Le Liahona
Comment maîtriser les appareils numériques et retrouver votre famille
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Notre foyer, notre famille

Comment maîtriser les appareils numériques et retrouver votre famille

Voici sept astuces pour que les appareils numériques soient nos serviteurs et non nos maîtres.

Photo Getty Images

Imaginez les situations fictives suivantes :

  • Une famille est assise au restaurant, attendant d’être servie, mais, au lieu de bavarder ensemble, chacun de ses membres a les yeux rivés sur son smartphone.

  • En parcourant les accomplissements soigneusement enjolivés des jeunes de son âge sur les réseaux sociaux, une adolescente se sent incapable et seule.

  • Au parc, une petite fille essaie d’obtenir de son père qu’il lève les yeux de son téléphone et la regarde.

  • Un mari continue de consulter les résultats sportifs sur sa montre connectée pendant que sa femme lui parle.

  • Un jeune homme envoie sans arrêt des textos pendant la leçon de soirée familiale.

Chacun de ces exemples, et des douzaines d’autres que vous avez sans doute connus, est une petite tragédie. Les smartphones et autres appareils numériques sont à la fois une bénédiction et une malédiction. Ils nous relient à un monde extraordinaire d’informations. Ils nous permettent de faire notre histoire familiale, d’étudier les Écritures et de parler avec les membres de notre famille malgré les grandes distances mais, s’ils ne sont pas maîtrisés convenablement, ils peuvent aussi perturber nos rapports familiaux et avoir une incidence sur notre santé mentale, spirituelle et physique.

Le paradoxe de la technologie

En tant que conseiller conjugal et familial, je suis témoin des difficultés croissantes de personnes sincères qui sont en concurrence avec des écrans pour obtenir l’attention de leurs êtres chers. C’est un grand paradoxe. Les appareils qui étaient censés nous aider à nous mettre en contact les uns avec les autres et à améliorer nos relations ont, dans certains cas, rendu les rapports humains plus superficiels et donné aux gens un sentiment d’insécurité. En fait, de nombreux chercheurs sont en train de découvrir que des rapports de plus en plus fréquents de dépression, d’anxiété, de harcèlement et de suicide ont un lien avec l’épidémie de solitude provoquée, en grande partie, par l’utilisation répandue des appareils électroniques personnels1.

Dans notre foyer, bien que tout le monde soit ensemble physiquement, lorsqu’on sort les appareils, ils peuvent instantanément créer des sentiments de solitude et d’exclusion. Si nous voulons tisser des liens familiaux étroits, nous devons reconnaître que notre attention est divisée lorsque des appareils s’infiltrent dans nos réunions de famille.

Il est inutile de réagir de manière excessive et d’éliminer totalement la technologie de notre vie. En revanche, nous devons lui donner la place qui lui revient afin qu’elle bénéficie à nos relations au lieu de les miner.

Les ornements d’un monde virtuel

Quand nous nous immergeons dans nos appareils, cela minimise le monde physique qui nous entoure avec tous ses sons, ses textures, ses images et un nombre incalculable d’autres sensations, et le remplace par un monde virtuel qui ne nous relie pas aussi fortement à notre corps et au milieu qui nous entoure. Nous risquons alors de ne pas percevoir les signaux physiques qui nous disent ce dont nous avons besoin pour être en bonne santé. Par exemple, un temps excessif passé sur les écrans peut nous empêcher de remarquer que nous sommes fatigués, affamés ou tendus.

Cette déconnexion avec le monde physique peut aussi saper notre joie. Il existe une différence importante, par exemple, entre recevoir un emoji riant sur un écran et entendre le rire joyeux d’un être cher.

Le besoin d’intendants numériques

Les appareils numériques sont conçus pour être irrésistibles et difficiles à poser. En fait, de nombreux concepteurs de logiciels et de téléphones ciblent intentionnellement les points vulnérables de l’être humain pour nous inciter à vérifier et consulter des diffusions sans fin d’informations2.

Cette dépendance est si courante qu’il est facile de ne pas nous rendre compte à quel point elle nous affecte. Les jeunes ont donc besoin d’adultes qui leur montreront comment utiliser correctement ces appareils et informer leurs enfants de leurs effets.

Comme M. Russell Ballard, président suppléant du Collège des douze apôtres, l’a enseigné, les appareils numériques « doivent être nos serviteurs, non nos maîtres3 ».

Dans cette optique, voici sept astuces qui nous aideront à maîtriser nos appareils numériques :

1. Soyez comme le Sauveur : accordez toute votre attention.

Le Sauveur nous a montré comment être véritablement avec les autres, sans distraction. Tout au long de son ministère, il s’est toujours concentré sur la personne (voir Marc 5:25-34 ; 35-42 ; Luc 19:2-8) ; le Christ accordait à chacun toute son attention. Lorsqu’il a montré ses blessures aux Néphites, il n’a pas précipité le processus. Les gens se sont tous avancés un à un (voir 3 Néphi 11:15 ; italiques ajoutés).

En donnant l’exemple de cette pratique, nous enseignons à nos enfants comment être vraiment à un seul endroit à la fois au lieu de diviser leur attention entre les appareils et leur entourage. Lorsque vous parlez à quelqu’un, surtout à un enfant ou à votre conjoint, accordez-lui toute votre attention en rangeant votre téléphone.

Malheureusement, il est de règle maintenant de se détourner de ses êtres chers pour répondre à un texto ou s’occuper des besoins de quelqu’un d’autre. Cela peut nuire à nos relations et transmettre involontairement le message que la personne qui se trouve en face de nous est moins importante.

Assurez-lui qu’elle a la priorité sur les interruptions provenant de votre smartphone ou votre appareil électronique. Regardez-la dans les yeux. Écoutez comme le Sauveur le ferait. Concentrez-vous.

2. Retardez le jour où vous donnerez un smartphone à vos enfants et leur ouvrirez des comptes sur les réseaux sociaux.

Attendez que vos enfants et vos adolescents aient acquis des talents d’interraction tels que écouter, regarder les gens dans les yeux, montrer de l’empathie et être conscient des autres, avant de leur donner un smartphone et de les laisser intervenir sur les réseaux sociaux. Avant que les enfants ne deviennent citoyens du monde numérique, il est important qu’ils s’entraînent à être de bons citoyens en respectant les autres et en se mettant à leur place.

L’une des raisons pour lesquelles l’âge moyen de l’exposition à la pornographie est de onze ans4 (et, dans de nombreux cas, plus jeune) est que beaucoup d’enfants reçoivent un smartphone à un jeune âge. Gardez aussi ceci à l’esprit : même si vos enfants sont assez matures pour avoir des comptes sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes en ligne qui ont accès à leurs comptes ne le sont pas5.

Photo Getty Images

3. Établissez des règles et des limites pour votre famille.

Fixez chez vous des limites claires précisant les moments où les smartphones et autres appareils seront utilisés et ceux où ils seront rangés.

Il est fortement recommandé d’inviter tous les membres de la famille à faire l’effort délibéré de se passer de leur appareil de façon régulière. Vous pouvez peut-être désigner un endroit où les mettre qui soit hors de portée, où ils seront difficiles d’accès, par exemple dans un panier à la cuisine.

Une famille a décidé que les appareils devaient être branchés et mis de côté pendant et après le dîner afin que les membres de la famille passent du temps ensemble sans être interrompus.

Quand nous fixons délibérément des limites à nos appareils, les membres de notre famille commencent à se sentir plus unis.

4. Ne vous contentez pas d’envoyer des textos.

Lorsque vous faites part de sentiments sincères ou de réflexions importantes aux autres, cherchez, autant que votre situation vous le permet, à communiquer en personne. Si le face-à-face est impossible, essayez alors un appel vidéo afin de voir et d’entendre la personne. Si ce n’est pas possible, téléphonez-lui afin d’entendre sa voix.

5. Évitez les jeux et la navigation automatiques.

Il est facile de nous tourner sans réfléchir vers nos appareils pour nous détendre, nous distraire et nous amuser. Résistez à la tentation. Au lieu de cela, posez votre appareil et faites quelque chose qui sollicite vos sens, par exemple aller faire un tour.

En juin 2018, le président Nelson a invité les jeunes de l’Église à se « désengager de [leur] recours constant aux réseaux sociaux en [s’]en abstenant pendant sept jours6 ».

En tant que parents, lancez la même invitation chez vous et organisez une abstinence occasionnelle de jeux, de réseaux sociaux ou autres distractions numériques.

6. Entraînez-vous à ne pas répondre immédiatement.

Demandez-vous si vous devez répondre immédiatement à chaque message et chaque alerte. Nos appareils nous conditionnent à croire que chaque interruption est urgente et essentielle, au risque de détourner notre attention de ce qui importe le plus. Essayez de ralentir et de ne pas répondre immédiatement aux messages afin d’être plus présent pour votre entourage et plus attentif à ses besoins. David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, a fait remarquer que certains membres de l’Église « négligent les relations éternelles au profit de distractions, de diversions et de détours numériques qui n’ont pas de valeur durable7 ».

7. Établissez des zones non numériques.

Désignez des espaces sacrés où les appareils ne sont jamais admis. Par exemple, une famille a décidé que, lorsqu’elle est en voiture en ville, les téléphones et appareils ne sont pas autorisés dans le véhicule afin que les membres de la famille puissent bavarder ensemble. Ces genres de limites favorisent une attention continue et la création de liens qui préviennent la solitude au sein de la famille.

Sanctifier notre foyer

Faire de notre foyer un refuge contre le monde exige des efforts et de la vigilance, surtout avec toutes les distractions numériques dont nous sommes entourés. Nos relations familiales et notre santé valent tous les efforts.