Des foyers et des familles spirituellement forts
    Notes de bas de page
    Theme

    Des foyers et des familles spirituellement forts

    Les règles données par le Seigneur pour la construction d’un temple s’appliquent aussi à l’édification de la force spirituelle dans notre foyer.

    Mes chers frères et sœurs, mon sujet d’aujourd’hui est l’édification de foyers et de familles spirituellement affermis.

    Il y a quelques années, lors d’une conférence du pieu de Manitoba (Canada), Karen Beaumont parlait de ce qu’elle ressentait lors des furieuses tempêtes hivernales que connaissait la région. Elle dit:

    «J’adore les tempêtes hivernales … Quand le vent se met à souffler et que la neige se met à tomber, je commence à me sentir toute joyeuse … Quand je ne peux plus distinguer les arbres de la cour de la ferme du voisin … je téléphone à mon mari! … Il passe alors prendre les enfants qui sont à l’école … Je n’arrive pas à décrire ce que je ressens une fois que notre famille est rassemblée à la maison et que la tempête fait rage à l’extérieur … J’adore cela! Tout le monde est en sécurité; nous sommes ensemble. Nous avons de la nourriture et de l’eau en abondance. Plus cela dure, mieux c’est … Nous sommes isolés du monde … Nous savourons délicieusement la chaleur de notre maison et celle de notre amour. Mon cœur est comblé et je suis en paix. Il y a des moments où je voudrais pouvoir rester comme cela éternellement, ma famille rassemblée autour de moi, protégée, à l’abri des influences mauvaises du monde. Malheureusement, la tempête finit par s’apaiser, nous nous dégageons de la neige et nous voilà repartis pour affronter le monde1.»

    Il doit nous arriver à tous d’avoir envie de nous retirer et de nous isoler des tempêtes de la vie et des traits enflammés de Satan. Mais nous devons être dans le monde mais pas du monde, ce qui signifie aller de l’avant au milieu du péché, du mal et de la corruption qui existent dans le monde mais y résister et les rejeter. Etre dans le monde, cela peut être effrayant parce que nous vivons à une époque où Satan s’enhardit de plus en plus. Le Seigneur a dit: «Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les garder du Malin» (Jean 17:15).

    Le mal dans le monde

    Un rapport récent intitulé «Enfants en crise» illustre un aspect de ce mal. Les rédacteurs d’un magazine américain examinaient en détail ce qui arrive à nos enfants:

    «Sur les 65 millions d’Américains qui ont moins de 18 ans, beaucoup vivent dans la pauvreté, 22% vivent dans des foyers monoparentaux, et près de 3% vivent sans parents. La violence règne chez les jeunes … Les bagarres de cour de récréation qui finissaient autrefois par des saignements de nez connaissent parfois des issues fatales. Les écoles, qui considéraient autrefois le bavardage en classe comme un péché capital, ont pour pratique de fouiller les enfants à la recherche d’armes, et de les questionner pour voir s’ils ont de la drogue … Un bon enseignement public, des rues sûres, des dîners en famille auxquels père et mère sont présents, font figure de souvenirs désuets d’un passé lointain … Chaque jour près de 2 750 enfants voient leurs parents se séparer ou divorcer … Tous les jours plus de 500 enfants de 10 à 14 ans commencent à prendre de la drogue, plus de 1000 commencent à boire de l’alcool. Près de la moitié des lycéens se livrent à la drogue ou à l’alcool ou à l’immoralité2.» Les données fournies par d’autres pays sont tout aussi alarmantes.

    Ces maux et d’autres de notre société actuelle trouvent leur source dans la dislocation de la famille. S’il arrive à affaiblir ou à détruire les rapports aimants des membres de la famille, Satan peut causer plus de souffrances et plus de chagrin à plus de gens que d’aucune autre façon.

    Le foyer peut apporter la sécurité

    L’endroit où l’on peut éliminer la plupart des maux de la société est le foyer. Il faut un travail et une diligence constants pour faire de nos foyers une forteresse de justice pour en protéger les membres contre le monde. Le fait d’être membre de l’Eglise ne garantit pas qu’on aura une famille forte et heureuse. Souvent les parents se sentent accablés. Beaucoup doivent tout réaliser tout seuls tout en supportant toutes les souffrances d’un divorce. Le Seigneur a donné un plan qui nous aide à affronter victorieusement toutes les difficultés qui peuvent se présenter à nous.

    Dans le plan de salut, toutes les familles sont des instruments précieux entre les mains du Seigneur pour orienter ses enfants vers une destination céleste. L’œuvre la plus grande que nous puissions accomplir est de façonner l’âme immortelle dans la justice, et c’est au foyer que cela se fait. Pour accomplir cette œuvre éternelle, nous devons veiller à ce que notre foyer soit centré sur l’Evangile. Lorsque la paix et l’entente abondent, le Saint-Esprit est toujours présent. Nous pouvons arrêter les tempêtes du mal au seuil même de notre maison.

    Veillons à ce que la fondation spirituelle de notre foyer soit le rocher de notre Rédempteur, comme Hélaman l’a enseigné à ses fils: «Et maintenant, mes fils, souvenez-vous que c’est sur le rocher de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, qu’il vous faut bâtir vos fondements; afin que lorsque le diable déchaînera ses vents violents, oui, quand il lancera les dards dans le tourbillon, oui, quand toute sa grêle et son puissant orage s’abattront sur vous, il n’ait point le pouvoir de vous entraîner dans le gouffre de misère et de douleur sans fin, à cause du rocher sur lequel vous êtes édifiés, qui est une fondation assurée, une fondation qui protège de la chute celui qui y bâtit» (Hélaman 5:12).

    Les règles données par le Seigneur pour la construction d’un temple s’appliquent aussi à l’édification de la force spirituelle dans notre foyer: «Organisez-vous, préparez tout ce qui est nécessaire et établissez une maison qui sera une maison de prière, une maison de jeûne, une maison de foi, une maison de science, une maison de gloire, une maison d’ordre, une maison de Dieu … « (D&A 88:119). Ecoutons-nous ce conseil du Seigneur? Faisons-nous ce qu’il demande? Nous avons intérêt à édifier notre foyer conformément à ce plan, sinon il est voué à l’échec.

    Méthodes divines pour parvenir à la force spirituelle

    Une maison de prière et de jeûne

    Pour que notre maison devienne une maison de prière et de jeûne, nous devons prier «toujours afin de sortir vainqueur ; oui, afin … d’échapper aux mains des serviteurs de Satan qui soutiennent son œuvre» (D&A 10:5).

    Notre famille doit se réunir matin et soir pour la prière familiale. En outre, nous devons prier pour nos besoins personnels.

    Une maison de foi

    Nous pouvons faire de chaque foyer une maison de foi en croyant à la bonté de Dieu et en croyant que nous pouvons vivre les principes de l’Evangile et vivre dans la paix et la sécurité. Nous devons avoir la foi pour être obéissants, pour persévérer dans nos efforts et pour rester optimistes. Il nous arrive de nous décourager et d’avoir envie de renoncer. Mais comme le disait jadis un vieux cow-boy: «Quand mon cheval me désarçonne, je dois remonter sur son dos et poursuivre ma route.» On ne peut jamais renoncer.

    Quand je pense à la foi, je pense aux modèles qu’ont été les deux grands prophètes du Livre de Mormon, Néphi et Alma. C’est avec foi que Néphi est retourné à Jérusalem pour aller chercher les plaques d’airain, «ne sachant pas d’avance ce que je ferais» (voir 1 Néphi 4.6). Alma a prié avec foi pour obtenir le repentir de son fils égaré qui était devenu «très méchant» et qui était tombé dans l’idolâtrie et «allait çà et là pour détruire l’Eglise de Dieu» (Mosiah 27:8, 10; voir vv. 8-37).

    Une maison de science et de gloire

    Tout foyer est une maison de science, que ce soit dans le bien ou le mal. Les membres de la famille peuvent apprendre à être obéissants, honnêtes, industrieux, autonomes et fidèles à vivre les principes de l’Evangile, ou ils peuvent apprendre autre chose. L’apprentissage de l’Evangile, dans les foyers des membres de l’Eglise, doit être centré sur les Ecritures et sur les paroles des prophètes modernes.

    Le Seigneur a commandé aux parents d’instruire leurs enfants. Le roi Benjamin a dit aux parents: «Et vous ne souffrirez pas que vos enfants aillent affamés ou nus, et vous ne souffrirez pas non plus qu’ils transgressent les lois de Dieu, qu’ils se battent et se querellent, et servent le diable … mais vous leur enseignerez à marcher dans les sentiers de la vérité, et de la sobriété; vous leur enseignerez à s’aimer les uns les autres et à se servir les uns les autres» (Mosiah 4:14-15).

    Le Seigneur a mis l’accent sur ce devoir et a averti les parents que s’ils n’apprennent pas à leurs enfants à comprendre «la doctrine de la repentance, de la foi au Christ, le Fils du Dieu vivant, du baptême et du don du Saint-Esprit, par l’imposition des mains, … que le péché soit sur la tête des parents» (D&A 68:25).

    Un conseil personnel aux parents: enseignez à vos enfants à prier, à se laisser guider par le Seigneur et à le remercier de leurs bénédictions. C’est vous qui apprenez aux enfants à distinguer entre le bien et le mal. Ils apprennent que mentir, tricher, voler ou convoiter les biens des autres, c’est mal. Aidez-les à apprendre à sanctifier le jour du sabbat et à payer leur dîme. Enseignez-leur à apprendre les commandements de Dieu et à y obéir. Enseignez à vos jeunes enfants à travailler, et apprenez-leur que le travail honnête encourage la dignité et le respect de soi. Aidez-les à trouver du plaisir au travail et à ressentir la satisfaction qui découle d’un travail bien fait.

    En 1904, le président Joseph F. Smith a dit aux parents: «Ne laissez pas vos enfants entre les mains des spécialistes … Mais instruisez-les par votre propre précepte et par votre exemple, au coin de votre feu. Soyez vous-même un spécialiste de la vérité … Il n’y aurait pas un enfant sur cent qui irait sur la mauvaise voie si le milieu familial, la formation et l’exemple du foyer étaient en accord avec la vérité de l’Evangile de Jésus-Christ révélé et enseigné aux saints des derniers jours3.»

    La manière idéale de transformer votre maison en une maison de science est de tenir fidèlement la soirée familiale. L’Eglise a réservé à cette fin le lundi soir. En 1915, la Première Présidence a invité les dirigeants locaux et les parents à inaugurer une soirée familiale, un moment où les parents enseigneraient les principes de l’Evangile à leurs enfants. La présidence écrivit: «Nous promettons que si les saints obéissent à cette recommandation, il en résultera de grandes bénédictions. L’amour au foyer et l’obéissance aux parents augmenteront. La foi se développera dans le cœur des jeunes d’Israël, et ils acquerront la force de combattre les mauvaises influences et les tentations qui les assaillent 4.»

    David O. McKay a fait la même promesse en 1965 et a ajouté que les jeunes acquerront la force «de choisir la justice et la paix et d’être assurés d’une place éternelle dans le cercle de famille de notre Père5». En 1976, la présidence réaffirmait qu’»en organisant régulièrement la soirée familiale, on donnera aux participants un sentiment accru de leur valeur personnelle, on augmentera l’union familiale, l’amour du prochain et la confiance en notre Père céleste»6.

    Compte tenu de ces magnifiques promesses, nous pourrions nous attendre à ce que tous les membres fidèles soient extrêmement diligents à suivre cette recommandation prophétique. Mais bien entendu nous sommes tous humains, et nos plans les mieux conçus ne se réalisent pas toujours. Pourquoi pas? Que ce ne soit pas par manque d’engagement. Je sais que le Seigneur tient ses promesses. Je sais aussi que nous pouvons garder ce commandement si nous nous organisons et préparons «tout ce qui est nécessaire».

    Je suis reconnaissant de ce que mes parents et mes grands-parents aient créé ce genre de tradition pour l’acquisition de la science dans notre famille. Mon père a écrit ce qui suit concernant la façon dont ses parents instruisaient leurs enfants:

    «La voix musicale et joyeuse [de ma mère] appelait: ‹Venez, les enfants, c’est l’heure de chanter et de raconter des histoires … Elle s’asseyait dans un vieux fauteuil à bascule, nous exhortait à écouter attentivement, à bien chanter et à poser des questions …

    «Nous apprenions les paroles du cantique en chantant tour à tour, et la signification ou l’histoire de chaque cantique nous était expliquée. ‹La nature était parée› nous amena à l’histoire du rétablissement de l’Evangile, et l’histoire de sa vie en devint plus impressionnante. ‹Venez, venez› ouvrit la porte à la richesse des réalisations, de la foi et de la loyauté des pionniers …

    «La bénédiction qui découla de l’heure familiale de chants et d’histoires fut le témoignage de l’appel divin de Joseph Smith, de l’authenticité du Livre de Mormon et surtout de la réalité de l’existence de notre Père céleste et de son Fils Jésus-Christ.» Mon père écrivit en outre: «J’ai le cœur rempli de reconnaissance pour l’ange qu’était ma mère, de ce qu’elle m’a enseigné la doctrine du repentir, de la foi, du baptême et du don du Saint-Esprit. Elle m’a enseigné la puissance et la bénédiction de la prière, la réalité de l’existence du Père et du Fils, et le fait que Joseph Smith les a vus et leur a parlé à l’âge de quatorze ans. Son enseignement nous a appris que notre prophète avait vu d’autres messagers célestes … que grâce à eux, l’Eglise de Jésus-Christ a été rétablie sur la terre7.»

    Lorsque j’étais enfant, notre soirée familiale se faisait à table, au dîner. C’était extrêmement agréable. C’était le moment où notre père donnait libre cours à ses souvenirs et nous parlait de sa vie. Il nous parlait souvent des expériences édifiantes et passionnantes qu’il avait faites pendant qu’il prêchait l’Evangile quand il était missionnaire en Allemagne. Les histoires s’amélioraient à chaque narration. J’ai grandi en ne doutant jamais un instant que je serais missionnaire, et je n’ai jamais perdu le zèle qui m’a inspiré. Notre mère nous a parlé de la noblesse de ses parents pionniers et de leur grande foi en l’Evangile.

    Le foyer peut devenir littéralement une maison de gloire. Les souvenirs de notre tendre enfance peuvent jouer un rôle important dans notre vie quotidienne.

    Une maison d’ordre

    Pour introduire l’ordre dans notre foyer, les parents doivent assumer la responsabilité et exercer leur autorité de parents par une domination juste et fixer à leurs enfants des règles de conduite qui sont acceptables, fixant des limites et s’y tenant constamment. Ils doivent instruire et guider leurs enfants «par la persuasion, la longanimité, la gentillesse, l’humilité et l’amour sincère; par la bonté … réprimandant avec sévérité avant qu’il ne soit trop tard, sous l’inspiration du Saint-Esprit; et faisant preuve ensuite d’un redoublement d’amour» (D&A 121:41-43). Les parents ont alors le respect de leurs enfants, et les enfants honorent leurs parents, ce qui unit les familles.

    Ce qui sauvegarde encore l’ordre dans notre foyer c’est de veiller à ce que les enfants soient bénis, baptisés, et que les fils soient ordonnés à la prêtrise. En outre, ils doivent être dignes d’entrer dans les saints temples, de devenir missionnaires et de recevoir la bénédiction suprême du mariage éternel.

    Une maison de Dieu

    Mes frères et sœurs, si vous faites de votre maison une maison de prière et de jeûne, de foi, de science et de gloire, et d’ordre, elle peut devenir une maison de Dieu. Si vous édifiez votre maison sur le rocher de fondation de notre Rédempteur et de l’Evangile, elle peut être un sanctuaire où nos familles peuvent être à l’abri des tempêtes furieuses de la vie.

    Je témoigne de la divinité du Sauveur, Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Nous sommes les enfants spirituels de notre Père céleste. Il se souvient de chacun de nous et veut que notre maison et notre famille soient spirituellement fortes. Joseph Smith est un vrai prophète de Dieu, comme tous ses successeurs, y compris le président Ezra Taft Benson. Au nom de Jésus-Christ, amen. 9