Acquérir la connaissance spirituelle
précédent suivant


Acquérir la connaissance spirituelle

Remarque : les première et deuxième parties de cet apprentissage peuvent être enseignées sur deux séances de cours de quarante minutes ou être regroupées en une seule séance de quatre-vingts minutes. Si vous disposez de moins de cent quatre-vingts jours de cours, vous pouvez enseigner la première partie à la place de la leçon n° 1 « Le rôle de l’apprenant », du Livre de Mormon, manuel de l’instructeur.

Première partie (40 minutes)

Faire grandir notre compréhension et notre témoignage des vérités spirituelles

Demandez à un élève de lire à voix haute l’histoire suivante relatée par Sheri L. Dew, alors deuxième conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours :

« Une jeune fille merveilleuse […] m’a téléphoné, désemparée. Au milieu des sanglots, elle a lâché : ‘Je ne suis plus sûre de croire que l’Église est vraie, et cela m’effraie. Que va-t-il se passer si ma famille ne se retrouve pas ensemble à tout jamais ?’ » (Sheri L. Dew, « Vous engagerez-vous dans la lutte ? » Veillée spirituelle, université Brigham Young - Idaho, 17 mai 2016, byui.edu/devotionals).

Demandez aux élèves de considérer si quelqu’un dans leur entourage ou eux-mêmes ont déjà eu des préoccupations ou des sentiments semblables à ceux de la jeune fille dont parle sœur Dew.

  • Si cette jeune fille venait se confier à vous, que diriez-vous ou que feriez-vous pour l’aider ?

Demandez à un élève de continuer de lire à voix haute le récit de sœur Dew :

« Je lui ai demandé : ‘Désires-tu avoir un témoignage ?’ Elle m’a répondu : ‘Oui.’

« ‘Es-tu disposée à faire des efforts pour l’obtenir ?’ À nouveau, elle a répondu :‘Oui’ » (Sheri L. Dew, « Vous engagerez-vous dans la lutte ? »byui.edu/devotionals).

  • Selon vous, pourquoi était-il utile de demander à cette jeune fille si elle désirait avoir un témoignage de l’Évangile et si elle était disposée à faire des efforts pour l’obtenir ?

Expliquez aux élèves que, durant leurs années de séminaire, ils rencontreront de nombreuses occasions de faire grandir leur compréhension et leur témoignage de l’Évangile et d’apprendre à trouver des réponses à leurs propres questions ou à celles que d’autres personnes pourraient leur poser au sujet de l’Église, y compris concernant ses enseignements et son histoire. Un des moyens qui leur est offert pour cela est la maîtrise de la doctrine. La maîtrise de la doctrine permet d’apprendre et de mettre en pratique les principes d’acquisition de la connaissance spirituelle et de développer une meilleure compréhension des points de doctrine fondamentaux de l’Évangile de Jésus-Christ.

Dieu est la source de toute vérité

Distribuez aux élèves un exemplaire de Maîtrise de la doctrine, document de référence et demandez-leur de prendre la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle ». Demandez à un élève de lire le premier paragraphe à voix haute : Demandez aux autres de suivre et de relever ce qui est enseigné sur la source de toute vérité.

  • Qui est la source de toute vérité ? (Suggérez aux élèves de marquer le point de doctrine suivant : Dieu connaît toutes choses et il est la source de toute vérité.)

  • Quels sont les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine qui soutiennent ce point de doctrine ? (Invitez les élèves à marquer la référence Mosiah 4:9 de façon distinctive dans leurs Écritures afin de pouvoir la retrouver facilement.)

Demandez à un élève de lire Mosiah 4:9 à voix haute. Demandez aux autres de suivre et de relever comment ces versets nous permettent de comprendre pourquoi nous devons nous tourner vers Dieu lorsque nous cherchons la vérité.

  • Quels mots ou expressions dans ces versets nous permettent de comprendre pourquoi nous devons nous tourner vers Dieu lorsque nous cherchons la vérité ?

  • Quelles expériences vous ont permis de savoir que Dieu connaît toutes choses et qu’il est la source de toute vérité ? (Rappelez aux élèves de ne pas parler d’expériences trop personnelles ou sacrées.)

Comment acquérir la connaissance spirituelle

Écrivez l’intitulé suivant au tableau : Le modèle que Dieu a donné pour nous aider à acquérir la connaissance spirituelle.

  • Comment expliqueriez-vous ce qu’est un modèle ? (Aidez les élèves à comprendre qu’une des définitions du mot « modèle » est un exemple qui nous aide à comprendre la façon correcte de faire quelque chose, en particulier quelque chose que nous faisons de manière répétitive. Vous pourriez illustrer cela en leur montrant un modèle qui sert à fabriquer quelque chose.)

Demandez à un élève de lire à voix haute le deuxième paragraphe de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » de Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever quatre choses que nous devons faire pour suivre le modèle donné par Dieu pour nous aider à acquérir la connaissance spirituelle.

  • En nous basant sur ce que nous venons de lire, quelles sont les quatre choses que nous devons faire pour suivre le modèle donné par Dieu pour nous aider à acquérir la connaissance spirituelle ?

Écrivez les réponses des élèves sous l’intitulé figurant au tableau comme suit :

  1. Avoir le désir sincère de connaître la vérité.

  2. Être disposé à vivre en accord avec les vérités que Dieu a révélées.

  3. Chercher la vérité au moyen de la prière.

  4. Chercher la vérité au moyen d’une étude sérieuse de la parole de Dieu.

Demandez à la classe :

  • À votre avis, pourquoi est-il important que nous appliquions le modèle de Dieu pour acquérir la connaissance spirituelle chaque jour et non pas seulement lorsque nous avons des questions ou des préoccupations urgentes ? (Il est important que nous appliquions ce modèle tous les jours parce que cela invite l’Esprit du Seigneur à demeurer avec nous et que cela peut nous aider à reconnaître l’influence du Saint-Esprit. En suivant régulièrement ce modèle, nous montrons au Seigneur notre désir d’acquérir la connaissance spirituelle en tous temps, pas uniquement lorsque nous avons des questions ou des préoccupations urgentes.)

Demandez aux élèves de se reporter à nouveau au second paragraphe de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » de Maîtrise de la doctrine, document de référence.

  • Quels sont les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine dans le Livre de Mormon qui parlent du modèle de Dieu pour acquérir la connaissance spirituelle ? (Tandis que les élèves répondent, écrivez les références suivantes au tableau : Moroni 10:4-5 ; 2 Néphi 32:8-9 ; 2 Néphi 32:3 ; il s’agit de l’ordre dans lequel elles apparaissent dans le deuxième paragraphe.)

Répartissez les élèves en trois groupes. Demandez à chaque groupe d’étudier l’un des trois passages de la maîtrise de la doctrine du Livre de Mormon listés au tableau et de chercher des mots ou des expressions qui décrivent le modèle de Dieu pour acquérir la connaissance spirituelle. Après un délai suffisant, demandez aux élèves de chaque groupe de dire ce qu’ils ont trouvé. Au cours de la discussion, vous pourriez poser les questions suivantes :

  • Selon vous, que signifie « demander […] d’un cœur sincère, avec une intention réelle » (Moroni 10:4) ? (Aidez les élèves à comprendre que cette expression signifie que nous devons vraiment désirer recevoir une réponse de la part de Dieu et que nous avons l’intention d’agir sur la base de la réponse que nous avons reçue.)

Demandez à un élève de lire à voix haute la citation suivante de Russell M. Nelson, président du Collège des douze apôtres :

« ‘Une intention réelle’ veut dire que l’on a réellement l’intention de suivre les directives divines qui sont données. » (Russell M. Nelson, « Demandez, cherchez, frappez », Le Liahona, novembre 2009, p. 81).

  • À votre avis, pourquoi est-il important que nous cherchions la vérité d’un cœur sincère et que nous ayons l’intention réelle de suivre la direction que Dieu nous montre ?

  • À votre avis, que signifie « toujours prier » (2 Néphi 32:9) ?

  • Selon vous, quelle est la différence entre lire les Écritures occasionnellement et « [se faire] un festin des paroles du Christ » (2 Néphi 32:3) ?

  • Comment le fait de choisir de prier toujours et de se faire un festin des paroles du Christ peut-il nous aider à acquérir la connaissance spirituelle ?

Invitez les élèves à faire part d’expériences où ils ont appliqué le modèle de Dieu pour acquérir la connaissance spirituelle. Au cours de la discussion, demandez-leur d’expliquer aussi les bénédictions qu’ils ont reçues en conséquence. Vous pourriez également raconter une expérience personnelle.

Le fait de poser des questions et de chercher des réponses occupe une part essentielle dans notre démarche pour accéder à la vérité.

Demandez aux élèves s’ils pensent que c’est une bonne chose que des gens posent des questions au sujet des enseignements de l’Église ou de certains aspects de l’histoire de l’Église qui peuvent être difficiles à comprendre.

Demandez à un élève de lire à voix haute le troisième paragraphe de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » de Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever ce que dit ce paragraphe sur l’importance de poser des questions et de chercher des réponses dans notre démarche pour accéder à la vérité.

  • À quoi cela sert-il de poser des questions et de chercher des réponses dans notre démarche pour accéder à la vérité ? (Une fois que les élèves ont répondu, écrivez au tableau la phrase suivante : Le fait de poser des questions et de chercher diligemment des réponses occupe une part essentielle dans notre démarche pour accéder à la vérité.

  • À votre avis, pourquoi le fait de poser des questions et de chercher des réponses occupe-t-il une part essentielle dans notre démarche pour accéder à la vérité ?

  • D’après ce que nous avons appris dans le troisième paragraphe, en quoi notre attitude et notre intention importent-elles lorsque nous posons des questions ? (Aidez les élèves à identifier la vérité suivante : L’attitude et l’intention avec lesquelles nous posons des questions et cherchons des réponses influeront grandement sur notre capacité à apprendre au travers du Saint-Esprit. Vous pourriez suggérer aux élèves de marquer ce principe dans leur exemplaire de Maîtrise de la doctrine, document de référence.)

Revenez sur le récit de la jeune fille qui a téléphoné à sœur Dew parce qu’elle n’était plus sûre que les enseignements de l’Église soient vrais. Expliquez que cette jeune fille a décidé d’aller voir son évêque ainsi que d’autres personnes, y compris sœur Dew, pour qu’ils l’aident à trouver des réponses à ses questions.

Distribuez à chaque élève un exemplaire du document joint. Expliquez que ce document contient le récit de sœur Dew au sujet de ce qui s’est passé tandis que la jeune fille cherchait des réponses à ses questions. Invitez plusieurs élèves à lire tour à tour ce récit à voix haute. Demandez aux autres de suivre et de relever comment l’attitude et l’intention avec lesquelles nous posons des questions et cherchons des réponses influent sur notre capacité à apprendre au travers du Saint-Esprit.

Une fois que les élèves ont lu les trois premiers paragraphes, demandez :

  • Comment l’attitude et l’intention de cette jeune femme dans sa recherche de la vérité ont-elles influé sur sa capacité à trouver des réponses à ses questions ?

Demandez ensuite à plusieurs élèves de lire tour à tour à voix haute la fin du récit de sœur Dew sur le document joint.

« J’ai dit [à la jeune fille] : ‘Viens avec tes Écritures et toutes tes questions. Les questions sont une bonne chose. Nous verrons ce que le Seigneur nous enseigne.’

« Elle m’a pris au mot et m’a présenté ses questions épineuses les unes après les autres. Nous avons sondé les Écritures et les enseignements des prophètes à la recherche de réponses. Petit à petit, elle a commencé à prendre conscience que ce n’était pas simplement parce qu’elle avait des questions que cela signifiait qu’elle n’avait pas de témoignage. Les Écritures sont remplies de récits de prophètes qui avaient des questions. Et elle a commencé à reconnaître les moments où l’Esprit lui rendait témoignage, y compris concernant le fait que les prophètes, voyants et révélateurs sont vraiment des prophètes.

« Son témoignage a commencé à grandir et le temps a passé. Puis, il y a environ un an, elle m’a téléphoné à nouveau. ‘Je voulais que vous soyez la première à savoir que je détiens une recommandation pour le temple. Est-ce que vous viendrez lorsque je recevrai ma dotation ?’ Elle a ajouté ensuite : ‘Savez-vous ce qui m’a aidée le plus parmi tout ce que vous m’avez dit ? C’est que les questions sont une bonne chose, car cela m’a aidée à me voir comme quelqu’un qui cherche et non pas quelqu’un qui doute.’

« J’étais ravie ! Par contre, deux jours plus tard, j’ai reçu un appel téléphonique bien différent de la part d’une autre [jeune fille]. ‘Sœur Dew’, m’a-t-elle dit, ‘avant que vous ne l’appreniez de quelqu’un d’autre, je veux que vous sachiez que je suis enceinte.’ Elle m’a raconté qu’elle avait douté de la véracité de l’Évangile pendant des années et qu’elle avait finalement conclus qu’il n’y avait aucune raison de respecter la loi de chasteté.

Je lui ai dit que je ne la jugeais pas et que je l’aimais. Puis je lui ai demandé si elle aimerait avoir un témoignage. ‘Non, je ne pense pas’ m’a-t-elle répondu.

« Le contraste était stupéfiant. À peu près à la même période, ces deux jeunes filles avaient des questions qui menaçaient leur témoignage. L’une d’elle a lancé un cri d’appel et sa famille, ses amis et ses dirigeants ont suivi le conseil du président Monson en allant à son secours. L’autre a alimenté ses doutes et s’est convaincue que ses choix immoraux étaient acceptables. […]

« Pour l’une des filles, ses questions l’avaient conduite à partir à la recherche de la vérité. Pour l’autre, elles lui avaient servi à justifier son immoralité.

« Mes chers amis, les questions sont une bonne chose. Elles le sont dans la mesure où elles sont inspirées, posées avec foi et à des sources de confiance au travers desquelles l’Esprit pourra nous guider et nous confirmer la réponse. […]

« Aucun de nous n’obtiendra la révélation sans effort. Les réponses de Dieu n’apparaissent pas par magie. Si nous voulons grandir spirituellement, le Seigneur attend de nous que nous posions des questions et cherchions des réponses. ‘Si tu le demandes’, a-t-il promis, ‘tu recevras révélation sur révélation, connaissance sur connaissance’ (D&A 42:61). Comment cela pourrait-il être plus clair ? Le Seigneur aime les questions inspirées et posées avec foi parce qu’elles conduisent à la connaissance, à la révélation et à une plus grande foi » (Sheri L. Dew, « Vous engagerez-vous dans la lutte ? » Veillée spirituelle, université Brigham Young - Idaho, 17 mai 2016, byui.edu/devotionals).

  • Comment les expériences de ces deux jeunes filles nous aident-elles à comprendre l’importance de notre attitude et de notre intention lorsque nous posons des questions ?

  • Comment ces expériences nous permettent-elles de comprendre l’importance de chercher diligemment des réponses à nos questions ?

Vous pourriez témoigner de l’importance de poser des questions sincères et de rechercher diligemment des réponses. Vous pourriez raconter comment vous avez appris que le Seigneur répondra à nos questions sincères.

Invitez les élèves à agir sur la base de ce qu’ils ont appris en posant des questions sincères et en cherchant diligemment des réponses par l’application du modèle ordonné par notre Père céleste pour acquérir la connaissance spirituelle.

Deuxième partie (40 minutes)

Principes qui peuvent nous aider à trouver des réponses à nos questions

Demandez aux élèves de réfléchir à des questions qu’ils pourraient avoir au sujet de la vie ou de l’Église, de ses enseignements et de son histoire.

À titre d’exemples de préoccupations ou de questions que certains élèves pourraient avoir ou que d’autres personnes pourraient évoquer avec eux, affichez ou écrivez ce qui suit au tableau :

J’entends parler de gens qui reçoivent des réponses à leurs prières, mais cela ne m’arrive jamais. Je n’ai pas l’impression que Dieu m’aime, bien que je m’efforce de faire ce qui est juste. Pourquoi Dieu ne répond-il pas à mes prières ?

Expliquez aux élèves que cette partie de l’apprentissage consistant à acquérir la connaissance spirituelle a pour objectif de les aider à apprendre trois principes qui peuvent les guider quand ils ont des questions ou que d’autres personnes leur en posent : agir avec foi, examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle, et chercher à approfondir leur compréhension au moyen de sources divinement désignées.

Agir avec foi

Demandez à quelques élèves de lire tour à tour à voix haute le principe n° 1 « Agir avec foi » de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever les déclarations qui expliquent comment nous pouvons agir avec foi quand nous avons des questions ou des préoccupations. Invitez-les à marquer les déclarations qui sont particulièrement significatives pour eux.

Demandez aux élèves de dire ce qu’ils ont trouvé. Au cours de la discussion, vous pourriez leur demander d’expliquer comment le fait de suivre les conseils qu’ils ont relevés peut s’avérer utile quand ils ont des questions ou des préoccupations. Mettez en évidence le point de doctrine suivant : Tout en poursuivant notre recherche de réponses, nous devons agir avec foi, croyant que nous recevrons effectivement des réponses à nos questions.

  • Quels sont les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine qui soutiennent ce point de doctrine ? (Suggérez aux élèves de marquer la référence Éther 12:6 de façon distinctive dans leurs Écritures afin de pouvoir la retrouver facilement.)

Demandez à un élève de lire Éther 12:6 à voix haute. Demandez aux autres de suivre et de relever les mots ou les expressions qui nous permettent de comprendre pourquoi il est important d’agir avec foi lorsque nous cherchons des réponses à nos questions.

  • Quels mots ou expressions dans ce verset nous permettent-ils de comprendre pourquoi il est important d’agir avec foi lorsque nous cherchons des réponses à nos questions ?

  • Selon vous, que signifie : « Vous ne recevez de témoignage qu’après la mise à l’épreuve de votre foi » (Éther 12:6) ?

Demandez à un élève de lire à voix haute la citation suivante de Dieter F. Uchtdorf, de la Première Présidence. Demandez à la classe de relever ce que nous pouvons faire pour recevoir un témoignage de la véracité de l’Évangile.

« En exerçant votre foi, en appliquant les principes de l’Évangile chaque jour et dans toutes circonstances, vous goûterez au doux fruit de l’Évangile et ce fruit vous permettra d’en connaître la véracité » (Dieter F. Uchtdorf, « Le reflet dans l’eau », veillée du Département d’Éducation de l’Église pour les jeunes adultes, 1<sup>er</sup> novembre 2009, LDS.org).

  • D’après cette déclaration du président Uchtdorf, que pouvons-nous faire pour recevoir ou fortifier notre témoignage de la véracité de l’Évangile ?

  • À votre avis, pourquoi le Seigneur attend-il de nous que nous exercions notre foi avant de recevoir un témoignage de la véracité de l’Évangile ?

  • Quelles sont les vérités pour lesquelles vous avez reçu un témoignage en choisissant d’exercer votre foi par l’application quotidienne des principes de l’Évangile ? Comment avez-vous obtenu ce témoignage ? (Vous pourriez également raconter une expérience personnelle.)

Expliquez que certaines personnes se demandent si elles ont un témoignage ou pourquoi leur témoignage n’est pas plus fort, alors qu’elles ont cherché à exercer leur foi en suivant les commandements du Seigneur.

Présentez les deux derniers points de doctrine du principe n° 1, « Agir avec foi », de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » dans Maîtrise de la doctrine, document de référence : Si nous sommes fidèles à la vérité et à la lumière que nous avons reçues, nous en recevrons davantage. Les réponses à nos questions et à nos prières viennent souvent « ligne sur ligne, précepte sur précepte ». Invitez les élèves à marquer cette vérité.

  • Comment cette vérité peut-elle aider une personne à comprendre pourquoi son témoignage de l’Évangile n’a pas grandi plus rapidement ?

  • Quels sont les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine qui soutiennent ces vérités ? (Suggérez aux élèves de marquer la référence 2 Néphi 28:30 de façon distinctive dans leurs Écritures.)

Demandez à un élève de lire 2 Néphi 28:30 à voix haute. Demandez aux autres de suivre et de relever les expressions qui appuient ces vérités dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez-leur de dire ce qu’ils ont trouvé.

Expliquez que D. Todd Christofferson, du Collège des douze apôtres, a relaté une expérience personnelle au sujet de la prière tandis que lui et sa famille étaient confrontés à une épreuve qui a persisté plusieurs années. Demandez à un élève de lire à voix haute le récit de frère Christofferson ci-après. Demandez à la classe de relever les raisons pour lesquelles le Seigneur pourrait faire le choix de ne pas répondre à certaines de nos questions et de nos prières immédiatement ou de la manière souhaitée.

« J’ai prié pour qu’une intervention miraculeuse nous délivre. Bien que j’aie fait cette prière de nombreuses fois avec une grande sincérité et un désir fervent, la réponse finale était non. Finalement, j’ai appris à prier comme le Sauveur : ‘Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne’ (Luc 22:42). J’ai demandé l’aide du Seigneur pour chaque étape infime, le long du chemin vers une résolution finale.

« […] Plus d’une fois, je me suis effondré devant mon Père céleste, en larmes, implorant son aide. Et il m’a effectivement aidé. Parfois, c’était simplement un sentiment de paix, un sentiment d’assurance que les choses allaient se régler. […]

« Bien que j’en aie souffert alors, je suis reconnaissant maintenant que nos problèmes n’aient pas eu une solution rapide. Le fait d’être obligé de me tourner vers Dieu pour avoir de l’aide presque chaque jour, pendant une période de plusieurs années m’a enseigné à vraiment prier, à recevoir des réponses à mes prières et à avoir foi en Dieu de manière concrète. J’ai appris à connaître le Sauveur et mon Père céleste d’une manière et à un degré qui n’auraient peut-être pas été possibles autrement ou qui m’auraient peut-être pris beaucoup plus longtemps. […] [J’ai appris à faire confiance au Seigneur de tout mon cœur. J’ai appris à marcher avec lui jour après jour. » (D. Todd Christofferson, « Reconnaître la main de Dieu dans nos bénédictions quotidiennes », Le Liahona, janvier 2012, p. 26-27).

  • D’après ce que vous avez appris de cette expérience, citez des raisons pour lesquelles Dieu pourrait faire le choix de ne pas répondre à certaines de nos questions et de nos prières immédiatement ou de la manière souhaitée. (Une fois que les élèves ont répondu, faites remarquer que Dieu peut aussi répondre immédiatement à nos prières et d’une manière très directe et puissante.)

Reportez-vous à la question ou préoccupation figurant au tableau.

  • Si vous aviez de telles questions ou préoccupations, comment pourriez-vous choisir d’agir avec foi ?

Examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle

Demandez aux élèves de réfléchir à des moments où ils ont remarqué que leurs convictions religieuses et leur vision de la vie étaient différentes de certaines des croyances et opinions de leurs amis ou de leur entourage n’appartenant pas à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Demandez à un élève de lire à voix haute la citation suivante de Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres. Demandez aux autres de relever les raisons pour lesquelles les saints des derniers jours ont souvent une vision différente de celle des autres concernant les questions relatives à la vie et aux sujets religieux.

« Sur de nombreux sujets importants, nos conceptions [ou nos croyances] […] diffèrent [de celles] de beaucoup de nos amis et de nos collègues. Ils sont aussi différents de beaucoup de postulats utilisés actuellement dans les médias. […] Par exemple, parce que les saints des derniers jours connaissent le plan de notre Père céleste pour ses enfants, nous savons que cette vie mortelle n’est pas une pièce en un acte coincée entre un passé inconnu et un avenir incertain. Cette vie est comme le second acte d’une pièce en trois actes. Son but est défini par ce qui est révélé sur notre existence spirituelle dans le premier acte et sur notre destinée éternelle dans le troisième acte. Grâce à notre connaissance de ce plan et d’autres vérités que Dieu a révélées, nous partons avec des conceptions différentes de celles des gens qui n’ont pas notre connaissance. En conséquence, nous aboutissons à des conclusions différentes sur de nombreux sujets importants que d’autres personnes ne considèrent qu’avec une perspective limitée par leur vision de la condition mortelle. » (Dallin H. Oaks, « Comme les pensées de son âme », soirée avec une autorité générale, 8 février 2013, lds.org/broadcasts

  • D’après frère Oaks, pourquoi les saints des derniers jours ont-ils une vision des questions relatives à la vie ici-bas et aux sujets religieux différente de celle des autres ? (Pendant que les élèves répondent, dessinez le schéma suivant au tableau.)

Masquez les parties représentant les premier et troisième actes, puis posez cette question :

  • À propos de quels sujets importants pourrions-nous avoir une vision différente si nous n’avions pas connaissance de notre existence prémortelle ou de notre vie après la mort ? (Les élèves pourraient mentionner divers sujets tels que la valeur que nous accordons à la condition humaine ou le fait que nous devrons assumer les conséquences de nos choix lors du jugement dernier en fonction de ce que Dieu a décrété.)

Demandez à un élève de lire à voix haute la déclaration de frère Oaks ci-après. Expliquez qu’il s’adressait aux instructeurs des Séminaires et Instituts de religion. Demandez aux autres de suivre et de relever ce qu’il a dit concernant ce que les élèves devraient faire lorsqu’ils se trouvent face à un concept ou à une question difficile.

« Je pense qu’il serait préférable que nos jeunes s’abstiennent de se quereller avec leur entourage. […] Ils feraient mieux de réagir en identifiant les postulats du monde parmi les revendications auxquelles ils sont confrontés puis en identifiant les postulats différents qui guident le raisonnement des saints des derniers jours ». (Dallin H. Oaks, « Comme les pensées de son âme », lds.org/broadcasts).

  • D’après le conseil de frère Oaks, que pouvons-nous faire lorsque nous sommes face à un concept ou à une question difficile ? (Vous devrez peut-être expliquer aux élèves qu’un postulat est une idée utilisée pour soutenir une conclusion et qu’une revendication est une affirmation défendant la position d’une personne, son point de vue ou son opinion.)

Pour illustrer comment les croyances et les postulats d’une personne peuvent influencer les conclusions auxquelles elle aboutit, placez ou dessinez un cadre simple autour de la question ou de la préoccupation figurant au tableau.

Expliquez que ce cadre simple représente les croyances et les postulats que pourrait avoir une personne qui s’interroge sur ces points sans savoir ce que nous savons à propos de notre Père céleste, son plan du salut et les enseignements de Jésus-Christ. Faites remarquer que lorsque nous prenons en considération les croyances et les postulats d’une personne, nous devons faire preuve de gentillesse et de respect, et nous devons nous montrer sensible à ses sentiments et à l’inspiration du Saint-Esprit.

  • Quels sont les croyances ou les postulats inexacts qui pourraient amener quelqu’un à avoir ce genre de question ou de préoccupation ?

(Notez les réponses des élèves au tableau tout autour du cadre.) Ces réponses pourraient inclure :

Dieu répond aux prières de chacun de la même manière.

Dieu aime certains de ses enfants, mais il ne m’aime pas vraiment.

Dieu ne m’aime pas s’il ne répond pas à mes prières de la manière que j’espère et comme je l’attends de lui.

Si je m’efforce de faire ce qui est juste, alors Dieu devrait répondre à toutes mes prières immédiatement.

  • À votre avis, pourquoi est-il important de réfléchir aux croyances et aux postulats que nous avons, nous ou d’autres personnes, lorsque nous posons des questions à propos de Dieu, de notre vie ici-bas ou de l’Église, de ses enseignements et de son histoire ? (Aidez les élèves à voir que ce faisant, nous pourrons mieux comprendre les questions sous-jacentes ou la perspective limitée sur laquelle la question est basée.)

  • Comment les croyances et postulats figurant au tableau indiquent-ils que la personne aborde peut-être la question avec une perspective limitée ?

Demandez à un élève de lire à voix haute le principe n° 2 « Examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle » de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever comment nous pouvons examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle.

Demandez-leur de dire ce qu’ils ont trouvé. Suggérez aux élèves de marquer la vérité suivante : Pour examiner les concepts doctrinaux, les questions et les problèmes sociaux avec une perspective éternelle, il faut les étudier dans le contexte du plan du salut et des enseignements du Sauveur. Découvrez les premier et troisième actes au tableau.

Pour aider les élèves à comprendre comment examiner les concepts et les questions dans le contexte du plan du salut et des enseignements du Sauveur, prévoyez de montrer la vidéo« Examiner les questions avec une perspective éternelle » (2:55), disponible surLDS.org. Demandez à la classe d’observer comment une jeune fille nommée Lauren a pris le temps de réfléchir aux croyances et aux postulats susceptibles d’avoir influencé la question de son amie au sujet de Dieu, et comment elle a ensuite examiné cette question avec une perspective éternelle.

Après que les élèves ont regardé la vidéo, demandez :

  • Selon vous, pourquoi était-il utile que Lauren réfléchisse aux croyances et aux postulats susceptibles d’avoir influencé la question de son amie au sujet de Dieu ?

  • Que s’est-il passé tandis que Lauren examinait la question de son amie avec une perspective éternelle ?

Pour aider les élèves à s’exercer à examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle, reportez-vous à la préoccupation ou à la question dans le cadre figurant au tableau et demandez :

  • Que savons-nous à propos de notre Père céleste, de son plan et des enseignements du Sauveur qui pourrait nous aider à jeter un regard différent sur cette question et à trouver des réponses fondées sur des vérités éternelles ?

Tandis que les élèves répondent, effacez les déclarations autour du cadre et remplacez-les par leurs réponses. Elles pourraient inclure ce qui suit :

Dieu peut répondre à nos prières de diverses manières car il connaît nos besoins personnels et il sait ce qui est le mieux pour nous.

Dieu aime tous ses enfants, moi y compris.

Dieu m’aime même s’il ne répond pas à mes prières de la manière que j’espère et comme je l’attends de lui.

Bien que je m’efforce de faire ce qui est juste, Dieu ne répondra peut-être pas à toutes mes prières immédiatement. Cela me fournit des occasions de progresser.

Retirez ou effacez le cadre simple autour de la question ou préoccupation figurant au tableau et remplacez-le par un plus joli cadre.

Expliquez que ce nouveau cadre représente les vérités que nous connaissons au sujet de notre Père céleste, de son plan du salut et des enseignements du Sauveur.

  • Comment le fait de considérer cette question dans le contexte de ce que nous savons au sujet de notre Père céleste, de son plan du salut et des enseignements du Sauveur nous permet-il d’avoir un regard différent ?

Demandez aux élèves de raconter comment ils ont pu mieux comprendre une idée, un enseignement ou une question lorsqu’ils l’ont considéré avec une perspective éternelle. Vous pourriez également raconter une expérience personnelle.

Approfondir sa compréhension au moyen de sources divinement désignées

Demandez aux élèves de réfléchir aux sources vers lesquelles ils peuvent se tourner lorsqu’ils ont une question au sujet de l’Église ou qu’ils ont besoin d’aide pour prendre une décision importante.

Demandez à un élève de lire à voix haute la citation suivante de M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres :

« Jacques n’a pas dit : ‘Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Google !’ » (M. Russell Ballard, « Les possibilités et les responsabilités des instructeurs du Département d’Éducation de l’Église au XXIe siècle », Une soirée avec une Autorité générale, 26 février 2016, lds.org/broadcasts).

  • D’après Jacques 1:5, qu’est-ce que l’apôtre Jacques a enseigné ? (« Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu. »)

  • Lorsque nous avons une question ou une préoccupation, à votre avis, pourquoi est-il important de se tourner en premier vers Dieu pour obtenir de l’aide ?

Demandez à un élève de lire à voix haute le premier paragraphe du principe n° 3 « Approfondir sa compréhension au moyen de sources divinement désignées » de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever ce que Dieu nous a donné pour nous aider à découvrir et à comprendre la vérité. Invitez-les à marquer ce qu’ils trouvent.

  • Qu’est-ce que Dieu nous a donné pour nous aider à découvrir et à comprendre la vérité ? (Au cours de la discussion, vous pourriez suggérer aux élèves de marquer la déclaration suivante : Dans le processus institué par le Seigneur pour que nous obtenions la connaissance spirituelle, il a établi des sources par l’intermédiaire desquelles il révèle la vérité et guide ses enfants.

  • Quelles bénédictions pouvons-nous recevoir lorsque nous nous tournons vers des sources de vérité divinement désignées ?

Reportez-vous à la question ou préoccupation dans le cadre figurant au tableau.

  • Vers quelles sources divinement désignées pourriez-vous vous tourner si vous aviez cette question ou cette préoccupation ?

Pour aider les élèves à prendre connaissance de moyens supplémentaires qui peuvent les aider à trouver des sources divinement désignées, parlez-leur du site Internet officiel de l’Église mormonnewsroom.org (si possible, montrez-leur ou dites-leur de regarder le site sur leurs appareils électroniques). Expliquez que sur ce site Internet, l’Église clarifie des questions qui la concernent sur des sujets divers d’intérêt public et corrige les informations partielles ou incorrectes rapportées par les médias. Vous pourriez aussi montrer aux élèves la page des Sujets de l’Évangile sur lds.org/topics. Les essais sur les Sujets de l’Évangile contiennent des renseignements précieux et clairs sur de nombreuses questions à propos de l’histoire et de la doctrine de l’Église.

Demandez aux élèves de donner des exemples de la façon dont ils ont été bénis lorsqu’ils se sont tournés vers des sources divines pour trouver la réponse à une question ou un problème. Vous pourriez vous préparer à parler d’un exemple personnel.

Demandez à un élève de lire à voix haute le deuxième paragraphe du principe n° 3 « Approfondir sa compréhension au moyen de sources divinement désignées » de la section intitulée « Acquérir la connaissance spirituelle » dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Demandez aux autres de suivre et de relever ce que ce paragraphe dit à propos des sources d’information ne provenant pas de l’Église.

  • Pourquoi est-il important de prendre garde aux sources d’informations peu fiables ?

  • Comment pouvons-nous déceler la vérité dans les sources d’informations ne provenant pas de l’Église ? (Aidez les élèves à comprendre que le Saint-Esprit peut nous aider à distinguer la vérité de l’erreur quelle que soit la source [voir Moroni 10:5])

Expliquez que pendant l’année scolaire, en plus d’étudier les enseignements du Livre de Mormon de manière séquentielle, ils vont aussi étudier les neuf sujets doctrinaux tirés de Maîtrise de la doctrine, document de référence (qui correspondent aux thèmes du programme des leçons du dimanche pour les jeunes). Ils étudieront aussi les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine du Livre de Mormon associés à chaque sujet. Au cours de l’étude de ces sujets, ils vont se servir des principes d’acquisition de la connaissance spirituelle traités dans cette leçon pour réfléchir à des questions, des problèmes et des occasions véritables de les mettre en pratique.

Témoignez de l’importance de mettre en pratique ces principes face à des questions ou des concepts difficiles. Assurez aux élèves que le Seigneur veut les instruire par son Esprit. Tandis que nous agissons avec foi, examinons les concepts et les questions avec une perspective éternelle et cherchons à approfondir notre compréhension au moyen de sources divinement désignées, Dieu nous accordera des réponses et nous montrera la direction à suivre dans notre vie.

Révision de la maîtrise de la doctrine

Vous pourriez faire l’activité suivante à l’occasion d’un autre cours pour aider les élèves à revoir les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine du Livre de Mormon mentionnés dans les première et deuxième parties de cet apprentissage sur l’acquisition de la connaissance spirituelle.

Avant le début du cours, notez les références des passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine suivants au tableau : 2 Néphi 28:30 ; 2 Néphi 32:3 ; 2 Néphi 32:8–9 ; Mosiah 4:9 ; Éther 12:6 ; Moroni 10:4–5.

Demandez aux élèves de se mettre deux par deux. Afin de réviser la doctrine enseignée dans les passages notés au tableau, demandez à un élève de chaque équipe d’utiliser Maîtrise de la doctrine, document de référence, et de lire à voix haute, dans le désordre, la phrase-clé pour chacun de ces passages scripturaires. À chaque fois qu’une phrase-clé est lue, l’autre élève doit dire à quel passage référencé au tableau celle-ci est associée. Au bout de quelques minutes, demandez aux élèves d’intervertir leurs rôles avec leur partenaire.

Ensuite, pour aider les élèves à se familiariser avec le texte contenu dans les passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine, lisez un passage à voix haute sans en donner la référence. Demandez aux élèves d’essayer de situer le passage dans les Écritures et de se joindre à vous en poursuivant la lecture à voix haute avant que vous n’ayez fini de lire. Une fois la lecture terminée, demandez à un ou plusieurs élèves d’expliquer avec leurs propres mots la doctrine ou le principe enseigné dans ce passage. Répétez cette activité pour chacun des passages d’Écritures de la maîtrise de la doctrine notés au tableau.