Faire les bons choix

    Notes de bas de page
    Theme

    Faire les bons choix


    Restez moralement purs. Le Seigneur le permettra si vous faites votre part de toutes vos forces.

    Ce soir sont pré­sents beau­coup de jeu­nes gens qui détien­nent la prê­tri­se de Dieu1. Certains d’entre eux sont impa­tients de faire une mis­sion, quand ils ­seront plus âgés. ­D’autres envi­sa­gent de par­tir bien­tôt; ­d’autres enco­re ont fini leur mis­sion et cher­chent une épou­se pour l’éter­ni­té. Je suis attris­té de ­savoir que cer­tains jeu­nes gens n’attein­dront pas ces buts de ­valeur du fait de choix qu’ils sont en train de faire.


    Je suis recon­nais­sant qu’il s’agis­se d’une réuni­on de la prê­tri­se pri­vée, car je me sens pous­sé à trai­ter de ­sujets déli­cats mais impor­tants. Ils s’appli­quent à tous ceux qui sont pré­sents, mais je m’adres­se par­ti­cu­liè­re­ment à vous, jeu­nes gens. Je vais par­ler comme si vous et moi ­étions seuls dans un entre­tien en tête à tête et que per­son­ne ne pou­vait nous enten­dre. Mon but est de vous aider à appren­dre com­ment faire les bons choix. Cela vous aide­ra à pren­dre cons­cien­ce de votre ­valeur. Vous aurez de l’assu­ran­ce pour faire le bien et résis­ter aux pres­sions néfas­tes de cama­ra­des et aux mau­vai­ses influen­ces.


    Quand j’étais un jeune gar­çon, je trou­vais que cer­tai­nes conver­sa­tions de cama­ra­des à l’école sur les par­ties inti­mes du corps ­n’étaient pas cor­rec­tes. Mais je ne ­savais pas très bien à quel point ni pour­quoi elles ­étaient incor­rec­tes. Peut-être éprou­vez-vous la même chose. Puisque ce soir, dans le cadre où nous som­mes, vous ne pou­vez pas me poser de ques­tions, je vais me ser­vir des ques­tions confi­den­tiel­les le plus sou­vent ­posées par les jeu­nes que j’ai ren­con­trés dans le monde ­entier. Je vais y répon­dre en me ser­vant de ce que j’ai ­appris dans les Ecritures et dans les paro­les des pro­phè­tes. Vous dis­po­se­rez alors de nor­mes clai­res d’après les­quel­les vous pour­rez faire des choix. Je prie pour que, pen­dant que nous par­le­rons, le Saint-Esprit vous fasse res­sen­tir la véri­té de ce que je dirai. Je sais qu’en écou­tant et en réflé­chis­sant à la maniè­re dont notre dis­cus­sion s’appli­que à vous, vous aurez des impres­sions concer­nant les consé­quen­ces que vous devez en tirer per­son­nel­le­ment.


    Question: Pouvez-vous nous don­ner de l’aide pour résis­ter à ⌦la pres­sion de nos cama­ra­des? Pourquoi cer­tains font-ils des cho­ses qui sont mal et se van­tent-ils du plai­sir que cela leur pro­cu­re? Quand je ne par­ti­ci­pe pas à ce qu’ils font, ils me font me sen­tir idiot parce que je refu­se de le faire.


    Réponse: Vous ne pou­vez pas faire plai­sir à Dieu sans met­tre Satan en colè­re, c’est pour­quoi vous subi­rez des pres­sions de ceux qu’il tente à faire le mal. Les gens qui font le mal veu­lent que vous fas­siez comme eux pour l’une des deux rai­sons sui­van­tes: ils se sen­tent plus à l’aise dans ce qu’ils font quand les ­autres le font aussi. Ou bien ils veu­lent pro­fi­ter de vous. Il est natu­rel de vou­loir être accep­té par ses cama­ra­des, faire par­tie du grou­pe. Il y en a même qui se joi­gnent à des ban­des à cause de ce désir d’être accep­té, mais ils per­dent leur liber­té et cer­tains y per­dent la vie. L’une des cho­ses dont vous avez le plus de mal à vous ren­dre comp­te, c’est com­bien vous êtes déjà fort et com­bien les ­autres vous res­pec­tent secrè­te­ment. Nous avons une gran­de confian­ce en vous. Vous n’avez pas ­besoin de trans­iger sur vos prin­ci­pes pour être accep­té de bons cama­ra­des. Plus vous êtes obéis­sant, plus vous défen­dez des prin­ci­pes vrais, plus le Seigneur peut vous aider à sur­mon­ter la ten­ta­tion2. Vous pou­vez aussi aider les ­autres, parce qu’ils sen­ti­ront votre force. Faites-leur connaî­tre vos prin­ci­pes en leur res­tant cons­tam­ment fidè­le. Répondez aux ques­tions sur vos prin­ci­pes quand on vous en pose, mais évi­tez de prê­cher. Je sais par expé­rien­ce per­son­nel­le que cela mar­che.


    Personne ne fait inten­tion­nel­le­ment de gra­ves ­erreurs. Vous en com­met­tez quand vous trans­igez sur vos prin­ci­pes pour être mieux accep­té par les ­autres. Soyez celui qui est fort. Choisissez de bons cama­ra­des, et résis­tez ensem­ble à la pres­sion des ­autres.


    Question: Comment pou­vons-nous évi­ter d’avoir des mau­vai­ses pen­sées, et que ­devons-nous faire quand nous en avons?


    Réponse: Certaines mau­vai­ses pen­sées vien­nent tou­tes seu­les. ­D’autres nous vien­nent du fait de ce que nous regar­dons et écou­tons3. Le fait de par­ler du corps de la femme ou d’en regar­der des pho­tos impu­di­ques peut sti­mu­ler des émo­tions puis­san­tes. Cela vous pous­se­ra à regar­der des cas­set­tes vidéo ou des films inconve­nants. Vous êtes entou­rés de tou­tes ces cho­ses, mais vous devez vous en abste­nir. Efforcez-vous de gar­der vos pen­sées pures en pen­sant à quel­que chose de bien4. ­L’esprit ne peut pen­ser qu’à une seule chose à la fois. Servez-vous de ce fait pour ne pas lais­ser de place aux mau­vai­ses pen­sées5. Surtout, n’entre­te­nez pas de mau­vai­ses pen­sées en ­lisant ou en regar­dant des cho­ses qui sont mau­vai­ses. Si vous ne maî­tri­sez pas vos pen­sées, Satan conti­nue­ra de vous ten­ter jusqu’à ce que vous pas­siez à l’acte6.


    Question: Pourquoi la loi de chas­te­té est-elle si impor­tan­te? Pourquoi est-ce mal d’avoir des rela­tions sexuel­les avant le maria­ge?


    Réponse: La ­famille est essen­tiel­le au grand plan du bon­heur et est au cœur des ensei­gne­ments du Sauveur. Une nou­vel­le ­famille est fon­dée quand un homme et une femme pro­non­cent les vœux ­sacrés du maria­ge et sont légi­ti­mement unis pour deve­nir mari et femme, père et mère. Le début par­fait de la ­famille est le scel­le­ment au tem­ple. Par le maria­ge les ­conjoints s’enga­gent de tou­tes leurs for­ces à être entiè­re­ment ­loyaux l’un vis-à-vis de l’autre et à rece­voir des ­enfants dans leur foyer pour les éle­ver et les instrui­re. Le père rem­plit son rôle de gagne-pain et de pro­tec­teur, la mère son rôle d’âme du foyer, par sa ten­dres­se, son amour et ses soins. Ensemble, ils s’effor­cent ­d’instiller à eux-mêmes et à leurs ­enfants des prin­ci­pes tels que la priè­re, l’obéis­san­ce, l’amour, l’abné­ga­tion et la recher­che de la connais­san­ce.


    Dans le cadre de l’allian­ce éter­nel­le du maria­ge, le Seigneur per­met au mari et à la femme d’expri­mer les pou­voirs ­sacrés de créa­tion dans toute leur beau­té dans les limi­tes qu’il a ­fixées7. L’une des rai­sons d’être de cette expé­rien­ce pri­vée, ­sacrée et inti­me est de don­ner un corps aux ­esprits à qui notre Père céles­te veut faire connaî­tre la condi­tion mor­tel­le. Une autre rai­son de ces puis­sants et beaux sen­ti­ments d’amour est de lier l’homme et la femme, dans la fidé­li­té, la loyau­té, le res­pect l’un de l’autre et dans un but com­mun.


    Cependant, ces rela­tions inti­mes sont inter­di­tes par le Seigneur en ­dehors de l’enga­ge­ment dura­ble du maria­ge parce qu’elles contra­rient alors ses des­seins8. Dans le cadre de l’allian­ce ­sacrée du maria­ge, ces rela­tions sont confor­mes à son plan. Vécues de toute autre maniè­re, elles sont contrai­res à sa volon­té. Elles cau­sent alors de gra­ves dom­ma­ges émo­tion­nels et spi­ri­tuels. Même si ceux qui s’y adon­nent ne s’en ren­dent pas comp­te tout de suite, ils s’en ren­dront comp­te plus tard. L’immo­ra­li­té sexuel­le crée une bar­riè­re à l’influen­ce du Saint-Esprit et à tou­tes ses facul­tés de nous édi­fier, de nous éclai­rer et de nous don­ner de la puis­san­ce. L’immo­ra­li­té sexuel­le pro­vo­que une gran­de sti­mu­la­tion phy­si­que et émo­tion­nel­le. Avec le temps, cette sti­mu­la­tion engen­dre des ­désirs insa­tia­bles qui pous­sent le trans­gres­seur à com­met­tre de plus en plus de ­péchés gra­ves. Cette sti­mu­la­tion engen­dre l’égoïs­me et peut condui­re à des actes agres­sifs, tels que la bru­ta­li­té, l’avor­te­ment, les sévi­ces ­sexuels et les cri­mes. Cette sti­mu­la­tion peut condui­re à des actes homo­sexuels, qui sont abso­lu­ment mau­vais9.


    La trans­gres­sion sexuel­le pro­fa­ne­rait la prê­tri­se que vous déte­nez main­te­nant, vous pri­ve­rait de votre force spi­ri­tuel­le, sape­rait votre foi en Jésus-Christ, et mine­rait votre capa­ci­té de le ser­vir. L’obéis­san­ce cons­tan­te et volon­tai­re ­accroît votre confian­ce et votre capa­ci­té. Elle vous façon­ne une per­son­na­li­té qui vous per­met d’affron­ter les situa­tions dif­fi­ci­les et de les sur­mon­ter. Elle vous qua­li­fie pour rece­voir de l’inspi­ra­tion et de la puis­san­ce de Dieu10.


    Question:On nous dit tou­jours de ne pas nous ­livrer à des acti­vi­tés sexuel­les, mais on ne nous indi­que ­jamais quel­les sont les limi­tes. Quelles sont-elles?


    Réponse: Toute acti­vi­té sexuel­le en ­dehors des liens du maria­ge, c’est-à-dire tout ­contact inten­tion­nel avec les par­ties inti­mes ­sacrées du corps de quelqu’un d’autre, avec ou sans vête­ments, est un péché et est inter­dit par Dieu. C’est éga­le­ment une trans­gres­sion de sti­mu­ler inten­tion­nel­le­ment ces émo­tions dans votre corps à vous11. Satan tente les gens à croi­re qu’il y a des ­niveaux per­mis de ­contact phy­si­que entre per­son­nes consen­tan­tes qui recher­chent la forte sti­mu­la­tion des émo­tions qu’il pro­duit, et que cela n’est pas nocif si on le pra­ti­que dans cer­tai­nes limi­tes. En ma qua­li­té de ­témoin de Jésus-Christ, je vous affir­me que c’est entiè­re­ment faux. Satan cher­che en par­ti­cu­lier à ten­ter les gens qui ­mènent une vie pure à faire des expé­rien­ces par le biais de maga­zi­nes, de cas­set­tes vidéo ou de films qui mon­trent des ima­ges sug­ges­ti­ves du corps de la femme. Il veut sti­mu­ler le désir pour pous­ser à l’expé­ri­men­ta­tion qui abou­tit rapi­de­ment aux rela­tions sexuel­les et à la pro­fa­na­tion. Il se crée de for­tes habi­tu­des dont il est dif­fi­ci­le de se débar­ras­ser. Il en résul­te des cica­tri­ces men­ta­les et émo­tion­nel­les.


    Quand vous serez assez mûr pour envi­sa­ger sérieu­se­ment le maria­ge, res­trei­gnez l’expres­sion de vos sen­ti­ments à ce que vous ­n’auriez pas honte de faire en pré­sen­ce de vos ­parents12. Pour vous aider à gar­der ces com­man­de­ments ­sacrés, fai­tes allian­ce avec le Seigneur de lui obéir. Décidez de ce que vous ferez et de ce que vous ne ferez pas. Quand la ten­ta­tion se pré­sen­te, ne chan­gez pas de prin­ci­pes. Ne les aban­don­nez pas quand les cir­cons­tan­ces sem­blent jus­ti­fier une excep­tion. C’est la façon de Satan de vous faire du mal en vous fai­sant croi­re qu’il y a des cas où la loi de Dieu ne s’appli­que pas. Il n’y a pas d’excep­tion.


    Question: Avant le maria­ge, jusqu’où peut-on aller avec sa peti­te amie?


    Réponse: Avant le maria­ge, il ne peut y avoir aucun ­contact ­sexuel avec une peti­te amie, une fian­cée, ni qui que ce soit, point final13. C’est un com­man­de­ment, qui est donné pour votre bon­heur. C’est pour­quoi l’Eglise vous ­conseille de sor­tir en grou­pes et de ne pas sor­tir en cou­ple pen­dant que vous êtes jeune. Quand vous aurez l’âge et la matu­ri­té de pen­ser sérieu­se­ment au maria­ge, sou­ve­nez-vous que le véri­ta­ble amour élève, pro­tè­ge, res­pec­te et enri­chit les deux per­son­nes. Il vous inci­te à faire des sacri­fi­ces pour la jeune fille que vous aimez. Satan cher­che à pro­mou­voir les contre­fa­çons de l’amour, qui sont en fait de la luxu­re. Protégez la jeune fille que vous aimez en maî­tri­sant vos émo­tions et en les main­te­nant dans les limi­tes ­fixées par le Seigneur. Vous savez com­ment être pur. Nous vous fai­sons confian­ce.


    Questions: Comment se ­repent-on, quand on a com­mis un péché ­sexuel? Quels ­péchés doit-on confes­ser à l’évê­que?


    Réponse: Toutes les trans­gres­sions sexuel­les dont nous avons parlé néces­si­tent un repen­tir sin­cè­re avec la par­ti­ci­pa­tion de l’évê­que. Si vous avez com­mis l’une de ces trans­gres­sions, repen­tez-vous tout de suite. C’est mal d’enfrein­dre les com­man­de­ments du Seigneur. C’est pire de ne pas s’en repen­tir. Le péché est comme un can­cer. Il ne gué­ri­ra pas tout seul. Il s’aggra­ve­ra si vous ne le soi­gnez pas par le repen­tir. Vos ­parents peu­vent vous aider à vous ren­for­cer. Alors vous pou­vez être puri­fié par le repen­tir sous la direc­tion de l’évê­que. Peut-être vous sem­ble-t-il occu­pé ou indis­po­ni­ble. Dites-lui que vous avez des ­ennuis et que vous avez ­besoin de son aide. Il vous écou­te­ra.


    Un jeune qui avait de gra­ves dif­fi­cul­tés a dit: «J’ai fait des cho­ses que je ­savais être mal. On m’avait dit ­depuis tou­jours qu’elles ­étaient mal. Je sais que le repen­tir est un grand don. Sans lui, je ­serais perdu. Mais je ne suis pas prêt à me repen­tir de mes ­péchés, pas enco­re. Je sais que quand je serai prêt, je pour­rai le faire.» Comme c’est tra­gi­que. La pen­sée de com­met­tre inten­tion­nel­le­ment des ­péchés gra­ves main­te­nant et de se repen­tir plus tard est une ­erreur dan­ge­reu­se. Ne fai­tes ­jamais cela14. Certains entre­pren­nent inten­tion­nel­le­ment le voya­ge de la trans­gres­sion et n’en revien­nent ­jamais. Le péché pré­mé­di­té entraî­ne un châ­ti­ment plus grave et est plus dif­fi­ci­le à sur­mon­ter. S’il y a péché, repen­tez-vous main­te­nant, pen­dant que vous le pou­vez.


    Je prie pour que, pen­dant que nous par­lons, vous soyez inci­tés à vous amé­lio­rer15. Vous déte­nez la prê­tri­se de Dieu. C’est une res­pon­sa­bi­li­té ­sacrée16, ainsi qu’un grand hon­neur17. Vous serez for­ti­fié dans votre déter­mi­na­tion de mener une vie droi­te, en étu­diant les Ecritures, en par­ti­cu­lier le Livre de Mormon, et en écou­tant vos ­parents, vos diri­geants et le pro­phè­te que nous avons sou­te­nu aujourd’hui. Ayez foi dans le Sauveur. Il vous aide­ra18. Souvenez-vous qu’il a dit: «Moi, le Seigneur, je suis lié quand vous fai­tes ce que je dis; mais quand vous ne fai­tes pas ce que je dis, vous n’avez pas de pro­mes­se19.»


    Restez mora­le­ment pur. Le Seigneur vous en don­ne­ra la force si vous fai­tes votre part20. Il vit. Il vous aime. Au nom de Jésus-Christ, amen.