Se préparer à enseigner
précédent suivant

4

Se préparer à enseigner

Préparation personnelle [4.1]

Boyd K. Packer a dit : « Un instructeur reçoit du pouvoir quand il a fait tout ce qu’il a pu pour se préparer, pas seulement en ce qui concerne la leçon, mais aussi en restant en harmonie avec l’Esprit. S’il apprend à se fier à l’Esprit pour recevoir l’inspiration, il peut aller devant sa classe… sûr qu’il pourra enseigner avec l’inspiration » (Teach Ye Diligently, édition révisée, 1991, p. 358-359).

La partie la plus importante et la plus fondamentale de la préparation d’un instructeur de l’Évangile consiste à se préparer spirituellement. Pour se préparer, on doit notamment vivre l’Évangile, prier pour obtenir de l’aide et être guidé, faire preuve de foi et participer à la formation continue.

Vivre l’Évangile [4.1.1]

La fidélité avec laquelle les instructeurs vivent l’Évangile influence chaque aspect de leur enseignement. Il ne peut y avoir de préparation plus importante que celle de mener une vie digne de la compagnie directrice et habilitante du Saint-Esprit (voir la section 1.2, « Vivre », p. 2).

Prier pour obtenir de l’aide et être guidé [4.1.2]

La prière fait partie intégrante de la préparation nécessaire pour enseigner (voir D&A 42:14 ; 104:79, 82). L’instructeur peut prier pour recevoir l’aide de l’Esprit pour comprendre les Écritures et les principes de l’Évangile, pour avoir de la sagesse afin de décider comment enseigner le mieux possible ces principes par l’Esprit, pour recevoir de l’aide et être guidé avant le début de chaque cours et pour que les élèves soient disposés à ressentir l’Esprit et à être instruits par ce dernier. Les instructeurs peuvent demander au Seigneur de leur accorder le don de discernement pour mieux comprendre chaque élève, pour être aidés à toucher chaque élève qui rencontre des difficultés et pour recevoir le don de la charité pour aimer les élèves qu’il peut être plus difficile d’aimer (voir Moroni 7:48).

girl praying

Faire preuve de foi [4.1.3]

Le paragraphe « Enseigner » dans l’objectif des Séminaires et des Instituts implique que, pour être efficace, l’instructeur doit se fier au pouvoir de la parole de Dieu, avoir foi au Seigneur et au Saint-Esprit, et faire confiance aux élèves. Quand l’instructeur n’y arrive pas, c’est souvent que l’un de ces éléments manque.

Confiance dans le pouvoir de la parole. Les instructeurs peuvent être tentés de croire que les élèves n’aimeront pas étudier les Écritures ou qu’ils ne peuvent enseigner les Écritures jour après jour et conserver l’intérêt des élèves. Cependant, ils doivent se souvenir que les Écritures contiennent « les paroles de vie » (D&A 84:85) et que la parole a un « effet plus puissant » sur l’esprit « que l’épée ou quoi que ce [soit] d’autre » (Alma 31:5).

Henry B. Eyring a dit : « Je vous demande, pour vous-mêmes et pour les élèves, d’avoir la foi qu’ils voudront lire [les Écritures], non pas que vous deviez les y poussez, mais qu’elles les attireront à elles… C’est le Seigneur qui a écrit le livre. Il a montré à Néphi comment le faire de façon à ce qu’il vous attire. Et il attirera vos élèves » (« The Book of Mormon Will Change Your Life », colloque du DEE sur le Livre de Mormon, 17 août 1990, p. 2).

Foi au Seigneur et en l’Esprit. La responsabilité d’enseigner les principes de l’Évangile aux adolescents et aux jeunes adultes peut sembler difficile et écrasante. Mais c’est l’œuvre du Seigneur : il aidera les personnes qui se tournent vers lui avec foi. Mormon a enseigné : « Et le Christ a dit : Si vous avez foi en moi, vous aurez le pouvoir de faire tout ce qui est utile en moi » (Moroni 7:33).

Les instructeurs doivent avoir foi que le Seigneur comprend les besoins de chaque élève et qu’il veut les bénir. Ils doivent croire que le Saint-Esprit portera le message de l’Évangile à chacun d’eux et les incitera à appliquer les principes de l’Évangile en fonction de leurs besoins et de leur situation. Chaque instructeur doit se souvenir que c’est « le Consolateur qui a été envoyé pour enseigner la vérité » (D&A 50:14).

Confiance dans les élèves. Les instructeurs doivent avoir foi qu’en guidant et en encourageant correctement les élèves, ceux-ci pourront comprendre les Écritures, apprendre à reconnaître les points de doctrine et les principes, expliquer l’Évangile aux autres et mettre en pratique les enseignements de l’Évangile. J. Reuben Clark, fils, a décrit certaines caractéristiques des élèves du séminaire et de l’institut :

girls reading together

« Les jeunes de l’Église aspirent aux choses de l’Esprit ; ils sont désireux d’apprendre l’Évangile et ils le veulent pur et non édulcoré… 

« Vous n’avez pas à aborder furtivement ces jeunes expérimentés spirituellement et à leur parler de religion en chuchotant ; vous pouvez le faire franchement. Vous n’avez pas besoin de déguiser les vérités religieuses en choses profanes ; vous pouvez leur présenter ouvertement ces vérités » (La voie tracée par l’Église pour l’éducation, édition révisée, 1994, p. 3, 10).

Parfois, l’apparence des élèves, leur comportement ou leur réaction à l’apprentissage de l’Évangile peut sembler indiquer qu’ils n’« aspirent [pas] aux choses de l’Esprit ». Dans ces circonstances, il est particulièrement important que les instructeurs fassent preuve de foi dans les enseignements du président Clark. Henry B. Eyring a fait cette promesse rassurante : « Nos élèves peuvent ne pas savoir qu’ils souffrent de la famine, mais les paroles de Dieu apaiseront la soif qu’ils n’avaient pas conscience d’avoir, et le Saint-Esprit les portera dans leur cœur (voir « Nous devons élever notre vision », conférence du DEE sur le Livre de Mormon, 14 août 2001, p. 3).

L’instructeur qui s’efforce d’atteindre l’objectif des S&I en faisant preuve de foi dans le pouvoir de la parole, dans le Seigneur et le Saint-Esprit et dans les élèves, doit se demander continuellement :

Est-ce que mon enseignement :

  1. Favorise une compréhension et un amour approfondis de la parole de Dieu ?

  2. Invite le Saint-Esprit et édifie ?

  3. Incite chaque élève à apprendre et à vivre personnellement l’Évangile avec foi ?

  4. Aide mes élèves à mieux connaître, aimer et suivre Jésus-Christ ?

Participer à la formation continue [4.1.4]

Les séminaires et instituts mettent en place des possibilités de formation continue pour tous leurs instructeurs et dirigeants. La formation continue a pour but principal d’améliorer l’enseignement, d’augmenter la connaissance de l’Évangile et d’aider les instructeurs à apprendre comment administrer les séminaires et instituts.

L’un des aspects de cette formation consiste en des réunions de formation continue officielles. Ces réunions de formation continue ont lieu régulièrement et il est attendu des instructeurs et des dirigeants qu’ils y assistent. Au cours de ces réunions, les participants étudient les Écritures et en discutent pour approfondir leur compréhension. Ils découvrent des méthodes d’enseignement inspirantes et s’entraînent à les utiliser. Ils échangent aussi des idées pour améliorer l’inscription, l’assiduité et la réussite des élèves à valider le cours, ils discutent des besoins du moment et ils apprennent comment s’acquitter de leurs responsabilités administratives.

Un autre aspect de la formation continue est celle des visites et des observations de classes. Il peut être très bénéfique pour les instructeurs de demander à un coordonnateur, un directeur ou un autre instructeur de venir observer leur enseignement pour leur faire des commentaires utiles. On peut souvent demander à un observateur de commenter une technique d’enseignement particulière qu’un instructeur s’efforce d’acquérir. Lorsque c’est possible, il peut également être bon, pour un instructeur, d’observer l’enseignement d’autres instructeurs.

Les personnes qui abordent la formation continue avec foi et avec le désir sincère d’apprendre et de s’améliorer, connaîtront une progression constante.

Préparation de l’élève [4.2]

Les Écritures parlent d’un état de préparation ou de disposition du cœur et de l’esprit des personnes qui cherchent à acquérir des connaissances spirituelles. Par exemple, Esdras, prêtre et scribe dans l’Ancien Testament « avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l’Éternel » (Esdras 7:10). Le livre des Actes décrit des saints fidèles qui ont reçu la parole avec un esprit entièrement préparé (voir Actes 17:11). Au cours de sa visite au peuple de Néphi, le Sauveur l’a encouragé en ces termes : « Préparez votre esprit pour demain, et je viendrai de nouveau à vous » (3 Néphi 17:3).

man teaching class

Pour ressentir l’influence édifiante du Saint-Esprit dans leur apprentissage, les élèves doivent eux aussi être « prêts à entendre la parole » (Alma 32:6). Dans la classe, les élèves sont prêts à apprendre quand leur esprit est vif, quand leur attention est concentrée sur l’apprentissage et quand ils montrent qu’ils sont disposés à apprendre par l’Esprit. Voici quelques-unes des choses que l’instructeur peut faire pour aider les élèves à préparer leur cœur et leur esprit à l’apprentissage de l’Évangile :

Prier pour les élèves. Les instructeurs peuvent implorer le Seigneur de déverser son Esprit sur les élèves « pour préparer leur cœur à recevoir la parole… avec joie » (Alma 16:16-17).

Favoriser un climat d’amour et de respect. Les élèves qui sentent que leur instructeur et les autres élèves les aiment et ont confiance en eux et qu’ils ont de la valeur à leurs yeux, viendront en classe plus réceptifs à l’influence de l’Esprit et animés d’un plus grand désir de participer.

Aider à percevoir la finalité. Les instructeurs doivent aider les élèves à comprendre qu’ils viennent en classe pour apprendre à connaître notre Père céleste et son Fils, Jésus-Christ, et pour progresser vers la vie éternelle en étudiant son Évangile, que l’on trouve dans les Écritures et les paroles des prophètes.

Faire des leçons intéressantes, pertinentes et édifiantes. Lorsque les instructeurs préparent et font régulièrement des leçons édifiantes, les élèves s’attendent à apprendre quelque chose de valeur chaque fois qu’ils vont en classe. Boyd K. Packer a enseigné :« Si vous instruisez une classe… [les élèves] ne reviendront pas avec enthousiasme à moins qu’on ne leur enseigne quelque chose. Ils doivent apprendre quelque chose pour vouloir revenir. Ils viendront volontiers, même avec empressement, à une classe… où ils sont nourris » (Teach Ye Diligently, p. 182).

Inviter le Saint-Esprit au début du cours. Souvent, une pensée spirituelle bien préparée, dirigée par un élève et qui comporte une prière, un cantique et une pensée tirée des Écritures, suscite la présence de l’Esprit, unit les élèves et prépare leur esprit et leur cœur à l’apprentissage spirituel.

Susciter et conserver l’intérêt des élèves. Les instructeurs peuvent aider les élèves à fixer leur esprit sur l’expérience d’apprentissage en commençant chaque leçon d’une manière qui capte leur attention et les amène à sonder les Écritures avec une détermination accrue. Par exemple, l’instructeur pourrait écrire une question intrigante au tableau ou présenter un objet ou une image qui suscite l’intérêt des élèves quand ils arrivent en classe.

De nombreux élèves ayant une capacité d’attention limitée, un instructeur avisé cherche des façons de ranimer leur intérêt et leur enthousiasme plusieurs fois pendant le cours. Cela doit se faire d’une manière qui dirige l’attention des élèves sur les Écritures à étudier.

Préparez les élèves à réussir à apprendre. Avant d’inciter les élèves à participer, l’instructeur doit expliquer clairement ce qui leur sera demandé, donner un exemple, leur donner le temps de se préparer et d’appliquer puis les encourager et reconnaître les efforts qu’ils font pour remplir leur rôle dans l’apprentissage. L’instructeur qui prépare les élèves à jouer leur rôle dans l’apprentissage réussira beaucoup mieux à atteindre l’objectif des séminaires et des instituts.

Préparation de la leçon [4.3]

Documentation pour la préparation des leçons [4.3.1]

Les Écritures

scriptures

Les quatre cours du séminaire et la plupart des cours approuvés de l’institut consistent en une étude des ouvrages canoniques. La source principale pour déterminer quoi enseigner dans ces cours est les Écritures elles-mêmes. Dans un discours aux instructeurs du séminaire et de l’institut, le président Benson a dit : « Rappelez-vous toujours qu’il n’y a pas de substitut satisfaisant pour les Écritures et les paroles des prophètes vivants. Elles doivent constituer votre source première » (« The Gospel Teacher and His Message », discours adressé aux instructeurs de religion du DEE, 17 sept. 1976, p. 3).

Certains cours de l’institut se concentrent sur des sujets de l’Évangile plutôt que sur une étude des ouvrages canoniques. Les instructeurs de ces cours doivent considérer la documentation suggérée dans le programme de l’institut (ainsi que les Écritures) comme leur source principale pour la préparation. Ils doivent chercher constamment des occasions d’utiliser les Écritures et les paroles des prophètes pour clarifier et illustrer les points de doctrine et les principes enseignés dans ces cours.

Le programme du séminaire et de l’institut

La documentation du programme du séminaire et de l’institut a été fournie comme source principale pour aider les instructeurs à préparer et à enseigner des leçons efficaces. Le programme fournit des renseignements sur les Écritures et leur contexte, des explications de mots et d’expressions difficiles, des commentaires d’Autorités générales sur les points de doctrine et les principes enseignés dans les Écritures, et des suggestions sur le choix du contenu, des points de doctrine et des principes à enseigner. Il suggère aussi des idées sur la manière d’enseigner. Quand les instructeurs utilisent le programme conjointement avec leur étude du bloc d’Écritures, le Saint-Esprit peut les inspirer pour adapter la leçon aux besoins de leurs élèves.

Henry B. Eyring a expliqué comment le programme est préparé et comment l’utiliser : « Les personnes appelées par le prophète pour veiller à l’exactitude de la doctrine enseignée dans l’Église examinent chaque mot, chaque image, chaque schéma du programme que vous recevez. Nous pouvons avoir accès au pouvoir du programme en faisant simplement preuve de foi qu’il est inspiré de Dieu…

« Le fait d’être fidèle au contenu et à l’enchaînement du programme n’entravera pas nos dons uniques d’enseignement, mais les libérera » (« The Lord Will Multiply the Harvest », soirée avec Henry B. Eyring, 6 février 1998, p. 4-5).

Documentation supplémentaire

Les instructeurs peuvent utiliser de la documentation supplémentaire telle que les magazines de l’Église, en particulier les enseignements de la conférence générale, pour aider à mieux comprendre le bloc d’Écritures. Aucune documentation supplémentaire ne doit être utilisée pour se livrer à des conjectures, rechercher le sensationnel ou enseigner des idées au sujet desquelles l’Église ne s’est pas clairement prononcée. Même quelque chose qui a été vérifié ou publié auparavant peut ne pas être approprié pour une utilisation en classe. Les leçons doivent édifier la foi et le témoignage des élèves.

Décider quoi enseigner et comment le faire [4.3.2]

Chaque instructeur, lorsqu’il prépare une leçon, doit se demander : « Que vais-je enseigner ? » et « Comment vais-je l’enseigner ? » Quoi enseigner fait référence au contexte (notamment le cadre historique, la culture et les circonstances), au contenu (par exemple l’histoire, les personnes, les événements, les sermons et les commentaires inspirés) et aux vérités importantes de l’Évangile présentes dans le bloc d’Écritures. Comment enseigner se rapporte aux méthodes et aux activités que l’instructeur utilise pour aider les élèves à apprendre (par exemple une discussion en classe, l’emploi de documentation audiovisuelle, des exercices par écrit et un travail en petits groupes). Il faut décider quoi enseigner avant de choisir comment enseigner afin que l’accent principal reste sur les Écritures plutôt que sur des méthodes ou des techniques.

Pendant la préparation de la leçon, les instructeurs doivent consacrer suffisamment de temps et d’efforts à décider quoi enseigner et comment enseigner. Si la préparation de la leçon se concentre presque exclusivement sur ce qui sera enseigné, l’instructeur n’aura pas suffisamment de temps pour réfléchir à la façon d’aider les élèves à participer à l’apprentissage. Souvent, cela mène à des leçons ennuyeuses et trop centrées sur l’instructeur. Quand un instructeur s’attache trop à la manière d’enseigner, les leçons peuvent devenir confuses et manquer d’objectif et de pouvoir.

Décider quoi enseigner [4.3.3]

Les instructeurs doivent suivre quatre étapes fondamentales quand ils préparent ce qu’ils vont enseigner : Premièrement, ils cherchent à comprendre le contexte et le contenu du bloc d’Écritures. Deuxièmement, ils identifient et comprennent les points de doctrine et les principes qui se trouvent dans le bloc. Troisièmement, ils décident quels sont les principes les plus importants que leurs élèves doivent apprendre et appliquer. Et quatrièmement, ils décident quel degré d’importance donner à chaque segment du bloc d’Écritures.

1. Comprendre le contexte et le contenu du bloc d’Écritures enseigné.

Les instructeurs doivent chercher à comprendre le contexte du bloc d’Écritures et à s’y immerger jusqu’à ce qu’ils en connaissent bien le contenu. S’immerger dans les Écritures signifie lire, étudier, méditer et prier pour recevoir l’inspiration et pour comprendre ce qu’on lit.

L’une des choses les plus utiles que l’instructeur puisse faire pour comprendre le contenu scripturaire est de remarquer les coupures naturelles du bloc d’Écritures, là où un changement de sujet ou d’action se produit. En utilisant le programme et leurs propres idées, les instructeurs peuvent alors scinder le bloc d’Écritures en plus petits segments ou groupes de versets, en fonction de ces coupures naturelles. Ces plus petits segments deviendront des éléments ou des composants importants que les instructeurs utiliseront plus tard dans leur préparation pour organiser le déroulement de leur leçon et accorder au moins un peu d’attention à l’ensemble du contenu d’un bloc d’Écritures.

En divisant le bloc d’Écritures de cette façon, les instructeurs doivent aussi chercher à acquérir une meilleure compréhension des personnes, des lieux, des événements et des relations de cause à effet qui semblent importants, ainsi que du sens des mots ou des expressions difficiles. Pour obtenir une compréhension suffisante du contenu il faut souvent lire le bloc d’Écritures plus d’une fois.

2. Identifier et comprendre les points de doctrine et les principes.

En plus de la compréhension du contexte et du contenu, les instructeurs doivent identifier soigneusement et comprendre les points de doctrine et les principes du bloc d’Écritures et examiner ceux qui sont suggérés dans le programme. À moins que cela ne soit déjà fait dans le programme, l’instructeur doit faire l’effort de noter les points de doctrine et les principes sous forme de déclarations claires et brèves. Cela permet de fixer les principes et leur signification dans son esprit. Cela guidera aussi les activités d’apprentissage pendant la classe et permettra aux élèves de mieux comprendre et de mieux appliquer les principes.

3. Décider quels sont les principes et les points de doctrine les plus importants que les élèves doivent apprendre et appliquer.

Dans un bloc d’Écritures ordinaire, il y aura presque toujours plus de matière que ce que l’on peut aborder utilement lors d’une classe. Une fois que les instructeurs ont étudié les Écritures et le programme, ils doivent décider quels sont les points de doctrine et les principes les plus importants que les élèves doivent comprendre et appliquer. Pour prendre cette décision, ils doivent considérer ce qui suit.

L’inspiration du Saint-Esprit. Quand ils décident quels principes et points de doctrine souligner dans la leçon, les instructeurs doivent continuellement rechercher l’inspiration du Saint-Esprit.

mormon

L’intention de l’auteur inspiré. Les instructeurs doivent chercher à déterminer quel message l’auteur prophétique a voulu communiquer. Ezra Taft Benson a dit : « S’ils [les auteurs] ont vu notre époque et choisi ce qui aurait le plus de valeur pour nous, n’est-ce pas ainsi que nous devrions étudier le Livre de Mormon ? Nous devons constamment nous demander : ‘Pourquoi le Seigneur a-t-il inspiré à Mormon (ou Moroni ou Alma) d’inclure cela dans ses annales ? Quelle leçon puis-je en tirer pour m’aider à vivre à notre époque ? ’» (voir « Le Livre de Mormon, clef de voûte de notre religion », L’Étoile, janv. 1987, p. 4). Les instructeurs doivent se poser des questions semblables pendant la préparation de leur leçon, quel que soit le cours sur les Écritures qu’ils enseignent.

Les instructeurs doivent aussi garder à l’esprit que l’un des buts essentiels des prophètes, dans les Écritures, a toujours été de témoigner de Jésus-Christ. Comme Néphi l’a dit : « Tout mon dessein est de persuader les hommes de venir au Dieu d’Abraham, et d’Isaac, et de Jacob, et d’être sauvés » (1 Néphi 6:4). Par conséquent, l’instructeur doit se demander : « Qu’enseigne ce bloc d’Écritures au sujet de Jésus-Christ qui pourrait aider mes élèves à comprendre ses enseignements et son expiation et à se reposer sur eux ? »

Quand les instructeurs s’efforcent de déterminer l’intention de l’auteur inspiré, ils doivent veiller à ne pas aller au-delà de ce qui est évident dans le texte. Henry B. Eyring a lancé cette mise en garde : « Je ne dois pas prétendre que je sais tout ce que les auteurs voulaient dire ou ce qu’ils ne voulaient pas dire » (« ‘And Thus We See:’ Helping a Student in a Moment of Doubt », soirée avec Henry B. Eyring, 5 févr. 1993, p. 6).

Principes et points doctrinaux de base pour la conversion Lorsqu’il décide de ce qu’il doit enseigner, l’instructeur doit se demander : « De tout ce qui pourrait être souligné dans ce bloc d’Écritures, qu’est-ce qui aidera mes élèves à se rapprocher de notre Père céleste et du Sauveur et les conduire au salut ? » Henry B. Eyring a recommandé : « Lorsque vous préparez une leçon, cherchez-y les principes qui convertissent… Un principe convertisseur est un principe qui conduit à l’obéissance à la volonté de Dieu » (voir « Converting Principles » [propos tenus lors d’une soirée avec L. Tom Perry, 2 févr. 1996], p. 1).

Les instructeurs doivent aussi déterminer si le bloc d’Écritures dont ils vont parler enseigne l’un des points doctrinaux de base sur lesquels les S&I ont choisi de mettre l’accent. Ces points de doctrine permettent aux élèves de comprendre le plan de notre Père céleste et les croyances fondamentales de l’Église (voir la section 2.7.2, « Points doctrinaux de base », page 37).

Les besoins et les capacités des élèves. Plus l’instructeur connaît et comprend ses élèves, plus il lui sera facile de relever et de souligner les principes importants qui peuvent être appliqués facilement. En étudiant un bloc d’Écritures, les instructeurs peuvent trouver des idées ou des concepts qui les passionnent personnellement ou qui ont une importance particulière pour eux. Mais ils peuvent être trop avancés par rapport à l’état de préparation et la compréhension spirituelle des élèves (voir, par exemple, l’explication de Paul avec l’image de la viande et du lait, dans 1 Corinthiens 3:2). Des principes qui ne sont pas nouveaux ou qui présentent moins d’intérêt pour les instructeurs peuvent avoir une grande importance pour les élèves. Les instructeurs doivent se souvenir qu’ils instruisent des élèves et qu’ils ne font pas simplement des leçons. Ils créent une expérience d’apprentissage, ils ne se contentent pas de préparer des plans de leçons. Le programme peut être particulièrement utile aux instructeurs quand ils déterminent quels principes et points de doctrine sont les plus pertinents pour les élèves.

Richard G. Scott a enseigné : « Décidez de ce qui est prioritaire en fonction des capacités et des besoins personnels de vos élèves. Si les élèves comprennent et assimilent un principe clé et l’intègrent à leur bagage personnel, l’objectif le plus important a été atteint » (voir « Comprendre et vivre la vérité », soirée avec Richard G. Scott, 4 févr. 2005).

Tout en décidant sur quelles vérités il va mettre l’accent, l’instructeur peut aussi planifier de faire remarquer brièvement un principe ou un point de doctrine sur lequel il ne prévoit pas de s’arrêter au cours de l’étude du bloc d’Écritures. Cela peut donner au Saint-Esprit la possibilité de personnaliser un principe qui, bien que n’étant pas un point essentiel de la leçon, peut être important pour un élève en particulier. Les instructeurs doivent aussi garder à l’esprit que les élèves peuvent découvrir certaines vérités de l’Évangile et souhaiter en discuter alors que l’instructeur ne les avait pas remarquées ou n’avait pas prévu d’en parler.

Dans tous ces aspects à prendre en compte, les instructeurs doivent rechercher la confirmation de l’Esprit. L’Esprit les aidera à mieux comprendre l’intention de l’auteur inspiré des Écritures et les besoins des élèves, et à savoir quelles vérités de l’Évangile les aideront à se rapprocher de leur Père céleste et du Sauveur.

4. Décider quel niveau d’importance donner à chaque partie du bloc d’Écritures.

Une fois qu’ils ont compris le contexte et le contenu du bloc d’Écritures, qu’ils l’ont scindé en parties plus petites ayant un contenu apparenté et qu’ils ont identifié les vérités importantes de l’Évangile que les élèves doivent apprendre et mettre en application, les instructeurs sont prêts à décider quel niveau d’importance donner à chaque segment du bloc d’Écritures. Généralement, les segments qui contiennent les points de doctrine et les principes que l’instructeur veut souligner dans la leçon recevront le plus d’attention. Cela signifie que les instructeurs amèneront les élèves à comprendre le contexte et le contenu de ces groupes de versets, à identifier et à comprendre les points de doctrine et les principes importants qui s’y trouvent et à en ressentir la véracité et l’importance, et qu’ils les aideront à voir comment ils peuvent appliquer ces vérités dans leur vie.

Il se peut que d’autres segments du bloc d’Écritures concernent moins les vérités soulignées dans la leçon, mais ils ne doivent pas être sautés. Les instructeurs doivent au moins prévoir de résumer ces groupes de versets.

Remarque : Il est rare que l’on dispose d’un temps de préparation illimité. Les instructeurs commettent souvent l’erreur de passer tant de temps à lire, à étudier et à essayer de décider quoi enseigner qu’ils n’ont plus assez de temps pour choisir sérieusement comment enseigner. Il y a un moment dans la préparation de chaque leçon où l’instructeur doit se dire : « Je pense que je comprends assez bien quoi enseigner. Je dois maintenant décider comment je vais l’enseigner efficacement. »

Décider comment enseigner [4.3.4]

Il est fréquent que des instructeurs soient enthousiastes au sujet d’un bloc d’Écritures qu’ils vont enseigner et des vérités qu’ils ont découvertes. Du fait de leurs efforts diligents pour étudier, comprendre et être instruits par l’Esprit, les instructeurs sont édifiés et ressentent naturellement le désir de communiquer ce qu’ils ont appris pendant leur préparation. Bien que cela puisse être approprié, on ne doit pas oublier que le but de toute leçon est que les élèves comprennent les Écritures, qu’ils soient instruits par le Saint-Esprit et qu’ils aient envie de mettre en pratique ce qu’ils apprennent. Pour attendre ce but, il ne suffit quasiment jamais que l’instructeur dise aux élèves ce que les Écritures lui ont appris et pourquoi il pense que c’est important. Il ne suffit pas non plus qu’un instructeur lise un verset, le commente, puis lise un autre verset.

Les élèves sont édifiés quand l’instructeur les conduit à travers un processus d’apprentissage semblable à celui qu’il a vécu pendant la préparation de sa leçon. On doit amener les élèves à sonder les Écritures pour les comprendre et découvrir les vérités de l’Évangile par eux-mêmes. On doit leur donner la possibilité d’expliquer l’Évangile avec leurs propres mots, de faire part de ce qu’ils savent et ressentent et d’en témoigner. Cela permet à l’Évangile de passer de leur tête à leur cœur.

Quand les élèves font constamment l’expérience d’apprendre l’Évangile de cette façon, ils acquièrent de la confiance en leur capacité d’étudier les Écritures par eux-mêmes et d’apprendre par l’Esprit. Ils ont le désir de mettre en application ce qu’ils apprennent. Ils sont aussi mieux préparés à expliquer aux autres ce qu’ils croient et à témoigner de la doctrine et des principes de l’Évangile.

Les instructeurs doivent prévoir des méthodes qui aideront les élèves à faire l’expérience de ce processus d’apprentissage lors de leur étude des Écritures en classe. Quand les instructeurs préparent leur plan de leçon, les réponses aux questions suivantes leur servent de base pour décider comment enseigner :

  1. Quelles méthodes ou activités d’apprentissage aideront mes élèves à comprendre le contexte et le contenu qu’ils doivent connaître ?

  2. Quelles méthodes aideront les élèves à être capables d’identifier et d’énoncer les points de doctrine et les principes clés et leur donneront la possibilité d’en découvrir d’autres ?

  3. Quelle sera la meilleure façon d’aider mes élèves à comprendre ces principes et ces points de doctrine ?

  4. Quelles méthodes ou approches amèneront mes élèves à ressentir la véracité et l’importance de ces principes et les inciteront à en témoigner ?

  5. Quel moyen efficace les aidera à voir comment appliquer ces principes dans leur vie et les incitera à le faire ?

Voici quelques points à considérer lorsque l’on choisi comment enseigner.

Veiller à ce que les méthodes d’enseignement soient en harmonie avec le message enseigné et permettent à l’Esprit d’exercer son influence. Il arrive que des instructeurs, par souci de distraire les élèves ou de maintenir leur intérêt, choisissent des méthodes ou utilisent des techniques qui ne conduisent pas à la compréhension et à l’édification. Quand ils choisissent des méthodes, les instructeurs doivent se demander si la méthode met en valeur le message qu’elle est supposée aider les élèves à intégrer ou si elle le dessert. Par exemple, un jeu pédagogique peut être une manière amusante et efficace d’enseigner un contenu informatif (par exemple l’ordre des livres de la Bible), mais sera presque toujours contre-productif si le but final est de susciter un sentiment spirituel. Le travail en petits groupes peut être efficace, mais comme il prend beaucoup de temps, il peut ne pas être la meilleure méthode pour découvrir un principe simple.

L’instructeur doit veiller à ce que les méthodes et les activités pédagogiques conviennent à un cadre d’apprentissage de l’Évangile, à ce qu’elles n’offensent ni ne blessent personne et permettent au Saint-Esprit d’exercer son influence.

Utiliser le programme. Le programme du séminaire et de l’institut aide à savoir comment enseigner en donnant des conseils qui permettent de mettre en œuvre les principes fondamentaux de l’enseignement et de l’apprentissage de l’Évangile. Pour chaque leçon qu’ils préparent, les instructeurs doivent étudier avec soin le programme et choisir les renseignements et les méthodes qu’ils utiliseront pour enseigner le bloc d’Écritures. Ils peuvent choisir d’utiliser tout ou partie des suggestions du programme pour un bloc d’Écritures ou adapter les idées aux besoins et à la situation de leur classe.

Montrer la pertinence et la finalité. Quand les élèves voient que ce qu’ils étudient dans le bloc d’Écritures est en rapport avec leur situation personnelle, leur motivation pour apprendre et appliquer les enseignements de l’Évangile est généralement plus grande. Ils peuvent aussi voir que les Écritures donnent des réponses et des conseils qui peuvent les guider dans des situations réelles.

Par conséquent, quand ils choisissent comment enseigner, les instructeurs doivent avoir la sagesse de réfléchir aux vérités éternelles contenues dans le bloc d’Écritures et à leur utilité et leur valeur dans la vie des élèves. Ayant cela à l’esprit, les instructeurs commenceront souvent la leçon par une question, une situation ou un problème pertinents qui amèneront les élèves à sonder les Écritures à la recherche de principes et de points de doctrine de l’Évangile qui les guideront. Quand ils préparent les leçons, les instructeurs doivent aussi prévoir des façons de maintenir l’intérêt des élèves et de les impliquer continuellement dans le processus d’apprentissage.

woman studying

Déterminer le rythme. Les instructeurs doivent s’efforcer diligemment de traiter tout le bloc d’Écritures. Cependant, lorsqu’ils déterminent combien de temps consacrer à chaque partie de la leçon, il est important que les instructeurs n’oublient pas qu’ils n’enseignent pas seulement des leçons, mais qu’ils instruisent des élèves. Les instructeurs ne doivent pas vouloir suivre rigoureusement le plan de la leçon au point de ne pas permettre à l’inspiration ou à la participation inattendue d’un élève de le modifier.

L’une des erreurs le plus souvent commises par les instructeurs est de passer trop de temps sur la première partie de la leçon, puis de devoir faire la dernière partie à toute vitesse. Quand ils se préparent, les instructeurs doivent évaluer combien de temps prendra chaque partie de la leçon selon les méthodes qu’ils ont choisies. Parce que l’instructeur aura presque toujours plus de choses à enseigner qu’il n’aura de temps pour le faire, il devra déterminer quelles parties du bloc mettre en relief et ce qu’il devra résumer.

La nécessité de déterminer le rythme s’applique à l’ensemble du cours aussi bien qu’à chaque leçon. Par exemple, pour un cours sur le Nouveau Testament, si les instructeurs passent trop de temps sur les quatre Évangiles, ils ne pourront pas traiter correctement les vérités importantes de l’Évangile qui se trouvent dans les livres suivants.

La plupart des programmes du séminaire et de l’institut donnent des suggestions d’échelonnement des leçons et un calendrier pour couvrir tout le cours.

S’efforcer d’aider les élèves à remplir leur rôle. Quand l’instructeur prépare la façon dont il va enseigner, il doit rester concentré sur les élèves et pas seulement sur ce que lui-même va faire. Plutôt que de se demander simplement : « Que vais-je faire en classe aujourd’hui ? » ou « Que vais-je enseigner à mes élèves ? », l’instructeur doit aussi aborder la préparation de sa leçon en pensant : « Que vont faire mes élèves en classe aujourd’hui ? » « Comment vais-je les aider à découvrir ce qu’ils ont besoin de savoir ? »

Utiliser diverses méthodes. Même une technique pédagogique éprouvée peut devenir inefficace ou ennuyeuse si elle est trop employée. Bien que les instructeurs ne doivent pas choisir des méthodes par seul souci de la variété, beaucoup d’instructeurs efficaces varient leur manière d’enseigner pendant chaque leçon et aussi d’un jour à l’autre. Les instructeurs doivent être prêts à changer de méthode au cours de la leçon si les élèves ne montrent plus d’intérêt ou si ce qu’ils font ne semble pas les aider à atteindre l’objectif désiré.

L’utilisation de diverses méthodes pédagogiques peut aussi toucher des élèves qui apprennent de façons différentes. Les méthodes d’enseignement ou les activités d’apprentissage qui demandent aux élèves d’utiliser plusieurs sens, tels que la vue, l’ouïe et le toucher, peuvent contribuer à améliorer leur participation et les aider à se souvenir de ce qui a été enseigné.

Bien que les instructeurs doivent généralement choisir des méthodes avec lesquelles ils sont à l’aise et se sentent compétents, ils doivent être disposés à essayer de nouvelles méthodes qui peuvent les rendre encore plus efficaces.

La section suivante de ce manuel aborde plusieurs méthodes pédagogiques que les instructeurs peuvent envisager d’utiliser quand ils décident comment enseigner.