2019
    La mission miraculeuse de Joseph Smith, le prophète
    Téléchargements
    Tout le livre (PDF)
    Notes de bas de page
    Theme

    La mission miraculeuse de Joseph Smith, le prophète

    Tiré d’un discours intitulé « Joseph Smith, le prophète et l’homme », prononcé le 25 juin 2018 dans le cadre d’un séminaire pour dirigeants de mission.

    Joseph Smith a accompli plus que ce qu’aucun mortel aurait pu faire en aussi peu de temps. La seule explication possible est l’aide divine.

    Joseph Smith 1841

    Joseph Smith, tableau de William Whitaker

    J’ai choisi de parler de Joseph Smith, le prophète et l’homme. J’espère ainsi contribuer à vous faire mieux comprendre les accomplissements miraculeux et uniques du prophète fondateur de cette dispensation.

    Le lien qui existe entre la connaissance et le témoignage de Joseph Smith est essentiel dans l’œuvre missionnaire. Nous savons tous que certains amis de l’Église acceptent les principaux points de doctrine de l’Évangile, mais ne peuvent tout simplement pas accepter le fait qu’un garçon de quatorze ans a reçu la visite du Père et du Fils, traduit le Livre de Mormon et est devenu le prophète que nous savons qu’il est. Les personnes qui ont des difficultés à accepter Joseph Smith, le prophète, feraient bien de tirer profit de cet enseignement du président Nelson :

    « La mission de Joseph dans la condition mortelle a été préordonnée. Son esprit réceptif et intact était ouvert aux instructions du Seigneur. Mais, selon les critères du monde, le rôle de Joseph était des plus improbables. Et sa tâche d’être le prophète de cette dernière dispensation semblait totalement impossible. Cet exemple démontre un principe souvent vrai quant à la façon dont le Seigneur agit : Il utilise l’improbable pour accomplir l’impossible1 ! »

    Il est très important que nos missionnaires aient un témoignage de l’appel divin et de l’œuvre miraculeuse de Joseph Smith, le prophète.

    Cela fait plus de soixante ans que j’étudie la vie de Joseph Smith. Je suis né en 1932, quand l’Église avait tout juste cent ans d’existence. Je pense être un saint des derniers jours tout à fait typique de ce deuxième siècle. Nous n’avons pas rencontré Joseph Smith, mais nous avons l’impression de le connaître et nous l’aimons grâce à ce qu’il a révélé et enseigné. Nous sommes témoins de la véracité de la prédiction poétique selon laquelle « Joseph sera par chacun acclamé2 ».

    Joseph Smith, le prophète.

    Nous connaissons tous Joseph comme étant le premier prophète de cette dispensation, l’instrument du Seigneur par lequel il a accompli le Rétablissement. Mais qu’est-ce que le Seigneur a rétabli par l’intermédiaire de ce prophète ? Les saints des derniers jours ne sont pas tous au courant (et peu de non-membres le sont) des corrections et ajouts édifiants et massifs que le Seigneur a inspiré le prophète Joseph à apporter à la doctrine chrétienne. En voici une brève liste :

    • La nature du Père, du Fils, et du Saint-Esprit.

    • Les fonctions liées de ces trois membres de la Divinité et leur relation avec les mortels.

    • La nature de la Chute de l’homme.

    • Le but de la condition mortelle dans l’accomplissement du plan du Père pour que ses enfants atteignent leur destinée éternelle.

    • Le rôle de l’expiation de Jésus-Christ pour assurer l’immortalité et donner la possibilité de la vie éternelle.

    • Le rôle du mariage terrestre et éternel dans le plan du Père.

    • Le rôle essentiel de la prêtrise et des ordonnances dans le plan du Père.

    • Le rôle essentiel du temple et des ordonnances par procuration dans le plan du Père.

    • La connaissance que Dieu désire sauver tous ses enfants et que quiconque a vécu sur cette terre, qu’il ait eu ou non connaissance de Jésus-Christ, est capable d’atteindre les cieux les plus élevés dans l’au-delà.

    • Le rapport entre les trois sources de vérité concernant l’homme et l’univers : la science, les Écritures et la révélation continue.

    Composite Image for Magazines

    Départ de l’Éden, le Sauveur et Entre le ciel et la terre, tableaux d’Annie Henrie Nader

    Croyant ou incroyant, quiconque étudie ne serait-ce qu’une petite partie de cette liste doit reconnaître que Joseph Smith se trouve à la source d’un immense flot de nouvelles idées religieuses audacieuses et précieuses. Comme nous le lisons dans Prêchez mon Évangile, c’est par l’intermédiaire de Joseph Smith que la plénitude de l’Évangile a été rétablie sur la terre3.

    Vous avez peut-être remarqué que ma liste n’a pas indiqué spécifiquement que Joseph a fait paraître le Livre de Mormon, un nouveau volume d’Écritures, qui est, bien sûr, à l’origine d’un grand nombre de ces nouvelles idées religieuses. Ce livre mérite une mention toute particulière. Son titre proclame sa mission, qui est d’être « un autre témoignage de Jésus-Christ ». Mais son rôle, fondamental, ne s’arrête pas là. Voici ce qu’en a dit un érudit et auteur à succès :

    « Le Livre de Mormon propose un nouvel objectif pour l’Amérique : Devenir un monde de justice plutôt qu’un empire de liberté. Au lieu d’accroître la richesse et l’inégalité, le Livre de Mormon prône la cause des pauvres. […] Au lieu d’un gouvernement républicain, il propose un gouvernement juste dirigé par des juges et des rois vivant sous la loi de Dieu. Au lieu d’une Bible dont le texte est à jamais arrêté et d’une religion dépourvue de miracles, le Livre de Mormon défend la révélation continue, les miracles, et la révélation pour toutes les nations. Face au scepticisme, il promeut la foi, face au nationalisme, un Israël universel. Il prédit le désastre de la nation si l’amour des richesses, la résistance à la révélation et la civilisation des Gentils l’emportent sur la justice, la révélation et Israël4. »

    Mais la chose la plus importante concernant le Livre de Mormon a été dite récemment par le président Nelson quand il a déclaré que « le Livre de Mormon est l’instrument par lequel le rassemblement promis d’Israël sera accompli5 ».

    Joseph Smith, le prophète, a déclaré, et nous pouvons tous le lire dans Prêchez mon Évangile, que le Livre de Mormon est la « clef de voûte de notre religion6 ».

    La plupart des non-membres n’ont pas connaissance des grandes contributions de Joseph Smith à la pensée religieuse. Dans une étude nationale remarquable, le sondeur Gary Lawrence a découvert que la moitié des gens qu’il a étudiés pensaient que les saints des derniers jours étaient isolés et mystérieux et avaient des « croyances étranges7 ». Quand il a demandé aux personnes qu’il interrogeait quelle était la revendication principale du mormonisme, seule une sur sept a pu décrire quelque chose se rapprochant du rétablissement de la foi chrétienne d’origine. De la même façon, quand un autre sondage national a demandé aux personnes sondées de décrire leur impression de notre religion, personne n’a suggéré l’idée du christianisme d’origine ou de son rétablissement8.

    Ces conclusions me rappellent que nous ne devons pas laisser nos missionnaires supposer que les gens possèdent trop de connaissances sur notre religion. Il se peut que les personnes qu’ils instruisent aient entendu le mot mormon, mais ils ne doivent pas supposer que la plupart des amis de l’Église ont même la compréhension la plus élémentaire des principes de base de notre religion.

    II. Joseph Smith, l’homme

    Voici quelques-unes de mes pensées personnelles sur la vie remarquable de Joseph Smith9. Le Joseph Smith que j’ai rencontré lors de mes recherches personnelles, principalement en Illinois (États-Unis), était un homme de la frontière de l’Ouest américain, jeune, sensible, dynamique, accessible, que son peuple aimait énormément et qu’il appelait souvent « frère Joseph ». Sa jeunesse relative a caractérisé son ministère de prophète. Il avait quatorze ans au moment de la Première Vision, vingt et un ans quand il a reçu les plaques d’or et tout juste vingt-trois ans à la fin de la traduction du Livre de Mormon (menée à bien en moins de soixante jours de travail).

    Plus de la moitié des révélations contenues dans nos Doctrine et Alliances ont été données par l’intermédiaire de ce prophète avant ses vingt-cinq ans. Il en avait vingt-six lorsque la Première Présidence a été organisée et un peu plus de trente-trois quand il s’évada d’une prison du Missouri et reprit la direction des saints. Il n’avait que trente-huit ans et demi lorsqu’il fut assassiné.

    Pendant sa courte vie, Joseph Smith a eu plus que sa part des afflictions de la condition mortelle. Quand il avait environ sept ans, il a subi une opération de la jambe atrocement douloureuse. En raison de la pauvreté de sa famille, il est peu allé à l’école et, dans sa jeunesse, il a dû travailler de longues heures pour contribuer à mettre de la nourriture sur la table familiale. Il a été attaqué physiquement à de nombreuses reprises. Tout en s’efforçant de s’acquitter des responsabilités écrasantes de son appel sacré, il a dû travailler comme paysan ou comme marchand pour faire vivre sa famille. Il l’a fait sans les remarquables dons spirituels qui l’ont soutenu dans son appel de prophète. Le Seigneur lui avait dit : « Tu n’auras pas de force pour les travaux temporels, car ce n’est pas là ton appel » (Doctrine et Alliances 24:9).

    Dans le domaine spirituel, Joseph Smith n’a pas eu de modèle de qui il aurait pu apprendre comment être un prophète et un dirigeant. Il a dû s’appuyer sur des associés inexpérimentés. Ils ont souffert et appris ensemble. Joseph a acquis de la connaissance et a mûri très rapidement. Il avait incontestablement des dons uniques. De nos jours, nous dirions qu’il comprenait très vite. Il a dit que des messagers célestes et d’autres révélations de Dieu l’ont instruit, et je le crois.

    L’une des preuves de ses dons personnels est l’amour et la loyauté des personnes qui l’ont suivi. Quand Joseph demandait à ses disciples de surmonter leurs imperfections de la condition mortelle, il ne s’élevait pas au-dessus d’eux et ils l’aimaient pour cela. Lors d’un sermon prêché un peu plus d’un mois avant son assassinat, il a déclaré : « Je ne vous ai jamais dit que j’étais parfait, mais il n’y a pas d’erreur dans les révélations que j’ai enseignées10. » Joseph Smith avait un « tempérament naturellement jovial » (Joseph Smith, Histoire 1:28) ce qui faisait qu’il était aimé de presque tous les gens qui le connaissaient. Une personne qui le connaissait a dit : « L’amour que les saints lui portaient était inexprimable11. » La compagnie de ses amis ravissait Joseph, qui considérait l’édification de la société et de la collectivité comme les objectifs principaux de l’Évangile.

    Joseph Smith, Jr.

    Joseph Smith, tableau de William Whitaker

    Un jour, j’ai fait la remarque suivante : « Toute sa vie, Joseph Smith a vécu sur la frontière, où les hommes devaient recourir à leur force brutale contre la nature et parfois les uns contre les autres. Il était grand et fort et d’une grande activité physique. Il aimait la compétition, notamment le tirer de bâton qui permettait de bien juger de la force physique (voir History of the Church, tome 5, p. 302). Nos archives contiennent de nombreux souvenirs de ses luttes avec des amis et connaissances. Un jour de sabbat, Brigham Young et lui s’adressaient aux saints de Ramus (Illinois), à environ une journée à cheval de Nauvoo. Lundi, avant son départ de Ramus, Joseph s’est mesuré à la lutte à un homme qui était connu comme étant ‘la brute de Ramus’ (voir Joseph Smith Journal, 13 mars 1843, rapporté par Willard Richards, Joseph Smith Collection, archives de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours). Joseph l’a battu. Je suis content que les horaires des conférences actuelles ne laissent pas aux membres locaux le temps d’affronter ainsi les Autorités générales en visite12. »

    Peu d’hommes ont été la cible de plus d’attaques contre leur mission ou leur mémoire que Joseph Smith. J’ai examiné certaines de ces accusations en faisant des recherches personnelles dans des documents originaux en Illinois, où Joseph a vécu les cinq dernières années de sa vie. Une de ces accusations a été lancée lorsque Joseph Smith, alors maire, et le conseil municipal de Nauvoo ont ordonné la fermeture du Nauvoo Expositor, journal d’opposition. Cette interdiction a catalysé les hostilités contre l’Église et conduit directement au meurtre de Joseph.

    Les premiers historiens saints des derniers jours, notamment B. H. Roberts, ont concédé que cette action était illégale. Cependant, en faisant des recherches sur ce sujet quand j’étais jeune professeur de droit, j’ai eu la surprise de trouver une base légale à cette mesure, dans le droit de l’Illinois de 1844. Il y a eu de nombreuses suppressions de journaux sur la frontière, dans la période précédant la guerre de Sécession. La garantie de liberté de la presse énoncée dans la Constitution des États-Unis n’a pas été déclarée applicable aux actions des gouvernements municipaux ou nationaux avant 1931, et alors uniquement par une décision de justice obtenue à la cour suprême à cinq voix contre quatre, en accord avec un amendement constitutionnel adopté en 186813. Il faut donc juger les actes de Joseph Smith en fonction des lois et des circonstances de son époque, non des nôtres.

    Quand nous étions étudiants à l’université de Chicago, l’historien Marvin S. Hill et moi-même avons été intrigués par le fait peu connu que cinq hommes ont été jugés en Illinois pour le meurtre de Joseph Smith. Pendant plus de dix ans, nous avons fouillé les bibliothèques et les archives de tout le pays pour trouver toute trace de renseignements sur ce procès et les personnes qui y ont participé. Notre livre a étudié les actes et les paroles des citoyens de l’Illinois qui ont connu personnellement Joseph Smith, certains qui l’aimaient et qui avaient risqué leur vie pour lui, d’autres qui le haïssaient et qui avaient comploté pour le tuer. Aucune de nos découvertes dans les registres originaux du tribunal ni dans les témoignages du long procès n’a révélé le moindre signe de déshonneur infligé à l’homme qui avait été assassiné14.

    La disponibilité des registres du tribunal d’Illinois nous a conduits vers un autre domaine de recherche jusqu’alors non exploré sur Joseph Smith. Joseph I. Bentley, alors étudiant en droit à Chicago, et moi-même, avons découvert de nombreuses annales faisant état des activités financières de Joseph Smith. En 1976, nous avons co-écrit un article sur le sujet dans la revue Brigham Young University Law Review15. Les années 1840 ont suivi une période de panique et de dépression financière nationale. La situation économique dans les États frontaliers comme l’Illinois était catastrophique. Par exemple, les biographes d’Abraham Lincoln ont décrit les difficultés financières du président pendant cette décennie où les affaires étaient précaires, où de nombreuses dettes n’étaient pas honorées et où les procès étaient fréquents16.

    Les ennemis de Joseph Smith l’ont accusé de malversations de divers biens, principalement en faveur de l’Église. Une suite de procès qui a duré pendant près de dix ans a minutieusement étudié ces attaques. Pour finir, en 1852, longtemps après l’exode des saints de l’Illinois (de sorte qu’on n’y verrait aucune raison politique ou autre de soutenir les saints ou leur dirigeant), un juge fédéral a conclu ce litige par un décret ne trouvant aucune fraude ni aucune malhonnêteté chez Joseph17.

    Des érudits bien informés des enjeux publics de cette période ont écrit ceci sur la campagne de Joseph Smith à la présidence des États-Unis :

    « Bien qu’il n’ait eu aucune chance sérieuse de gagner l’élection nationale de 1844, il a concouru habilement comme candidat d’un parti tiers qui était très sérieusement décidé à encourager des réformes du droit aux États-Unis. Il a espéré l’amélioration de l’opinion publique sur des sujets très importants, notamment l’esclavage, la liberté religieuse, les prisons et les terres publiques, et y a œuvré. Robert F. Kennedy et lui-même restent les deux seuls Américains à avoir été assassinés alors qu’ils étaient candidats à l’office de président des États-Unis18. »

    La personnalité de Joseph Smith a peut-être été mieux cernée par les hommes qui le connaissaient le mieux et étaient le plus près de lui dans la direction de l’Église. Ils l’ont aimé et soutenu comme prophète. « Son frère Hyrum a choisi de mourir avec lui. John Taylor, également avec lui quand il a été assassiné, a dit : ‘Je témoigne devant Dieu, devant les anges et devant les hommes, que Joseph était un homme bon, respectable et vertueux, […] qu’il était irréprochable, en public comme en privé, et qu’il a vécu et est mort en homme de Dieu’ (The Gospel Kingdom, 1987, p. 355 ; voir aussi D&A 135:3). Brigham Young a déclaré : ‘Je ne crois pas qu’il y ait sur terre un homme qui ait connu Joseph Smith mieux que moi ; et je suis fier de dire qu’à l’exception de Jésus-Christ, il n’y a pas eu et il n’y a pas d’homme meilleur que lui, ici-bas’ [« Remarks », Deseret News, 27 août 1862, p. 65]19. »

    III. Joseph Smith et la loi

    Comme les exemples que j’ai déjà cités le prouvent, mon intérêt de longue date pour l’histoire juridique a inclus un intérêt spécial pour les interactions de Joseph Smith avec le système juridique américain de son époque. Les historiens ont traditionnellement déclaré que Joseph Smith avait été impliqué dans une quarantaine d’actions en justice. Aujourd’hui, grâce au travail effectué dans le cadre des Joseph Smith Papers, nous savons que le nombre dépasse les deux cent vingt. Ces actions juridiques varient « de simples actions de recouvrement à des procès complexes faisant appel à des théories juridiques sophistiquées. […] Joseph a engagé de nombreux avocats pour […] présenter et défendre de telles actions, […] au civil comme au pénal20. »

    Puisant dans les très nombreuses connaissances que nous avons concernant la vie du prophète, Jeffrey N. Walker, érudit membre de l’Église, a écrit : « Il est indéniable que Joseph Smith a été intimement, activement et constamment impliqué dans le système juridique américain. Ignorer ces activités importantes, c’est passer à côté de ce à quoi il passait son temps et dépensait son énergie, brillamment et efficacement, à tel point que Daniel H. Wells, lui-même juriste, juge et procureur général qui le connaissait bien, faisait remarquer : ‘J’ai connu des hommes de loi toute ma vie. Joseph Smith était le meilleur juriste que j’aie jamais connu’ [cité dans Journal of Jesse Nathaniel Smith : Six Decades in the Early West : The Life Story of a Mormon Pioneer, 1834–1906, 1953, p. 456]21. »

    Trois auteurs membres de l’Église le résument comme suit : « Grâce à sa participation importante au système juridique, Smith a rapidement appris les règles du jeu et il a utilisé légalement ces règles à son plein avantage légitime, s’efforçant de pleinement utiliser les nouvelles possibilités et protections qu’offraient les lois de la jeune nation. Sa conduite et ses choix légaux démontrent qu’il connaissait bien les questions juridiques et qu’il prenait des mesures explicites pour utiliser tous les moyens appropriés autorisés par la loi, qu’il s’agisse d’obtenir le copyright du Livre de Mormon en vertu du droit fédéral, d’accomplir des mariages en vertu du droit d’Ohio, de formuler des ordonnances de la ville de Nauvoo, d’invoquer toutes les protections de la liberté religieuse, d’utiliser efficacement les nouvelles lois qui gouvernaient la vente de terres fédérales, de faire valoir son droit d’habeas corpus, d’exiger un lieu approprié ou demander une protection en vertu de la loi fédérale nouvellement adoptée sur les faillites. Dans son temps libre, il étudiait des livres de droit. Il connaissait le libellé exact de la Constitution et le langage spécifique des lois des États. Il ne fait aucun doute que, tout au long de sa vie, il a été bien conscient des nombreuses évolutions juridiques en cours, aux niveaux national et fédéral22. »

    Non moins important, ces trois auteurs ont ajouté la déclaration suivante : « En tant qu’accusé, il n’a jamais été déclaré coupable d’aucun délit. Chaque fois qu’il a eu un procès équitable, il a été reconnu comme étant un citoyen honnête et respectable23. »

    Les résumés détaillés des litiges du prophète, sélectionnés et analysés dans le livre que j’ai cité, se sont appuyés sur le fruit du travail de nombreux étudiants de l’école de droit J. Reuben Clark, lesquels ont suivi des cours sur le sujet et ont fait le travail détaillé qui a mené au livre de ces trois auteurs. J’ai été fasciné par leur description des opinions de ces étudiants en droit :

    « Les étudiants en droit qui ont utilisé des publications précédentes de ce livre comme manuel sont toujours parvenus à la conclusion que Joseph était responsable, loyal, prudent, miséricordieux, précautionneux, méticuleux, respectueux des lois, patient, positif, ingénieux, astucieux, perspicace, bon juge de la personnalité et même juridiquement brillant (pour utiliser certains de leurs propres mots), particulièrement quand il s’agissait de protéger les droits civils et religieux des autres ou de s’acquitter des devoirs qui lui avaient été confiés. […] Joseph Smith n’a jamais perdu la foi en la Constitution et s’est efforcé d’œuvrer fermement sous son égide, bien qu’il ait été souvent frustré, déçu et circonspect à l’égard des personnes qui l’administraient24. »

    Joseph Smith The Prophet

    Joseph Smith le prophète, tableau de Dan Weggenlend, publié avec l’autorisation du musée d’histoire de l’Église

    IV. Conclusion

    Au cours de sa vie, Joseph Smith a accompli plus qu’aucun mortel aurait pu faire en aussi peu de temps. La seule explication possible est l’aide divine. J’aime le résumé suivant :

    « Il a traduit et publié le Livre de Mormon à New-York ; organisé l’Église à New-York, puis l’a réinstallée en Ohio, au Missouri et en Illinois ; fondé des villes, notamment Kirtland, Far West et Nauvoo ; appelé et formé des centaines de dirigeants de l’Église, étudié l’hébreu et la Bible ; fondé la Société de Secours de Nauvoo ; dirigé des entreprises, seul et avec des associés ; développé des projets immobiliers et bâti des temples ; écrit et publié des articles et des éditoriaux ; a eu une famille nombreuse, s’est entouré d’un large cercle d’amis et a servi dans plusieurs postes civiques, notamment commandant en chef d’une légion importante de miliciens, ainsi que maire et juge en chef de la ville de Nauvoo. Il prenait régulièrement la parole lors de services de culte hebdomadaires, de consécrations et lors d’obsèques toujours trop fréquentes ; il a attiré des dizaines de milliers de disciples, incitant des vagues de convertis à émigrer aux États-Unis25. »

    Il y a vingt ans, dans un discours de la conférence générale, j’ai dit ceci :

    « Comme d’autres saints des derniers jours fidèles, j’ai édifié ma vie sur le témoignage et la mission de Joseph Smith, le prophète. Dans toutes mes lectures et mes recherches sur les documents originaux, je n’ai jamais perdu mon témoignage qu’il a été appelé comme prophète ni que le Seigneur a rétabli l’Évangile et la prêtrise par son intermédiaire. J’affirme solennellement le témoignage que Joseph Smith a rendu dans la célèbre lettre à Wentworth, de 1842 :

    « ‘[…] L’étendard de la vérité a été dressé ; aucune main impie ne peut empêcher l’œuvre de progresser ; les persécutions peuvent faire rage, les émeutiers peuvent s’attrouper, les armées s’assembler, la calomnie peut diffamer, mais la vérité de Dieu ira de l’avant hardiment, noblement, et indépendante, jusqu’à ce qu’elle ait pénétré chaque continent, visité tous les climats, balayé tous les pays et résonné à toutes les oreilles, jusqu’à ce que les desseins de Dieu soient réalisés et que le grand Jéhovah dise que l’œuvre est accomplie’ (Times and Seasons, 1er mars 1842, p. 709; cité dans Daniel H. Ludlow, éd., Encyclopedia of Mormonism, 5 vols., 1992, 4:1754)26. »

    Elder missionaries

    Frères et sœurs, je témoigne que Jésus-Christ, notre Sauveur, est apparu avec le Père au jeune garçon qui allait devenir le prophète et à qui il a dit : « Voici mon Fils bien-aimé. Écoute-le ! » (Joseph Smith, Histoire 1:17). Depuis ce jour, nous entendons notre Seigneur Jésus-Christ au travers de la révélation. C’est son Église. Nous sommes détenteurs de l’autorité de sa sainte prêtrise. Nous allons de l’avant dans sa cause. Je témoigne de l’appel de Joseph Smith, le prophète, et de l’appel de tous les prophètes qui lui ont succédé dans cette grande œuvre dans laquelle nous sommes engagés.

    Âge:

    Événement:

    14

    Il a la Première Vision

    21

    Il reçoit les plaques d’or

    23

    Il termine de traduire le Livre de Mormon

    25

    Il a reçu la moitié des révélations contenues dans les Doctrine et Alliances

    26

    La Première Présidence est organisée

    33

    Il s’évade de prison au Missouri et reprend son poste de dirigeant

    38

    Il meurt en martyr