2010-2017
    Choisir de croire
    Notes de bas de page
    Theme

    Choisir de croire

    Le Sauveur donne la lumière de son Évangile pour guider les personnes qui choisissent de croire en lui et de le suivre.

    En janvier dernier, Sailor Gutzer, sept ans, et sa famille se rendaient de Floride en Illinois dans un avion privé. Son père était aux commandes. Juste après la tombée de la nuit, l’avion a eu des problèmes mécaniques et s’est écrasé dans les collines du Kentucky plongées dans l’obscurité. Il s’est retrouvé à l’envers, en terrain très accidenté. Tout le monde, excepté Sailor, est décédé dans l’accident. Elle avait un poignet cassé. Elle avait des coupures et des éraflures et avait perdu ses chaussures. La température était de trois degrés Celsius, c’était une nuit froide et pluvieuse d’hiver au Kentucky et Sailor ne portait qu’un short, un tee-shirt et une chaussette.

    Elle a appelé son père et sa mère en pleurant, mais personne n’a répondu. Rassemblant tout son courage, elle s’est mise à marcher pieds nus à travers la campagne pour chercher de l’aide, traversant des ruisseaux, franchissant des fossés et bravant des épines de mûriers. Du haut d’une petite colline, elle a aperçu une lumière au loin, à environ deux kilomètres. Trébuchant dans l’obscurité et les broussailles, elle s’est dirigée vers cette lumière et a fini par arriver à la maison d’un homme bon qu’elle n’avait jamais rencontré auparavant, qui s’est empressé de prendre soin d’elle. La petite était en sécurité. Elle allait bientôt être emmenée dans un hôpital où on l’aiderait à se rétablir1.

    Sailor a survécu parce qu’elle a vu une lumière au loin et qu’elle s’est frayé un chemin jusque-là, malgré la campagne sauvage, la profondeur de la tragédie à laquelle elle faisait face et les blessures qu’elle avait subies. Il est difficile d’imaginer comment elle a réussi à faire ce qu’elle a fait cette nuit-là. Mais ce que nous savons c’est qu’elle a vu dans la lumière d’une maison au loin, une chance de salut. Il y avait de l’espoir. Elle a trouvé du courage dans le fait que, malgré la situation difficile, son salut se trouvait dans cette lumière.

    Peu d’entre nous vivront une expérience aussi traumatisante que celle de Sailor. Mais, à un moment ou un autre, nous devrons tous traverser nous aussi nos déserts spirituels et entreprendre nos voyages émotionnels accidentés. Dans ces moments, quelque sombres ou apparemment désespérés qu’ils puissent être, si nous la cherchons, il y aura toujours une lumière spirituelle qui nous fera signe, nous donnant l’espérance d’être secourus et soulagés. Cette lumière émane du Sauveur de toute l’humanité, qui est la Lumière du monde.

    Percevoir la lumière spirituelle est différent de voir la lumière physique. Pour reconnaître la lumière spirituelle du Sauveur, il faut commencer par vouloir croire. Dieu exige en premier lieu qu’au moins nous désirions croire. Le prophète Alma enseigne : « Si vous voulez vous éveiller et donner de l’essor à vos facultés […] et faire preuve d’un tout petit peu de foi, oui, même si vous ne pouvez faire plus que désirer croire, laissez ce désir agir en vous jusqu’à ce que vous croyiez de manière à pouvoir faire place à une partie des paroles [du Sauveur]2. »

    La demande d’Alma que nous désirions croire et « faire place » dans notre cœur aux paroles du Sauveur, nous rappelle que la foi exige que nous fassions un choix personnel et que nous agissions. Nous devons nous « éveiller et donner de l’essor à [nos] facultés ». Nous devons demander avant que cela ne nous soit donné ; nous devons chercher avant de trouver ; nous devons frapper avant qu’on nous ouvre. Ensuite, nous avons cette promesse : « Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe3. »

    Aucun appel plus fervent à croire ne nous a été adressé que celui du Sauveur lui-même, pendant son ministère terrestre quand il s’est adressé à ses auditeurs incrédules :

    « Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas.

    « Mais si je les fais, quand même vous ne me croiriez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père4. »

    Chacun de nous fait quotidiennement face à une épreuve. C’est l’épreuve de notre existence : Choisirons-nous de croire au Christ et de permettre à la lumière de son Évangile de croître en nous ou refuserons-nous de croire et insisterons-nous pour voyager seuls dans les ténèbres ? Le Sauveur donne la lumière de son Évangile pour guider les personnes qui choisissent de croire en lui et de le suivre.

    Après l’accident, Sailor a dû faire un choix. Elle aurait pu choisir de rester auprès de l’avion dans le noir, seule et effrayée. Mais une longue nuit l’attendait et il allait faire de plus en plus froid. Elle a choisi une autre option. Elle est grimpée sur une colline et, là, elle a vu une lumière à l’horizon.

    Peu à peu, à mesure qu’elle avançait dans la nuit vers la lumière, celle-ci devenait plus brillante. Cependant, il a dû y avoir des moments où elle ne pouvait pas la voir. Peut-être la perdait-elle de vue quand elle était dans un ravin ou derrière des arbres ou des buissons, mais elle a continué à avancer. Chaque fois que Sailor a pu voir la lumière, elle a eu la preuve qu’elle était sur le bon chemin. Elle ne savait pas encore précisément ce qu’était cette lumière, mais elle a continué à marcher vers elle, en fonction de ce qu’elle savait, confiante et espérant qu’elle la reverrait si elle continuait à avancer dans la bonne direction. Cela lui a peut-être sauvé la vie.

    Notre vie peut aussi être comme cela. Il peut y avoir des moments où nous avons été blessés, où nous sommes fatigués et où notre vie semble sombre et froide. Il peut y avoir des moments où nous ne pouvons pas voir de lumière à l’horizon et où nous pouvons avoir envie d’abandonner. Si nous sommes disposés à croire, si nous désirons croire, si nous choisissons de croire, alors les enseignements et l’exemple du Sauveur nous montreront la voie.

    Choisir de croire

    De même que Sailor a dû croire qu’elle trouverait la sécurité dans cette lumière au loin, nous devons, nous aussi, choisir d’ouvrir notre cœur à la réalité divine du Sauveur, à sa lumière éternelle et à sa miséricorde bienfaisante. À toutes les époques, les prophètes nous ont incités, et même implorés, de croire au Christ. Leurs exhortations traduisent un fait fondamental : Dieu ne nous force pas à croire. Non, il nous invite à croire en nous envoyant des prophètes et des apôtres vivants pour nous instruire, en nous fournissant des Écritures et en nous appelant par l’intermédiaire de son Esprit. C’est à nous de choisir d’accepter ces invitations spirituelles, choisissant de voir avec nos yeux intérieurs la lumière spirituelle avec laquelle il nous appelle. La décision de croire est le choix le plus important que nous ferons. Elle façonne toutes nos autres décisions.

    Dieu ne nous force pas plus à croire qu’il ne nous oblige à respecter les commandements, malgré son désir parfait de nous bénir. Cependant, l’appel qu’il nous lance de croire en lui, de faire preuve de cette particule de foi et de faire place à ses paroles, reste en vigueur aujourd’hui. Le Sauveur a dit : « Je témoigne que le Père commande à tous les hommes de partout de se repentir et de croire en moi5. »

    La conviction, le témoignage et la foi ne sont pas des principes passifs. Ils ne se produisent pas automatiquement. La conviction est quelque chose que nous choisissons : nous l’espérons, nous y travaillons et nous faisons des sacrifices pour l’obtenir. Nous n’en viendrons pas plus à croire accidentellement au Sauveur et en son Évangile que nous ne prierons ou paierons la dîme accidentellement. Nous choisissons activement de croire, de même que nous choisissons de respecter d’autres commandements.

    Mettre la conviction en application

    Au début, Sailor ne pouvait pas savoir si ce qu’elle faisait en progressant dans les broussailles la sauverait. Elle était perdue et blessée ; il faisait noir et froid. Mais elle a quitté le lieu de l’accident et elle s’est aventurée à l’extérieur, espérant être secourue, rampant et s’agrippant jusqu’à ce qu’elle voie une lumière au loin. Une fois qu’elle l’a eu vue, elle a fait de son mieux pour avancer dans sa direction, se rappelant ce qu’elle avait vu.

    De la même façon, nous devons faire place à l’espérance que nous trouverons la lumière spirituelle en choisissant d’y croire et non d’en douter. Nos actions sont la preuve de notre conviction et deviennent la substance de notre foi. Nous choisissons de croire quand nous prions et quand nous lisons les Écritures. Nous choisissons de croire quand nous jeûnons, quand nous sanctifions le jour du sabbat et quand nous allons au temple. Nous choisissons de croire quand nous nous faisons baptiser et quand nous prenons la Sainte-Cène. Nous choisissons de croire quand nous nous repentons et recherchons le pardon divin et l’amour guérisseur.

    Ne jamais abandonner

    Parfois, il peut sembler que nous progressons lentement ou de façon intermittente dans le domaine spirituel. Parfois, nous pouvons ressentir que nous avons perdu pied, que nous avons commis des fautes ou que tous nos efforts pour trouver le Sauveur n’aboutissent pas. Si vous ressentez cela, s’il vous plaît, n’abandonnez pas, jamais. Continuez à croire en lui, en son Évangile et en son Église. Conformez vos actes à cette conviction. Dans les moments où la lumière de votre foi a baissé, laissez votre espérance en l’amour et en la grâce du Sauveur, qui se trouvent dans son Évangile et son Église, dépasser vos doutes. Je vous promets qu’il est prêt à vous recevoir. Avec le temps, vous vous rendrez compte que vous avez fait le meilleur choix que vous pouviez faire. Votre décision courageuse de croire en lui vous apportera d’immenses bénédictions, pour toujours.

    Les bénédictions de la conviction

    J’ai ressenti personnellement l’amour miséricordieux du Sauveur. J’ai recherché le Sauveur dans les moments de ténèbres que j’ai traversés et sa lumière qui guérit m’a secouru. Une de mes grandes joies dans la vie est de voyager avec Kathy, ma femme, de rencontrer des membres de l’Église partout dans le monde. Ces rencontres merveilleuses m’ont enseigné et nous ont enseigné ce qu’est l’amour de Dieu pour ses enfants. Elles m’ont montré le potentiel infini de bonheur que connaissent les personnes qui choisissent de suivre les enseignements du Seigneur Jésus-Christ. J’ai appris que croire en lui et en son pouvoir rédempteur est le vrai chemin qui mène à « la paix dans ce monde et à la vie éternelle dans le monde à venir6 ».

    Je témoigne que Jésus-Christ est la source de lumière et d’espérance pour nous tous. Je prie afin que nous puissions tous choisir de croire en lui. Au nom de Jésus-Christ. Amen.