Le Liahona
Hâter l’œuvre : La division de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Message de la Presidence de l’Interrégion

Hâter l’œuvre : La division de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est

« Notre Père céleste et son Fils Jésus-Christ aiment chaque âme dans cette partie du monde et leur attention se manifeste ici plus que jamais dans l’histoire de l’humanité. »

Le 1er août 2020, l’interrégion d’Afrique du Sud-Est sera officiellement divisée en interrégion d’Afrique Australe et l’interrégion d’Afrique Centrale. Le travail qui a précédé cette division a été un processus de révélation – et qui bénira la vie de beaucoup de personnes sur le continent africain.

Plaçons ce changement historique dans un contexte organisationnel : l’Église est organisée en 22 interrégions réparties dans différentes zones géographiques à travers le monde. Les interrégions sont administrées par les présidences d’interrégion composées de trois membres des soixante-dix. Ces dirigeants servent sous la direction de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres – et supervisent toutes les affaires de l’Église dans l’interrégion en leur nom. En tenant conseil, ces dirigeants de l’Église orientent les affaires spirituelles et temporelles des unités de l’Église et leurs dirigeants respectifs : pieux, missions, districts, paroisses et branches.

En tant que celui qui a suivi ce processus de division depuis sa création – tout au long de la proposition et acceptation par les hauts responsables de l’Église – je peux témoigner que le processus a été inspiré et guidé par le Seigneur dans toutes ses étapes.

Tout comme la division d’un pieu, d’une paroisse, ou d’une mission, cette division de l’interrégion est bien plus qu’une mesure administrative. Elle vise à rapprocher les dirigeants de la prêtrise – en l’occurrence, les présidences d’interrégion – et les ressources temporelles de l’Église des membres. C’est une manifestation qui montre que le Seigneur est particulièrement intéressé à hâter son œuvre sur le continent africain.

Le Seigneur a dit dans Doctrine et Alliances 88:73 : « Voici, je hâterai mon œuvre en son temps ». Certes, nous observons maintenant cette accélération se produire dans plus de 30 pays africains.

C’est peut-être aussi le moment d’apprécier et de témoigner notre reconnaissance à tous ceux qui ont planté la semence, travaillé si dur, et vaillamment servi pour que nous profitions de ce moment historique. C’est surtout le moment de louer le Seigneur pour sa bonté. Comme l’apôtre Paul l’a dit aux Corinthiens : « J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître » (1 Corinthiens 3:6). Par conséquent, la réalisation de cette étape importante de l’Église en Afrique est le produit des efforts de beaucoup de personnes en Afrique et dans le monde, mais surtout, la preuve que le Seigneur lui-même prépare la terre pour sa seconde venue.

Ayant vécu en Afrique pendant les cinq dernières années, ayant servi dans de nombreux pays à plusieurs reprises, ayant visité des dignitaires dans des palais – mais aussi ayant fréquenté les habitations les plus modestes – je peux témoigner de ce qui suit : Le Père céleste et Son Fils Jésus-Christ aiment chaque âme dans cette partie du monde et Leur attention se manifeste aux élus ici plus que jamais dans l’histoire de l’humanité.

Nous sommes tous invités à reconnaître la main de Dieu sur cette terre, à exprimer notre reconnaissance et gratitude, et à s’accrocher à la barre de fer plus fort que jamais en ce moment où nous voyons le Seigneur faire progresser son royaume dans toute sa gloire en Afrique.

Joni L. Koch a été soutenu comme soixante-dix Autorité générale en avril 2017. Il est marié à Liliane Michele Ludwig ; ils ont deux enfants.