Épître d’un apôtre
    Notes de bas de page

    Épître d’un apôtre

    Tiré d’un discours intitulé « Épître aux saints de l’interrégion de Salt Lake City », donné le 11 septembre 2016 lors d’une conférence multipieu.

    J’élève la voix pour vous mettre en garde contre certaines des difficultés que nous rencontrons aujourd’hui.

    hand writing

    Image d’un arbre, Getty Images ; détail d’un tableau de Jeff Ward, L’apôtre Paul

    L’apôtre Paul communiquait avec les saints d’autrefois par lettres, ou épîtres, qu’il envoyait aux différentes branches afin de leur exprimer son amour, et leur faire parvenir ses directives et ses enseignements. Parce qu’il m’est impossible de vous rencontrer tous personnellement, je vous adresse ma propre épître pour vous exprimer mon amour et ma reconnaissance et vous donner des enseignements.

    Paul a écrit aux saints de Corinthe : « Paul appelé à être apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu » (1 Corinthiens 1:1).

    J’ai moi-même été appelé apôtre de Jésus-Christ et, en qualité de témoin spécial du Seigneur, j’atteste, comme Paul dans ses lettres, que Jésus-Christ s’est donné pour nous et que le Père l’a ressuscité d’entre les morts (voir Galates 1:1-4). Je témoigne également que, dans ces derniers jours, Jésus-Christ a rétabli son Église par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, et que la plénitude de l’Évangile et les bénédictions associées aux alliances éternelles sont accessibles à quiconque croit au Seigneur Jésus-Christ et le suit.

    Pour vous saluer, je reprendrai les paroles de Paul : « À l’Église de Dieu […] , à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints, […] que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! » (1 Corinthiens 1:2-3).

    Mes frères et sœurs, pour avoir le cœur en bonne santé, nous devons passer régulièrement des examens médicaux. Après avoir prié pour demander l’aide divine, j’ai reçu quelques recommandations qui vous permettront de rester spirituellement sains et forts.

    Paul a mis en garde les saints de son époque contre les dangers qui les menaçaient. Aux Galates, il a écrit :

    « Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile.

    « Non pas qu’il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ.

    « Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! » (Galates 1:6-8).

    Comme Paul, je dis haut et fort qu’il y a « des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ ». Je me déroberais à mon devoir si je n’élevais pas la voix pour vous avertir des difficultés que nous rencontrons aujourd’hui.

    Deux pouvoirs dans l’univers

    Mes frères et sœurs, n’oubliez jamais qu’il y a deux pouvoirs dans l’univers : le premier nous invite à choisir le bien et à connaître une joie et un bonheur éternels, et le second nous invite à choisir l’opposé, n’apportant que tristesse et regrets. Notre doctrine nous enseigne que la vie est une mise à l’épreuve : c’est un temps pour voir à quelle invitation nous allons répondre.

    Je vous rappelle la prophétie de Jésus concernant les derniers jours dans lesquels nous vivons : « Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus » (Matthieu 24:24). Nous sommes tristes lorsque nous voyons certains des « élus » se laisser séduire, comme l’a annoncé Jésus.

    trees

    Récemment, j’ai visité un petit bosquet de séquoias plantés il y a de nombreuses années sur le campus de l’université Brigham Young. Un ami m’a expliqué que les séquoias sont les arbres les plus grands du monde et que, dans la nature, ils peuvent mesurer jusqu’à quatre-vingt-sept mètres. Ils peuvent vivre plus de trois mille ans.

    L’un des arbres est mort et a dû être abattu, laissant uniquement une souche pour rappeler aux passants que fut un temps, un arbre grand et majestueux se tenait là. L’arboriste du campus voulait savoir ce qui avait causé la mort de l’arbre, car ce n’était assurément pas la vieillesse. Après l’avoir examiné, il en est arrivé à la conclusion que les racines nourricières de l’arbre étaient mortes par manque d’eau.

    Comment était-ce possible alors que l’arbre avait prospéré là pendant plus de cinquante ans ? L’arboriste a découvert que l’aquifère qui nourrissait le petit bosquet avait été déplacé, conséquence fortuite de la construction d’un nouveau bâtiment, juste à l’est du bosquet.

    Pour moi, c’est l’analogie parfaite de ce qui se produit lorsque des membres vaillants de l’Église, les « élus mêmes », ceux qui apparemment semblent grands et droits dans leur foi, meurent spirituellement.

    Comme le séquoia mort, ces membres de l’Église puisaient autrefois leur nourriture spirituelle dans le puits de l’eau vive offerte par Jésus-Christ. Mais, pour une raison ou une autre, ils ont dévié de la source de nourriture spirituelle, et, sans cette source, leur esprit s’est flétri, et ils ont fini par mourir spirituellement.

    Comment pouvons-nous nous assurer que nos racines nourricières spirituelles sont toujours connectées au puits d’eau vive ?

    Habitudes essentielles

    Le Seigneur a détaillé les habitudes personnelles et simples qui nous maintiennent ancrés et connectés à lui et fondés sur lui. Ces habitudes, lorsque nous les adoptons d’un cœur parfaitement résolu, avec une intention réelle, sans hypocrisie ni tromperie, nous permettent d’être des disciples inébranlables du Seigneur Jésus-Christ.

    Ces habitudes essentielles comprennent des choses qui semblent facilement s’éclipser dans l’empressement de notre vie très chargée, même lorsque nous sommes engagés dans de bonnes choses comme les études, le travail pour soutenir notre famille et le service à l’Église et dans la collectivité.

    Il s’agit de la prière quotidienne sincère, du jeûne accompli avec foi, de l’étude et de la méditation régulières portant sur les Écritures et les paroles des prophètes vivants. Nous devons aussi faire du jour du sabbat un délice, prendre la Sainte-Cène avec humilité et nous souvenir toujours du Sauveur, participer au culte dans le temple le plus souvent possible et, finalement, tendre la main aux pauvres et aux personnes seules, près de nous et dans le monde entier.

    Quand quelqu’un cesse de faire ces choses simples mais essentielles, il se coupe du puits d’eau vive et permet à Satan de brouiller ses pensées avec son eau trompeuse et polluée qui obstrue les artères de la foi et assèche l’esprit par une alimentation contrefaite. Le péché et la culpabilité obscurcissent l’esprit, ce qui conduit de nombreuses personnes à nier l’inspiration et la révélation passées et cause une « déconversion » aux vérités de l’Évangile de Jésus-Christ.

    Une chose à laquelle je pense constamment, c’est que je sais que les personnes qui ne restent pas concentrées sur les points doctrinaux simples de l’Évangile de Jésus-Christ finissent par écouter de faux instructeurs et des prophètes auto-proclamés, et adoptent les philosophies du monde. Ces voix alternatives comprennent :

    video game, credit card, cell phone

    Photo d’une carte de crédit, Getty Images

    • L’attrait de la richesse qui s’accompagne d’orgueil.

    • Les convoitises qui prévalent sur les besoins, alourdissant ainsi l’endettement personnel.

    • Les loisirs et les distractions qui peuvent éloigner de la bonté saine de l’Évangile.

    • Les activités qui nous empêchent de respecter le jour du sabbat.

    • Les émissions et sites Internet qui suscitent des questions et des doutes tout en faisant fi de l’honnêteté intellectuelle qui consisterait à présenter adéquatement et loyalement la perspective du Seigneur.

    Aider les autres à trouver des réponses

    Je vais m’assurer que vous comprenez ce point important. Il n’y a absolument rien de mal à poser des questions ou à étudier notre histoire, notre doctrine et nos pratiques. Le Rétablissement a commencé par une question sincère que Joseph Smith s’est posée.

    Je dis aux parents, dirigeants d’auxiliaires, instructeurs dans l’Église (notamment du séminaire et de l’institut), évêques et présidents de pieu : Lorsque quelqu’un vient vous voir avec une question ou une inquiétude, ne balayez pas simplement la question d’un revers de la main. Ne dites pas à cette personne de ne pas s’en soucier. Je vous en supplie, ne remettez pas en cause son engagement envers le Seigneur et son œuvre. Aidez-la plutôt à trouver des réponses à ses questions.

    Je suis inquiet lorsque j’entends dire que des personnes sincères qui posent des questions sincères sur notre histoire, notre doctrine ou nos pratiques sont traitées comme si elles n’avaient pas la foi. Ce n’est pas la manière du Seigneur. Comme l’a dit Pierre, « soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous » (1 Pierre 3:15).

    Nous devons mieux répondre aux questions honnêtes. Peut-être ne sommes-nous pas capables de le faire pour tout ce qui touche au cosmos ou à notre histoire, à notre doctrine et à nos pratiques, mais nous pouvons répondre à beaucoup de questions des gens sincères. Quand nous ne connaissons pas une réponse, nous pouvons la rechercher ensemble, ce qui peut nous rapprocher l’un de l’autre et de Dieu. Il se peut, bien sûr, que nous ne trouvions pas toujours de réponse satisfaisante à nos questions. Dans ces moments-là, il est bon de nous souvenir que dans la religion il y a toujours place pour la foi. Parfois nous pouvons apprendre et étudier et savoir ; parfois nous devons croire, faire confiance et espérer.

    Aidez les personnes qui ont des questions à comprendre que le Seigneur n’exige pas de ses saints qu’ils aient un diplôme supérieur en histoire et en doctrine. Par conséquent, nous ne devons pas attendre des parents, des dirigeants et des instructeurs qu’ils aient la réponse à toutes les questions. Même au sein de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres, nous venons d’horizons divers et avons des acquis très différents, ce qui nous permet de faire part d’un large éventail d’expériences lors de nos discussions et délibérations.

    Lorsque j’ai une question à laquelle je n’ai pas de réponse, je m’adresse souvent à ceux qui peuvent m’aider. Dans l’Église, nous avons la bénédiction d’avoir des érudits et des personnes qui ont consacré toute leur vie à l’étude et qui connaissent notre histoire et les Écritures. Ces hommes et ces femmes réfléchis fournissent un contexte et un cadre pour que nous comprenions mieux notre passé sacré et nos pratiques actuelles. Grâce aux renseignements qu’ils fournissent, je suis mieux équipé pour chercher à être guidé par le Saint-Esprit.

    L’Église est attachée à la transparence et a publié une précieuse documentation offrant une nouvelle compréhension et davantage de contexte concernant l’histoire du Rétablissement. Cette documentation se trouve sur le site Internet « Joseph Smith Papers » et dans les essais Sujets de l’Évangile, sur le site ChurchofJesusChrist.org. Notre époque est une époque remarquable pour l’étude de l’histoire et de la doctrine de l’Église grâce à une abondante documentation et de nombreux experts qui nous aident à comprendre notre passé et son contexte. Priez toujours et suivez l’inspiration du Saint-Esprit, qui révèle les vérités spirituelles.

    Vivez selon vos moyens

    Je m’inquiète de ce que certains membres, qui essaient d’avoir le niveau de vie de leurs voisins, vivent au-dessus de leurs moyens Nous commettons une grave erreur lorsque nous comparons notre vie avec celle de personnes fortunées, oubliant que la plupart d’entre nous prospèrent déjà dans le pays. Soyez contents des bénédictions que vous avez déjà reçues et savourez-les au lieu de devenir esclaves de l’utilisation imprudente des crédits à la consommation. Ne vous abstenez jamais, au grand jamais, de payer la dîme et faites des offrandes généreuses pour aider les pauvres.

    Sachez apprécier la compagnie les uns des autres.

    Certains de vous ont peut-être un emploi du temps surchargé d’activités, y compris de bonnes. Veillez à ne pas surcharger celui de vos enfants. De temps en temps, éteignez les réseaux sociaux et les autres sources extérieures de distractions pour vous asseoir, parler et savourer le plaisir d’être ensemble. Comme je l’ai enseigné récemment lors d’une conférence générale, tenez régulièrement un conseil de famille (voir « Les conseils de famille », Le Liahona, mai 2016, p. 63-65).

    N’oubliez pas l’exhortation du Seigneur : « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu » (Psaumes 46:10 ; voir aussi Doctrine et Alliances 101:16).

    Pour accaparer l’attention des membres de la famille et l’éloigner de ce qui compte le plus, il y a toujours quelqu’un qui crée quelque chose de nouveau par exemple une nouvelle application ou un nouveau jeu qui pousse les jeunes à regarder leur smartphone au lieu d’admirer les créations du merveilleux monde de Dieu ou même de voir une personne qu’ils aimeraient rencontrer, fréquenter et épouser, et avec qui ils pourraient avoir une relation dans le monde réel qui aboutisse à des bénédictions éternelles.

    Aimez votre prochain

    Church members in different settings

    Je vais dire quelques mots concernant vos amis, vos voisins et vos collègues, à l’école et au travail, qui ne sont pas membres de l’Église. Nous prenons au sérieux le grand commandement et la grande mission que nous a donnés le Seigneur : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » (Matthieu 28:19). Mais nous honorons et respectons le libre arbitre de chacun de penser et de croire, ou de ne pas croire, ce qu’il veut.

    Si cela n’intéresse pas un voisin, un collègue de travail ou un camarade d’école de connaître l’Évangile, nous devons toujours continuer à lui tendre la main de l’amitié. Notre amour pour lui ne doit pas être conditionnel ; il doit être sincère et sans contrepartie.

    Nos enfants apprennent le mieux de l’exemple de leurs parents et de leurs dirigeants. Faisons attention à ce que nous disons d’autrui et à la façon dont nous traitons nos semblables. Et souvenez-vous, nous avons le droit d’être en désaccord, mais nous ne devons pas devenir désagréables.

    Jésus a enseigné : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 19:19). Si nous sommes ses disciples, nous devons faire preuve de courtoisie et de gentillesse chrétiennes envers toutes les personnes que nous rencontrons, y compris avec celles qui ont choisi de se dissocier de l’Église.

    Unissons-nous à toutes les personnes de bonne volonté dans toutes les bonnes causes et incluons-les dans notre cercle d’amis et de collaborateurs. Accueillons-les véritablement dans nos églises et nos activités de paroisse.

    Conseil de paix et conseil de prophète

    Je suis au terme de l’épître apostolique que je vous adresse et je témoigne que, si vous réfléchissez attentivement aux conseils des prophètes, vous verrez que vos racines nourricières seront reliées à la « source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14). Vous ne mourrez pas spirituellement comme ce beau séquoia, mais je vous témoigne que vous aurez plus de paix, de joie et de bonheur en acceptant Jésus-Christ et les serviteurs qu’il a appelés, et en suivant le plan de son Évangile. À moins que les peuples des nations ne tournent de nouveau leur cœur vers Dieu, ses enseignements et son plan, nous subirons immanquablement les conséquences révélées dans les Écritures.

    Mes frères et sœurs bien-aimés, il nous a été commandé de préparer l’Église et de nous préparer nous-mêmes pour ces jours qui ne manqueront pas de venir si les habitants de la terre continuent d’ignorer Dieu, notre Père céleste, et son Fils bien-aimé, le Seigneur Jésus-Christ. Les Écritures sont claires quant à ce qui arrive lorsque l’on se détourne de Dieu.

    Nous vous aimons. C’est un honneur pour moi de demander à notre Père céleste de vous bénir. Puissiez-vous avoir la paix. Puissiez-vous avoir de la joie dans le cœur. Puissiez-vous avoir le courage de vous repentir si vous le devez. S’il y a quelque chose dans votre vie qui n’est pas bien, que Dieu vous donne le courage de vous repentir et de changer, à compter d’aujourd’hui. Que le Seigneur vous donne la force de tourner votre cœur vers lui, de l’aimer et de le servir afin que vous traversiez sains et saufs la condition mortelle, vous préparant pour le jour où notre Père céleste et son Fils bien-aimé vous prendront dans leurs bras.

    En qualité de témoin spécial du Christ, je vous témoigne que je sais que Jésus est le Christ. Il est le Fils de Dieu. Les choses que j’ai dites sont vraies et j’espère que vous recevrez mon épître dans l’esprit dans lequel je l’ai énoncée. Je témoigne que cette Église est celle de Jésus-Christ.

    Que Dieu vous bénisse, mes frères et sœurs bien-aimés tandis que nous faisons tout notre possible pour nous préparer pour le jour où le Sauveur et Rédempteur du monde reviendra en Seigneur et Roi.