Les responsabilités de la prêtrise
    Notes de bas de page

    Les responsabilités de la prêtrise

    Nous, détenteurs de la prêtrise, pouvons avoir une profonde influence sur la vie des autres.

    Frère Andersen, au nom des soixante-dix, j’aimerais vous dire que nous vous aimons et que nous vous soutenons de notre foi et de notre amour. Mes chers frères, c’est une bénédiction sacrée que de faire partie de l’armée royale du Seigneur1. Je me sens petit devant vous, à vous imaginer rassemblés un peu partout dans le monde.

    Dans la réunion mondiale de formation des dirigeants du 21 juin 2003, le président Hincley nous a enseigné qu’en tant que détenteurs de la prêtrise, nous avons quatre responsabilités. Il a dit : « Chacun de nous a quatre responsabilités. Premièrement, nous avons la responsabilité de notre famille. Deuxièmement, nous avons une responsabilité envers notre employeur. Troisièmement, nous avons une responsabilité dans l’œuvre du Seigneur. Quatrièmement, nous avons une responsabilité envers nous-mêmes2. »

    Ces quatre responsabilités sont d’importance vitale.

    Le président Hinckley a affirmé : « Il est impératif de ne pas négliger votre famille. Vous n’avez rien de plus précieux3. »

    Il est de notre responsabilité de pères de prendre la direction de notre famille pour la prière, l’étude des Écritures et la soirée familiale. En priorité, nous devons protéger ces occasions de bâtir et de renforcer les bases de la spiritualité de notre famille. Le président Hinckley a dit: « Essayez de ne rien laisser s’interposer. Considérez ce temps comme sacré4. »

    Il a déclaré à propos de la soirée familiale : « Que le lundi soir soit un moment sacré pour la soirée familiale5. »

    Nos enfants, tout comme leurs parents, ont des obligations qui réclament leur temps dans chaque aspect de leur vie. Ils ont des activités à l’église, à l’école et avec leurs amis. Beaucoup de nos enfants sont une minorité dans leur école. Les écoles planifient souvent des activités le lundi soir : du sport, des répétitions, des chorales, etc. Nous devons libérer le lundi soir de nos autres obligations pour faire nos soirées familiales. Il n’y a pas d’activité plus importante pour notre famille.

    C’est par des moments en famille comme la soirée familiale que nous préparons nos enfants à recevoir les bénédictions du Seigneur. Russell M. Nelson, du Collège des douze, a déclaré : « Nous avons la responsabilité de veiller à prier en famille, à étudier les Écritures et à faire la soirée familiale. Nous avons la responsabilité de préparer nos enfants à recevoir les ordonnances du salut et de l’exaltation6. »

    La soirée familiale est pour nous un moment privilégié où fortifier chaque membre de la famille. Il est important d’attribuer des tâches pour la soirée familiale à toute la famille. Un enfant peut parler de la leçon de la Primaire qu’il a eue le dimanche précédent. La soirée familiale a renforcé la foi et le témoignage de ma famille.

    L’étude quotidienne des Écritures est, elle aussi, une activité familiale importante. Quand mon fils avait sept ans, il prenait une douche un soir d’orage et il y a eu une panne de courant dans la maison. Ma femme l’a appelé, lui a demandé de vite finir de se doucher et puis de prendre une bougie pour descendre lentement les escaliers et qu’on puisse faire notre prière en famille. Elle lui a demandé de faire attention à ne pas laisser tomber la bougie sur la moquette parce qu’elle pourrait prendre feu et incendier la maison. Quelques minutes plus tard, il descendait les escaliers, faisant attention à la bougie qu’il avait à la main et tenant ses Écritures dans l’autre. Sa mère lui a demandé pourquoi il descendait ses Écritures. Il lui a répondu : « Maman, si la maison brûle, il faut que je sauve mes Écritures ! » Nous avons su que nos efforts pour l’aider à aimer les Écritures avaient porté leurs fruits.

    À propos de notre responsabilité envers nos employeurs, le président Hinckley a déclaré : « Vous avez une obligation. Soyez honnêtes envers votre employeur. Ne faites pas le travail de l’Église pendant le temps que vous lui devez7. »

    Il nous a aussi rappelé que notre emploi nous permet à la fois de prendre soin de notre famille et d’être des serviteurs efficaces dans l’Église.

    Les détenteurs de la prêtrise ont beaucoup de tâches et de responsabilités. Nous avons des occasions de visiter, dialoguer, enseigner et servir. Nous avons la responsabilité sacrée d’édifier les membres de l’Église et de les aider à renforcer leur foi et leur témoignage de notre Sauveur Jésus-Christ. Nous avons des occasions de prendre soin des familles dont nous sommes les instructeurs au foyer, et d’enseigner aux membres à pourvoir à leurs besoins, à ceux de leur famille ainsi qu’à ceux des pauvres et des nécessiteux à la manière du Seigneur. Les détenteurs de la prêtrise ont la responsabilité de motiver les jeunes à se préparer à faire une mission à plein temps honorable et à se marier au temple8.

    Ezra Taft Benson, ancien président de l’Église, a enseigné : « Les détenteurs de la prêtrise doivent veiller sur les membres du collège et leurs familles au moyen de l’enseignement au foyer organisé9. »

    Nous devons nous soucier de chaque membre de l’Église dont nous avons la responsabilité. L’enseignement au foyer est l’une de nos grandes responsabilités.

    En tant que pères, nous avons aussi la responsabilité sacrée d’être de dignes exemples pour nos enfants afin de les aider à devenir de meilleurs parents et de meilleurs dirigeants dans leur propre foyer. Je cite M. Russell Ballard, du Collège des douze : « Nous demandons à tous les dirigeants de la prêtrise, particulièrement à vous les pères, d’aider à la préparation de vos fils. Préparer-les à la fois temporellement et spirituellement, à agir et à se présenter comme des serviteurs du Seigneur10. »

    Quand nous recevons la prêtrise, nous faisons l’alliance éternelle de servir les autres11. Nous, détenteurs de la prêtrise, pouvons avoir une profonde influence sur la vie des autres.

    Le président Monson nous rappelle : « Combien nous sommes chanceux et bénis d’être détenteurs de la prêtrise de Dieu ! N’oubliez jamais que les gens attendent de vous que vous les guidiez, que vous influencez la vie de gens en bien ou en mal, et que cette influence s’exercera pendant des générations12. »

    Notre exemple sera toujours très éloquent. Beaucoup de dirigeants et de membres de l’Église m’ont influencé par leur exemple au cours de mes années au sein de l’Église. Je me souviens d’un couple merveilleux qui a donné un grand exemple à notre famille et à toute la paroisse. Ce frère et cette sœur se sont fait baptiser en 1982. J’étais leur évêque.

    Celso et Irène vivaient très loin de l’église. Ils faisaient quarante minutes à pied pour s’y rendre et autant pour en revenir ; ils n’ont jamais manqué une réunion. Ils étaient toujours là avec un grand sourire. C’était dans leur nature de servir les autres. Celso et Irene ont un fils, Marcos, qui est né handicapé mental et physique. Je me souviens bien du grand amour avec lequel ils prenaient soin de leur fils. En 1999, Celso a eu une hémorragie cérébrale qui a paralysé ses membres inférieurs. Il a continué d’aller fidèlement à l’église avec sa famille. Ils étaient fidèles dans le paiement de leur dîme et faisaient des offrandes de jeûne généreuses. Notre fils, Moroni, est maintenant leur évêque et il m’a dit que Celso et Irene continuent de servir fidèlement. Non seulement ils remplissent leurs appels dans la paroisse, mais ils sont aussi servants au temple de São Paulo (Brésil). Ils y travaillent chaque vendredi du matin au soir. Ils consacrent toujours très volontiers de leur temps et de leurs moyens à s’acquitter fidèlement de leurs responsabilités dans l’Église.

    Le président Monson a conseillé : « La plupart des services que rendent les détenteurs de la prêtrise s’accomplissent dans la discrétion et sans fanfare. Un sourire amical, une poignée de mains chaleureuse, un témoignage sincère de la vérité peuvent donner du courage, changer la nature d’une personne et sauver une âme précieuse13. »

    C’est le genre de service discret que rendent Celso et Irene.

    Quand nous réfléchissons à la manière sage d’utiliser notre temps et nos moyens pour subvenir aux besoins de notre famille, de notre emploi et de nos appels dans l’Église, il est important de nous souvenir que chaque détenteur de la prêtrise doit progresser spirituellement. C’est une responsabilité que nous avons envers nous-mêmes. Et il est important de nous souvenir que nous pouvons tous avoir de l’aide14. Les conseils de nos prophètes, voyants et révélateurs sont l’aide la plus précieuse que nous puissions recevoir.

    Notre Sauveur nous lance cette invitation à chacun : « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger15. »

    Quand nous faisons son œuvre et sa volonté, et non la nôtre, nous constatons que le joug est doux et le fardeau léger. Il sera avec nous toujours. Il nous révélera exactement ce dont nous avons besoin pour réussir dans notre famille, notre emploi et dans chaque responsabilité que nous avons dans son Église. Il nous aidera à progresser tant personnellement que comme frères dans la prêtrise.

    Je sais que l’Église est vraie. Je sais que Joseph Smith est un prophète de Dieu. Je sais que Thomas S. Monson est le prophète vivant sur la terre aujourd’hui. Je sais que Jésus est le Christ, notre Sauveur et Rédempteur. Au nom de Jésus-Christ. Amen.