2000-2009
Tous tes enfants seront disciples du Seigneur
précédent suivant

Tous tes enfants seront disciples du Seigneur

Les enfants ont besoin de savoir qu’en ayant la foi au Sauveur et en le suivant, ils ressentiront la paix dans ce monde troublé.

Nous avons été émus récemment par les catastrophes qui se sont produites dans le monde. La souffrance des enfants, victimes innocentes, nous pèse particulièrement. Nous avons vu des enfants qui n’avaient plus de famille pour les nourrir, les protéger et les aimer. Nous sommes émus et nous désirons aider, faire quoi que ce soit qui pourrait soulager leurs souffrances et leur apporter de l’espoir. Nous sommes reconnaissants de pouvoir aider. Les efforts de tous les gens qui aident ces enfants nous encouragent.

Toutefois, il n’est pas nécessaire d’aller loin pour trouver des enfants qui vivent dans une situation différente mais pourtant difficile. Sans le savoir, il peut nous arriver de ne pas voir les enfants qui nous entourent. Sommes-nous réellement conscients des situations dangereuses où peuvent se trouver nos propres enfants ? Nous pouvons généralement savoir si leurs besoins physiques sont satisfaits, mais qu’en est-il de leurs besoins spirituels ? Connaissent-ils la lumière et la paix de l’Évangile de Jésus-Christ ? Les Écritures enseignent : « Tous tes enfants seront disciples du Seigneur, et grande sera la paix de tes enfants1. »

Les enfants ont besoin de la paix qu’apporte le fait de savoir qu’ils ont un Père céleste aimant qui a envoyé son Fils, Jésus-Christ, pour apporter la lumière et l’espérance au monde. C’est à nous, les adultes, de diriger les enfants vers cette paix et cette lumière.

La situation spirituelle désespérée de certains enfants dans le monde d’aujourd’hui est représentée sur un tableau de l’artiste danois, Carl Bloch. Ce tableau illustre magnifiquement un récit des Écritures qui se trouve au chapitre 5 de Jean. Le Christ, le guérisseur et le consolateur, est le personnage principal du tableau. Il soulève une toile qui recouvre un homme infirme de naissance. Cet homme attend une guérison miraculeuse à la piscine de Béthesda, mais il n’a personne pour l’aider. Alors qu’il attend, espérant un miracle, le Christ se tient devant lui, avec le pouvoir de le guérir.

Le tableau comporte plusieurs personnages à l’arrière plan ; aucun ne regarde directement le Christ. Le Seigneur est parmi eux, mais il n’y a qu’un seul homme qui le voit comme tel. Tous les autres semblent vaquer à leurs tâches quotidiennes, inconscients du grand pouvoir de Jésus et du miracle qui est sur le point de s’accomplir en leur présence. Un jeune enfant et une femme, peut-être sa mère, pourraient voir Jésus, pourtant, comme les autres, leur regard se porte ailleurs. En présence même du Sauveur, cette femme ne dirige pas l’enfant vers lui. Je me demande si nous aussi nous aurions manqué cette occasion d’aller au Christ ? Est-ce que les expériences de la vie détournent notre attention et assombrissent notre vue spirituelle, nous empêchant de nous concentrer sur ce qui a le plus d’importance ? Je me demande si nous ratons des occasions d’être instruits par le Seigneur et de ressentir son amour ? Et ratons-nous des occasions de faire part à autrui, particulièrement aux enfants, de ce qui a le plus d’importance, l’Évangile de Jésus-Christ ? Nous avons tous vu des enfants et des jeunes se tenir dans les foules désorientées qui veulent savoir ce qui a le plus d’importance.

Je peux presque entendre cet enfant et d’autres enfants s’écrier ce que tant de nous ont chanté : « Apprends-moi à marcher dans la clarté. » Rappelez-vous les paroles :

Apprends-moi à marcher dans la clarté,

Enseigne-moi aussi comment prier,

Apprends-moi à connaître le bien.

Dis-moi comment trouver la clarté2.

Apprenons-nous à nos enfants à connaître, à ressentir la beauté, la puissance et les miracles de l’Évangile de Jésus-Christ, et à s’en réjouir ? Le président Hinckley a donné le conseil suivant : « Instruisons nos enfants au sujet de celui que nous appelons le Seigneur Jésus-Christ. Enseignons à nos enfants les grands principes salvateurs de l’Evangile3. » Les enfants ont besoin de savoir qu’en ayant la foi au Sauveur et en le suivant, ils ressentiront la paix dans ce monde troublé.

Comment instruire nos enfants ? Nous pouvons suivre l’exemple du Sauveur. Dans le Livre de Mormon, nous lisons que le Sauveur ressuscité est apparu aux habitants de l’Amérique. Alors qu’il instruisait les gens, il a rassemblé les enfants autour de lui. Il s’est agenouillé et a prié avec eux et pour eux. Il les a bénis un par un. Il a ressenti la joie de leur présence et il a ouvert les cieux pour qu’ils soient instruits d’en haut.

En réunissant vos enfants pour le dîner, en les faisant participer à vos prières familiales, à votre étude familiale quotidienne des Écritures et à vos soirées familiales, vous suivez l’exemple du Sauveur en les aimant et en les instruisant. À ces moments-là, faites-leur savoir que les membres de votre famille s’efforcent ensemble de respecter les commandements et d’être dignes de devenir une famille éternelle. Ce sera peut-être pendant un moment informel en tête à tête que l’Esprit nous inspirera à poser les bonnes questions ou à dire exactement ce qu’il faut pour aider nos enfants à connaître et à ressentir la lumière du Seigneur. Si nous créons les occasions, l’Esprit nous guidera.

Nous avons des enfants merveilleux et capables parmi nous. Nous pouvons les aider à trouver la paix dans cette vie et dans la vie à venir.

Les enfants ont besoin de ressentir la lumière du Christ, afin de pouvoir la choisir et résister aux ténèbres. Moïse a eu une expérience miraculeuse quand il a été transfiguré et qu’il a vu Dieu de ses yeux spirituels. Après avoir été instruit par Dieu et avoir vu sa gloire et son œuvre, Moïse a vu Satan venir à lui avec des ténèbres et de la confusion. Mais comme il avait fait l’expérience de la lumière et de la gloire de Dieu, il connaissait la différence. Il a résisté avec audace à Satan en disant : « Qui es-tu ? Car voici, je suis un fils de Dieu4. »

Les enfants ont besoin d’être remplis de la lumière de l’Évangile pour pouvoir dire, lorsque viennent les tentations : « Je sais qui je suis. Je suis enfant de Dieu. Je sais ce que je dois faire. Je dois me faire baptiser, recevoir le Saint-Esprit et respecter les commandements. » Alors, les enfants peuvent dire : « Je sais qui je peux devenir. Je peux devenir une jeune fille juste » ou : « Je peux devenir un jeune homme juste et recevoir la prêtrise de Dieu. » Les enfants qui sont remplis de cette connaissance et de cette lumière peuvent prendre la décision de rejeter les ténèbres et de se tourner vers la lumière et la paix de l’Évangile.

Les enfants qui ont l’Évangile ancré dans le cœur reconnaissent la main du Seigneur dans leur vie. Les enfants en savent plus que nous le supposons parfois et ils peuvent faire plus que nous le pensons parfois. J’ai constaté que les enfants qui ont la lumière de l’Évangile sont croyants. Ils ne doutent pas. Samantha, onze ans, a dit : « Je sais que l’Évangile est vrai parce que je le ressens. » Benjamin, trois ans, a dit : « Je sais que notre Père céleste entend mes prières et y répond parce qu’il m’aime. » Les enfants qui ont la lumière de l’Évangile disent : « Je sais que le Saint-Esprit me guide, parce que je suis heureux quand je choisis de suivre ses inspirations. »

Sam commence à reconnaître les sentiments que procure le Saint-Esprit ; Quand sa mère a demandé qui est le Saint-Esprit, il a répondu : « C’est quelque chose de chaud en moi. » Il a aussi compris que lorsque son petit frère de deux semaines était malade, c’est le Saint-Esprit qui l’a poussé à prier pour demander l’aide du Seigneur.

Ressentez-vous la paix de ces enfants ?

Pour instruire les enfants, il ne suffit pas de le vouloir. Cela exige de la diligence de notre part. J’ai mentionné le chant « Apprends-moi à marcher dans la clarté », écrit par Clara McMaster. Sœur McMaster m’a raconté que, lorsqu’elle faisait partie du bureau général de la Primaire, elle a reçu la tâche d’écrire un chant sur l’instruction des enfants. Cette tâche lui est apparue particulièrement difficile et elle a prié pour savoir comment la commencer et la mener à bien.

Après beaucoup de travail, elle a remis son chant, mais on lui a dit que cela n’allait pas tout à fait. On ne lui a pas dit ce qu’il fallait changer mais seulement de continuer jusqu’à ce que ce soit bien. Elle était spirituellement épuisée et ne savait pas comment s’y prendre. Elle a à nouveau recherché l’aide du Seigneur, fait des modifications et remis une deuxième version. Cela s’est reproduit trois fois jusqu’à ce qu’enfin on lui dise que c’était parfait et qu’il n’y avait rien à changer.

Bien que de nombreuses fois sœur McMaster ait eu envie d’abandonner, elle a travaillé diligemment à ce qui lui avait été demandé et à ce qui, elle espérait, serait une bénédiction pour les enfants. Son chant inspiré a été chanté par des adultes et des enfants dans de nombreux pays et dans de nombreuses langues. Ce chant représente mon vœu le plus cher : que tous les enfants apprennent à marcher dans la lumière de l’Évangile de Jésus-Christ. Il commence par la demande d’un enfant : « Apprends-moi à marcher dans la clarté » ; il contient un engagement : « Toujours, toujours, garder la clarté5. »

Instruire les enfants demande du temps et des efforts, mais nous ne devons pas nous laisser distraire, ni abandonner. Nos enfants ont tant besoin de l’accomplissement de la promesse : « Et grande sera la paix de tes enfants6. » Ne laissez aucun enfant se demander si notre Père céleste et Jésus-Christ l’aiment. Que tous les enfants sachent qui ils sont, ce qu’ils doivent faire et qui ils peuvent devenir.

Je suis reconnaissante à toutes les personnes qui s’occupent des enfants, qui les aiment et leur enseignent que, quelle que soit leur situation sur la terre, ils peuvent ressentir la paix dans la lumière de l’Évangile et recevoir les promesses du Seigneur.

Je m’adresse maintenant particulièrement à tous les enfants de la terre. J’ai rencontré certains d’entre vous ici et certains dans des lieux éloignés comme l’Afrique, les Philippines, la Corée et, plus récemment, l’Ukraine et la Russie. Je vous ai rencontrés dans vos Primaires et même dans des hôpitaux pour enfants. J’espère que vous savez à quel point votre famille, vos instructeurs de la Primaire et, principalement, notre Père céleste et Jésus-Christ, vous aiment.

Ne vous contentez jamais de moins que les droits et les bénédictions que Dieu vous propose. Les principes que vous suivez pour votre habillement, votre langage et votre conduite sont des signes extérieurs de votre engagement intérieur à suivre le plan que notre Père céleste a conçu pour vous.

L’influence que vous avez sur moi est plus grande que vous ne pouvez l’imaginer. Je vous remercie de la joie et de l’espérance que vous m’apportez, ainsi qu’à vos dirigeantes de la Primaire et surtout à vos parents. N’oubliez pas de remercier les personnes qui vous aiment et vous instruisent. Je sais, et je veux que vous sachiez, que vous êtes des enfants de Dieu, que notre Père céleste vous aime et que vous pouvez le prier n’importe quand et n’importe où, et cela vous apportera la lumière et la paix maintenant et vous donnera l’espérance pour les éternités. J’en témoigne, au nom de Jésus-Christ. Amen.