Le Liahona
Avez-vous des questions à propos de l’Évangile ? Voici cinq façons de trouver des réponses.
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Version numérique uniquement

Avez-vous des questions à propos de l’Évangile ? Voici cinq façons de trouver des réponses.

Moi aussi j’ai des questions. Et il n’y a aucune raison d’en être effrayé.

« Y a-t-il des questions ? »

Avez-vous déjà entendu cette phrase à la fin d’un cours et pensé : « Oui, j’en ai des millions » ou « Oui, je ne comprends rien », sans pourtant oser rien dire ?

Ça m’est arrivé. Et parfois j’ai encore peur d’avoir des questions.

J’ai peur de manquer de connaissance, de ce que les autres pourraient penser ou de me retrouver face à des informations qui me laisseraient encore plus perplexe.

Pourtant, on ne devrait jamais avoir peur ni honte de se poser des questions et de vouloir mieux comprendre, surtout pour ce qui a trait à l’Évangile. Notre Père céleste veut que nous cherchions davantage de connaissance ! Dieter F. Uchtdorf a même dit : « Poser des questions n’est pas un signe de faiblesse, c’est un préalable à la progression1. »

Nous avons tous des choses à apprendre. Et les questions, si on y cherche les réponses de la bonne manière, ouvrent la porte à la connaissance et à une plus grande foi. Voici cinq façons de faire la lumière sur vos questions.

1. Vérifiez vos sources

Il existe de nombreuses sources fiables vous apportant davantage de compréhension, notamment les Écritures et la documentation de l’Église. Mais il y a aussi beaucoup de renseignements erronés et de sources douteuses dans le monde. Heureusement, il est possible de discerner la vérité du mensonge !

Anthony Sweat, professeur assistant d’histoire et de doctrine de l’Église à l’Université Brigham Young, propose cinq questions pour déterminer si une source est digne de confiance :

  1. Est-ce une source de première main ? (Écrite ou produite par quelqu’un qui a participé à l’événement ou en a été témoin.)

  2. Est-ce un récit contemporain ? (Rapporté au moment des faits ou peu de temps après.)

  3. La perspective de son auteur est-elle objective ? (L’auteur s’efforce autant que possible d’être juste et impartial.)

  4. Comment est-elle reliée à d’autres sources ? (Les dates, les faits, les affirmations, etc. sont cohérents avec d’autres sources traitant des mêmes faits.)

  5. Les affirmations sont-elles étayées par des preuves ? (Les déclarations sont basées sur des preuves solides et il y a des données à l’appui2.)

Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a enseigné : « Dans le domaine de la foi et des convictions, il est bon d’adresser vos questions à ceux qui en sont dotés3 ! » Ses paroles et les questions ci-dessus vous donneront de l’assurance pour trouver des renseignements fiables.

2. Fiez-vous aux paroles des prophètes

Les prophètes et les apôtres transmettent la doctrine et la vérité (et par conséquent les réponses à vos questions) par révélation. Bien souvent, quand j’étais troublée ou désemparée, j’ai été apaisée par la lecture ou l’écoute d’un discours de conférence générale.

Même si vous ne comprenez pas tout le contenu des discours de dirigeants de l’Église, souvenez-vous que leurs paroles proviennent de notre Père céleste, c’est-à-dire de la source de l’amour et de la vérité. Rappelez-vous et croyez les paroles d’Ulisses Soares : « La présence de prophètes est un signe de l’amour de Dieu pour ses enfants4. » Cela vous apportera de l’espoir, quelle que soit la connaissance que vous recherchez.

3. Étudiez diligemment les Écritures

Comment étudiez-vous les Écritures ? Personnellement, je pourrais faire mieux, mais quand je médite véritablement sur ce que je lis, je remarque une différence en moi. Je ressens davantage la paix et l’espoir. Pour ouvrir votre esprit afin que les Écritures vous inspirent, essayez d’appliquer ces conseils :

  • Commencez et terminez votre étude par une prière. Si vous recherchez l’Esprit pour comprendre, vous remarquerez davantage ses murmures et les idées venant de lui.

  • Notez les impressions que vous recevez. En les relisant plus tard, vous verrez apparaître des liens entre ces impressions et vos questions et, avec le temps, vous reconnaîtrez les réponses.

  • Prenez du temps pour méditer. Restez assis au calme et prêtez attention aux pensées et aux sentiments récurrents que vous recevez après votre lecture et votre étude. Rappelez-vous que l’Esprit parle d’une petite voix douce.

4. Apprenez à recevoir la révélation

À ce stade de ma vie, j’ai plus que jamais besoin que mon Père céleste me guide et m’aide à renforcer ma foi. Et il m’arrive parfois d’être découragée quand je fais tout pour favoriser la présence de l’Esprit et que je ne reçois toujours pas de réponse du ciel. Heureusement, j’ai appris de Sheri Dew, ancienne deuxième conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours, que, pour ouvrir les canaux de communication avec notre Père céleste, il faut se poser ces questions :

  • Lorsque vous posez une question, partez-vous du principe qu’elle a une réponse ?

  • Êtes-vous disposé à faire confiance au Seigneur et à lui accorder le bénéfice du doute ?

Demandez ensuite à notre Père céleste :

  • de vous enseigner sa manière de communiquer avec vous personnellement.

  • ce qu’il pense de vous.

Sœur Dew explique : « Ensuite, observez sa manière de vous guider. Notamment, prêtez attention aux passages d’Écritures qui vous interpellent, aux points importants des messages de la conférence générale qui vous auraient échappé la première fois, etc. […] Au fil du temps, il vous répondra, et, à mesure qu’il le fera, vous apprendrez davantage à discerner la révélation par l’Esprit5. »

Ces deux questions essentielles ont grandement amélioré ma capacité de reconnaître et de recevoir la révélation.

5. Accrochez-vous à ce que vous savez

Parfois les réponses ne viennent pas tout de suite. La réponse pour vous en ce moment peut simplement être que vous devez faire confiance à notre Père céleste et être patient. N’oubliez pas le conseil de Dieter F. Uchtdorf de douter de nos doutes avant de douter de notre foi6.

Si vous êtes découragé, réfléchissez aux vérités enfouies dans votre cœur. Quand je traverse un moment difficile, je repense aux moments où j’ai su avec certitude que j’étais une fille aimée de parents célestes, que Dieu avait un plan pour moi et que Jésus-Christ était mon Sauveur.

Si vous vous posez des questions, il est facile de vous concentrer sur ce que vous ne comprenez pas au lieu de ce que vous comprenez. Mais, si vous êtes prêt à adoucir votre cœur, à garder une perspective éternelle et à conformer humblement votre volonté à celle de notre Père céleste, il vous conduira toujours à la vérité et vous donnera l’espérance jusqu’à ce que vous obteniez davantage de connaissances. Et un jour, vous aurez la réponse à toutes vos questions (voir Doctrine et Alliances 101:32-36).