2013
Nos réserves alimentaires furent une bénédiction
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Nos réserves alimentaires furent une bénédiction

Bruce Richards, Illinois, États-Unis

Dès le début de notre mariage, ma femme, Brittney, et moi avons commencé à constituer des réserves alimentaires. Les premiers mois de notre union, nous achetions quelques articles à entreposer chaque fois que nous allions faire les courses. Petit à petit, nous avons accumulé une réserve utile de nourriture. Nous ne savions pas si nous en aurions besoin un jour, mais nous savions que c’était important.

Un an après notre mariage, nous sommes allés nous installer à l’autre bout du pays pour nos études supérieures et nous avons emporté nos réserves alimentaires. Financièrement, la vie était dure. Nous avions épuisé toute notre épargne pour nous loger et le stage pédagogique de Brittney n’était pas rémunéré. Nous dépendions de mes bourses d’enseignement supérieur pour payer les factures, mais ça ne représentait pas grand-chose.

L’état de nos finances a empiré la deuxième nuit passée dans notre nouveau logement. Brittney s’est réveillée prise de violentes douleurs à l’estomac. Au bout de plusieurs heures, voyant que cela ne s’arrangeait pas, nous sommes partis à l’hôpital. Elle a été opérée de l’appendicite dans la journée.

Après sa guérison, nous nous sommes assis pour établir notre budget. En faisant la somme des factures des quatre prochains mois, notamment de l’opération d’urgence, nous avons découvert que nous pouvions encore nous débrouiller sans contracter de dette. Pour cela, nous ne devions pas dépenser plus de vingt-cinq dollars par mois en nourriture. C’était à peu près un quart de ce que nous avions l’habitude de dépenser.

Les réserves alimentaires que nous avions accumulées au cours de l’année précédente sont devenues très précieuses. Nous en avons eu assez pour subvenir à nos besoins de base pendant quatre mois et nous utilisions les vingt-cinq dollars de notre budget pour acheter le lait et les autres denrées périssables. Nous ne mangions pas de mets délicats mais nous n’avions pas faim.

En vivant avec frugalité et en servant les autres de bon cœur, nous avons reçu des bénédictions supplémentaires. L’un de mes amis étudiants a terminé ses études et nous a demandé de l’aider à déménager. Pendant que nous l’aidions, il a demandé si nous voulions prendre la nourriture qui restait dans le congélateur. Grâce à sa gentillesse, nous avions maintenant de la viande pour compléter nos réserves alimentaires.

L’élaboration de réserves alimentaires, le paiement de notre dîme et notre dispostion à rendre service nous ont valu les bénédictions du Seigneur. Nous avons réussi à traverser ces mois sans emprunter d’argent. À la fin de ces quatre mois, ma femme a trouvé un emploi à plein temps et nous avons pu nous permettre de dépenser plus d’argent pour la nourriture. Nous avons reconstitué nos réserves alimentaires et nous continuons à être bénis en obéissant aux commandements du Seigneur.