J’ai finalement relevé le défi
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

J’ai finalement relevé le défi

Jennifer Garrett (Californie, États-Unis)

 Où en êtes-vous de votre lecture du Livre de Mormon ? » a demandé l’évêque à notre famille lors du règlement de la dîme en 2005.

Nous venions de parler de mes nombreuses responsabilités à l’église et au foyer avec deux petits bambins. J’ai balbutié quelques mots à propos de la difficulté de lire tout un chapitre chaque jour, mais dans mon for intérieur je savais que je me donnais des excuses. La vérité était que, bien qu’ayant fait beaucoup de bonnes choses au cours des mois précédents, je n’avais pas essayé de lire le Livre de Mormon d’un bout à l’autre comme le président Hinckley nous en avait lancé le défi1.

Au début de la nouvelle année, l’Esprit m’a rappelé à l’ordre. J’avais l’impression d’être comme Naaman, le lépreux, qui avait tout d’abord refusé d’entreprendre la tâche toute simple de se laver dans les eaux du Jourdain comme le prophète Élisée le lui avait demandé (voir 2 Rois 5:1–14). Lire le Livre de Mormon est aussi quelque chose de simple.

Le jour de jeûne suivant, plusieurs frères et sœurs ont rendu leur témoignage, expliquant comment les promesses du prophète s’étaient accomplies dans leur vie. Je savais que je m’étais privée de ces bénédictions parce que je n’avais pas écouté sa voix. J’ai pris la résolution de lire le Livre de Mormon d’un bout à l’autre en 2006, ainsi que l’année suivante et l’année suivante, afin de pouvoir l’aimer, comme le président Hinckley.

Vers la fin de l’année, j’ai repensé à mon but, sachant que j’aurai finis le livre pour la fin de l’année. Je me suis rendu compte que j’avais acquis des connaissances que je n’aurais pas pu acquérir autrement. Je m’étais rapprochée de mon Père céleste et de mon Sauveur. J’avais trouvé davantage d’occasions de faire connaître l’Évangile tout au long de l’année parce que j’avais lu le Livre de Mormon et que je pouvais témoigner de sa véracité.

Je regrette de ne pas avoir relevé le défi du président Hinckley en 2005. Tout comme Naaman, qui a fini par se laver dans les eaux du Jourdain, j’aurais pu profiter des bénédictions du Livre de Mormon beaucoup plus tôt que je ne l’ai fait.

Je suis reconnaissante d’avoir appris l’importance de relever même de simples défis lancés par le prophète. J’attends avec impatience une nouvelle année pleine de bénédictions que m’apportera la relecture du Livre de Mormon.