Personnes et familles
19 – 25 septembre Ésaïe 40-49 : « Consolez mon peuple »


« 19 – 25 septembre Ésaïe 40-49 : ‘Consolez mon peuple’ », Viens et suis-moi – Personnes et familles : Ancien Testament 2022, 2021

« 19 – 25 septembre. Ésaïe 40-49 », Viens et suis-moi – Personnes et familles : 2022

Image

La guérison de l’aveugle, tableau de Carl Heinrich Bloch

19 – 25 septembre

Ésaïe 40-49

« Consolez mon peuple »

Ésaïe utilise souvent un langage symbolique. Soyez attentifs aux pensées et sentiments que ces symboles suscitent dans votre esprit et dans votre cœur. Cela vous aidera à mieux comprendre ce qu’il a enseigné.

Notez vos impressions

« Consolez » est le premier mot du chapitre 40 d’Ésaïe. Il signale le début d’un ton différent et met l’accent sur un aspect différent du message du prophète. Tandis que les écrits précédents d’Ésaïe mettaient en garde Israël et Juda contre la destruction et la captivité qui s’abattraient sur eux à cause de leurs péchés, ces prophéties tardives avaient pour but de réconforter les Juifs cent cinquante ans plus tard, après la destruction de Jérusalem, la profanation du temple et la captivité du peuple par Babylone. Mais ces prophéties se projettent encore plus loin dans l’avenir que l’époque des défaites et du découragement des Israélites. Elles s’adressent à nous qui sommes aussi parfois vaincus, démoralisés et même perdus.

Le message d’Ésaïe à leur intention et à la nôtre est simple : « Ne crains rien » (Ésaïe 43:1). Tout n’est pas perdu. Le Seigneur ne vous a pas oublié et il a le pouvoir sur les situations qui semblent échapper à votre contrôle. Le Seigneur n’est-il pas celui « qui a créé les cieux […], qui a étendu la terre et […] qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent » (Ésaïe 42:5) ? N’est-il pas plus puissant que Babylone, que le péché, que tout ce qui peut vous retenir en captivité ? Le Seigneur supplie en disant : « Reviens à moi, car je t’ai racheté » (Ésaïe 44:22). Il guérit, restaure, fortifie, pardonne et réconforte, c’est-à-dire fait tout ce qui est nécessaire pour vous, dans votre cas, pour que vous soyez racheté.

Pour découvrir comment Néphi et Jacob ont comparé Ésaïe 48-49 à leur peuple, lisez 1 Néphi 22 et 2 Néphi 6.

Image

Idées pour l’étude personnelle des Écritures

Ésaïe 40-49

Jésus-Christ me réconforte et me donne l’espérance.

Cela a dû être décourageant, dévastateur même, pour les Israélites de se retrouver en captivité à Babylone. Ils ont dû être nombreux à se demander s’ils n’avaient pas perdu pour toujours leur place de peuple choisi de Dieu, de peuple de l’alliance. Tandis que vous lisez Ésaïe 40-49, relevez les passages susceptibles d’avoir apporté du réconfort et de l’espoir. Chaque fois que vous en trouvez un, réfléchissez-y et notez ce que le Seigneur pourrait vous dire dans ces versets. Voici quelques versets pour commencer :

Comment parleriez-vous de ces messages à quelqu’un qui a besoin d’encouragement ou d’espoir (voir Ésaïe 40:1-2) ?

Voir aussi Jeffrey R. Holland, « Une espérance d’une pureté parfaite », Le Liahona, mai 2020, p. 81-84.

Image

En obéissant au Seigneur, notre « bien-être [sera] comme un fleuve » (voir Ésaïe 48:18).

Ésaïe 40:3-8, 15-23 ; 42:15-16 ; 47:7-11

Le pouvoir de Dieu est plus grand que le pouvoir du monde.

Ésaïe a répété à maintes reprises à son peuple que le pouvoir de Dieu est sans égal, même comparé au pouvoir tyrannique du monde environnant. Relevez ce message tandis que vous lisez Ésaïe 40:3-8, 15-23 ; 42:15-16 et 47:7-11 (notez que le chapitre 47 est adressé aux ravisseurs d’Israël, Babylone). Que vous enseignent ces passages sur les choses du monde ? Qu’est-ce qu’ils vous apprennent concernant Dieu ? Réfléchissez à la raison pour laquelle ce message pouvait avoir de la valeur pour les Juifs en captivité. Pourquoi a-t-il de la valeur pour vous ?

Voir aussi « Reste avec nous, Seigneur » Cantiques, n° 92.

Ésaïe 41:8-13 ; 42:1-7 ; 43:9-12 ; 44:21-28 ; 45:1-4 ; 48:10 ; 49:1-9

« Tu es mon serviteur. »

Tout au long d’Ésaïe 40-49, le Seigneur parle de son « serviteur » et de ses « témoins ». Dans certains passages, ces mots semblent désigner Jésus-Christ (voir Ésaïe 42:1-7), dans d’autres, ils désignent la maison d’Israël (voir Ésaïe 45:4) et dans d’autres encore, ils désignent le roi Cyrus qui a permis aux Juifs de retourner à Jérusalem et de reconstruire le temple (voir 44:26-45:4). Cependant, à chaque fois, réfléchissez aussi à la manière dont ces passages s’appliquent à vous en tant que serviteur et témoin du Seigneur. Par exemple, réfléchissez à des questions telles que :

Ésaïe 41:8-13 ; 42:6 ; 44:21. Qu’est-ce que le Seigneur vous a appelé à faire ? Pensez à des appels officiels dans l’Église ainsi qu’à d’autres responsabilités contractées par alliance de le servir. Comment vous soutient-il et vous prend-il par la main (voir Ésaïe 42:6) tandis que vous servez ? Comment vous a-t-il « façonné » pour devenir son serviteur (voir aussi Ésaïe 48:10) ?

Ésaïe 43:9-12. Dans quel sens êtes-vous un témoin de Jésus-Christ ? Quelles expériences personnelles vous ont montré qu’il est le Sauveur ?

Ésaïe 49:1-9. Selon vous, dans ces versets, quels messages vous sont utiles quand vous avez l’impression que vous faites des efforts et servez « en vain » (verset 4) ?

Voir aussi Mosiah 18:9 ; Henry B. Eyring, « Enfants et disciples », Le Liahona, mai 2003, p. 29-32.

Image

Idées pour l’étude des Écritures en famille et la soirée au foyer

Ésaïe 40:3-4.

Pour comprendre ce que peut signifier « préparez […] le chemin de l’Éternel », invitez les membres de votre famille à redresser quelque chose de courbé, à ranger le désordre par terre ou à tracer un chemin sur un sol de graviers. Pensez également à montrer des images de Jean-Baptiste et de Joseph Smith (voir Recueil d’illustrations de l’Évangile, n° 3587). Comment ont-ils préparé le chemin pour la venue du Seigneur ? (Voir Luc 3:2-18 ; Doctrine et Alliances 135:3.) Comment contribuons-nous à préparer le chemin pour lui ? (Voir Doctrine et Alliances 33:10.)

Ésaïe 40:28 ; 43:14-15 ; 44:6.

Quels noms ou titres de Jésus-Christ trouvons-nous dans ces versets ? Que nous apprend chaque nom à son sujet ?

Ésaïe 41:10 ; 43:2-5 ; 46:4.

Ces versets sont illustrés dans le cantique « Quels fondements fermes » (Cantiques, n° 42). Vous pourriez passer un bon moment en famille en chantant ce cantique ensemble et en trouvant les expressions qui ressemblent à celles de ces versets. Que nous enseignent ces paroles concernant Jésus-Christ ?

Ésaïe 44:3-4 ; 45:8.

Après avoir lu ces versets, arrosez une plante avec votre famille tout en discutant des bénédictions que le Seigneur a déversées sur vous. Qu’arrive-t-il à une plante quand on l’arrose ? Qu’est-ce que le Seigneur attend de nous quand il nous bénit ?

Ésaïe 48:17-18.

Montrez des images ou des vidéos de fleuves et de vagues de la mer. En quoi le bien-être (ou la paix [version anglaise]) ressemble-t-il(elle) à un fleuve ? En quoi le bonheur (ou la justice [version anglaise]) ressemble-t-il(elle) aux vagues ?

Vous trouverez d’autres idées pour instruire les enfants dans le canevas de cette semaine de Viens et suis-moi – Primaire.

Chant suggéré : « Quels fondements fermes », Cantiques, n° 42.

Améliorer notre étude personnelle

Définissez les mots. Essayez de chercher la définition de certains mots que vous ne comprenez pas dans les Écritures, et même de mots que vous comprenez. Parfois, les définitions vous aideront à lire différemment un verset et à recevoir une nouvelle compréhension spirituelle.

Image

« L’Éternel console son peuple, il a pitié de ses malheureux » (Ésaïe 49:13).Le baume de Galaad, tableau d’Ann Adele Henrie