Si votre mission s’est terminée prématurément, n’abandonnez pas
    Notes de bas de page

    Jeunes adultes

    Si votre mission s’est terminée prématurément, n’abandonnez pas

    L’auteur vit en Utah.

    Un retour de mission prématuré ne diminue en rien votre valeur.

    missionary returning home

    Illustration David Green

    Si vous lisez ceci, vous savez probablement déjà qu’il est extrêmement difficile de rentrer prématurément de mission. Les jeunes adultes qui servent sont peut-être victimes de blessures physiques ou ont peut-être des problèmes de santé mentale, de dignité ou de désobéissance aux règles de la mission, ou sont en conflit avec d’autres personnes, ce qui les oblige à quitter leur mission avant la date de relève prévue.

    Quelle que soit la raison, Dieu ne veut pas que ce contretemps handicape spirituellement ses enfants. Comment les missionnaires rentrés prématurément peuvent-ils aller de l’avant après une transition aussi bouleversante ? Et comment les parents, les dirigeants de l’Église et les êtres chers peuvent-ils aider ?

    Un missionnaire du Livre de Mormon

    Un exemple utile se trouve dans le livre d’Alma. Le prophète néphite Alma, accompagné d’un certain nombre de personnes de confiance, dirigeait une mission auprès des méchants Zoramites. Parmi ces personnes, son fils Corianton, a « délaissé le ministère et est passé au pays de Siron, parmi les régions frontières des Lamanites, à la suite de la prostituée Isabel » (Alma 39:3). Par conséquent, Alma a sévèrement réprimandé Corianton et l’a appelé au repentir, lui faisant cette remarque : « Je ne m’attarderais pas sur tes crimes pour te déchirer l’âme, si ce n’était pour ton bien » (Alma 39:7).

    Corianton a accepté humblement la réprimande de son père, s’est repenti de ses péchés et est retourné en mission parmi les Zoramites et a annoncé « la parole avec vérité et sagesse » (Alma 42:31). Le récit ajoute qu’après qu’Alma a parlé à ses fils, « les fils d’Alma (Shiblon et Corianton) [sont allés] parmi le peuple pour lui annoncer la parole » (Alma 43:1).

    Un retour plein de potentiel

    Quelles leçons tirer de cette histoire ? D’abord, un missionnaire qui rentre prématurément, même pour des raisons qu’on aurait pu éviter, a toujours des occasions d’accomplir de grandes choses. Corianton a commis de graves fautes mais il a néanmoins accompli ensuite une grande œuvre. Donc, même les missionnaires qui rentrent à cause de leurs actions ne doivent pas avoir l’impression d’avoir détruit leur potentiel spirituel. Corianton a tiré des leçons de ses fautes et a édifié le royaume de Dieu de façon extraordinaire. Tout le monde en est capable, peu importe à quel point il a le sentiment d’avoir échoué.

    Deuxièmement, nous apprenons le rôle essentiel des autres dans la guérison spirituelle d’un missionnaire rentré prématurément. Alma, père et dirigeant de prêtrise de Corianton, a conseillé son fils avec sévérité mais aussi avec confiance en sa capacité d’atteindre encore son potentiel spirituel. Comme pour Corianton, les conséquences de la désobéissance en mission doivent suivre, mais toute discipline doit être accompagnée d’amour, de pardon et de miséricorde (voir Doctrine et Alliances 121:41-44).

    Un retour pour guérir

    Ce même message d’espoir pour les missionnaires rentrés prématurément est répété aujourd’hui. Marshall, qui a dû rentrer à cause de problèmes physiques et mentaux, a parfois regretté les obstacles de santé et les faiblesses personnelles qui l’ont empêché d’être un missionnaire pleinement opérationnel. Il a néanmoins le sentiment que son service en valait totalement la peine.

    Il dit : « Les missionnaires ne sont pas parfaits. Nous sommes toujours sujets à la tentation, nous pouvons toujours pécher. Mais vos imperfections sont probablement les points sur lesquels Satan veut que vous vous concentriez. Il veut que vous pensiez que votre offrande n’est pas acceptée par le Seigneur à cause de ces moments où vous n’étiez pas le meilleur missionnaire. »

    Marshall croit fermement que le Seigneur veut que les missionnaires sachent qu’il est content du service qu’ils offrent, même lorsque ce service a été rendu de manière imparfaite du fait de choix ou de circonstances particulières.

    Marshall a appris à faire face et à guérir en faisant tout son possible pour rester proche de notre Père céleste et de Jésus-Christ.

    Un retour pour se repentir

    Un autre missionnaire, qui a servi au Colorado, a été renvoyé pour des raisons de discipline et a été excommunié de l’Église mais, plus tard, a été rebaptisé. Il dit : « C’était dur de rentrer à la maison. Je me sentais perdu et vide. Le plus difficile était parfois de trouver la motivation pour continuer d’aller à l’église, de lire les Écritures et de prier. Les choses simples étaient les plus dures. »

    Cependant, il a puisé de la force dans le soutien de ses amis et de sa famille, et dans ses efforts pour se repentir.

    Il ajoute : « Les buts que je me suis fixés, mes entretiens avec mon évêque et mon assiduité au temple lorsque j’en ai été digne, ont été déterminants pour me permettre de me rapprocher de notre Père céleste. Je me souviens de moments où je ne pouvais pas rencontrer mon évêque ni atteindre certains buts. L’adversaire était toujours sur mes talons à me tenter. »

    Il dit qu’il a réussi à guérir en gardant toujours à l’esprit qu’il avait un Père céleste qui l’aimait et voulait qu’il soit heureux. Il ajoute : « Avec un témoignage de l’expiation du Sauveur et du repentir, nous pouvons toujours nous rapprocher de Dieu, peu importe combien nous nous sentons éloignés de lui. »

    Faisant allusion aux mois où il a servi avant les événements qui ont précipité son retour, il ajoute : « Rétrospectivement, je pense toujours que c’est l’une des meilleures expériences que j’aie vécues. J’ai beaucoup appris, et même si cela ne s’est pas déroulé comme je l’avais prévu, j’ai quand même vu des vies changer grâce à l’Évangile. J’ai commis des fautes mais mon témoignage a énormément grandi pendant que je m’efforçais de me repentir et de continuer d’avancer. »

    Il veut que les autres missionnaires qui rentrent prématurément à cause de leur choix sachent ceci : « Ce n’est pas la fin du monde. Le retour est la première étape du repentir. En suivant ce processus de repentir, vous apprendrez énormément. Ce lourd fardeau vous sera ôté. Il n’y a rien de mieux que de savoir que l’on est en règle avec Dieu. »

    Aimer les missionnaires qui rentrent prématurément

    Ces deux frères ont souligné combien il est important que les amis et les membres de la famille des missionnaires qui rentrent prématurément leur témoignent de l’amour et du soutien.

    Marshall dit : « Laissez-les respirer. Mais ne restez pas loin parce que cela peut être un peu déprimant. Soyez leur ami. » En étant attentifs à l’Esprit, nous évaluons leurs besoins et savons quand intervenir et quand respecter leur intimité.

    Le missionnaire qui a servi au Colorado ajoute : « Aimez-les tout simplement. Encouragez-les à toujours se souvenir du sacrifice expiatoire de Jésus-Christ. »

    La façon dont les missionnaires rentrés prématurément sont traités peut être déterminante et faire qu’ils s’éloignent dans la honte ou persévèrent dans la foi. Il est donc indispensable de les accueillir à bras ouverts sans les juger.

    Comme Corianton, ils ont le potentiel de dépasser leur état vulnérable actuel pour devenir des instruments puissants entre les mains du Seigneur.

    L’espérance dans le plan de Dieu

    Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, adresse des paroles de réconfort aux missionnaires rentrés prématurément. Il dit : « Quand quelqu’un demande si vous avez fait une mission, dites oui. Chérissez le service que vous avez rendu. Soyez reconnaissants de l’occasion d’avoir témoigné, d’être parti au nom du Seigneur, d’avoir porté cette plaque missionnaire. […] S’il vous plaît, ne vous appesantissez pas, ne ressassez pas, ne pensez pas que vous êtes un incompétent ou un raté1. »

    Si vous êtes rentrés prématurément à cause de péchés, souvenez-vous de ces paroles de Joy D. Jones, présidente générale de la Primaire : « Si nous péchons, nous perdons en dignité, mais jamais en valeur2 ! » Elle affirme que Dieu nous aidera à prendre confiance en nous dans nos heures les plus sombres si nous nous tournons vers lui.

    Le message du Livre de Mormon, des missionnaires de notre époque rentrés prématurément et des dirigeants de l’Église est le même : Ne perdez jamais espoir parce que Dieu a encore pour vous des projets qui dépassent tout ce que vous pouvez imaginer. Vous, êtres chers de ces missionnaires, votre réaction à leur retour influencera grandement leur guérison et le succès avec lequel ils atteindront leur potentiel. Souvenez-vous que l’expiation de Jésus-Christ guérit toutes les blessures, y compris celles d’un retour de mission prématuré.

    Notes

    1. Voir Jeffrey R. Holland, « Conseils de frère Holland aux missionnaires rentrés prématurément » (vidéo), lds.org/media-library.

    2. Joy D. Jones, « Une valeur inestimable », Le Liahona, novembre 2017, p. 14.