L’appartenance grâce aux alliances
    Notes de bas de page

    L’appartenance grâce aux alliances

    Se rapprocher de Dieu et marcher les uns avec les autres sur son chemin des alliances constituent la bénédiction de l’appartenance grâce aux alliances.

    Chers frères et sœurs, voici l’histoire d’un enfant de la Primaire qui apprend à prier. « Merci pour la lettre A, pour la lettre B, […], pour la lettre G ». La prière continue : « Merci pour les lettres X, Y, Z. Cher Père céleste, merci pour le chiffre 1, pour le chiffre 2 » L’instructrice de la Primaire s’inquiète mais patiente. L’enfant continue : « Merci pour le chiffre 5, pour le chiffre 6, et merci pour mon instructrice de la Primaire. Elle est la seule personne qui m’a laissé terminer ma prière. »

    Notre Père céleste entend les prières de chaque enfant. Avec un amour infini, il nous invite à croire et à trouver notre place grâce aux alliances.

    Ce monde est plein de mirages, d’illusions, de tours de passe-passe. Tant de choses semblent passagères et superficielles. Quand nous laissons tomber les masques, mettons de côté les faux-semblants, les goûts et les aversions influencés par le plus grand nombre, nous aspirons à plus qu’un éclat superficiel fugace, qu’un lien éphémère ou que la poursuite d’intérêts personnels profanes. Heureusement, il y a un moyen d’obtenir les réponses qui comptent.

    Nous avons fait alliance de respecter les grands commandements de Dieu, à savoir de l’aimer et d’aimer notre prochain. Nous les respectons parce que nous ne sommes ni des inconnus ni des invités dans son foyer, mais ses enfants1. Le paradoxe millénaire reste vrai. En nous dépouillant de l’homme naturel par l’appartenance grâce aux alliances, nous nous trouvons et devenons l’être éternel le plus élevé que nous pouvons être2, libre, vivant, réel, et nous établissons nos liens les plus importants. L’appartenance grâce aux alliances consiste à contracter et à respecter des promesses solennelles faites à Dieu et les uns avec les autres par le biais d’ordonnances sacrées qui permettent au pouvoir de la divinité de se manifester dans notre vie3. Quand nous engageons tout ce que nous sommes aujourd’hui, nous pouvons devenir davantage demain. L’appartenance grâce aux alliances nous donne une place, une trame et la capacité d’évoluer. Elle produit la foi qui mène à la vie et au salut4.

    Les alliances divines deviennent une source d’amour pour Dieu et émanant de lui, et, par conséquent, entre nous et autrui. Dieu, notre Père céleste, nous aime davantage et nous connaît mieux que nous nous aimons ou nous connaissons nous-mêmes. La foi en Jésus-Christ et les changements personnels (le repentir) nous apportent la miséricorde, la grâce et le pardon. Ils soulagent les blessures, la solitude et l’injustice que nous subissons dans la condition mortelle. Parce qu’il est Dieu, notre Père céleste veut que nous obtenions son plus grand don : sa joie, sa vie éternelle5.

    Notre Dieu est un Dieu d’alliances. De par sa nature, il « [respecte] l’alliance et [fait] preuve de miséricorde6 ». Ses alliances perdurent « aussi longtemps que le temps durera, ou que la terre demeurera, ou qu’il y aura, à la surface de la terre, un seul homme à sauver7 ». Nous ne sommes pas censés traverser l’existence mortelle dans l’incertitude et le doute mais nous réjouir grâce à nos alliances et la relation « plus [forte] que les liens de la mort8 » qu’elles permettent d’établir avec Dieu et avec autrui.

    Les ordonnances et les alliances de Dieu sont universelles pour ce qui est de leur nécessité et individuelles pour ce qui est de leur réalisation. De par la justice de Dieu, tout être, en tout lieu et à toute époque, peut recevoir les ordonnances salvatrices. Le libre arbitre intervient : les gens doivent décider d’accepter ou non les ordonnances qui leur sont offertes. Les ordonnances de Dieu constituent des repères sur son chemin des alliances. Plan de rédemption, plan du salut et plan du bonheur sont des noms que l’on donne au plan de Dieu pour ramener ses enfants à lui. La rédemption, le salut et le bonheur céleste sont possibles parce que Jésus-Christ a « [accompli] cette expiation parfaite9 ».

    Se rapprocher de Dieu et marcher les uns avec les autres sur son chemin des alliances constituent la bénédiction de l’appartenance grâce aux alliances.

    Premièrement, l’appartenance grâce aux alliances est centrée sur Jésus-Christ, le « médiateur de la nouvelle alliance10 ». Toutes choses concourent à notre bien quand nous sommes « sanctifiés dans le Christ […] dans l’alliance du Père11 ». Quiconque reste fidèle jusqu’à la fin recevra toute bonne chose et toutes les bénédictions promises. L’état « bienheureux de ceux qui gardent les commandements de Dieu » consiste à être « béni en tout, tant dans le temporel que dans le spirituel » et à « demeurer avec Dieu dans […] un état de bonheur sans fin12 ».

    Grâce au respect de nos alliances, il peut nous sembler que nous sommes entourés d’anges. Et ce sera vrai : ce seront les gens que nous aimons et qui sont une bénédiction pour nous de ce côté-ci du voile comme de l’autre.

    Récemment, sœur Gong et moi avons été témoins d’un modèle extrêmement touchant d’appartenance grâce aux alliances dans une chambre d’hôpital. Un jeune père avait désespérément besoin d’une greffe de rein. Sa famille avait pleuré, jeûné et prié pour qu’il en reçoive un. Quand ils reçurent la nouvelle qu’un rein était disponible, sa femme a dit doucement : « J’espère que l’autre famille va bien ». L’appartenance grâce aux alliances signifie, pour employer les propos de l’apôtre Paul, « que nous soyons encouragés ensemble au milieu de vous par la foi qui nous est commune, à vous et à moi13 ».

    Sur le chemin de la vie, il arrive que nous perdions foi en Dieu, mais lui ne perd jamais foi en nous. Pour ainsi dire, la lumière de son porche est toujours allumée. Il nous invite à venir ou à revenir aux alliances qui jalonnent son chemin. Il nous attend, prêt à nous prendre dans ses bras, même quand nous sommes « encore loin14 ». Si nous recherchons avec foi les schémas, les trajectoires ou les étapes qui marquent notre expérience, nous verrons ses tendres miséricordes et ses encouragements, en particulier durant nos épreuves, nos peines et nos difficultés, ainsi que nos joies. Peu importe combien de fois nous trébuchons ou tombons, si nous continuons d’avancer vers lui, il nous aidera, un pas à la fois.

    Deuxièmement, le Livre de Mormon est une preuve tangible de l’appartenance grâce aux alliances. C’est l’instrument promis pour le rassemblement des enfants de Dieu, que les prophéties appellent la nouvelle alliance15. Tandis que nous lisons le Livre de Mormon seuls et avec d’autres personnes, en silence ou à voix haute, nous pouvons demander à Dieu « d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ » si le Livre de Mormon est vrai. Nous recevrons alors de lui, par la puissance du Saint-Esprit, l’assurance qu’il l’est16. Ainsi nous aurons aussi l’assurance que Jésus-Christ est notre Sauveur, que Joseph Smith est le prophète du Rétablissement et que l’Église du Seigneur porte son nom : l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours17.

    Le Livre de Mormon s’adresse par alliance ancienne et moderne à vous qui êtes les enfants de Léhi, « enfants des prophètes18 ». Vos ancêtres ont reçu par alliance la promesse que vous, leurs descendants, reconnaîtriez dans le Livre de Mormon une voix provenant de la poussière19. Cette voix que vous ressentez lorsque vous lisez ce livre témoigne que vous êtes « enfants de l’alliance20 » et que Jésus est votre bon berger.

    Le Livre de Mormon invite chacun de nous, selon les paroles d’Alma, à conclure « avec [le Seigneur] l’alliance de le servir et de garder ses commandements, afin qu’il déverse plus abondamment son Esprit sur [nous]21 ». Quand nous voulons changer et devenir meilleur – ou comme l’a dit quelqu’un, « cesser d’être malheureux et apprécier d’être heureux » – nous devenons réceptifs aux instructions, nous acceptons d’avoir de l’aide et nous sommes prêts à recevoir de la force. En contractant des alliances, nous pouvons, dès à présent, nous rapprocher de Dieu, faire partie d’une communauté de croyants fidèles, et ainsi recevoir la bénédiction promise dans la doctrine du Christ22.

    L’autorité et le pouvoir de la prêtrise rétablie pour bénir tous les enfants de Dieu constituent la troisième dimension de l’appartenance grâce aux alliances. Au cours de cette dispensation, Jean-Baptiste et les apôtres Pierre, Jacques et Jean sont venus en messagers glorifiés de Dieu pour rétablir l’autorité de sa prêtrise23. La prêtrise de Dieu et ses ordonnances adoucissent nos relations ici-bas et permettent à celles issues d’alliances d’être scellées dans les cieux24.

    Littéralement, les bénédictions de la prêtrise s’étendent de la naissance à la mort : à commencer par le nom et la bénédiction d’un bébé jusqu’à la consécration d’une tombe. Les bénédictions de la prêtrise guérissent, réconfortent et guident. Tandis qu’il donnait à son fils une bénédiction de la prêtrise, un père, qui était auparavant en colère contre son fils, a ressenti un amour qui lui a permit de lui pardonner. Seule membre de l’Église de sa famille, une précieuse jeune fille doutait que Dieu ait de l’amour pour elle jusqu’à ce qu’elle reçoive une bénédiction de la prêtrise inspirée. Partout dans le monde, de nobles patriarches se préparent spirituellement à donner des bénédictions patriarcales. Quand un patriarche pose les mains sur votre tête, il ressent et exprime l’amour que Dieu éprouve pour vous. Il déclare votre lignée dans la maison d’Israël. Il révèle les bénédictions du Seigneur pour vous. La femme d’un patriarche, attentionnée comme elles le sont toutes, m’a décrit comment ses enfants et elle s’efforcent de favoriser la présence de l’Esprit, en particulier les jours où leur papa donne des bénédictions patriarcales.

    Enfin, nous recevons les bénédictions qui découlent de l’appartenance grâce aux alliances lorsque nous suivons le prophète du Seigneur et nous réjouissons de vivre en respectant les alliances contractées dans le temple, y compris dans le mariage. Un mariage dans l’alliance devient saint et éternel quand nous choisissons quotidiennement le bonheur de notre conjoint et de notre famille avant le nôtre. Quand le « moi » devient « nous », nous grandissons ensemble. Nous vieillissons ensemble ; nous rajeunissons ensemble. Nos espoirs et nos joies sont sanctifiés par l’espoir et une joie sereine dans le temps et dans l’éternité tandis que nous nous servons mutuellement tout au long d’une vie d’oubli de soi.

    Les situations diffèrent. Toutefois, quand nous faisons tout notre possible, que nous demandons et recherchons sincèrement l’aide du Seigneur tout le long du chemin, il nous guide, en son temps et à sa manière, par le Saint-Esprit25. Les alliances du mariage sont un engagement mutuel volontaire pris par les personnes qui les ont contractées : un rappel du respect de Dieu et de notre propre respect pour le libre arbitre et de la bénédiction que nous avons de pouvoir obtenir son aide lorsque nous la recherchons en étant unis.

    Les fruits de l’appartenance grâce aux alliances à travers les générations se ressentent dans nos foyers et nos cœurs. Je vais illustrer cela par des exemples personnels.

    Quand sœur Gong et moi avons commencé à éprouver des sentiments l’un pour l’autre et à envisager le mariage, j’ai appris ce que signifient le libre arbitre et la prise de décisions. Pendant quelque temps, nous avons étudié dans deux pays différents sur deux continents différents. C’est la raison pour laquelle je peux dire honnêtement que j’ai obtenu un doctorat en relations internationales.

    Quand j’ai demandé : « Père céleste, dois-je épouser Susan ? », j’ai ressenti de la paix. Mais c’est quand j’ai appris à prier de façon plus précise en disant : « Père céleste, j’aime Susan et je veux l’épouser. Je promets d’être le meilleur mari et le meilleur père que je puisse être » – c’est quand j’ai agi et pris les meilleures décisions possibles que j’ai reçu les confirmations spirituelles les plus fortes.

    À l’aide des arbres généalogiques, des anecdotes et dess photos des familles Gong et Lindsay sur le site de FamilySearch, nous découvrons les membres de nos deux familles et établissons des liens à travers l’expérience vécue de l’appartenance grâce aux alliances, sur plusieurs générations26. Pour nous, ces ancêtres respectés incluent :

    Alice Blauer Bangerter

    Notre arrière-grand-mère Alice Blauer Bangerter, qui a reçu trois demandes en mariage le même jour et a plus tard demandé à son mari de fixer une pédale à sa baratte pour qu’elle puisse battre le beurre, tricoter et lire en même temps.

    Loy Kuei Char

    Notre arrière-grand-père Loy Kuei Char, qui a porté ses enfants sur son dos et a chargé les quelques biens matériels de sa famille sur le dos d’un âne pour traverser les champs de lave de la grande île d’Hawaï. L’engagement et les sacrifices de générations d’ancêtres Char continuent d’être une bénédiction pour notre famille aujourd’hui.

    Mary Alice Powell Lindsay

    Lors de la mort soudaine de son mari et de son fils aîné à quelques jours d’intervalle, Gram Mary Alice Powell Lindsay s’est retrouvée seule à élever cinq jeunes enfants. Veuve pendant quarante-sept ans, elle a élevé ses enfants avec le soutien aimant des dirigeants et des membres locaux. Pendant toutes ces années, Gram a promis au Seigneur que, s’il l’aidait, elle ne se plaindrait jamais. Le Seigneur l’a aidée. Elle ne s’est jamais plainte.

    Chers frères et sœurs, tout ce qui est bon et éternel est fondé sur la vivante réalité de Dieu, notre Père éternel, et de son Fils, Jésus-Christ, et son expiation, comme le Saint-Esprit en témoigne. Notre Seigneur, Jésus-Christ, est le médiateur de la nouvelle alliance. L’un des buts du Livre de Mormon est de témoigner de Jésus-Christ27. Par serment et par alliance, l’autorité de la prêtrise de Dieu rétablie est destinée à bénir tous les enfants de Dieu, notamment par le biais du mariage contracté par alliance, de la famille intergénérationnelle et des bénédictions personnelles.

    Notre Sauveur déclare : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Christ, le Seigneur ; oui, je le suis, le commencement et la fin, le Rédempteur du monde28 ».

    Avec nous dès le commencement, il est avec nous dans tous nos efforts d’appartenance grâce aux alliances, jusqu’à la fin. J’en témoigne au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.