Le Liahona
Abner Garcia et Midalys Soto – Arecibo (Porto Rico)
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Portraits de foi

Abner Garcia et Midalys Soto

Arecibo (Porto Rico)

En septembre 2017, après les ravages causés par l’ouragan Maria à Porto Rico, Abner et Midalys se sont installés en Floride (États-Unis). Peu après, dans le temple, ils ont reçu l’inspiration de repartir à Porto Rico et d’ouvrir un salon de coiffure.

Raul Sandoval, photographe

Midalys

C’était dur après le passage de l’ouragan Maria à Porto Rico. Nous avions quelques réserves d’eau et de nourriture mais nous n’avions ni électricité ni eau courante.

C’était la pluie, quand elle tombait, qui nous permettait de faire la lessive et de nous doucher. Lorsqu’il pleuvait, nous attrapions nos enfants, courions dehors et disions : « Vite, douchez-vous ! »

Le plus dur était de ne pas avoir de moyen de communiquer avec notre famille, nos amis ou d’autres personnes. Heureusement, un voisin avait un groupe électrogène et nous en faisait profiter afin que nous puissions téléphoner à notre famille. Lorsque nous avons appelé notre famille en Floride, elle nous a dit de venir chez elle.

Deux semaines après l’ouragan, nous étions en Floride. Je faisais mes études d’infirmière à ce moment-là et je les ai continuées là-bas. Mais, comme le frère d’Abner n’avait qu’une voiture, on avait du mal à circuler et Abner à trouver du travail. Nous voulions travailler et trouver une solution pour rester.

J’ai envisagé de rester en Floride pendant qu’Abner repartirait travailler à Porto Rico. Quand j’ai parlé de mon projet à une amie, elle m’a dit : « Non, vous formez une famille. Vous devez rester ensemble. »

J’ai prié pour rester en Floride mais Abner a prié pour connaître le chemin que le Seigneur nous destinait. Nous sommes allés au temple pour être guidés. Là, j’ai senti très fortement l’Esprit me manifester que nous devions retourner à Porto Rico. C’était dur mais c’est ce que nous avons fait. J’ai poursuivi mes études et nous avons décidé d’ouvrir un salon de coiffure. Abner est coiffeur.

Abner

J’ai trouvé un petit local à louer pour notre salon. Le propriétaire m’a indiqué le montant du loyer ; il était au-dessus de nos moyens. Je lui ai demandé s’il pouvait le baisser. Il a téléphoné plus tard et m’a dit : « Je veux savoir à qui je loue. Venez avec votre femme afin que je la rencontre. »

Midalys

Nous avons prié pour qu’il voie que nous sommes des gens bien. Après l’entretien, il a dit : « Dieu vous aide. Cela fait longtemps que j’ai ce local. De nombreuses personnes ont demandé à le louer mais je n’étais jamais satisfait. Je suis persuadé que vous êtes des gens bien. »

Il a baissé le loyer pendant trois ans. J’étais étonnée. Il a employé les mots exacts que mon mari et moi avions utilisés dans notre prière.

Abner

Nous sommes maintenant beaucoup plus en sécurité et en paix. Nous gagnons de l’argent et nous sommes bénis.

Midalys

Certaines personnes traitaient mal Abner parce qu’il est membre de l’Église. Elles disaient aussi : « Tu ne devrais pas gérer un commerce avec ta femme. » Mais il répondait : « Bien sûr que nous pouvons le faire ensemble ! » En fait, cela a été une grande chance pour nous deux. Il m’aide à tenir la maison et à prendre soin des enfants, et je l’aide à gérer le salon.

Dieu nous aime et nous guide. Retourner à Porto Rico était la bonne décision pour notre famille. C’était le plan parfait de notre Père céleste pour nous.

Abner et Midalys regardent jouer leurs enfants, Jatziel et Abnahia. Ils sont reconnaissants que le Seigneur ait guidé et béni leur famille.

Tous ensemble, ils jouent à un jeu amusant. Midalys est reconnaissante à son amie de lui avoir conseillé de rester ensemble en famille en dépit des difficultés professionnelles suite à l’ouragan Maria.

Leur salon de coiffure est une belle occasion pour Abner et Midalys de progresser ensemble.