2014
La mission divine de Jésus-Christ : Consolateur
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Message des instructrices visiteuses

La mission divine de Jésus-Christ : Consolateur

Étudiez cette documentation en vous aidant de la prière et cherchez à savoir ce que vous devez transmettre. Comment votre compréhension de la vie et de la mission du Sauveur va-t-elle faire grandir votre foi en lui et faire du bien aux personnes sur qui vous veillez par l’intermédiaire des visites d’enseignement ? Pour plus de renseignements, consultez le site reliefsociety.lds.org.

Relief Society Logo

Foi, Famille, Secours

Jesus Christ. Miracles. Dead Raised (Lazarus)

Illustration photographique par Sarah Carabine Jenson

Jésus-Christ a promis : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous » (Jean 14:18). Il nous donnera « un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil » (Ésaïe 61:3). Parce que le Christ a souffert les douleurs de l’Expiation pour chacun d’entre nous, il ne nous oubliera pas. Linda S. Reeves, deuxième conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours, a dit : « Notre Sauveur a pris sur lui […] nos douleurs, nos souffrances et nos afflictions afin de savoir ce que nous éprouvons et comment nous réconforter1. »

Le fait de savoir que le Christ nous réconfortera peut nous apporter la paix et nous inspirer à suivre son exemple en servant les autres. Le président Monson a dit : « Notre connaissance de l’Évangile et notre amour de notre Père céleste et de notre Sauveur nous consoleront, nous soutiendront et nous apporteront la joie au cœur si nous sommes fidèles et si nous respectons les commandements. Rien dans ce monde ne pourra nous vaincre2. »

Tiré des Écritures

Jean 14:18, 23 ; Alma 7:11-13 ; Doctrine et Alliances 101:14-16

Tiré de notre histoire

Elaine L. Jack, douzième présidente générale de la Société de Secours, a dit : « Par les visites d’enseignement, nous allons les unes vers les autres. Les actions en disent souvent plus long que les paroles. Une embrassade chaleureuse exprime plus que des livres entiers. Un éclat de rire commun nous unit. Un moment de partage rafraîchit notre âme. Nous ne pouvons pas toujours alléger le fardeau de celle qui a des difficultés, mais nous pouvons l’encourager pour qu’elle puisse le supporter3. »

« [Les pionnières de la Société de Secours] trouvaient aussi de la force spirituelle dans leur compassion et leur amour mutuels. […] Quand elles subissaient les épreuves de la maladie et de la mort, elles priaient avec foi les unes pour les autres et se consolaient mutuellement. Helen Mar Whitney a écrit : ‘L’amour de Dieu coulait de cœur en cœur, au point que le malin semblait impuissant à se mettre entre le Seigneur et nous ; dans certains cas, ses traits cruels étaient dépouillés de leur aiguillon4’ »