Bienvenue à la conférence
    Notes de bas de page

    Bienvenue à la conférence

    Mes frères et sœurs, j’ai le plaisir de vous annoncer que l’Église se porte très bien. L’œuvre du Seigneur continue d’aller de l’avant sans interruption.

    Mes chers frères et sœurs, au début de cette 179e conférence générale d’avril, nous notons avec tristesse l’absence de Joseph B. Wirthlin, du Collège des douze apôtres. Nous sommes en deuil. Il nous manque. Nous exprimons notre amour à sa famille. Je n’ai aucun doute qu’il continue à participer à cette grande œuvre de l’autre côté du voile.

    Le décès de frère Wirthlin a créé une vacance au Collège des douze apôtres. Après beaucoup de jeûnes et de prières, nous avons appelé Neil Linden Andersen à remplir cette vacance. Nous présentons son nom ce matin à votre vote de soutien. Que tous ceux qui estiment qu’ils peuvent le soutenir dans cet appel sacré le manifestent en levant la main. Et ceux qui y seraient opposés peuvent le manifester par le même signe.

    Nous vous remercions de votre vote de soutien. Le nom de frère Andersen sera mentionné avec celui des officiers de l’Église cet après-midi.

    Frère Andersen, nous vous invitons maintenant à prendre votre place sur l’estrade avec les membres des Douze. Nous nous ferons une joie de vous entendre pendant la session de dimanche matin de la conférence.

    Depuis notre rencontre il y a six mois, mes frères et sœurs, je me suis rendu à Mexico, avec Henry B. Eyring et sa femme, pour y reconsacrer le temple. Il subissait d’importantes rénovations depuis de nombreux mois.

    La veille au soir de la reconsécration, il y a eu un magnifique spectacle culturel dans le stade aztèque. Environ 87 000 spectateurs se sont entassés dans le stade à ciel ouvert et plus de 8 000 jeunes ont participé à un spectacle de musique, de danse et d’histoire mexicaine de quatre-vingt minutes.

    Le président Eyring et moi-même avons chacun reçu un serape et un sombrero. Dans ce costume traditionnel, je n’ai pas pu m’empêcher d’interpréter au groupe une version improvisée du chant « El Rancho Grande », que j’avais appris en cours d’espagnol quand j’avais treize ans. Je ne vais pas le faire aujourd’hui.

    Le lendemain, les deux sessions de consécration ont été remplies de l’Esprit du Seigneur.

    Il y a tout juste deux semaines, en douze sessions, nous avons consacré le temple de Draper (Utah), bâtiment magnifique niché au pied des monts du sud de la vallée du lac Salé. Environ 685 000 personnes, membres et non-membres, sont allées aux visites guidées. Plus de 365 000 membres ont assisté aux sessions de consécration, en comptant les sessions diffusées par satellite à différents centres de pieu. L’Esprit du Seigneur s’est déversé abondamment lors de la consécration du temple.

    Dans l’avenir proche, nous consacrerons le temple d’Oquirrh Mountain (Utah) et, dans les mois et les années à venir, il y aura beaucoup d’autres consécrations. Nous avons hâte qu’elles se produisent. Il y a quelque chose dans une consécration de temple qui pousse à une réévaluation de ce que l’on fait et qui fait naître un désir sincère de faire encore mieux.

    Mes frères et sœurs, j’ai le plaisir de vous annoncer que l’Église se porte très bien. L’œuvre du Seigneur continue d’aller de l’avant sans interruption.

    Nous avons maintenant environ 53 000 missionnaires dans 348 missions dans le monde entier. Nous prenons très au sérieux le commandement que le Sauveur a donné lorsqu’il a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit1. » Nous sommes profondément reconnaissants du travail de nos missionnaires et des sacrifices qu’ils font, leur famille et eux, pour qu’ils servent.

    Nous avons aussi d’innombrables bénévoles et missionnaires dans des domaines autres que la prédication de l’Évangile. Ce sont généralement des personnes d’âge mûr qui font don de leur temps et de leurs talents pour faire avancer l’œuvre du Seigneur et bénir les enfants de notre Père céleste. Comme nous sommes reconnaissants du service très utile de ces personnes !

    Le fonds perpétuel d’études, fondé en 2001, continue d’avancer. Depuis sa création, 35 600 jeunes gens et jeunes filles ont participé au programme et se sont formés pour augmenter leurs compétences et améliorer leurs chances d’obtenir un emploi. Jusqu’à présent, 18 900 ont terminé leur formation. En moyenne, les deux ans et demi d’études qu’ils font maintenant leur permettent de multiplier leur revenu par trois ou quatre. Quelle bénédiction pour eux ! C’est vraiment un programme inspiré.

    Mes frères et sœurs, je vous remercie de votre foi et de votre dévouement à l’Évangile. Je vous remercie de l’amour et de l’attention que vous vous témoignez. Je vous remercie du service que vous rendez dans votre paroisse, votre branche, votre pieu ou district. C’est ce service qui permet au Seigneur d’accomplir ses desseins ici-bas.

    Je vous remercie de la gentillesse que vous me témoignez partout où je vais. Je vous remercie de vos prières en ma faveur. J’ai ressenti ces prières et j’en suis extrêmement reconnaissant.

    Mes frères et sœurs, nous avons hâte d’entendre les messages qui nous seront donnés pendant les deux prochains jours, afin d’être instruits et inspirés et d’avoir une détermination renouvelée à vivre en accord avec l’Évangile et à servir le Seigneur. Les frères et sœurs qui vont nous parler ont recherché l’aide et la direction des cieux lorsqu’ils ont préparé leur message. Ils ont été inspirés au sujet de ce qu’ils vont nous dire.

    Certains d’entre vous sont nouveaux dans l’Église. Nous vous souhaitons la bienvenue. Certains d’entre vous affrontent des difficultés, des déceptions ou subissent des deuils. Nous prions pour vous. Notre Père céleste aime chacun de nous et se soucie de nos besoins. Puissions-nous être remplis de son Esprit tandis que nous écouterons ce qui va nous être dit. C’est là ma prière ce matin, à l’ouverture de cette grande conférence. J’ai également une pensée amicale pour Gordon B. Hinckley, qui m’a précédé à la présidence de l’Église. Je suis sûr qu’il sert bien, de l’autre côté du voile. Au nom de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Amen.