2014
L’Église en Corée : la lumière de l’Évangile brille au milieu des difficultés
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Pionniers dans tous les pays

L’Église en Corée : la lumière de l’Évangile brille au milieu des difficultés

Les premiers membres de l’Église de Corée ont posé un fondement de foi sur lequel des dizaines de milliers de membres construisent aujourd’hui.

Seoul Korea Temple

L’œuvre missionnaire a commencé dans ce pays dans les années cinquante, après la guerre de Corée. Mais le premier contact avec l’Église s’est fait en janvier 1910, lorsqu’Alma Owen Taylor, ancien président de la mission japonaise, et Frederick A. Caine, ancien missionnaire au Japon, ont passé plusieurs semaines en Corée et en Chine. La Première Présidence avait approuvé ce voyage pour évaluer les possibilités d’y faire l’œuvre missionnaire. Le président Taylor a fait observer que les Coréens s’intéressaient de plus en plus au christianisme tandis que leur pays s’effondrait sous l’occupation japonaise. Pourtant, il se demandait si les Coréens s’intéressaient plus au christianisme pour des raisons politiques que dans le but d’accepter le Christ comme leur Sauveur éternel.

La conversion du Dr. Kim Ho Jik

Au cours des décennies qui ont suivi la visite du président Taylor, les Coréens ont subi des épreuves déchirantes, notamment la colonisation japonaise et l’occupation militaire, la guerre du Pacifique, l’oppression russe et chinoise, la prise de pouvoir par les communistes en Corée du Nord et la guerre de Corée.

Chaplain and Korea photographs 1953-1954

Pourtant, grâce à la providence divine, une lueur d’espoir a commencé à briller à New York (États-Unis) pour les Coréens. Syngman Rheen, président de la Corée, a envoyé aux États-Unis Kim Ho Jik, directeur du centre de recherches agricoles à Suwon, pour apprendre à améliorer la qualité de l’alimentation des Coréens. Ho Jik a choisi l’université Cornell, qui avait un excellent programme d’études de troisième cycle en nutrition. En 1949, il a commencé un doctorat, et a aussi assisté à des réunions dans différentes Églises autour d’Ithaca (New York) pour trouver la « véritable Église1 ».

Il s’est lié d’amitié avec un homme du nom d’Oliver Wayman. Contrairement aux autres amis d’Ho Jik, Oliver ne buvait pas d’alcool, ne fumait pas et ne jurait jamais. Il ne travaillait pas non plus le dimanche. Un jour, Ho Jik a demandé à Oliver : « Qu’est-ce qui te fait vivre ainsi ? » En réponse à cette question, Oliver lui a donné un livre intitulé Les Articles de foi, de James E. Talmage (1862-1933), du Collège des douze apôtres.

Ho Jik a lu Les Articles de foi en une semaine et a ensuite lu le Livre de Mormon. Il a accepté les deux livres comme étant vrais et a dit à Oliver que le Livre de Mormon était « plus complet et plus facile à comprendre que la Bible2 ». Il a accepté le message de l’Évangile comme une terre aride qui reçoit les pluies tant attendues. Sa foi grandissait de jour en jour. Il a commencé à suivre les leçons missionnaires et a décidé de se faire baptiser.

Le 29 juillet 1951, à quarante-six ans, Kim Ho Jik s’est fait baptiser dans la rivière Susquehanna. Il voulait se faire baptiser près de l’endroit où Joseph Smith, le prophète, et Oliver Cowdery avaient été baptisés près de cent ans auparavant. Quand il est sorti de l’eau, il a entendu un voix lui dire clairement : « Pais mes agneaux ». Cette inspiration l’a conduit à consacrer le reste de sa vie à aider à implanter l’Évangile en Corée.

En septembre 1951, comme la guerre de Corée était dans l’impasse, le Dr Kim est rentré dans son pays. Il avait le grand désir de prêcher l’Évangile rétabli. Il a assisté aux réunions de l’Église dans un camp militaire américain à Busan, où il a enseigné le cours des principes de l’Évangile et a rendu témoignage aux visiteurs coréens. Les soldats américains enseignaient l’Évangile aux jeunes en anglais et le Dr. Kim traduisait. C’était une façon efficace de faire connaître l’Évangile et comme les Coréens faisaient confiance au Dr. Kim, son exemple a influencé beaucoup d’entre eux.

Après avoir beaucoup souffert pendant la guerre de Corée, les gens ont accepté avec ferveur l’Évangile de Jésus-Christ. Le 3 août 1952, le dévouement du Dr. Kim a finalement porté ses fruits lorsque les quatre premiers baptêmes ont été accomplis à Busan.

Le Dr. Kim dira plus tard à un groupe de saints : « Cela ne me dérangerait pas de donner ma vie, ou mon argent, ou mon titre, tant que je peux être avec mon Sauveur3. » Sa vie est la preuve de son engagement à servir Dieu.

Bien qu’il n’y ait pas de mission ouverte dans le pays, l’Évangile s’est propagé rapidement en Corée. Les Autorités générales ont trouvé que la croissance était remarquable. En septembre 1954, après être rentré en Utah d’un voyage en Corée, Harold B. Lee (1899-1973), du Collège des douze apôtres, a exprimé l’espoir que l’Église commencerait bientôt officiellement à prêcher l’Évangile en Corée. Il a décrit la foi et l’enthousiasme des saints coréens4. Le 7 avril 1955, la Première Présidence et le Collège des douze apôtres ont divisé la mission japonaise en deux missions : la mission nord d’Extrême-Orient et la mission sud d’Extrême-Orient. La Corée se trouvait dans la mission du nord. Les saints des derniers jours coréens voulaient que des missionnaires soient envoyés dans leur pays, mais ils savaient que la situation politique y était instable, alors ils ont attendu et ont prié avec ferveur.

Le début de l’œuvre missionnaire

Le 2 août 1955, sur la magnifique colline Jang-Choong Dan, à Séoul, Joseph Fielding Smith (1876-1972), alors président du Collège des douze apôtres, a consacré la Corée à l’ouverture du prosélytisme à plein temps et a prié pour que le pays retrouve la paix et la prospérité5. Ce soir-là, il a organisé le district de Corée, avec Kim Ho Jik comme président. Plus tard il s’est rendu à Busan pour y organiser une branche.

En avril 1956, bien que la situation politique de la Corée soit encore instable, le nouveau président de la mission nord d’Extrême-Orient a reçu l’inspiration d’envoyer dans ce pays Richard Detton et Don Powell. Les soldats américains saints des derniers jours et les soixante-quatre membres coréens, comme le Dr Kim, avaient ouvert la voie pour qu’il y ait de la lumière et de l’eau, et les missionnaires ont apporté les éléments nutritifs. De nombreuses personnes se sont converties et l’Église a commencé à progresser.

La foi des premiers membres

La foi des saints coréens a constamment grandi mais a été souvent mise à l’épreuve. Chun Nak Seo, qui a rejoint l’armée après son baptême pour faire son service militaire, parle de moments éprouvants : « Pendant les trois ans de service militaire, ma foi et mon témoignage ont été mis à l’épreuve. Un jour, le commandant de la compagnie était ivre et a apporté beaucoup d’alcool et a insisté pour que les membres de la compagnie en prennent. Comme mes camarades savaient que j’étais membre de l’Église, ils vidaient toujours mon verre pour moi. Mais ce soir-là, le commandant ivre m’observait attentivement et m’a commandé de boire. J’ai dit que je ne buvais pas d’alcool mais il m’a commandé de le faire. J’ai de nouveau désobéi. Il a dégainé son pistolet, l’a braqué sur moi et m’a commandé de boire. Tout le monde regardait en retenant son souffle. Une fois de plus, j’ai dit clairement : ‘Je ne bois pas d’alcool, chef’. J’ai eu l’impression que cet instant durait une éternité. Finalement, il a dit : ‘J’abandonne’ et il a rengainé son pistolet. Tout le monde a poussé un soupir de soulagement et est rentré dans la caserne. Le lendemain, le commandant de la compagnie est venu me voir et m’a présenté ses excuses pour ce qu’il avait fait la veille. Plus tard, il a pris l’habitude de venir me voir pour prendre conseil sur des sujets personnels6. »

Frère Chun a fait une mission à plein temps en Corée et plus tard est devenu évêque de la paroisse d’Alameda (Maryland, États-Unis).

Frère Jung Dae Pan est aussi parmi les personnes qui ont découvert l’Évangile grâce aux premiers missionnaires qui ont servi en Corée. Il avait abandonné ses études à l’université nationale de Séoul pour fréquenter un établissement enseignant la théologie. Il rêvait de devenir pasteur et de diriger la communauté chrétienne de Corée.

Un jour, un ami lui a donné un exemplaire du Livre de Mormon en anglais parce qu’il n’avait pas encore été publié en coréen. La lecture du livre l’a absorbé. Il le lisait même pendant les cours. Quand ses camarades lui demandaient ce que c’était, il disait que c’était un livre semblable à la Bible et il leur conseillait d’en acheter un.

Finalement, frère Jung a eu des problèmes dans l’établissement. Les administrateurs l’ont convoqué et lui ont dit qu’il était en train de succomber à la tentation de Satan de sombrer dans l’hérésie. Ils l’ont forcé à choisir entre l’école et le Livre de Mormon. La décision n’a pas été difficile à prendre parce qu’il savait déjà que le Livre de Mormon était vrai.

Pourtant, une fois que frère Jung est devenu membre de l’Église, il a rencontré des difficultés sociales et financières. La bourse d’étude accordée par l’école et le soutien financier de son ancienne Église ont pris fin et tous ses amis l’ont quitté. Le Dr. Kim s’est bien occupé de lui. Plus tard, frère Jung a grandement contribué à la croissance de l’Église en Corée en traduisant les Doctrine et Alliances et en révisant les cantiques. Les magnifiques paroles qu’il a traduites touchent encore le cœur des membres coréens.

Le nombre de membres forts a progressivement augmenté. En juillet 1962, la mission coréenne a été officiellement organisée. Gail E. Carr, ancien missionnaire en Corée, est devenu le nouveau président de mission. Ce nouveau président a fait de la traduction et de la publication du Livre de Mormon en coréen une de ses priorités principales. Après avoir beaucoup médité et prié, il a confié la tâche de traduction à l’un des missionnaires à plein temps, Han In Sang. Après avoir révisé deux traductions précédentes7, frère Han a réussi à terminer la nouvelle traduction. Et, en 1967, le Livre de Mormon a été imprimé pour la première fois en coréen.

Avec le Livre de Mormon dans leur langue, de nombreux Coréens, invités par leurs amis, ont commencé à étudier les enseignements de l’Église. Les visiteurs étaient si nombreux que les missionnaires n’avaient pas besoin de chercher des personnes à instruire et certains missionnaires enseignaient toute la journée.

Le zèle des saints coréens pour l’œuvre missionnaire a aussi joué un grand rôle dans la croissance de l’Église. Lee Sung Man, de la paroisse de Jamsil, qui est devenu membre de l’Église dans les années cinquante, a été un grand missionnaire. Il a connu beaucoup de hauts et de bas dans la vie. Pourtant, il a toujours eu une attitude positive dans sa vie religieuse. Cordonnier de son état, il a mis une pile de Livres de Mormon dans son atelier et a invité les clients à en prendre un gratuitement s’ils acceptaient de le lire. Plus de cinquante personnes, dont des membres de sa famille, sont devenues membres de l’Église grâce à lui. Il a lu les ouvrages canoniques des dizaines de fois. On les a retrouvés à ses côtés quand il est mort8.

Le premier pieu et le premier temple de Corée

President Spencer W. Kimball speaking at a pulpit with a man next to him translating.

Les bénévoles des Mains serviables aident à fabriquer des tonnes de Kimchi, plat coréen, au cours d’un festival à Séoul. Le Kimchi est distribué aux pauvres par des Églises et des organisations civiques.

En 1973, de nombreux saints des derniers jours coréens ont commencé à espérer avoir bientôt un pieu. Le 8 mars 1973, Spencer W. Kimball (1895-1985), alors membre du Collège des douze apôtres, a organisé le premier pieu de Corée. Environ huit cents personnes ont assisté à la réunion. Le premier pieu de Corée a été organisé ; il comptait huit paroisses et deux branches. Les membres de l’Église de Corée pouvaient maintenant suivre Jésus-Christ sous l’égide de dirigeants de pieu coréens et recevoir des bénédictions des mains d’un patriarche coréen.

L’œuvre missionnaire s’est accomplie avec encore plus de ferveur. Près de 1 200 convertis ont été baptisés en 1973. Le nombre total de membres a vite dépassé les 8 000 personnes, dont plus de 700 détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek dans trente et une paroisses et branches.

Douze ans plus tard, après une croissance constante, les saints coréens ont eu la bénédiction tant attendue d’avoir un temple. Le 14 décembre 1985, Gordon B. Hinckley (1910-2008), alors premier conseiller dans la Première Présidence, a consacré le temple de Séoul. Ce temple était particulièrement important pour le président Hinckley, qui avait un lien spécial avec les saints de Corée. Il a dit : « Les Coréens ont souffert d’une guerre d’invasion, mais ils aiment la paix et sont des gens gentils. Je verse plus de larmes en Corée que dans tout autre endroit du monde9. » Le président Hinckley a fait la prière de consécration et beaucoup de personnes présentes étaient en larmes. C’était un jour froid d’hiver, mais l’Esprit chaleureux du Seigneur était présent dans le temple ce jour-là et a touché le cœur de tous.

Un des tableaux qui ornent l’intérieur du temple représente sœur Ho Hee Soon, qui a été baptisée en août 1970. Elle a commencé à faire l’œuvre du temple à l’âge de quatre-vingts ans. Elle a fait des dotations pour au moins 1 500 personnes. Rien qu’en 2007, elle a accompli des ordonnances par procuration pour plus de six cents personnes. Un peintre américain, touché par son service, a fait son portrait et en a fait don au temple de Séoul pour célébrer ses efforts incessants pour aider à sauver des âmes.

Beaucoup d’autres saints coréens se sont consacrés à l’œuvre du temple. Par exemple, le pieu de Masan (maintenant pieu de Changwon) a commencé à faire des voyages réguliers au temple en 1995. Le deuxième vendredi de chaque mois, un autocar affrété pour Séoul prenait en chemin les membres des villes de Jinhae-gu, Changwon, Jinju, Sacheon et Geoje. Il arrivait au temple vers deux ou trois heures du matin [le samedi]. Les membres se reposaient pendant environ deux heures avant de participer aux ordonnances préparatoires à cinq heures. Puis ils faisaient des sessions de dotation jusque tard dans la soirée avant de rentrer chez eux vers vingt-deux heures. Le lendemain, ils allaient à l’église et rendaient visite à des membres toute la journée. Kim Choongseok, alors président de pieu, raconte : « Ils étaient épuisés mais heureux. »

Après plusieurs décennies, l’Église de Corée a pris de la maturité. Les dirigeants locaux de l’Église soutiennent fermement les valeurs familiales et les autres priorités données par les prophètes. Davantage de membres coréens reconnaissent l’importance du culte en famille : la soirée familiale, la prière et l’étude des Écritures en famille. Il y a plus de jeunes Coréens qui font une mission à plein temps que jamais auparavant. Grâce à la lumière de l’Évangile, les membres coréens construisent un avenir aussi brillant que leur foi.

Service

Chronologie

  • 1910 : Alma Owen Taylor, président de la mission japonaise, se rend en Corée

  • ◄ 1951 : Kim Ho Jik est baptisé en Pennsylvannie (États-Unis)

  • 1952 : Baptêmes des premiers Coréens en Corée

  • ◄ 1955 : Joseph Fielding Smith consacre la Corée et organise le district de Corée

  • 1956 : Kim Ho Jik obtient du gouvernement l’autorisation que les missionnaires œuvrent en Corée

  • Années 60 : Les branches de Séoul, Busan, Incheon et Kwangju sont organisées

  • 1962 : La mission coréenne est organisée

  • ► 1967 : Le Livre de Mormon est publié en coréen

  • 1973 : Le premier pieu de Corée et du continent asiatique est organisé à Séoul

  • 1974 : Le premier centre de visiteurs de l’Église s’ouvre à Kwangju

  • ◄ 1980 : Spencer W. Kimball est le premier président de l’Église à se rendre en Corée

  • ► 1985 : Le temple de Séoul est consacré par Gordon B. Hinckley

  • 1988 : Des danses folkloriques sont interprétées par des étudiants de l’université Brigham Young pendant la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques d’été de Séoul

  • ◄ 1991 : Han In Sang est appelé comme Autorité générale ; le millionième exemplaire du Livre de Mormon est vendu en Corée

  • 2001 : Dallin H. Oaks rencontre Lee Han-Dong, premier ministre de Corée du Sud

Harold B. Lee (au centre, sans chapeau), apôtre et directeur du groupe des militaires de l’Église, visite la Corée en 1954.

Photographies Hyun-Gyu Lee et Dean Martin Andersen ; photographie du paysage urbain de Busan, SeanPavonePhoto/iStock/Thinkstock

Photographies de militaires, Kim Ho Jik et Joseph Fielding Smith, publiées avec l’autorisation de la bibliothèque d’histoire de l’Église

Photographie de Spencer W. Kimball, publiée avec l’autorisation de la bibliothèque d’histoire de l’Église