2000-2009
Le pouvoir des alliances
Téléchargements
Cette page (mp3)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Le pouvoir des alliances

Dans les moments de détresse, que vos alliances soient primordiales et que votre obéissance soit sans défaut.

J’adresse une bienvenue chaleureuse et sincère à Neil L. Andersen dans le Collège des douze apôtres. Il représente un ajout digne et bienvenu.

Le 15 août 2007, un terrible tremblement de terre s’est produit au Pérou, détruisant presque entièrement les villes côtières de Pisco et de Chincha. Comme beaucoup d’autres dirigeants et membres de l’Église, Wenceslao Conde, président de la branche de Balconcito à Chincha, a immédiatement fait le nécessaire pour aider les gens dont les maisons avaient été endommagées.

Quatre jours après le tremblement de terre, Marcus B. Nash, des soixante-dix, était à Chincha pour aider à coordonner les secours apportés par l’Église et a rencontré frère Conde. Tandis qu’ils parlaient de ce qui venait de se passer et de ce qui était fait pour aider les victimes, la femme de frère Conde, Pamela, s’est approchée, portant l’un de ses enfants. Frère Nash lui a demandé comment allaient ses enfants. Elle a répondu en souriant que, grâce à la bonté de Dieu, ils étaient tous sains et saufs. Il lui a demandé dans quel état était sa maison.

Elle a simplement répondu : « Il n’y en a plus. »

Il a aussi demandé : « Et tout ce que vous possédiez ? »

Elle a dit : « Tout est enterré sous les ruines de notre maison. »

Frère Nash lui a dit : « Et pourtant vous souriez. » « Oui, a-t-elle répondu, j’ai prié et je suis en paix. Nous avons tout ce dont nous avons besoin. Nous sommes ensemble, nous avons nos enfants, nous avons été scellés dans le temple, nous avons cette Église merveilleuse et nous avons le Seigneur. Nous pourrons reconstruire avec l’aide du Seigneur. »

Cette démonstration touchante de foi et de force spirituelle se retrouve dans la vie de saints, partout dans le monde, dans toutes sortes de situations. C’est l’illustration simple d’un pouvoir profond dont nous avons grand besoin à notre époque et qui deviendra de plus en plus vital dans les jours à venir. Nous avons besoin de chrétiens forts qui peuvent persévérer malgré les épreuves, qui peuvent garder espoir malgré les tragédies, qui peuvent soutenir leur prochain par leur exemple et leur compassion, et qui peuvent continuellement vaincre les tentations. Nous avons besoin de chrétiens forts qui peuvent faire se produire des choses importantes par leur foi et qui peuvent défendre la vérité de Jésus-Christ face au relativisme en matière de morale et à l’athéisme militant.

Quelle est la source de ce pouvoir moral et spirituel et comment l’obtenir ? La source c’est Dieu. Nous y avons accès par les alliances que nous faisons avec lui. Une alliance est un accord entre Dieu et l’homme, un accord dont les termes sont définis par Dieu (voir Guide des Écritures, « Alliance », p. 5-6). Dans ces conventions divines, Dieu s’engage à nous soutenir, à nous sanctifier et à nous exalter si nous nous engageons à le servir et à respecter ses commandements.

Nous faisons des alliances par les ordonnances de la prêtrise, rites sacrés que Dieu a institués pour que nous manifestions notre engagement. Par exemple, notre alliance fondamentale, celle où nous nous engageons à prendre sur nous le nom du Christ, est confirmée par l’ordonnance du baptême. Elle se fait individuellement, nominativement. Par cette ordonnance, nous faisons partie désormais du peuple de l’alliance du Seigneur et nous devenons héritiers du royaume céleste de Dieu.

D’autres alliances sacrées sont accomplies dans les temples construits dans ce but. Si nous sommes fidèles aux alliances que nous y contractons, nous devenons héritiers, non seulement du royaume céleste mais également de l’exaltation, gloire la plus haute du royaume céleste, et nous obtenons toutes les possibilités divines que Dieu peut donner (voir D&A 132:20).

Les Écritures mentionnent la nouvelle alliance éternelle. La nouvelle alliance éternelle est l’Évangile de Jésus-Christ. En d’autres termes, la doctrine et les commandements de l’Évangile constituent la substance d’une alliance éternelle entre Dieu et l’homme, rétablie dans chaque dispensation. Si nous devions résumer la nouvelle alliance éternelle en une phrase ce serait la suivante : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16).

Jésus a expliqué ce que signifie croire en lui : « Or, voici le commandement [en d’autres termes, voici l’alliance] : Repentez-vous, toutes les extrémités de la terre, et venez à moi, et soyez baptisées en mon nom, afin d’être sanctifiées par la réception du Saint-Esprit, afin de vous tenir sans tache devant moi au dernier jour » (3 Néphi 27:20).

Comment le fait de contracter des alliances avec Dieu et de les respecter nous donne-t-il le pouvoir de sourire malgré les épreuves, de transformer des tribulations en triomphes, d’« œuvrer avec zèle à une bonne cause… et [de] produire beaucoup de justice » (D&A 58:27) ?

Fortifiés par des dons et des bénédictions

Premièrement, en obéissant aux principes et aux commandements de l’Évangile de Jésus-Christ, nous recevons un flot continu des bénédictions promises par Dieu dans l’alliance. Ces bénédictions nous fournissent ce dont nous avons besoin pour agir au lieu de laisser la vie décider pour nous1. Par exemple, dans la Parole de Sagesse, les commandements du Seigneur concernant le soin de notre corps physique nous apportent premièrement et principalement « de la sagesse et de grands trésors de connaissance, oui, des trésors cachés » (D&A 89:19). De plus, ils nous permettent d’avoir globalement une meilleure santé et d’être exempts de toute accoutumance destructrice. L’obéissance nous permet d’avoir plus de contrôle sur notre vie, plus de capacités d’aller et de venir, de travailler et de créer. Bien sûr, l’âge, les accidents et les maladies prélèvent inévitablement leur tribut mais, malgré tout, notre obéissance à cette loi de l’Évangile augmente notre capacité de les surmonter.

Sur le chemin des alliances, nous trouvons continuellement des dons et de l’aide. « La charité ne périt jamais » (1 Corinthiens 13:8 ; Moroni 7:46), l’amour engendre l’amour, la compassion engendre la compassion, la vertu engendre la vertu, l’engagement engendre la loyauté et le service engendre la joie. Nous faisons partie d’un peuple d’alliance, d’une communauté de saints qui s’encouragent, se soutiennent et s’aident mutuellement. Comme Néphi l’a expliqué, « si les enfants des hommes gardent les commandements de Dieu, il les nourrit et les fortifie » (1 Néphi 17:3)2.

Fortifiés par davantage de foi

Tout cela ne veut pas dire que la vie dans l’alliance est sans difficulté ou que l’âme obéissante doit être surprise de voir sa paix interrompue par des déceptions ou même des catas-trophes. Si vous pensez que la justice personnelle doit éviter toute perte et toute souffrance, vous devriez avoir une petite conversation avec Job.

Cela nous amène à une deuxième manière dont nos alliances nous apportent de la force : elles produisent la foi nécessaire pour persévérer et pour accomplir tout ce qui est nécessaire pour le Seigneur. La volonté de prendre sur soi le nom du Christ et de respecter ses commandements requiert un certain degré de foi, mais le respect de cette alliance fait grandir cette foi. Premièrement, les fruits promis de l’obéissance apparaissent, et confirment notre foi. Deuxièmement, l’Esprit communique la satisfaction de Dieu et nous ressentons la sécurité que procurent ses bénédictions et son aide continuelles. Troisièmement, quoi qu’il arrive, nous pouvons affronter la vie avec espoir et sérénité, sachant que nous finirons par réussir parce que nous avons individuellement et nominativement la promesse de Dieu, et nous savons qu’il ne peut pas mentir (voir Énos 1:6 ; Éther 3:12).

Les premiers dirigeants de l’Église dans notre dispensation ont confirmé que l’adhésion aux alliances nous procure l’assurance dont nous avons besoin dans les temps d’épreuves :

« C’est [la connaissance que la voie qu’ils avaient choisie dans la vie était conforme à la volonté de Dieu] qui a permis aux saints des temps anciens de supporter toutes leurs afflictions et persécutions, et non seulement de prendre… joyeusement la destruction de leurs biens et de leurs moyens de subsistance, mais aussi de subir la mort sous ses formes les plus horribles ; sachant (pas seulement croyant) que, si cette tente où ils habitent sur la terre est détruite, ils ont dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme (2 Corinthiens 5:1) » (Lectures on Faith, 1985, p. 67).

Ils ont aussi fait remarquer qu’en offrant les sacrifices que Dieu peut nous demander, nous obtenons de l’Esprit le témoignage que nous sommes sur le bon chemin, que Dieu en est satisfait (voir Lectures on Faith, p. 69-71). Avec cette connaissance, notre foi devient sans limite car nous avons l’assurance que Dieu en son temps tournera toute affliction à notre avantage. Certains d’entre vous ont été soutenus par cette foi quand ils ont été montrés du doigt par des gens du « grand et spacieux édifice » qui criaient : « Honte ! » (Voir 1 Néphi 8:26-27.) Vous êtes alors restés fermes avec Pierre et les apôtres d’autrefois « joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus » (Actes 5:41).

Le Seigneur a dit à propos de l’Église :

« En vérité, je vous le dis, tous ceux d’entre eux qui… sont disposés à observer leurs alliances par le sacrifice – oui, tous les sacrifices que moi, le Seigneur, je commanderai – ceux-là sont acceptés par moi.

« Car moi, le Seigneur, je ferai qu’ils produisent comme un arbre très fécond qui est planté dans une terre fertile près d’un cours d’eau pure, qui donne beaucoup de fruits précieux » (D&A 97:8-9).

L’apôtre Paul a compris que les gens qui font alliance avec Dieu reçoivent la foi nécessaire pour surmonter les épreuves et acquièrent par ces épreuves une foi encore plus grande. Au sujet de son « écharde dans la chair » (2 Corinthiens 12:7), il a dit :

« Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi,

« et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.

« C’est pourquoi je me plais dans [m]es faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort » (2 Corinthiens 12:8-10)3.

Fortifiés par le «pouvoir de la divinité»

Nous avons vu premièrement les bénédictions et deuxièmement la foi que Dieu accorde aux personnes qui respectent les alliances qu’elles ont contractées avec lui. Le dernier aspect de la force produite par les alliances, dont je vais parler, est l’octroi d’un pouvoir divin. Notre engagement par alliance envers lui permet à notre Père céleste de faire abonder dans notre vie son influence divine, « le pouvoir de la divinité » (D&A 84:20). Il peut le faire parce qu’en participant aux ordonnances de la prêtrise, nous exerçons notre libre arbitre et choisissons de la recevoir. En participant à ces ordonnances, nous montrons aussi que nous sommes prêts à accepter les responsabilités supplémentaires qui accompagnent l’ajout de lumière et de pouvoir spirituel.

Dans toutes les ordonnances, particulièrement celles du temple, nous sommes dotés du pouvoir d’en haut4. Ce « pouvoir de la divinité » se manifeste en la personne et par l’influence du Saint-Esprit. Le don du Saint-Esprit fait partie de la nouvelle alliance éternelle. C’est une partie essentielle de notre baptême, le baptême de l’Esprit. C’est le messager de grâce par lequel le sang du Christ est appliqué pour ôter nos péchés et nous sanctifier (voir 2 Néphi 31:17). C’est le don par lequel Adam a été « vivifié dans l’homme intérieur » (Moïse 6:65). C’est par le Saint-Esprit que les apôtres d’autrefois ont enduré tout ce qu’ils ont subi et, par les clés de leur prêtrise, ont porté l’Évangile au monde connu de leur époque.

Lorsque nous avons contracté des alliances divines, le Saint-Esprit est notre consolateur, notre guide et notre compagnon. Les fruits du Saint-Esprit sont « les choses paisibles de la gloire immortelle, la vérité de toutes choses, ce qui vivifie tout, donne la vie à tout, ce qui connaît tout et a tout pouvoir selon la sagesse, la miséricorde, la vérité, la justice et le jugement » (Moïse 6:61). Les dons du Saint-Esprit sont le témoignage, la foi, la connaissance, la sagesse, les révélations, les miracles, la guérison, la charité, pour n’en citer que quelques-uns (voir D&A 46:13-26).

C’est le Saint-Esprit qui témoigne de vos paroles quand vous enseignez et témoignez. C’est le Saint-Esprit qui, lorsque vous parlez dans des situations hostiles, vous met dans le cœur ce que vous devez dire et accomplit la promesse du Seigneur que « vous ne serez pas confondus devant les hommes » (D&A 100:5). C’est le Saint-Esprit qui vous révèle comment vous pouvez résoudre des difficultés en apparence insurmontables. C’est par le Saint-Esprit qui est en vous que les gens peuvent ressentir l’amour pur du Christ et recevoir la force d’aller de l’avant. C’est aussi le Saint-Esprit, parce qu’il est le Saint-Esprit de promesse, qui confirme la validité et l’efficacité de vos alliances et qui scelle sur vous les promesses de Dieu5.

Les alliances divines produisent des chrétiens forts. J’exhorte chacun de vous à se qualifier pour les ordonnances de la prêtrise et à recevoir toutes celles qu’il peut, puis à respecter fidèlement les promesses qu’il a faites par alliance. Dans les moments de détresse, que vos alliances soient primordiales et que votre obéissance soit sans défaut. Alors vous pourrez demander avec foi, sans douter, ce dont vous avez besoin et Dieu vous répondra. Il vous soutiendra tandis que vous travaillez et veillez. En son temps et à sa manière il vous tendra la main en disant : « Je suis là. »

Je témoigne que dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se trouve l’autorité de la prêtrise pour administrer les ordonnances par lesquelles nous pouvons faire des alliances avec notre Père céleste au nom de son saint Fils. Je témoigne que Dieu tiendra les promesses qu’il vous a faites si vous respectez les alliances que vous avez faites avec lui : Il vous bénira d’« une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde » (Luc 6:38). Il fortifiera votre foi et la rendra parfaite. Par son Saint-Esprit, il vous remplira d’un pouvoir divin. Je prie pour que vous ayez toujours son Esprit pour vous guider et vous déli-vrer du besoin, de l’anxiété et de la détresse. Je prie pour que, par vos alliances, vous deveniez un instrument puissant et bénéfique entre les mains de celui qui est notre Seigneur et notre Rédempteur. Au nom de Jésus-Christ. Amen.