2010
L’appel divin du missionnaire
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

L’appel divin du missionnaire

Le Seigneur a besoin que chaque jeune homme capable se prépare et se réengage, dès ce soir, à être digne d’un appel en mission venant du prophète de Dieu.

Elder Ronald A. Rasband

Bonsoir mes chers frères de la prêtrise. Ce soir je vais parler du service missionnaire. Je m’adresse à la grande armée de jeunes gens qui détiennent la Prêtrise d’Aaron, rassemblés dans le monde entier, et à leurs pères, à leurs grands-pères et aux dirigeants de la prêtrise qui veillent sur eux.

L’œuvre missionnaire est un sujet qui me tient beaucoup à cœur, comme pour chaque membre des huit collèges de soixante-dix que le Seigneur a désignés pour aller « devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller1 ». L’œuvre missionnaire est la force vitale de l’Église et une bénédiction qui sauve la vie de tous les gens qui acceptent son message.

Lors de son ministère parmi les hommes, le Maître a appelé des pêcheurs de Galilée à laisser leurs filets et à le suivre en leur disant : « Je vous ferai pêcheurs d’hommes2. » Le Seigneur a appelé des hommes humbles, afin que, par eux, d’autres entendent les vérités de l’Évangile, et viennent à lui.

En juin 1837, Joseph Smith, le prophète, a appelé Heber C. Kimball, un apôtre, à partir en mission en Angleterre. Frère Kimball a reçu son appel lorsque tous deux étaient dans le temple de Kirtland et que Joseph a dit avec l’autorité divine : « Frère Heber, l’Esprit du Seigneur m’a murmuré : ‘Que mon serviteur Heber aille en Angleterre proclamer mon Évangile et ouvrir la porte du salut à cette nation3’ »

Ce murmure de l’Esprit est une illustration de la façon dont les serviteurs du Seigneur reçoivent l’appel pour envoyer des missionnaires dans leurs champs de mission.

Aujourd’hui les missionnaires désignés par le Seigneur, vont deux par deux, porter le même message, avec le même appel divin reçu par l’intermédiaire du prophète de Dieu. Notre prophète, Thomas S. Monson, a dit des personnes appelées à servir : « Les occasions misionnaires de toute une vie sont à vous. Les bénédictions de l’éternité vous attendent. Vous avez l’honneur de ne pas être spectateurs mais acteurs sur la scène du service de la prêtrise4. »

La scène est à vous, mes chers garçons de la Prêtrise d’Aaron. Êtes-vous prêts et disposés à remplir votre rôle ? Le Seigneur a besoin que chaque jeune homme capable se prépare et se réengage, dès ce soir, à être digne d’un appel en mission venant du prophète de Dieu.

Je me souviens avec émotion de la grande joie de toute notre famille quand deux de nos enfants ont reçu leur appel à partir en mission à plein temps. Nous étions remplis d’enthousiasme et d’impatience quand chacun d’eux a ouvert sa lettre spéciale du prophète de Dieu. Notre fille Jenessa était appelée à œuvrer dans la mission de Detroit, au Michigan, et notre fils Christian dans la mission de Moscou-Sud, en Russie. Ce sont des expériences qui remplissent d’humilité et d’émotion à la fois !

Quand Sœur Rasband et moi avons eu l’honneur de présider la mission de New York-Nord il y a plusieurs années, je m’émerveillais devant les missionnaires qui arrivaient à New York.

Quand je les recevais en entretien le premier jour de leur mission, je ressentais une profonde gratitude pour chacun d’eux. Je sentais que leur appel dans notre mission était voulu par Dieu pour eux, ainsi que pour moi, leur président de mission.

Lorsque nous avons été relevés, le président Hinkley m’a appelé pour être soixante-dix dans l’Église. L’une des premières formations que j’ai reçues comme Autorité générale consistait à assister les membres des Douze quand ils affectaient les missionnaires à l’une des trois cents et quelques missions de cette grande Église.

Avec l’encouragement et la permission du président Eyring, je vais vous raconter une expérience qui me tient à cœur, une expérience que j’ai eue avec lui, il y a plusieurs années, quand il était membre du Collège des Douze. Chaque apôtre détient les clés du royaume et les exerce sous la direction et à la demande du président de l’Église. Frère Eyring était en train d’affecter des missionnaires à leur champ de mission et j’avais été invité à l’observer dans le cadre de ma formation.

J’ai rejoint frère Eyring tôt un matin dans une pièce où l’on avait installé plusieurs grands écrans d’ordinateur pour la session. Il y avait également un membre du personnel du Département missionnaire à qui l’on avait demandé de venir ce jour-là.

Nous nous sommes d’abord agenouillés pour prier. Je me souviens des paroles très sincères de frère Eyring demandant au Seigneur de le bénir pour qu’il sache « parfaitement » où les missionnaires devaient être affectés. Le mot « parfaitement » en disait long sur la foi dont frère Eyring faisait preuve ce jour-là.

La session a commencé comme ceci : la photo d’un futur missionnaire apparaissait sur l’un des écrans d’ordinateur. À chaque photo qui apparaissait j’avais l’impression que le missionnaire se trouvait dans la pièce avec nous. Puis frère Eyring saluait le missionnaire de sa voix gentille et attachante : « Bonjour frère Reier ou bonjour sœur Yang. Comment allez-vous aujourd’hui? »

Il m’a dit qu’il aimait penser à la mission d’où les missionnaires reviendraient. Celà l’aidait à savoir où affecter chaque missionnaire. Puis frère Eyring étudiait les commentaires des évêques et des présidents de pieu, le dossier médical et d’autres points concernant le missionnaire.

Ensuite il consultait un autre écran sur lequel figuraient les régions et les missions du monde entier. Finalement, en suivant l’inspiration de l’Esprit, il affectait le missionnaire à un champ de mission.

Les autres apôtres du Seigneur m’ont appris qu’ils appliquaient cette méthode générale chaque semaine pour affecter des dizaines de missionnaires qui vont œuvrer dans le monde entier.

Ayant fait une mission dans mon propre pays, dans la mission des États de l’Est, il y a un certain nombre années, j’ai été profondément touché par cette expérience. Ayant également été président de mission, j’étais reconnaissant d’avoir reçu un témoignage supplémentaire que les missionnaires que j’accueillais à New York m’étaient envoyés par révélation.

Après avoir affecté quelques missionnaires, frère Eyring s’est tourné vers moi alors qu’il méditait sur un missionnaire et m’a dit : « Alors frère Rasband, où pensez-vous que ce missionnaire devrait aller? » J’étais surpris ! Je lui ai répondu tout bas que je ne savais pas et que je ne savais pas comment je pourrais le savoir! Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a simplement dit : « Frère Rasband, soyez plus attentif et vous saurez, vous aussi ! » Alors, j’ai rapproché ma chaise de frère Eyring et de l’écran et j’ai effectivement fait beaucoup plus attention !

Par deux ou trois fois au cours de la session, frère Eyring s’est tourné vers moi et m’a demandé : «Eh bien, frère Rasband, où pensez-vous que ce missionnaire devrait aller? » Je donnais le nom d’une mission et frère Eyring me regardait pensivement et répondait : « Non, ce n’est pas celle-là ! » Puis, en suivant l’inspiration, il continuait d’affecter les missionnaires où il avait ressenti qu’ils devaient aller.

Alors que nous approchions de la fin de la session, la photo d’un missionnaire est apparue à l’écran. J’ai reçu le sentiment très fort, le plus fort de la matinée, que ce missionnaire devait être envoyé au Japon. Je ne savais pas si frère Eyring allait m’interroger pour celui-ci, mais, chose étonnante, c’est ce qu’il a fait. Je lui ai répondu timidement et humblement : « Au Japon ?» Frère Eyring a répondu immédiatement : «Oui, regardons.» Et les missions du Japon sont apparues à l’écran. J’ai su instantanément que le missionnaire devait aller dans la mission de Sapporo.

Frère Eyring ne m’a pas demandé le nom exact de la mission mais il a affecté ce missionnaire à la mission de Sapporo.

Au fond de moi j’étais très touché et sincèrement reconnaissant que le Seigneur m’ait permis de recevoir l’inspiration pour savoir où ce missionnaire devait aller.

À la fin de la réunion, frère Eyring m’a rendu témoignage de l’amour que le Sauveur a pour chaque missionnaire chargé d’aller dans le monde prêcher l’Évangile rétabli. Il a ajouté que c’est grâce au grand amour du Sauveur que ses serviteurs savent où ces jeunes hommes et ces jeunes femmes ainsi que ces missionnaires d’âge mûr et ces couples missionnaires merveilleux doivent œuvrer. Ce matin-là, j’ai acquis un nouveau témoignage que chaque missionnaire appelé dans cette Église et affecté ou réaffecté dans une mission, est appelé par la révélation que le Seigneur Dieu Tout-Puissant donne à l’un de ses serviteurs.

Je conclus mon discours par les paroles du Seigneur aux frères Whitmer, qui ont joué un grand rôle au début du Rétablissement. Ils faisaient partie des témoins qui ont vu les plaques d’or et le témoignage qu’ils ont signé se trouve au début de chaque exemplaire du Livre de Mormon. Ils faisaient partie du premier groupe de missionnaires appelés par un prophète de Dieu en 1829 pour prêcher l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ.

Dans la préface de la section 14 des Doctrine et Alliances, il est dit : « Trois des fils Whitmer, ayant chacun reçu le témoignage de l’authencité de l’œuvre, commencèrent à se préoccuper vivement de la question de leur devoir personnel. »

Le Seigneur a dit ceci à John et à Peter Whitmer : « Car de nombreuses fois tu as désiré savoir de moi ce qui aurait le plus de valeur pour toi5. »

Je suppose que beaucoup d’entre vous, jeunes gens, se sont posé la même question. Voici la réponse du Seigneur : « Et maintenant, voici, je te dis que ce qui aura le plus de valeur pour toi sera de prêcher le repentir à ce peuple, afin de m’amener des âmes, pour que tu te reposes avec elles dans le royaume de mon Père6 ».

À cette période de votre vie, mes jeunes amis, un appel à partir en mission venant du Seigneur est le travail le plus important que vous pouvez faire. Préparez-vous maintenant, menez une vie juste, apprenez auprès de votre famille et de vos dirigeants de l’Église et joignez-vous à nous pour édifier le royaume de Dieu sur la terre, acceptez votre appel divin dans « une si grande cause7 ». C’est là mon humble prière, au nom de Jésus-Christ. Amen.