2014
Un flot de bons souvenirs
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Un flot de bons souvenirs

Gina Sconiers (Utah, États-Unis)

Latter-Day Saint Voices

Illustrations Bradley Clark

En raison d’une vieille plomberie et de fondations peu solides, la maison de mon enfance était inondée chaque fois qu’un orage s’accompagnait de suffisamment de pluie. Les orages en Virginie (États-Unis) pouvant durer des heures, l’eau pénétrait souvent.

Étant donné que nous avons vécu dans cette maison la plus grande partie de ma jeunesse, je pensais que les inondations étaient normales.

Après plusieurs orages, nous avons amélioré notre tactique de lutte contre les inondations et avons appris à travailler ensemble. Les orages se produisaient souvent au milieu de la nuit et mes parents nous réveillaient tous pour que nous rejoignions nos postes tandis que l’eau, telle une coulée de lave, gagnait lentement du terrain au sous-sol. Mon frère et mon père utilisaient des seaux pour vider l’eau de la cage d’escalier tandis que ma sœur et moi utilisions des serviettes pour éponger l’eau et protéger la moquette.

Cela nous faisait glousser de sauter et de danser sur ces serviettes, sentant l’eau gicler entre nos orteils et les jambes de notre pyjama. Maman se dépêchait d’essorer les serviettes trempées, de les jeter dans le sèche-linge et de nous en apporter de nouvelles à piétiner. Une fois assurés que la maison était sauvée, nous allions dans la cuisine pour nous sécher, boire un chocolat chaud et manger des biscuits pour nous récompenser de notre travail. Puis, si ce n’était pas encore l’heure d’aller à l’école, nous essayions de nous rendormir.

Ces inondations devaient être très angoissantes pour mes parents, mais elles font partie de mes meilleurs souvenirs d’enfance, malgré le tonnerre et les éclairs. En fait, l’odeur de la moquette mouillée me donne toujours la nostalgie des moments passés en famille.

Mes parents auraient pu lutter seuls contre les inondations, mais je suis contente qu’ils nous aient tous employés pour défendre notre maison. Lutter contre l’eau était un moment de joie parce que nous étions ensemble et que nous avions chacun un rôle à jouer.

Maintenant que je suis adulte, je repense à cette époque et je me demande comment je peux susciter la même joie de travailler ensemble chez mes enfants. Bien que je sois reconnaissante que ma maison ne soit pas sujette aux inondations, je sais que quelque chose d’indésirable empiètera inéluctablement sur notre famille.

Quelles que soient les difficultés que ma famille pourra rencontrer à l’avenir, j’espère que nous resterons ensemble et que nous travaillerons ensemble pour défendre nos valeurs, notre foi et chacun de nous. Peut-être qu’alors, malgré l’adversité, nous pourrons rire, sourire et être heureux en travaillant côte à côte.