Conférence générale
Faire connaître le message du Rétablissement et de la résurrection
Téléchargements
Cette page (mp3)
Notes de bas de page
Thème

Faire connaître le message du Rétablissement et de la résurrection

Le Rétablissement appartient au monde et son message est particulièrement urgent aujourd’hui.

Tout au long de cette conférence générale, nous avons donné des messages et chanté avec joie des cantiques sur l’accomplissement de la restauration « de toutes choses1 » prophétisé depuis longtemps, sur la réunion de toutes choses en Christ2, sur le retour de la plénitude de l’Évangile, de la prêtrise et de l’Église de Jésus-Christ sur la terre, qui font partie de ce que nous appelons « le Rétablissement ».

Mais le Rétablissement n’est pas seulement pour ceux d’entre nous qui s’en réjouissent aujourd’hui. Les révélations de la Première Vision n’étaient pas destinées à Joseph Smith seulement mais sont offertes comme une lumière et une vérité à quiconque « manque de sagesse3 ». Le Livre de Mormon appartient à l’humanité. Les ordonnances de la prêtrise pour le salut et l’exaltation ont été préparées pour chaque personne, y compris celles qui ne sont plus dans la condition mortelle. L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours et ses bénédictions sont destinées à tous les gens qui les veulent. Le don du Saint-Esprit est destiné à tout le monde. Le Rétablissement appartient au monde et son message est particulièrement urgent aujourd’hui.

« C’est pourquoi il est très important de faire connaître ces choses aux habitants de la terre, afin qu’ils sachent qu’il n’y a aucune chair qui puisse demeurer en la présence de Dieu, si ce n’est par les mérites, et la miséricorde, et la grâce du saint Messie, qui donne sa vie selon la chair et la reprend par le pouvoir de l’Esprit, afin de réaliser la résurrection des morts, étant le premier à ressusciter4. »

Depuis le jour où Samuel Smith, frère du prophète, a rempli sa sacoche d’exemplaires du Livre de Mormon fraîchement imprimés et s’en est allé à pied faire connaître le nouveau livre d’Écritures, les saints œuvrent sans relâche pour « faire connaître ces choses aux habitants de la terre ».

En 1920, David O. McKay, qui était alors membre du Collège des douze apôtres, a débuté une tournée mondiale d’un an des missions de l’Église. En mai 1921, il s’est rendu dans un petit cimetière de Fagali’i, aux Samoa, sur la tombe bien entretenue de trois petits enfants, la fille et les deux fils de Thomas et Sarah Hilton. Ces enfants, dont l’aîné avait deux ans, sont morts à la fin du dix-neuvième siècle, à l’époque où le jeune couple était en mission.

Avant de quitter l’Utah, frère McKay avait promis à Sarah, alors veuve et qui n’avait jamais eu la possibilité de retourner aux Samoa, qu’il se rendrait sur la tombe de ses enfants. Frère McKay lui a envoyé une lettre disant : « Sœur Hilton, dans un silence des plus éloquent, vos trois petits enfants […] poursuivent la noble œuvre missionnaire que vous avez commencée voilà près de trente ans. » Puis il a ajouté quelques vers de sa propre composition :

Par des mains aimantes leurs yeux mourants furent fermés ;

Par des mains aimantes, leurs petits membres furent arrangés ;

Par des mains étrangères leurs modestes tombes furent ornées ;

Par des inconnus, ils furent honorés et par des inconnus, ils furent pleurés5.

Ce n’est qu’une histoire parmi des milliers, des centaines de milliers qui parlent du temps, des trésors et des vies sacrifiés au cours des deux derniers siècles pour faire connaître le message du Rétablissement. Notre aspiration d’atteindre chaque nation, famille, langue et peuple est intacte aujourd’hui, comme en témoignent les plus de soixante-huit mille jeunes hommes, jeunes femmes et couples qui font une mission à plein temps, les membres de l’Église qui répondent à l’invitation de Philippe de venir et de voir6 et les millions de dollars consacrés chaque année à soutenir cet effort partout dans le monde.

L’invitation que nous lançons est sans contrainte mais nous espérons que les gens ne pourront pas y résister. Pour que ce soit le cas, je crois que trois choses sont nécessaires : premièrement, votre amour ; deuxièmement, votre exemple ; troisièmement, l’utilisation du Livre de Mormon.

Notre invitation ne doit pas être une question d’intérêt personnel mais une expression d’amour désintéressé7. Cet amour, connu comme étant la charité, l’amour pur du Christ, nous pouvons l’avoir si nous le demandons. Il nous est demandé, commandé même, de « [prier] le Père de toute l’énergie de [notre] cœur, afin d’être remplis de cet amour8 ».

Pour illustrer cela, je vais raconter une expérience rapportée par sœur Lanett Ho Ching, qui sert actuellement aux côtés de son mari, Francis Ho Ching, président de la mission d’Apia (Samoa). Sœur Ho Ching a dit :

« Il y a des années, notre jeune famille a emménagé dans une petite maison à Laie (Hawaï). L’abri de voiture de notre maison avait été converti en studio dans lequel vivait un homme du nom de Jonathan. Jonathan avait été notre voisin dans un autre endroit. Ayant le sentiment que ce n’était pas une coïncidence si le Seigneur nous avait rapprochés, nous avons décidé d’être plus ouverts concernant nos activités et notre appartenance à l’Église. Jonathan appréciait notre amitié et aimait passer du temps avec notre famille. Il aimait que l’on parle de l’Évangile mais n’était pas intéressé pour s’engager dans l’Église.

« Le temps passant, Jonathan est devenu ‘oncle Jonathan’ pour nos enfants. Tandis que notre famille continuait de s’agrandir, l’intérêt de Jonathan pour nos événements familiaux augmentait. Nos invitations aux fêtes de fin d’année, aux anniversaires, aux fêtes de l’école et aux activités de l’Église se sont étendues aux soirées familiales et au baptême des enfants.

« Un jour, j’ai reçu un coup de téléphone de Jonathan. Il avait besoin d’aide. Il était diabétique et avait attrapé une infection grave au pied qui nécessitait une amputation. Notre famille et les membres de la paroisse du quartier l’ont accompagné dans ces moments d’épreuve. Nous nous sommes relayés à l’hôpital et il a reçu des bénédictions de la prêtrise. Pendant sa rééducation, nous avons nettoyé son appartement avec l’aide des sœurs de la Société de Secours. Les frères de la prêtrise ont installé une rampe devant sa porte d’entrée et des barres d’appui dans la salle de bains. Quand Jonathan est rentré chez lui, il a été submergé par l’émotion.

« Il a recommencé à suivre les leçons missionnaires. La veille du nouvel an, il m’a téléphoné et m’a demandé : ‘Que faites-vous pour le réveillon du nouvel an ?’ Je lui ai rappelé notre fête annuelle. Mais il a répondu : ‘Je voudrais que vous veniez à mon baptême ! Je veux commencer la nouvelle année de la bonne façon.’ Après vingt années d’invitations à venir voir, à venir aider et à venir et rester, cette âme précieuse était prête à se faire baptiser. »

En 2018, lorsque nous avons été appelés à présider la mission des îles Samoa, la santé de Jonathan se détériorait. Nous l’avons supplié de rester fort jusqu’à notre retour. Il l’est resté pendant près d’une année mais le Seigneur le préparait à rentrer dans son foyer céleste. Il est décédé paisiblement en avril 2019. Mes filles ont assisté à l’enterrement de leur ‘oncle Jonathan’ et ont chanté le même cantique que celui que nous avons chanté à son baptême. »

Je vous présente la deuxième condition nécessaire pour réussir à faire connaître le message du Rétablissement en posant la question suivante : Qu’est-ce qui rendra notre invitation attrayante pour quelqu’un ? N’est-ce pas vous, l’exemple de votre vie ? Beaucoup des gens qui ont entendu et accepté le message du Rétablissement ont été, au début, attirés par ce qu’ils ont perçu chez les membres de l’Église de Jésus-Christ. Peut-être était-ce la façon dont ils traitaient les autres, quelque chose qu’ils ont dit ou n’ont pas dit, la constance dont ils ont fait preuve dans des situations difficiles ou simplement leur attitude9.

Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons échapper au fait que nous devons comprendre et vivre les principes de l’Évangile rétabli de notre mieux pour que nos invitations soient attirantes. C’est souvent ce que l’on appelle aujourd’hui l’authenticité. Si l’amour du Christ demeure en nous, les gens sauront que notre amour pour eux est authentique. Si la lumière du Saint-Esprit rayonne en nous, il ravivera la Lumière du Christ en eux10. Ce que vous êtes donne de la crédibilité à votre invitation à venir découvrir la joie de la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ.

La troisième condition nécessaire est l’utilisation abondante de l’instrument de conversion que le Seigneur a conçu pour cette dernière dispensation de l’Évangile, le Livre de Mormon. Il est la preuve tangible de l’appel de prophète de Joseph Smith et la preuve convaincante de la divinité et de la résurrection de Jésus-Christ. La manière dont il expose le plan de rédemption du Père est sans égale. Lorsque vous faites connaître le Livre de Mormon, vous faites connaître le Rétablissement.

Quand Jason Olson était adolescent, des membres de sa famille et d’autres personnes l’avertissaient constamment du danger de devenir chrétien. Cependant, il avait deux bons amis qui étaient membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours avec qui il discutait souvent de religion. Ses amis, Shea et Dave, ont réfuté respectueusement tous les arguments donnés à Jason contre la foi en Jésus-Christ. À la fin, ils lui ont donné un exemplaire du Livre de Mormon en disant : « Ce livre répondra à tes questions. Lis-le, s’il te plaît ! » Il a accepté le livre avec réticence et l’a mis dans son sac à dos, où il est resté pendant plusieurs mois. Il ne voulait pas le laisser chez lui où sa famille risquait de le voir et il ne voulait pas décevoir Shea et Dave en le leur rendant. Finalement, il a décidé que la solution était de brûler le livre.

Un soir, un briquet dans une main et le Livre de Mormon dans l’autre, il s’apprêtait à mettre le feu au livre lorsqu’il a entendu une voix dans sa tête lui dire : « Ne brûle pas mon livre ! » Surpris, il s’est arrêté. Puis, se disant qu’il avait imaginé la voix, il allait rallumer le briquet. Il a entendu de nouveau la voix dans son esprit lui dire : « Va dans ta chambre et lis mon livre. » Il a rangé son briquet, est retourné dans sa chambre, a ouvert le Livre de Mormon et a commencé à lire. Il a continué de le faire, jour après jour, souvent jusque très tard dans la nuit. Après avoir terminé le livre et prié, Jason a vécu une expérience qu’il a notée : « J’étais rempli de l’Esprit, de la tête aux pieds. […] Je me sentais rempli de lumière. […] C’était l’expérience la plus joyeuse que j’avais jamais eue de ma vie ! » Il a désiré se faire baptiser et, plus tard, il est lui-même devenu missionnaire.

Il va probablement sans dire que, malgré notre amour authentique et sincère, la plupart, sinon la majorité, de nos invitations à connaître le message du Rétablissement seront déclinées. Mais n’oubliez pas ceci : tout le monde est digne de cette invitation, « tous sont pareils pour Dieu11 » ; le Seigneur est content de tous les efforts que nous faisons, quel qu’en soit le résultat ; si quelqu’un refuse ce n’est pas une raison pour arrêter de le fréquenter ; un manque d’intérêt aujourd’hui peut très bien se transformer en de l’intérêt plus tard. Quoi qu’il en soit, notre amour demeure constant.

N’oublions jamais que le Rétablissement a vu le jour après des épreuves et des sacrifices intenses. Mais gardons ce sujet pour un autre jour. Nous nous réjouissons aujourd’hui des fruits du Rétablissement dont l’un des plus grands est le pouvoir de lier de nouveau sur la terre et dans les cieux12. Comme l’a exprimé le président Hinckley il y a des années : « Si toutes les peines, tous les efforts et toute la douleur du rétablissement n’avaient produit rien d’autre que le pouvoir de scellement de la Sainte Prêtrise qui lie les familles à jamais, cela aurait largement valu tout ce que cela a coûté13. »

La promesse suprême du Rétablissement est la rédemption par l’intermédiaire de Jésus-Christ. La résurrection de Jésus-Christ est en fait la preuve qu’il possède le pouvoir de racheter tous ceux qui vont à lui, de les racheter de la tristesse, de l’injustice, du regret, du péché et même de la mort. Aujourd’hui, c’est le dimanche des Rameaux ; dans une semaine, ce sera Pâques. Nous nous souvenons, nous nous souvenons toujours que le Christ a souffert et est mort pour expier nos péchés, et nous célébrons ce dimanche le plus merveilleux, le jour du Seigneur, où il est ressuscité des morts. Grâce à la résurrection de Jésus-Christ, le Rétablissement a un sens, notre vie sur terre a un sens et, au bout du compte, notre existence même a un sens.

Joseph Smith, le grand prophète du Rétablissement, a offert le témoignage primordial pour notre époque du Christ ressuscité en disant : « Il vit ! Car nous le vîmes, et ce, à la droite de Dieu14. » J’ajoute humblement mon témoignage à celui de Joseph et à celui de tous les apôtres et prophètes qui ont vécu avant lui, et à tous les apôtres et prophètes qui lui ont succédé, que Jésus de Nazareth est le Messie promis, le Fils unique de Dieu et le Rédempteur ressuscité de toute l’humanité.

« Nous témoignons que les personnes qui étudient le message du Rétablissement à l’aide de la prière et agissent avec foi auront la bénédiction d’acquérir leur propre témoignage de sa divinité et de son but de préparer le monde pour la seconde venue promise de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ15. » La résurrection du Christ rend cette promesse certaine. Au nom de Jésus-Christ. Amen.