Une chanson pour Ryan
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Une chanson pour Ryan

C’était un de ces samedis où j’aime rester au chaudsous ma couverture. Mais je n’ai pas pu m’offrir ce luxe. D’unbruit désagréable, mon récepteur d’appel m’a averti qu’il y avait un incendie dans une usine de ciment de la région. J’ai donc enfilé mon équipement à toute vitesse et je me suis dirigée vers la porte, reconnaissante que mon casque cache mes cheveux ébouriffés. Je ne me souciais plus autant de mon apparence depuis que j’étais entrée dans la brigade de sapeurs-pompiers de notre petite ville, puis que j’étais devenue technicienne d’urgence médicale.

Bientôt, l’incendie de l’usine de ciment a été maîtrisé. Mais nos récepteurs d’appel ont de nouveau sonné, cette fois pour demander à des techniciens d’urgence médicale de se rendre sur les lieux d’un accident grave sur l’autoroute, impliquant un petit garçon de quatre ans. Je savais que cela allait être difficile. Mon collègue et moi nous sommes donc immédiatement mis à prier. Aucun technicien d’urgence médicale ne peut dire qu’il n’est pas touché lorsqu’il soigne des enfants gravement blessés.

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons vu une camionnette blanche renversée sur le terre-plein central. J’ai rapidement cherché notre patient des yeux, pensant qu’il était peut-être toujours dans le véhicule. Mais on m’a appelé de l’autre côté de la route, à un endroit où plusieurs personnes se pressaient autour de la petite silhouette d’un enfant. L’un des hommes était médecin. Il m’a donné un récapitulatif rapide des blessures les plus graves du petit garçon puis a disparu dans la foule. Une femme tenait la main de l’enfant et le rassurait. Je lui ai demandé si elle connaissait son nom. Elle m’a répondu « Il s’appelle Ryan. Je suis sa mère. » Aussi étonnant que cela paraisse, deux enfants plus âgés et elle étaient indemnes.

Les techniciens d’urgence médicale suivent des protocoles particuliers pour assurer les meilleurs soins aux patients mais aucune de ces procédures ne les prépare à faire face à la souffrance humaine lorsqu’ils secourent des personnes victimes de très graves accidents. Je me souviens de m’être remémorée ce que j’avais appris mais aussi de m’être sentie complètement dépassée. Mon petit patient pleurait. J’aurais voulu apaiser ses craintes, l’embrasser pour le soulager et promettre à sa mère apeurée que tout irait bien pour lui. Mécaniquement, j’appliquais les techniques que je connaissais si bien, mais je me sentais désemparée et très seule. Mon collègue ne pouvait pas m’aider pour Ryan parce qu’il s’occupait du père du petit garçon, qui était toujours coincé dans la camionnette.

Bientôt, les ambulances sont arrivées. On m’a chargée de maintenir la tête de Ryan jusqu’à l’hôpital. Je me suis agenouillée à côté de sa tête et je lui ai parlé doucement mais il a continué de pleurer et de se débattre. J’avais peur qu’il se blesse encore plus mais je ne pouvais pas le contenir, sinon je lui aurais causé d’autres problèmes.

J’ai alors commencé à prier avec plus de ferveur. J’ai demandé à mon Père céleste de me permettre de savoir comment réconforter et calmer Ryan et comment soulager sa souffrance. Immédiatement, j’ai eu l’impression suivante : « Chante-lui quelque chose. » J’ai hésité. Je me suis demandé si j’avais bien compris. Après tout, j’étais professionnelle, et de quoi aurait l’air une technicienne d’urgence médicale en train de chanter dans une ambulance à côté d’un patient très gravement blessé ?

Ryan a poussé un cri et j’ai de nouveau eu cette impression distincte : « Chante-lui quelque chose. » En maintenant sa tête, je me suis penchée doucement près de son oreille et j’ai commencé à chanter « Je suis une étoile qui brille d’un éclat vif et je souris pour que le monde entier puisse me voir » (« I Am like a Star », Children’s Songbook , p. 163). Ryan s’est alors calmé. J’ai chanté « Je suis enfant de Dieu » et d’autres chants de la Primaire. Je me suis rendu compte que Ryan était saint des derniers jours lorsque j’ai remarqué que sa mère, bouleversée, essayait de chanter avec moi. À plusieurs reprises, les auxiliaires médicaux se sont inquiétés parce que Ryan était trop silencieux. Mais il répondait lorsqu’ils lui posaient des questions. J’ai continué de chanter pendant tout le trajet, jusqu’à la salle des urgences de l’hôpital, où l’équipe en charge des traumatismes a pris le relais pour le soigner.

Plus tard dans la journée, je suis retournée à l’hôpital pour prendre des nouvelles de Ryan et de son père. J’ai appris que Ryan avait été opéré et que son état était à présent stable et encourageant. J’étais reconnaissante d’apprendre cela, même si son père et lui allaient devoir rester longtemps à l’hôpital avant de se rétablir. Ryan et moi sommes vite devenu bons amis et tous les ans, à Noël, j’attends avec impatience de recevoir une carte de vœux avec une photo de Ryan.

Je me souviendrai toujours de cette prière exaucée, lorsque mon petit patient s’est calmé dès qu’il a entendu des chants qu’il aimait, des chants qui lui ont rappelé à quel point son Père céleste l’aimait. L’efficacité de la médecine d’urgence est véritablement une merveille mais je garderai toujours en mémoire le miracle doux et puissant opéré par la beauté et la simplicité de quelques chants de la Primaire.

Luana Lish est membre de la paroisse de Rapid Creek, dans le pieu de McCammon (Idaho, États-Unis).