2000-2009
    Les grandes choses que dieu a révélées
    Notes de bas de page
    Theme

    Les grandes choses que dieu a révélées

    Sur la base solide de l’appel divin de Joseph, le prophète, et des révélations de Dieu, qui nous sont parvenues par lui, nous allons de l’avant.

    Mes frères et sœurs, comme on nous l’a rappelé, nous commémorerons en décembre prochain le bicentenaire de la naissance de Joseph Smith, le prophète. En attendant, beaucoup de choses vont se produire pour célébrer cet important événement.

    Des livres seront publiés, des colloques auront lieu avec la participation de divers savants ; il y aura des spectacles historiques, un nouveau film et beaucoup d’autres choses.

    En prévision de cela, je tiens, en tant que 15ème dans la succession depuis les grandes réalisations qu’il a accomplies, à rendre mon témoignage de son appel divin.

    J’ai ici en mains un petit livre précieux. Il a été publié à Liverpool, en Angleterre, par Orson Pratt en 1853, il y a 152 ans. C’est le récit fait par Lucy Mack Smith de la vie de son fils.

    Il raconte avec certains détails les diverses rencontres de Joseph avec l’ange Moroni et la parution du Livre de Mormon.

    Il raconte qu’en apprenant la rencontre de Joseph avec l’ange, son frère Alvin a proposé que la famille se réunisse et l’écoute raconter en détail « les grandes choses que Dieu avait révélées » (Biographical Sketches of Joseph Smith the Prophet and His Progenitors of Many Generations, 1853, p. 84).

    Je prends cette phrase comme sujet de mon discours : Les grandes choses que Dieu a révélées par l’intermédiaire de Joseph le prophète. Je vais citer quelques-uns des nombreux points de doctrine et de pratique qui nous distinguent de toutes les autres Églises, et qui proviennent tous de révélations données au jeune prophète. Ils sont bien connus de vous, mais ils valent la peine qu’on les répète et qu’on médite à leur sujet.

    Le premier est naturellement la manifestation de Dieu lui-même et de son Fils bien-aimé, le Seigneur Jésus-Christ ressuscité. Cette théophanie grandiose est, pour moi, le plus grand événement de ce genre depuis la naissance, la vie, la mort et la résurrection de notre Seigneur au midi des temps.

    Nous n’avons aucune trace d’aucun autre événement qui l’égale.

    Pendant des siècles, les hommes se sont réunis et ont discuté de la nature de la Divinité. Constantin a rassemblé, en 325, les savants de diverses factions à Nicée. Après deux mois d’âpres discussions, ils ont trouvé un compromis pour une définition qui, pendant des générations, a été la définition doctrinale de la Divinité pour les chrétiens.

    Je vous invite à la lire et à la comparer à la déclaration du jeune Joseph. Il dit simplement que Dieu s’est tenu devant lui et lui a parlé. Joseph a pu le voir et l’entendre. Il avait une forme humaine, celle d’un être matériel. À côté de lui se tenait le Seigneur ressuscité, un être distinct, que Dieu a présenté comme étant son Fils bien-aimé et avec qui Joseph a également parlé.

    J’affirme que, pendant la brève durée de cette vision remarquable, Joseph en a appris plus sur la Divinité que tous les savants et ecclésiastiques du passé.

    Cette révélation divine a réaffirmé sans le moindre doute la réalité de la résurrection littérale du Seigneur Jésus-Christ.

    Cette connaissance de la Divinité, cachée au monde pendant des siècles, a été la première grande chose que Dieu a révélée à son serviteur élu.

    Et c’est sur la réalité et l’authenticité de cette vision que repose la validité de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

    Je parle maintenant d’une autre chose très importante que Dieu a révélée.

    Le monde chrétien accepte la Bible comme étant la parole de Dieu. La plupart des gens n’ont aucune idée de la façon dont elle nous est parvenue.

    Je viens de terminer la lecture d’un livre qui vient d’être publié par un savant de renom. Il ressort de l’information qu’il fournit que les divers li-vres de la Bible ont été rassemblés de manière qui semble non systématique. Dans certains cas, les écrits n’ont été rédigés que longtemps après les événements qu’ils décrivent. On en vient à se demander : « La Bible est-elle vraie ? Est-elle vraiment la parole de Dieu ? »

    Nous répondons que oui, dans la mesure où elle est traduite correctement. La main du Seigneur était dans son élaboration. Mais maintenant elle n’est plus seule. Il y a un autre témoin des vérités importantes qui s’y trouvent.

    L’Écriture déclare que « Toute affaire se réglera sur la déclaration de deux ou de trois témoins » (2 Corinthiens 13:1).

    Le Livre de Mormon a paru par le don et le pouvoir de Dieu. Il parle comme une voix sortant de la poussière pour témoigner du Fils de Dieu. Il parle de sa naissance, de son ministère, de sa crucifixion et de sa résurrection, et de son apparition aux justes dans le pays d’Abondance sur le continent américain.

    Ce livre est quelque chose de tangible que l’on peut tenir en main, que l’on peut lire, que l’on peut mettre à l’épreuve. Il contient dans ses pages la promesse que l’on aura la conviction de son origine divine. Des millions de personnes l’ont maintenant mis à l’épreuve et ont découvert que c’est un document authentique et sacré.

    Des gens qui ne sont pas de notre religion ont dit de lui qu’il fait partie des vingt livres jamais publiés en Amérique qui ont eu la plus grande influence sur ceux qui les ont lus.

    Comme la Bible est le testament de l’Ancien Monde, de même le Livre de Mormon est le testament du Nouveau. Ils déclarent de concert que Jésus est le Fils du Père.

    Rien que ces dix dernières années, 51 millions d’exemplaires en ont été distribués. Il est maintenant disponible en 106 langues.

    Ce livre sacré, qui a paru par révélation du Tout-Puissant, est véritablement un témoignage de la divinité de notre Seigneur.

    Je pense que le monde chrétien tout entier devrait lui tendre les bras, lui faire bon accueil et l’accepter comme un témoignage vibrant. Il représente un nouveau grand apport fondamental révélé au prophète.

    Un autre, c’est la prêtrise rétablie. La prêtrise est l’autorité d’agir au nom de Dieu. Cette autorité est la clef de voûte de n’importe quelle religion. J’ai lu récemment un autre livre. Il traite de l’apostasie de l’Église primitive. Si l’autorité de cette Église a été perdue, comment allait-elle être remplacée ?

    L’autorité de la prêtrise est venue du seul endroit d’où elle pouvait venir : du ciel. Elle a été conférée par les hommes qui la détenaient quand le Sauveur se trouvait sur la terre.

    D’abord, il y a eu Jean-Baptiste, qui a conféré la Prêtrise d’Aaron ou moindre prêtrise. Il y a eu ensuite la visitation de Pierre, Jacques et Jean, apôtres du Seigneur Jésus-Christ, qui ont conféré à Joseph et à Oliver Cowdery la Prêtrise de Melchisédek, que ces apôtres avaient reçue du Seigneur lui-même quand, de son vivant, il a dit :

    « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Matthieu 16:19).

    Comme il est beau le processus du rétablissement qui a mené à l’organisation de l’Église en 1830, il y a 175 ans cette semaine ! Le nom même de l’Église provient de la révélation. À qui était l’Église ? Était-ce celle de Joseph Smith ? Était-ce celle d’Oliver Cowdery ? Non, c’était l’Église de Jésus-Christ rétablie sur la terre en ces derniers jours.

    Une autre révélation grande et singulière donnée au prophète a été le plan prévoyant la vie éternelle de la famille.

    La famille est une création du Tout-Puissant. Elle représente la plus sacrée de toutes les relations. Elle représente la plus sérieuse de toutes les entreprises. C’est l’organisation fondamentale de la société.

    Par les révélations de Dieu à son prophète nous ont été données la doctrine et l’autorité en vertu desquelles la famille est scellée non seulement pour cette vie, mais pour toute l’éternité.

    Je pense que si nous avions la capacité d’enseigner efficacement ce point de doctrine sans pareil, il retiendrait l’intérêt des millions de maris et de femmes qui s’aiment et qui aiment leurs enfants, mais dont le mariage n’a d’effet que « jusqu’à ce que la mort les sépare ».

    L’innocence des petits enfants est une autre révélation que Dieu a donnée par l’entremise du prophète Joseph. La pratique générale est de baptiser les enfants en bas âge pour supprimer les effets de ce qui est décrit comme étant le péché d’Adam et d’Ève. Selon la doctrine du Rétablissement, le baptême est pour la rémission de nos péchés personnels. Il devient une alliance entre Dieu et l’homme. Il est pratiqué à l’âge de responsabilité quand les gens sont suffisamment âgés pour distinguer le bien du mal. Il se fait par immersion selon le symbolisme de la mort et de l’ensevelissement de Jésus-Christ et de sa résurrection.

    Je vais maintenant mentionner une autre vérité révélée.

    On nous dit que Dieu ne fait pas acception de personnes ; pourtant, à ce que je sache, il n’est aucune autre Église dans laquelle des dispositions soient prises pour les gens qui ont franchi le voile de la mort pour qu’ils reçoivent toutes les bénédictions qui sont accordées aux vivants. La belle doctrine du salut pour les morts est propre à notre Église.

    Les hommes se vantent qu’ils « sont sauvés » et, en même temps admettent ensuite que leurs ancêtres n’ont pas été et ne peuvent pas être sauvés.

    L’expiation de Jésus en faveur de tous représente un grand sacrifice par procuration. Il a fixé le processus par lequel il a agi par procuration pour toute l’humanité. Ce processus par lequel un homme peut agir au nom d’un autre est employé dans les ordonnances de la maison du Seigneur. Nous y agissons en faveur des gens qui sont morts sans avoir la connaissance de l’Évangile, à charge pour eux d’accepter ou de rejeter l’ordonnance qui est accomplie. Ils sont mis sur un pied d’égalité avec les vivants. Les morts reçoivent la même possibilité que les vivants. Encore une fois, quelles dispositions glorieuses et merveilleuses le Tout-Puissant a prises par sa révélation à son prophète !

    La nature éternelle de l’homme a été révélée. Nous sommes fils et filles de Dieu. Dieu est le Père de notre esprit. Nous avons vécu avant de venir ici. Nous avions une personnalité. Nous sommes venus au monde dans le cadre d’un plan divin. Nous sommes ici pour mettre à l’épreuve notre dignité, exerçant le libre arbitre que Dieu nous a donné. Quand nous mourrons nous continuerons à vivre. Notre vie éternelle se compose de trois phases ; la première, notre existence pré-mortelle ; la deuxième, notre existence mortelle ; et la troisième, notre existence post-mortelle. Dans la mort nous mourons à ce monde et nous traversons le voile pour passer dans la sphère dans laquelle nous sommes dignes d’en-trer. Encore une fois, c’est un enseignement unique, singulier et précieux de l’Église, qui nous a été donné par la révélation.

    Je donne ce bref résumé du formidable déversement de connaissance et d’autorité de la part de Dieu sur la tête de son prophète. Si le temps me le permettait, je pourrais parler d’au-tres choses. Il y en a encore une que je dois mentionner. C’est le principe de la révélation moderne. L’article de foi que le prophète a écrit déclare :

    « Nous croyons tout ce que Dieu a révélé, tout ce qu’il révèle maintenant, et nous croyons qu’il révélera encore beaucoup de choses grandes et importantes concernant le royaume de Dieu » (9e article de foi).

    Une Église grandissante, une Église qui se répand sur toute la terre en ces temps pleins de complexité, a besoin de la révélation constante du trône céleste pour la guider et pour la faire avancer.

    Nous témoignons qu’avec la prière et la recherche fervente de la volonté du Seigneur, nous recevons des directives, que la révélation est donnée et que le Seigneur bénit son Église qui s’avance sur la voie qui lui est tracée.

    Sur la base solide de l’appel divin de Joseph, le prophète, et des révélations de Dieu, qui nous sont parvenues par lui, nous allons de l’avant. Beaucoup de choses ont été accomplies pour nous amener jusqu’ici. Mais il y a beaucoup plus à faire pour porter cet Évangile rétabli à « toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple » (Apocalypse 14:6).

    Je me réjouis de la possibilité d’être avec vous dans notre marche en avant par la foi. Le fardeau est parfois lourd, comme vous le savez bien. Mais ne nous plaignons pas. Marchons avec foi, chacun faisant sa part.

    En cette année de fête, honorons, par nos réalisations, le Prophète, par qui Dieu a révélé tant de choses.

    Le soleil s’est levé sur la vie de Joseph par une froide journée de 1805 au Vermont. Il s’est couché un après-midi étouffant de 1844 en Illinois. Pendant les 38 brèves années et demie de sa vie, un déversement incomparable de connaissance, de dons et de doctrine s’est produit par son intermédiaire. Quand on regarde les choses objectivement, il n’y a rien qui puisse rivaliser avec cela. Subjectivement, c’est la teneur du témoignage personnel de millions de saints des derniers jours de par le monde. Nous avons, vous et moi, l’honneur d’en faire partie.

    Dans mon enfance, j’adorais écouter un homme qui, d’une belle voix de baryton, chantait les paroles de John Taylor :

    Le Voyant, le Voyant, Joseph le Voyant !…

    J’aime m’attarder sur son cher souvenir ;

    Élu de Dieu, ami de l’homme,

    Il a de nouveau ramené la prêtrise ;

    Il a contemplé le passé et aussi l’avenir…

    Et ouvert le monde céleste aux regards.

    (Voir « Le Voyant, Joseph, le Voyant », Hymns édition 1948, n° 296.)

    Il a vraiment été un voyant. Il a été un révélateur. Il a été un prophète du Dieu vivant qui a parlé à sa génération et à toutes les générations futures.

    À cela j’ajoute mon témoignage solennel de la divinité de son appel, du caractère vertueux de sa vie et du scellement de son témoignage par sa mort. Au nom sacré de notre Rédempteur, le Seigneur Jésus-Christ. Amen.