sont susceptibles de survenir. Cela permet de s’assurer qu’ils peuvent être récupérés et enfilés en toute sécurité.