Capacité spirituelle
    Notes de bas de page

    Capacité spirituelle

    En tant que disciple fidèle de Jésus-Christ, vous pouvez recevoir des inspirations et des révélations sur mesure, en accord avec ses commandements.

    Comme je quittais un camp de Jeunes Filles cet été, l’une d’entre elles m’a tendu un mot. Elle y avait noté cette question : « Comment puis-je savoir quand Dieu essaye de me dire quelque chose ? » J’aime sa question. Notre âme aspire à un lien avec notre foyer céleste. Nous voulons nous sentir utiles et nécessaires. Mais, parfois, nous avons du mal à distinguer nos pensées des impressions douces du Saint-Esprit. Les prophètes, anciens et modernes, ont enseigné que tout ce qui invite à faire le bien vient du Christ1.

    Le président Nelson a lancé cette invitation simple et puissante : « Mes frères et sœurs bien-aimés, je vous supplie d’accroître votre capacité spirituelle de recevoir la révélation. […] Décidez de faire l’effort spirituel requis pour bénéficier du don du Saint-Esprit et entendre la voix de l’Esprit plus fréquemment et plus clairement2. »

    Mon désir ce matin est de vous parler sincèrement de quatre manières de faire grandir votre capacité spirituelle de recevoir la révélation.

    1. Consacrer intentionnellement un moment et un endroit pour entendre la voix de Dieu

    Si vous choisissez de libérer du temps et de le consacrer chaque jour à vous rapprocher de la voix de Dieu, en particulier à travers le Livre de Mormon, au fil du temps sa voix vous semblera plus claire et plus familière.

    Au contraire, les distractions et le bruit qui emplissent le monde, notre foyer et notre vie font qu’il est plus difficile d’entendre sa voix. Ces distractions peuvent tellement occuper notre esprit et notre cœur que nous ne laissons pas de place aux murmures doux du Saint-Esprit.

    Joseph Smith, le prophète, a enseigné que, la plupart du temps, Dieu se révèle « en privé [aux] personnes, dans leur chambre, dans le désert ou dans les champs et cela, en général, sans bruit ni tumulte3. »

    Satan veut nous éloigner de la voix de Dieu en nous éloignant de ces lieux de paix. Si Dieu parle d’une petite voix douce, alors vous et moi avons besoin de nous rapprocher de lui pour l’entendre. Imaginez ce qui se passerait si notre envie de rester connectés aux cieux était la même que de rester connecté au Wi-Fi ! Choisissez un moment et un endroit et écoutez quotidiennement la voix de Dieu. Et honorez ce rendez-vous sacré avec rigueur, car beaucoup de choses en dépendent !

    2. Agir sans délai

    Quand vous recevez l’inspiration et choisissez d’agir, le Seigneur peut vous utiliser. Plus vous agissez, plus la voix de l’Esprit devient familière. Vous reconnaîtrez de mieux en mieux l’intervention de Dieu qui vous guide et verrez qu’il est « disposé à révéler sa volonté4 ». Si vous temporisez, vous risquez d’oublier l’inspiration ou de manquer l’occasion d’être l’intermédiaire de Dieu pour aider quelqu’un.

    3. Recevoir une mission du Seigneur

    La prière à laquelle notre Père céleste semble tout disposé à répondre est celle où nous demandons à être conduit vers quelqu’un qui a besoin de notre aide. Le président Eyring a enseigné que nous devons rechercher la révélation en demandant à Dieu qui nous pouvons servir pour lui. « Si vous posez ce genre de questions, vous ressentirez l’influence du Saint-Esprit qui vous orientera vers les choses que vous pouvez faire pour les autres. Quand vous faites cela, vous êtes au service du Seigneur et, de ce fait, vous vous qualifiez pour recevoir le don du Saint-Esprit5. »

    Vous pouvez prier et demander au Seigneur de vous confier une mission. Ainsi, il utilise vos compétences ordinaires pour accomplir son œuvre extraordinaire.

    Fritz Lundgren, le grand-père de sœur Craig

    Mon grand-père (maternel), Fritz Hjalmar Lundgren, a immigré de la Suède à dix-neuf ans. Il est arrivé en Amérique, seul, avec une valise. Il n’avait étudié que pendant six ans. Ne parlant pas anglais, il s’est rendu en Oregon et a travaillé comme bûcheron puis plus tard, avec ma grand-mère et ma mère, s’est joint à l’Église. Il n’a jamais présidé de paroisse, mais en qualité d’instructeur au foyer fidèle, il a amené plus de cinquante familles à l’Église. Comment s’y est-il pris ?

    Après la mort de mon grand-père, je fouillais dans une boîte contenant ses papiers et je suis tombée sur une lettre écrite par un homme qui est revenu à l’Église grâce à l’amour de mon grand-père. La lettre disait : « Je crois que le secret de frère Fritz est qu’il est toujours envoyé par notre Père céleste. »

    Cette lettre a été écrite par frère Wayne Simonis. Mon grand-père le visitait et il connaissait chaque membre de sa famille. Le moment venu, il leur a dit qu’on avait besoin d’eux et les a invités à venir à l’église. Mais, ce dimanche-là, frère Simonis s’est réveillé avec un dilemme : il n’avait pas fini de réparer la toiture de sa maison et, cette semaine-là, on attendait de la pluie. Il a décidé d’aller à l’église, de saluer mon grand-père puis de rentrer pour terminer le toit. Sa famille assisterait à la réunion de Sainte-Cène sans lui.

    Son plan se déroulait à merveille jusqu’à ce qu’il entende quelqu’un grimper à l’échelle et le rejoindre sur le toit. Il raconte : « Quand j’ai regardé, […] frère Fritz était en haut de l’échelle. Il m’a fait un grand sourire. Au début, j’étais gêné et me suis senti comme un petit enfant qu’on a attrapé à faire l’école buissonnière. Ensuite, […] j’étais en colère. Mais frère Fritz a simplement retiré sa veste de costume et l’a suspendue à l’échelle. En remontant les manches de sa chemise blanche, il s’est tourné vers moi et a dit : ‘Frère Simonis, avez-vous un autre marteau ? Ce travail doit être très important, sinon vous n’auriez pas laissé votre famille, et si c’est si important, je veux vous aider.’ En le regardant dans les yeux, je n’ai vu que la gentillesse et l’amour du Christ La colère m’a quitté. […] J’ai posé mes outils ce dimanche-là et j’ai suivi mon fidèle ami en bas de l’échelle et jusqu’à l’église. »

    Mon grand-père avait reçu sa mission du Seigneur et il savait qu’il devait chercher les brebis perdues. Tout comme les quatre hommes qui ont porté leur ami paralytique sur un toit et l’ont fait descendre pour qu’il soit guéri par Jésus6, de même la tâche de mon grand-père l’a conduit sur le toit. Le Seigneur accorde la révélation à quiconque cherche à aider autrui.

    4. Croire et faire confiance

    Récemment, j’ai lu dans les Écritures l’histoire d’un autre grand missionnaire qui a reçu sa mission du Seigneur. Aaron enseignait l’Évangile au roi des Lamanites, qui se demandait pourquoi Ammon, son frère, n’était pas venu lui aussi pour l’instruire. « Et Aaron dit au roi : Voici, l’Esprit du Seigneur l’a appelé ailleurs7. »

    Tandis que je lisais ces mots, l’Esprit a dit à mon cœur : chacun de nous a une mission différente à accomplir et parfois il nous appelle « ailleurs ». Il y a de nombreux moyens d’édifier le royaume de Dieu en disciples respectueux de leurs alliances. En tant que disciple fidèle, vous recevez des inspirations et des révélations sur mesure, en accord avec ses commandements. La mission et le rôle que vous devez mener sont uniques et vous serez guidés de manière unique pour les remplir.

    Néphi, le frère de Jared et même Moïse avaient une grande étendue d’eau à traverser ; chacun l’a fait différemment. Néphi travailla « les bois de charpente en une exécution habile8 ». Le frère de Jared construisit des barques « étanches comme un plat9. » Moïse et son peuple ont « march[é] à sec au milieu de la mer10. »

    Chacun d’eux a reçu des conseils personnalisés et adaptés, ils ont fait confiance et ont agi. Le Seigneur est attentif à ceux qui obéissent et, comme l’a écrit Néphi, il nous « prépar[e] la voie pour [que nous puissions] accomplir ce qu’il [nous] commande11. » Remarquez que Néphi dit « la voie » et non « une voie ».

    Manquons-nous ou refusons-nous les tâches que le Seigneur nous attribue parce « la voie » qu’il a préparée est différente de celle à laquelle nous nous attendions ?

    Mon grand-père a été conduit dans un endroit improbable : en costume, sur un toit, un dimanche. Faites confiance au Seigneur lorsqu’il vous guide, même si le chemin semble différent de celui des autres ou de celui auquel vous vous attendiez.

    Les saints des derniers jours sont tous différents, mais « tous sont égaux devant Dieu », « noirs et blancs, esclaves et libres, hommes et femmes », célibataires et mariés, riches et pauvres, jeunes et vieux, nés dans une famille membre de l’Église ou récemment convertis12. Qui que vous soyez et quelle que soit votre situation, vous êtes invités à la table du Seigneur13.

    Tandis que vous recherchez et faites la volonté du Père, elle rythmera votre quotidien et, bien sûr, vous serez amenés à changer et à vous repentir.

    La base du nouveau programme de l’Église pour les enfants et les jeunes est d’apprendre à rechercher la révélation, à découvrir ce que le Seigneur veut que nous fassions et à agir en conséquence. Chacun de nous, quel que soit son âge ou sa situation, peut s’efforcer de rechercher et de recevoir la révélation puis d’agir en conséquence. En suivant ce modèle éternel conçu pour notre époque, vous vous rapprocherez de Jésus-Christ, de son amour, de sa lumière, de ses conseils, de sa paix et de son pouvoir guérisseur et habilitant. Et vous développerez votre capacité spirituelle pour devenir chaque jour un instrument entre ses mains afin d’accomplir sa grande œuvre. Au nom de Jésus-Christ. Amen.