Qu’est-ce qui limite notre vision ?

En ouvrant vos yeux, vous serez plus à même de voir la limite de votre vision.
tournesol

Comme le dit l’adage : « une faible acuité vous empêche de voir, une vision faible vous empêche d’agir. »

Certaines choses peuvent limiter notre aptitude à vraiment voir les personnes qui nous entourent. Certaines ne sont pas sous notre contrôle, d’autres le sont. Étudiez les passages scripturaires suivants et posez-vous sans cesse les questions que Kim B. Clark, des soixante-dix, nous a données (« Environnés de feu », discours donné lors de la formation annuelle des Séminaires et Instituts de religion, 4 août 2015) :

  • Qu’est-ce que je fais et que je devrais arrêter de faire ?

  • Qu’est-ce que je ne fais pas et que je devrais faire ?

Genèse 42:6-8

« Joseph commandait dans le pays ; c’est lui qui vendait du blé à tout le peuple du pays. Les frères de Joseph vinrent, et se prosternèrent devant lui la face contre terre.

« Joseph vit ses frères et les reconnut ; mais il feignit d’être un étranger pour eux, il leur parla durement, et leur dit : D’où venez-vous ? Ils répondirent : Du pays de Canaan, pour acheter des vivres.

« Joseph reconnut ses frères, mais eux ne le reconnurent pas » (Genèse 42:6-8).

  • Les frères de Joseph auraient dû le reconnaître, mais ils n’y sont pas parvenus. À votre avis, pourquoi ne l’ont-ils pas reconnu ?

Nombres 13:26-33

« A leur arrivée, ils se rendirent auprès de Moïse et d’Aaron, et de toute l’assemblée des enfants d’Israël, à Kadès dans le désert de Paran. Ils leur firent un rapport, ainsi qu’à toute l’assemblée, et ils leur montrèrent les fruits du pays.

« Voici ce qu’ils racontèrent à Moïse : Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés. A la vérité, c’est un pays où coulent le lait et le miel, et en voici les fruits.

« Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifiées, très grandes ; nous y avons vu des enfants d’Anak.

« Les Amalécites habitent la contrée du midi ; les Héthiens, les Jébusiens et les Amoréens habitent la montagne ; et les Cananéens habitent près de la mer et le long du Jourdain.

« Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit : Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs !

« Mais les hommes qui y étaient allés avec lui dirent : Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous.

« Et ils décrièrent devant les enfants d’Israël le pays qu’ils avaient exploré. Ils dirent : Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants ; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute taille ;

« et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles » (Nombres 13:26-33).

  • Pourquoi les espions ont-ils fait des rapports si différents ?
  • Pourquoi dix d’entre eux n’ont-ils vu que les difficultés, alors que Caleb et Josué ont vu les bénédictions et les possibilités ?

Nombres 22:22-31

« La colère de Dieu s’enflamma, parce qu’il était parti ; et l’ange de l’Éternel se plaça sur le chemin, pour lui résister. Balaam était monté sur son ânesse, et ses deux serviteurs étaient avec lui.

« L’ânesse vit l’ange de l’Éternel qui se tenait sur le chemin, son épée nue dans la main ; elle se détourna du chemin et alla dans les champs. Balaam frappa l’ânesse pour la ramener dans le chemin.

« L’ange de l’Éternel se plaça dans un sentier entre les vignes ; il y avait un mur de chaque côté.

« L’ânesse vit l’ange de l’Éternel ; elle se serra contre le mur, et pressa le pied de Balaam contre le mur. Balaam la frappa de nouveau.

« L’ange de l’Éternel passa plus loin, et se plaça dans un lieu où il n’y avait point d’espace pour se détourner à droite ou à gauche.

« L’ânesse vit l’ange de l’Éternel, et elle s’abattit sous Balaam. La colère de Balaam s’enflamma, et il frappa l’ânesse avec un bâton.

« L’Éternel ouvrit la bouche de l’ânesse, et elle dit à Balaam : Que t’ai je fait, pour que tu m’aies frappée déjà trois fois ?

« Balaam répondit à l’ânesse : C’est parce que tu t’es moquée de moi ; si j’avais une épée dans la main, je te tuerais à l’instant.

« L’ânesse dit à Balaam : Ne suis-je pas ton ânesse, que tu as de tout temps montée jusqu’à ce jour ? Ai-je l’habitude de te faire ainsi ? Et il répondit : Non.

« L’Éternel ouvrit les yeux de Balaam, et Balaam vit l’ange de l’Éternel qui se tenait sur le chemin, son épée nue dans la main ; et il s’inclina, et se prosterna sur son visage » (Nombres 22:22-31).

  • Pourquoi Balaam ne pouvait-il pas voir ce que son ânesse avait vu ?

1 Néphi 15:24

« Et je leur dis que c’était la parole de Dieu ; et quiconque prêtait l’oreille à la parole de Dieu et s’y tenait fermement ne périrait jamais ; et les tentations et les traits enflammés de l’adversaire ne pourraient pas non plus avoir le dessus sur lui au point de l’aveugler pour l’entraîner vers la destruction » (1 Néphi 15:24).

  • Que nous apprend ce verset concernant nos yeux ?

  • À votre avis, pourquoi les traits enflammés de l’adversaire visent-ils nos yeux ?

  • À votre avis, qu’est-ce que l’adversaire veut nous empêcher de voir ?

1 Néphi 15:26-27

« Et ils me dirent : Que signifie la rivière d’eau que notre père a vue ?

« Et je leur dis que l’eau que mon père avait vue était la souillure ; et son esprit était tellement absorbé par d’autres choses, qu’il ne vit pas la souillure de l’eau » (1 Néphi 15:26-27).

  • Léhi était un homme juste, et pourtant, il n’a pas tout vu parfaitement dans son rêve. Qu’est-ce qui a limité la vision de Léhi ?