Le Liahona
Malgré la fermeture des temples, des bénédictions sont directement accessibles pendant la pandémie de COVID-19, déclare David A. Bednar
Notes de bas de page
Thème

Version numérique uniquement

Malgré la fermeture des temples, des bénédictions sont directement accessibles pendant la pandémie de COVID-19, déclare David A. Bednar

Lisez la quatrième partie de la série d’entretiens présentant les conseils de membres du Collège des douze apôtres durant la pandémie de COVID-19.

Comme le rapporte l’Ancien Testament, Jéhovah promit aux enfants d’Israël qu’en portant l’arche de l’alliance, le plus sacré de leurs symboles religieux, ils traverseraient le Jourdain à pied sec.

David A. Bednar, membre du Collège des douze apôtres, explique que l’aspect le plus notable de cet épisode est que « les eaux ne se sont pas séparées avant que leurs pieds soient mouillés ».

Il ajoute que ce moment, relaté dans Josué 3, constitue l’une des « grandes leçons du passé » où puiseront les saints des derniers jours aujourd’hui, face à la pandémie de COVID-19 qui a emporté des milliers de vies, paralysé l’économie mondiale et plongé les populations du monde dans l’isolement.

En réponse à la crise du coronavirus, les dirigeants de l’Église ont procédé à de nombreuses adaptations afin de contribuer à la résorption de la pandémie, notamment en fermant les temples dans le monde entier.

Le temple « est un point d’intersection entre le ciel et la terre », a dit frère Bednar, ajoutant que l’expérience vécue dans le temple nous permet de voir bien au-delà de la condition mortelle.

Il a expliqué : « Cependant, durant cette période où l’œuvre du temple ne peut s’accomplir, les bénédictions restent accessibles aux saints des derniers jours. Tout comme les enfants d’Israël ont transporté l’arche de l’alliance au travers du Jourdain en sachant que les eaux se sépareraient, de même les membres doivent marcher résolument avec force, courage et l’espoir que des miracles suivront.

Si nous exerçons notre foi pour marcher résolument, alors, à la manière du Seigneur et au moment où il le décidera, l’eau se divisera. »

Honorer ses alliances

Frère Bednar, président du Conseil exécutif des temples de l’Église et de l’histoire familiale, s’est adressé au Church News, par vidéoconférence, quelques semaines après la publication, le 25 mars 2020, d’une déclaration de la Première Présidence suspendant l’œuvre du temple dans le monde entier en réaction à la crise du coronavirus.

Pendant la fermeture des temples, les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se concentreront sur « ce que l’on apprend et sur l’Esprit que l’on ressent dans le temple », a dit frère Bednar.

Il a ajouté : « De toute évidence, l’Esprit ne se trouve pas seulement dans la maison du Seigneur. Si nous honorons nos alliances, alors nous aurons toujours ce même Esprit avec nous. »

Il a expliqué que, sans la perspective de l’Évangile, de nombreuses épreuves de la vie seraient « intolérables ». « Mais, parce que nous avons conscience de la portée de l’éternité et voyons au-delà de la tombe, prenons courage et continuons à marcher résolument. »

Les alliances et les ordonnances administrées dans les saints temples constituent une grande source d’espérance car elles « se concentrent sur le Sauveur, sa mission et ce qu’il a rendu possible pour nous ». Personne n’a choisi de vivre la pandémie de COVID-19, « mais elle est là ».

Il a poursuivi : « Avec la perspective éternelle que procure l’Évangile rétabli et avec la grâce qui émane de l’expiation du Sauveur, nous pouvons tirer des leçons de l’adversité inhérente à la condition mortelle, qui nous préparent aux bénédictions de l’éternité. Nous devons prier. Nous devons chercher. Nous devons demander. Nous devons avoir des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Mais nous pouvons être bénis de façons remarquables et ainsi apprendre des leçons qui nous béniront maintenant et pour toujours. »

Observer les modèles

Frère Bednar dit que l’un des buts du temple est « d’observer les modèles et d’apprendre les principes qui doivent être manifestes dans notre propre foyer ».

Selon lui, il est vrai que les saints des derniers jours vont au temple et ont de magnifiques expériences spirituelles. Il précise : « Mais, plus important encore, en quittant le temple, nous devons emporter chez nous ce que nous avons appris, puis appliquer ces enseignements. Un pouvoir spirituel équivalent régnera dans notre foyer si nous nous efforçons de nous rappeler les principes et les modèles enseignés dans le temple, et si nous les vivons. »

Citant Neal A. Maxwell (1926–2004), du Collège des douze apôtres, frère Bednar dit que, lorsque les saints des derniers jours « passent par [le] saint temple », ils doivent aussi « laisser le saint temple passer en eux » (« Settle in Your Hearts », Ensign, nov. 1992).

Il ajoute : « Cette période où nous avons temporairement suspendu l’activité des temples constitue une occasion de choix pour inviter les alliances et les ordonnances à ‘passer en nous’. Ce n’est pas uniquement lorsque nous sommes dans le temple que nous nous remémorons les leçons que nous y avons apprises lors de précédentes expériences.

Ces enseignements se trouvent dans notre esprit et, espérons-le, dans notre cœur. Nous pouvons avoir accès à cette connaissance et à ces souvenirs à n’importe quel moment. »

Supplication au Seigneur

Frère Bednar dit que chacun de nous connaît des moments où « les prières deviennent plus sincères et plus profondes ». Souvent, les membres adressent des supplications au Seigneur dans le temple.

Il explique : « Il s’agit-là d’une expérience puissante. Mais le Seigneur connaît notre situation. Et il n’accordera pas en cette période moins de crédit à une prière sincère offerte dans une pièce familiale ou à genoux à côté d’un lit. Il posera son regard sur nous avec une grande miséricorde et une grande compassion. »

Cela s’applique à quiconque désire se rendre au temple pour recevoir les ordonnances pour les vivants, notamment les mariages et les scellements.

Frère Bednar ajoute : « Je n’arrive pas à imaginer la déception et même le déchirement que l’on éprouve. Mais le jour viendra. Ce n’est qu’une interruption temporaire. »

Les personnes dont le mariage au temple a été reporté sauront, grâce à leur préparation spirituelle et leurs prières personnelles, comment procéder. « Chaque personne et chaque couple peuvent savoir ce qu’il faut faire. Ils doivent être patients et se reposer sur le Seigneur. Par des moyens simples, il le leur murmurera par le pouvoir de son Esprit et ils sauront quoi faire. »

Détenir une recommandation à l’usage du temple

Il ajoute qu’en cette période, chaque jeune et chaque membre adulte de l’Église devraient détenir une recommandation à l’usage du temple en cours de validité :

« L’importance de détenir une recommandation à l’usage du temple n’est pas seulement un élément opérationnel de l’appartenance à l’Église rétablie du Sauveur .»

Howard W. Hunter (1907–1995), ancien président de l’Église, a appelé le temple « le grand symbole de [notre] appartenance à l’Église » parce que le temple est « le cadre divin pour [nos] alliances les plus sacrées » (« The Great Symbol of Our Membership », Ensign, oct.1994).

Frère Bednar déclare : « Nous devrions toujours être dignes d’avoir une recommandation à l’usage du temple en cours de validité en notre possession. »

Cette période de suspension de l’activité permettra aux membres qui ont facilement accès au temple d’apprécier les efforts des saints des derniers jours qui voyagent en autocar ou en bateau durant des jours avant d’arriver au temple. Certains membres fidèles n’ont l’occasion de se rendre au temple qu’une ou deux fois au cours de leur vie.

Il précise : « Nous n’avons pas choisi la situation actuelle, mais, étant donné qu’elle est là, elle nous aidera à avoir des yeux pour voir des choses que nous n’avions jamais vues et des oreilles pour entendre des choses que nous n’avions jamais entendues auparavant. Notre gratitude devrait grandement augmenter car, souvent, ceux d’entre nous qui vivent près d’un temple tombent dans une certaine désinvolture et le considèrent comme acquis. »

C’est une période où « nous pouvons nous concentrer sur la façon de permettre aux alliances et aux ordonnances du temple de passer en nous ».

Les membres se concentreront sur les alliances relatives à l’obéissance, au sacrifice, à la consécration, à l’esprit de l’Évangile et à la pureté morale, et les méditer. « Cet esprit puissant n’est pas réservé à la maison du Seigneur. Si nous honorons nos alliances, alors nous aurons toujours ce même Esprit avec nous. »

« Les temples se nourrissent de noms. Pour les gens qui mènent une vie trépidante, c’est une merveilleuse occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire familiale, l’indexation et la façon de préparer beaucoup, beaucoup de noms pour le jour où les portes du temple rouvriront. C’est donc une chance d’accroître notre compréhension de l’œuvre de l’histoire familiale et d’en faire plus pour cette œuvre sacrée. »

Marcher résolument

Frère Bednar dit que le Seigneur a préparé l’Église pour de tels moments. « Aucune main impie ne peut empêcher l’œuvre de progresser, et aucune pandémie ne l’empêchera non plus. Malgré toutes les difficultés que nous rencontrons avec ce virus, l’œuvre continue d’avancer. »

Il rappelle que Bruce R. McConkie (1915–1985), du Collège des douze apôtres, a un jour comparé l’Église à une « grande caravane ». En dépit du terrain difficile et irrégulier, et des rivières à traverser, « la caravane avance » (« The Caravan Moves On », Ensign, nov. 1984).

Frère Bednar ajoute : « Y a-t-il des contretemps ? Oui. Y a-t-il du découragement et de la déception ? Oui. Mais ‘la caravane avance’.

Le monde surmontera cette pandémie.

Nous ne savons pas combien de temps cela prendra, mais nous la surmonterons. Et peut-être ne reprendrons-nous pas exactement notre vie selon le modèle que nous connaissions, mais beaucoup de ces adaptations et de ces changements seront très positifs. Le royaume de Dieu continue d’aller de l’avant, et en particulier dans les temples. »

Il ajoute que, depuis qu’il est devenu le dix-septième président de l’Église, Russell M. Nelson a insisté sur le fait que les ordonnances et les alliances du temple sont ce sur quoi tous les saints des derniers jours se concentrent pour aller au Christ.

Le président Nelson a annoncé à la fin de la conférence générale d’avril que l’Église s’apprête à construire huit nouveaux temples dans divers pays. L’Église compte cent-soixante-huit temples consacrés, quinze en cours de construction, et quarante-deux autres ont été annoncés.

Réitérant l’invitation lancée à tous les saints des derniers jours de détenir une recommandation à l’usage du temple en cours de validité, de prier et de se souvenir de leurs alliances du temple, frère Bednar leur promet que, s’ils marchent résolument avec foi, les « eaux se sépareront » et l’œuvre du temple pour les vivants et les morts reprendra.

Il conclut : « Davantage de temples seront annoncés lors des futures conférences. La caravane avance. »