Nous sommes des enfants de Dieu
    Notes de bas de page

    Nous sommes des enfants de Dieu

    Qui sommes-nous? Nous sommes des enfants de Dieu. Notre potentiel est illimité. Notre héritage est sacré.

    Récemment j'observais des jeunes gens qui attiraient l'attention sur eux par le style extravagant de leurs vêtements et de leur coiffure. L'un d'eux a fait une remarque révélatrice en disant, «J'essaie de découvrir qui je suis réellement.» Cela s'est produit alors que je revenais juste d'une réunion de l'Eglise où les enfants de la Primaire avaient chanté «Je suis enfant de Dieu1». Des expériences aussi contrastées mettent en évidence l'importance de savoir que nous sommes littéralement les enfants de Dieu.

    Nous sommes des entités doubles. Chaque âme est composée d'un corps et d'un esprit2, émanant tous deux de Dieu. Une compréhension correcte du corps et de l'esprit dirigera nos pensées et nos actes vers le bien.

    Le corps

    Le caractère merveilleux de notre corps physique nous échappe souvent. Qui ne s'est jamais sous-estimé à cause de son physique ou de son apparence? Bien des gens souhaiteraient que leur corps soit plus à leur goût. Ceux qui ont les cheveux naturellement lisses, les voudraient frisés. Ceux qui les ont frisés, les voudraient lisses. Parfois, certaines femmes, croyant que «les hommes préfèrent les blondes», décident de le devenir.

    Votre corps, quels que soient ses attributs naturels, est une magnifique création de Dieu3. C'est un tabernacle de chair, le temple de votre esprit4. L'étude de notre corps témoigne de sa conception divine.

    Sa formation commence par l'union de deux cellules reproductrices, l'une de la mère, l'autre du père. Ensemble, ces deux cellules contiennent toutes les informations génétiques du nouvel individu, rangées dans un espace si petit qu'on ne peut le voir à l'œil nu. Vingt-trois chromosomes de chaque parent s'unissent pour former une seule cellule nouvelle. Ces chromosomes contiennent des milliers de gènes qui déterminent toutes les caractéristiques physiques de l'individu qui doit naître. A peu près 22 jours après l'union de ces cellules, un petit cœur commence à battre. A 26 jours, le sang commence à circuler. Les cellules se multiplient et se divisent. Certaines deviennent des yeux qui voient; d'autres des oreilles qui entendent.

    Chaque organe est un don merveilleux de Dieu. L'œil dispose d'une lentille qui fait la mise au point automatiquement. Des nerfs et des muscles contrôlent les deux yeux séparément de manière à créer une seule image en relief. Les yeux sont reliés au cerveau, qui enregistre ce qui est vu. Il n'est besoin ni de câble ni de pile.

    Chaque oreille est reliée à un équipement compact conçu pour convertir les ondes sonores en sons audibles. Le tympan fait fonction de membrane. De minuscules osselets amplifient les vibrations sonores et transmettent un signal par les nerfs au cerveau, lequel ressent et enregistre les sons.

    Le cœur est une incroyable pompe. Il a quatre valvules délicates qui contrôlent la direction du flux sanguin. Ces valvules s'ouvrent et se ferment plus de 100 000 fois par jour, 36 millions de fois par an. Pourtant, sauf si elles sont abîmées par la maladie, elles sont capables de supporter ce stress presque indéfiniment. A ce jour, aucun matériau fabriqué par l'homme ne peut être plié aussi fréquemment et aussi longtemps sans se briser.

    Chaque jour un cœur d'adulte pompe assez de liquide pour remplir un réservoir de 7600 litres5. Ce travail équivaut à hisser un homme adulte6 au sommet de l'Empire State Building en dépensant à peu près quatre watts d'énergie. En haut du cœur, se trouve un générateur électrique qui envoie l'énergie par un réseau spécial afin de faire travailler ensemble des milliers de fibres musculaires.

    On pourrait dire bien des choses sur les autres magnifiques organes du corps. Ils fonctionnent d'une façon étonnante, qu'il m'est impossible de décrire dans le temps qui m'est imparti et avec mes capacités.

    Il y a d'autres attributs du corps qui sont surprenants, bien que moins évidents. Par exemple, un système de secours est prévu. Chaque organe en double peut être instantanément remplacé par l'autre. Les organes uniques, comme le cerveau, le cœur et le foie sont alimentés par deux réseaux sanguins. Ce système protège l'organe si l'un des circuits est endommagé.

    Pensez au système d'auto-défense du corps. Pour se protéger du danger, le corps ressent la douleur. En réaction à l'infection, il engendre des anti-corps. Ceux-ci aident non seulement à combattre le problème immédiat, mais ils contribuent à renforcer la résistance à l'infection à l'avenir. Un jour je me suis penché sur le cas de plusieurs enfants de trois ans qui avaient bu l'eau d'un caniveau. Le nombre de microbes et de virus qu'ils avaient ingérés devait être incalculable, mais aucun de ces petits n'est tombé malade. Aussitôt que cette eau sale avait atteint leur petit estomac, son acide hydrochlorique s'était mis en action pour traiter l'eau et protéger la vie de l'enfant.

    La peau constitue une protection. Elle avertit également des blessures que pourraient provoquer la chaleur ou le froid excessifs. Elle signale aussi des troubles dans d'autres parties du corps. Quand on a de la fièvre, la peau transpire. Lorsqu'on a peur, elle est pale. Quand on est gêné, elle rougit.

    Le corps se répare de lui-même. Les os brisés se ressoudent et retrouvent leur force. Les lacérations de la peau guérissent d'elles-mêmes. Une fuite dans la circulation peut se colmater seule.

    Le corps renouvelle ses cellules mortes. Un globule rouge, par exemple, vit à peu près 120 jours. Il est alors remplacé par un nouveau globule.

    Le corps régule ses composants vitaux. Les éléments essentiels et les produits chimiques sont continuellement remis à niveau. Et quels que soient les écarts de température du milieu ambiant, la température du corps est soigneusement contrôlée dans des limites étroites.

    Si ces qualités de fonction normale, de défense, de réparation, de régénération et de régulation devaient durer à perpétuité, la vie ici-bas n'aurait pas de fin. Heureusement, notre Créateur a prévu le vieillissement et d'autres processus qui ont pour résultat la mort physique. Nous pensons souvent à la mort comme à quelque chose d'inopportun et de tragique. Mais la mort, comme la naissance, fait partie de la vie. Les Ecritures nous disent qu'«il n'était pas expédient que l'homme fût racheté de cette mort temporelle, car cela aurait détruit le grand plan du bonheur7». Retourner à Dieu par la porte de la mort est une joie pour ceux qui l'aiment8.

    Quand la mort vient chercher un individu dans la fleur de l'âge, nous sommes réconfortés de savoir que les mêmes lois qui empêchent la vie de persister ici-bas seront celles qui, à la résurrection, permettront au corps d'être doté de l'immortalité.

    L'esprit

    Maintenant je vais parler de l'esprit. Avant leur existence mortelle, tous les esprits, fils ou filles, vivaient avec Dieu. L'esprit est éternel; il existait dans un état d'innocence dans le royaume prémortel9 et existera après la mort du corps10. L'esprit donne au corps le mouvement et la personnalité11. «Tout esprit est matière, mais il est plus raffiné ou plus pur12.»

    «L'esprit de l'homme [est] à l'image de sa personne13.» Ainsi Jésus a expliqué au frère de Jared lorsque celui-ci a vu le corps prémortel du Seigneur:

    «Vois-tu que tu es créé à mon image? Oui, même tous les hommes furent créés au commencement à ma propre image.

    « … Ce corps, que tu vois maintenant, est le corps de mon esprit; et j'ai créé l'homme selon le corps de mon esprit; et j'apparaîtrai à mon peuple dans la chair exactement comme je t'apparais dans l'esprit14.»

    Le développement de l'esprit a des conséquences éternelles. Les attributs par lesquels nous seront jugés un jour sont ceux de l'esprit15. En font partie des vertus comme l'intégrité, la compassion, l'amour et bien d'autres16. Votre esprit, en demeurant dans votre corps, est capable de se développer et d'utiliser ces attributs d'une façon vitale pour votre progression éternelle17.

    L'esprit et le corps, lorsqu'ils sont réunis, deviennent une âme vivante d'une valeur divine. En vérité, nous sommes les enfants de Dieu, physiquement et spirituellement.

    Handicaps physiques

    Pour des raisons généralement inconnues, certains naissent avec des handicaps physiques. Certaines parties du corps peuvent être anormales. Les systèmes de régulation peuvent être déficients. Et le corps de chacun est sujet à la maladie et à la mort. Néanmoins, le corps physique est un don sans prix. Sans lui, nous ne pouvons obtenir une plénitude de joie18.

    Il n'est pas nécessaire d'avoir un corps parfait pour accomplir sa destinée divine. En fait certains des esprits les plus beaux habitent des corps fragiles. Les gens qui ont des difficultés physiques acquièrent souvent une grande force spirituelle, précisément parce qu'ils doivent les surmonter. Ces personnes sont en droit de recevoir toutes les bénédictions que Dieu a en réserve pour ses enfants fidèles et obéissants19.

    Finalement, le jour viendra où pour tous «l'esprit et le corps seront réunis dans leurs formes parfaites; membres et jointures seront rendus à leurs formes propres20». Alors, grâce à l'expiation de Jésus-Christ, nous pourrons devenir parfaits en lui21.

    Le comportement personnel

    Comment la connaissance de ces vérités peut-elle influencer notre comportement personnel? Avec gratitude nous devons reconnaître Dieu comme notre Créateur. Autrement, nous sommes aussi coupables que des poissons rouges dans leur aquarium, ignorant la bonté de celui qui les nourrit. «Vous devez rendre grâces à Dieu», dit le Seigneur, «pour toutes les bénédictions qu'il vous accorde22». Et nous devons continuellement pratiquer la vertu et la sainteté devant lui23.

    Nous devons considérer notre corps comme notre temple personnel24. Nous ne devons en aucune manière le laisser profaner ni dégrader25. Nous devons être attentifs à bien nous nourrir et à faire de l'exercice pour être en bonne condition physique.

    Ne devrions-nous pas prêter autant d'attention à notre forme spirituelle26? De la même façon qu'il faut faire de l'exercice pour acquérir de la force physique, la force spirituelle requiert des efforts. L'un des plus importants exercices spirituels est la prière. Elle engendre l'harmonie avec Dieu et le désir de garder ses commandements. La prière est la clé de la sagesse, de la vertu et de l'humilité.

    Nous devons être prudents quant aux conseils que nous suivons. Beaucoup de soi-disant experts donnent leur avis à propos du corps sans tenir compte de l'esprit. Quiconque, par exemple, accepte des directives contraires à la Parole de Sagesse abandonne une loi révélée qui apporte des bénédictions à la fois physiques et spirituelles27. Certaines recommandations concernant l'usage de nos organes de reproduction sont basées uniquement, et erronément, sur des considérations physiques. Soyons en garde contre ces points de vue à sens unique! Paul a enseigné: «Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez28.»

    Cette mise en garde vaut pour la pornographie, dont on peut devenir très dépendant. L'avertissement spirituel est clair: «Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises29.» En fin de compte, les accoutumances asservissent à la fois le corps et l'esprit. On parvient mieux au repentir complet d'une accoutumance dans cette vie, tant que nous avons un corps mortel pour nous y aider.

    En tant qu'enfants de Dieu, nous ne devrions rien laisser entrer dans notre corps qui puisse le souiller. Laisser les sens de la vue, du toucher ou de l'ouïe nourrir notre cerveau de souvenirs impurs est un sacrilège. Nous devons chérir notre chasteté et éviter les «désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition30». Nous devons fuir «ces choses, et recherche[r] la justice, la piété, la foi, la charité, la patience [et] la douceur31», traits de caractère qui édifient toute notre âme.

    Qui sommes-nous? Nous sommes des enfants de Dieu32. Notre potentiel est illimité. Notre héritage est sacré. Puissions-nous toujours honorer cet héritage, dans chacun de nos actes, chacune de nos pensées. C'est là ma prière. Au nom de Jésus-Christ. Amen. 9

    1. Voir Cantiques, n˚193.

    2. Voir D&A 88:15.

    3. Voir Russell M. Nelson, «The Magnificence of Man,» Ensign, jan. 1988, pp. 64-69. Le psalmiste a dit: «Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que tu as créées: Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui? … Tu l'as fait de peu inférieur à Dieu, Et tu l'as couronné de gloire et de magnificence» (Psaumes 8:4-6; voir aussi Hébreux 2:7, 9).

    4. Voir 1 Cor. 6:19.

    5. A peu près 7 570 litres.

    6. Pesant 150 livres (68,2 kilos).

    7. Alma 42:8; voir aussi Alma 12:24-27.

    8. Le psalmiste exprime le point de vue de la Divinité: «Elle a du prix aux yeux de l'Eternel, la mort de ceux qui l'aiment» (Psaumes 116:15).

    9. Voir D&A 93:38.

    10. Voir Alma 40:11; Abraham 3:18.

    11. Voir Job 32:8.

    12. D&A 131:7.

    13. D&A 77:2.

    14. Ether 3:15-16.

    15. L'esprit, et non le corps, est la partie active et responsable de l'âme. Sans l'esprit, le corps est mort (voir Jacques 2:26). C'est donc l'esprit qui choisit entre le bien et le mal et qui sera tenu responsable pour les attributs positifs ou négatifs qu'il possédera au jugement dernier (voir Alma 41:3-7).

    16. Telles que la foi, la vertu, la connaissance, la tempérance, la patience, la bonté fraternelle, la sainteté, la charité, l'humilité et la diligence (voir D&A 4:6).

    17. Voir 2 Néphi 2:11-16, 21-26; Moroni 10:33-34.

    18. Voir D&A 138:17.

    19. Voir Abraham 3:25-26.

    20. Alma 11:43; voir aussi Alma 40:23; Ecclésiaste 12:7; D&A 138:17.

    21. Voir Moroni 10:32.

    22. D&A 46:32.

    23. Voir D&A 46:33.

    24. Voir 1 Corinthiens 3:16.

    25. A propos du corps humain, l'Apôtre Paul enseigne: «Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c'est ce que vous êtes» (1 Corinthiens 3:17).

    26. Voir 1 Corinthiens 9:24-27; Hébreux 12:9.

    27. Voir D&A 89:18-21; voir aussi Romains 8:6; 2 Néphi 9:38-39; D&A 29:34-35.

    28. Romains 8:13.

    29. Romains 6:12.

    30. 1 Timothée 6:9.

    31. 1 Timothée 6:11. Le verset 12 continue: «Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle.» Voilà notre choix.

    32. En recherchant les références d'Ecritures aux mots créer ou former (ou des dérivés), contenant soit homme, soit hommes, soit femme dans le même verset, j'ai trouvé 55 passages qui attestent de notre création divine. L'une d'elles peut résumer le contenu commun du message de toutes: «Les Dieux tinrent conseil entre eux et dirent: Descendons et formons l'homme à notre image, selon notre ressemblance … Ainsi donc les Dieux descendirent organiser l'homme à leur propre image, le former à l'image des Dieux, pour les former homme et femme» ( Abraham 4:26-27).