«Seigneur, à qui irions-nous?»

    Notes de bas de page

    «Seigneur, à qui irions-nous?»


    Nous, saints des derniers jours, avons la conviction que le Christ nous montre le chemin et l’endroit où aller ainsi que ce que nous devons faire pour le trouver.

    Des foules se pressaient vers le Christ le long du rivage de la mer de Galilée, désireuses d’entendre son message au début de sa mission parmi les hommes. Beaucoup de disciples le suivaient à cette époque. Cependant, certains d’entre eux furent offensés par les enseignements du Christ et se détournèrent de lui. Lorsqu’ils partirent, le Christ demanda à ses douze disciples s’ils voulaient le quitter, eux aussi. Simon Pierre répondit à la question du Christ en lui demandant: «Seigneur, à qui irions-nous?» (Jean 6:68)


    Cette question est aussi pertinente et pressante aujourd’hui qu’il y a deux mille ans. Nous, saints des derniers jours, avons la conviction que le Christ nous montre le chemin et l’endroit où aller ainsi que ce que nous devons faire pour le trouver. C’est à chacun de nous de reconnaître le chemin du Christ et de le suivre.


    Il y a quelques mois j’ai eu la bénédiction d’entendre le témoignage puissant d’un homme à la recherche de la vérité. Grâce à l’Evangile, ses yeux se sont ouverts aux réalités éternelles et il a pu réorienter sa vie. A la même époque, j’ai appris qu’un membre fidèle de l’Eglise s’était éloigné de l’Evangile et avait changé de croyances. Ces deux hommes avaient essayé dans de bonnes intentions de trouver vers qui ils devaient aller, mais étaient arrivés à des conclusions opposées et, par conséquent, avaient pris des chemins divergents. Quelle peutêtre la cause d’actions si opposées?


    Je crois que nos paroles et nos actions ont leurs racines dans nos pensées et que nos pensées déterminent nos actes. Nos décisions quotidiennes, planifiées ou spontanées, sont le résultat de nos pensées, dont nous sommes responsables. Bien qu’en tant qu’individus nous puissions penser que nous sommes indépendants de Dieu et pouvons agir indépendemment de lui, nous ne pouvons pas ne pas voir que nous sommes régis par des lois éternelles. Notre bonheur et notre paix ici-bas, ainsi que dans l’au-delà, dépendent de notre volonté de fonder nos pensées et nos actes sur les lois données par Dieu. La véritable paix de l’esprit et le bonheur éternel s’obtiennent quand on est en harmonie avec Dieu. Si nous voulons être un avec la Divinité, alors c’est nous qui devons changer, non pas Dieu.


    Je crois que les deux hommes ont choisi des voies différentes parce que leur façon de penser et leur compréhension de Dieu sont différentes. Il est indispensable de connaître Dieu afin de pouvoir obtenir les bénédictions éternelles et le salut en vivant conformément à l’Evangile de Jésus-Christ. Parvenir à connaître le Christ et Dieu est une condition préalable pour comprendre réellement notre mission dans la vie. Lowell L. Bennion écrit dans son livre Legacies of Jesus: «L’une des choses les plus importantes que nous devions apprendre est quels sont les attributs de Dieu. Le Christ est venu sur la terre pour nous révéler la personnalité de Dieu. Il est la révélation de Dieu aux humains, en nous apprenant par le précepte et par l’exemple le sens de la foi, de l’humilité, de l’intégrité et de l’amour» (Salt Lake City, Deseret Book Co., p. 61).


    Nous apprenons qui est Dieu à travers la vie du Christ, nous apprenons qui est Dieu en suivant l’exemple du Christ. Mes chers frères et sœurs et amis qui m’écoutez, efforçons-nous de connaître réellement notre Sauveur et son Père. Nous devrions nous demander si nos décisions sont en accord avec l’exemple du Christ, afin de pouvoir marcher sur ses traces. Ne nous laissons pas tromper ni dissuader de suivre la voie du Christ, mais récoltons les bénédictions que sont la paix et la joie éternelle en le suivant.


    Les enseignements du Christ, son exemple et sa perfection ne permettent pas de douter qu’il est le Fils de Dieu. Il a dit de lui-même: «Et voici, je suis la lumière et la vie du monde: j’ai bu à cette coupe amère que le Père m’a donnée et j’ai glorifié le Père en prenant sur moi les péchés du monde, en quoi j’ai souffert la volonté du Père en toutes choses depuis le commencement» (3 Néphi 11:11).


    Quand nous le connaissons, nous avons la promesse figurant dans Jean:, comme il est écrit dans Jean: «La volonté de mon Père, c’est que quiconque … croit en lui ait la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour» (Jean 6:40).


    Afin de prendre la bonne direction dans la vie et de recevoir les bénédictions de l’Evangile, il est important premièrement d’accepter l’Evangile rétabli dans toute sa plénitude. Le Christ a dit à Joseph Smith, à propos du rétablissement de son Evangile: «Une lumière jaillira … et ce sera la plénitude de mon Evangile» (D&A 45:28).


    De plus il est important d’accepter l’autorité de Dieu et celle de ses serviteurs. Paul a expliqué à la branche d’Ephèse pourquoi l’autorité était donnée et pourquoi nous serons bénis si nous suivons les serviteurs du Seigneur. Il a écrit: 


    «Pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps du Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu» (Ephésiens 4:12-13).


    De plus, quand nous connaissons les commandements de Dieu, nous devons les garder sans transiger ni faire d’exception. Nous sommes parfois tentés d’accorder moins d’importance aux enseignements du Christ dans notre vie par convenance personnelle, ou de permettre à des circonstances extérieures d’altérer notre foi. Pour que nous échappions aux influences séductrices qui nous écartent de lui, le Christ nous commande: «Et afin que tu puisses te préserver plus complètement des souillures du monde, tu iras en mon saint jour à la maison de prière et tu y offiras tes sacrements» (D&A 59:9).


    L’obéissance à ses commandements nous apportera la liberté, l’indépendance, la force et le bonheur véritable. Je demande donc à chacun aujourd’hui: «A qui irions-nous?» Décidons de suivre le Christ et d’être véritablement ses disciples, sans nous laisser offenser par son message de vérité mais en y trouvant de la joie. Je ne connais pas d’autre voie que nous puissions suivre ni d’autre lieu où nous puissions aller. J’ajoute donc mon témoigne à celui de Simon Pierre quand il a dit au Christ: 


    «Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.


    «Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu» (Jean 6:68-69).


    Je vous témoigne que Joseph Smith a vu le Père et le Fils. Ils existent. Jésus est ressuscité. Il est notre Christ et notre Sauveur. Il est le Fils du Dieu vivant. Cette connaissance est ma foi, mon témoignage et ma vie. Je prie pour que nous parvenions tous à la connaissance de Jésus-Christ et agissions en conséquence, le cœur pur, avec espérance et charité. Au nom de Jésus-Christ. Amen. 9