Foire aux questions concernant la Maîtrise de la doctrine

Foire aux questions

Pourquoi enseigne-t-on la Maîtrise de la doctrine en plus de l’étude séquentielle des Écritures ?

Pourquoi la Maîtrise de la doctrine a-t-elle remplacé la maîtrise des Écritures ?

Peut-on toujours faire les activités de la maîtrise des Écritures en classe ?

Quelles sont les différences entre les fascicules « Maîtrise de la doctrine, document de référence » et « Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur » ? Ai-je besoin des deux ?

Quel est le lien entre la section « Acquérir la connaissance spirituelle » du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence et les neuf sujets abordés dans la section « Sujets doctrinaux » ?

Quel rapport y a-t-il entre les points de doctrine clés et les cent passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine ?

Puis-je adapter les exercices ?

À quelle fréquence devons-nous réviser en classe les énoncés principaux de la doctrine et les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine ?

Pourquoi enseigne-t-on la Maîtrise de la doctrine en plus de l’étude séquentielle des Écritures ?

L’étude séquentielle des Écritures et la Maîtrise de la doctrine sont des activités distinctes mais complémentaires et toutes deux sont des éléments importants de l’expérience des élèves au séminaire. La déclaration de l’objectif des Séminaires et Instituts de religion affirme : « Nous enseignons aux élèves la doctrine et les principes de l’Évangile tels qu’ils sont énoncés dans les Écritures et les paroles des prophètes » (Enseignement et apprentissage de l’Évangile : Guide pour les instructeurs et les dirigeants des Séminaires et Instituts de religion, 2012, p. x). Au séminaire, cela se fait essentiellement par l’étude séquentielle des Écritures, en suivant l’enchaînement naturel des livres et des versets du volume d’Écritures du début à la fin. La Maîtrise de la doctrine complète l’étude séquentielle des Écritures en fournissant aux élèves des occasions d’étudier la doctrine de l’Évangile de Jésus-Christ par sujet.

Boyd K. Packer (1924-2015), du Collège des douze apôtres, a enseigné pourquoi cette méthode d’étude est tellement bénéfique : « Les points de doctrine de l’Évangile ne sont pas intégralement expliqués en un seul endroit des Écritures ni présentés dans l’ordre ou à la suite. Elles doivent être assemblées à partir de fragments provenant d’ici et là. On trouve parfois de grands fragments, mais ils sont généralement dispersés en petites pièces à travers les chapitres et les versets », [« The great plan of happiness », (uniquement en anglais) Enseignement du séminaire : Lectures préalables, 2004, p. 68-69]. Retour en haut de la page

Pourquoi la Maîtrise de la doctrine a-t-elle remplacé la maîtrise des Écritures ?

La maîtrise des Écritures aidait principalement les élèves à trouver, comprendre, mettre en pratique et mémoriser les cent passages de la maîtrise des Écritures. C’est un aboutissement remarquable qui a profité à des milliers d’élèves au fil des années. Percevant les besoins constants de nos élèves, les personnes appelées à diriger les Séminaires et Instituts de religion ont jugé qu’il fallait faire plus pour mieux préparer les élèves à gérer les difficultés qu’ils rencontrent.

M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, a enseigné : « Il y a seulement une génération, l’accès de nos jeunes à l’information sur l’histoire, la doctrine et les pratiques était essentiellement limité aux ouvrages édités par l’Église. Peu d’élèves entraient en contact avec d’autres interprétations. Pour la plupart, nos jeunes menaient une vie protégée.

En ce temps-là, notre programme éducatif, tout bien intentionné qu’il fût, ne préparait pas les élèves à notre époque actuelle, où ils ont instantanément accès à presque tout ce qui se rapporte à l’Église, de tous les points de vue possibles. Aujourd’hui, ce qu’ils voient sur leurs appareils mobiles peut aussi bien éprouver leur foi que la fortifier. Nombre de nos jeunes sont plus familiers avec Google qu’ils ne le sont avec l’Évangile, plus ouverts à l’Internet qu’à l’inspiration, et plus impliqués sur Facebook que dans leur foi.

« Au vu de ces difficultés, le bureau de l’Éducation de l’Église a récemment approuvé un programme pour le séminaire, intitulé « Maîtrise de la doctrine ». Basé sur ce qui a déjà été fait dans le cadre de la maîtrise des Écritures, l’objectif de ce nouveau programme est d’édifier et de fortifier la foi en Jésus-Christ de nos élèves et de renforcer leur capacité de vivre et d’appliquer l’Évangile. En puisant dans les Écritures et les paroles des prophètes, ils apprendront comment agir avec foi au Christ pour acquérir la connaissance et la compréhension spirituelles de son Évangile. Et ils auront des occasions d’apprendre comment appliquer la doctrine du Christ et les principes de l’Évangile aux questions qu’ils entendent et aux difficultés qu’ils rencontrent chaque jour avec leurs camarades et sur les réseaux sociaux.

Ce programme est inspiré et arrive à point nommé. Il aura une forte influence sur nos jeunes. Cependant, le succès de la Maîtrise de la doctrine et de tous les autres programmes d’étude du Département d’Éducation de l’Église dépendra, en grande partie, de vous. » (« Les possibilités et les responsabilités des instructeurs du Département d’Éducation de l’Église au XXIe siècle » une soirée avec une Autorité générale, 26 février 2016). Retour en haut de la page

Peut-on toujours faire les activités de la maîtrise des Écritures en classe ?

« Avec la Maîtrise de la doctrine, on ne pourra pas faire tout ce que l’on faisait par le passé avec la maîtrise des Écritures. Pendant ce temps précieux mais limité, il faudra se concentrer sur l’étude de la doctrine, des passages scripturaires et sur les exercices et les activités de révision. Nous n’aurons probablement pas le temps de faire des activités de mémorisation en classe. Il est également vrai que certaines activités de maîtrise des Écritures faites par le passé ne correspondent plus à l’esprit et à l’objectif de la Maîtrise de la doctrine. Mais comme la mémorisation des passages scripturaires peut être une bénédiction pour nos élèves, les enseignants peuvent leur recommander d’apprendre par cœur ces passages en dehors du cours. » (Chad H. Webb, « Maîtrise de la doctrine », diffusion de la formation annuelle des Séminaires et Instituts de religion, 14 juin 2016).

Si vous suivez les idées pédagogiques du manuel Maîtrise de la Doctrine, Livre de Mormon, Documentation pour l’instructeur, cela vous aidera et aidera vos élèves à atteindre les résultats souhaités de la Maîtrise de la doctrine. Vous pouvez mesurer l’efficacité des autres idées et activités pédagogiques en déterminant dans quelle mesure elles aident les élèves à obtenir les résultats souhaités. Retour en haut de la page

Quelles sont les différences entre les fascicules « Maîtrise de la doctrine, document de référence » et « Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur » ? Ai-je besoin des deux ?

Oui, vous aurez besoin du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence ainsi que du fascicule Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur. Le fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence est destiné aux élèves. Il comprend (1) une introduction qui explique ce qu’est la Maîtrise de la doctrine et comment elle peut les aider, (2) des instructions qui leur enseignent les principes d’acquisition de la connaissance spirituelle, (3) une section sur les neuf sujets doctrinaux et (4) la liste des cent passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine. Le fascicule Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur contient de la documentation pour les leçons et les directives qui vous aideront à enseigner à partir du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence lors de l’étude du Livre de Mormon au séminaire. Retour en haut de la page

Quel est le lien entre la section « Acquérir la connaissance spirituelle » du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence et les neuf sujets abordés dans la section « Sujets doctrinaux » ?

Les principes abordés dans la section « Acquérir la connaissance spirituelle » sont enseignés au début du cours de séminaire. Ils fournissent une base sur laquelle vous construirez les neuf points de doctrine à mesure que vous les étudierez au cours de l’année scolaire. Il est donc essentiel que vous continuiez de réviser ces principes et de les souligner tout au long de l’année, en particulier les principes suivants : agir avec foi, examiner les concepts et les questions avec une perspective éternelle et chercher davantage de compréhension grâce aux sources divines. Vous devez réviser ces principes de l’acquisition de la connaissance spirituelle avec les élèves avant qu’ils n’effectuent chaque exercice pratique qui se trouve dans le fascicule Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur. Retour en haut de la page

Où puis-je trouver le temps d’enseigner la Maîtrise de la doctrine en plus de l’étude séquentielle du Livre de Mormon ?

La Maîtrise de la doctrine ne remplace pas l’enseignement séquentiel des Écritures en classe. Tout au long de l’année scolaire, vous devez consacrer environ trente minutes par semaine à l’étude de la Maîtrise de la doctrine en classe. La mise en œuvre de la Maîtrise de la doctrine parallèlement à l’enseignement séquentiel du Livre de Mormon nécessitera que vous commenciez votre cours à l’heure et que vous fassiez bon usage du temps qui vous est imparti.

Si vous enseignez la Maîtrise de la doctrine le même jour qu’une leçon comportant une séquence d’Écritures, ne laissez pas le temps consacré à la Maîtrise de la doctrine empiéter sur le temps nécessaire à l’enseignement séquentiel des Écritures. Par exemple, cinq minutes allouées à la partie « Comprendre la doctrine » ne doivent pas se transformer en vingt et ne laisser, par conséquent, que très peu de temps à l’étude séquentielle du Livre de Mormon. De plus, il peut être utile d’expliquer à l’avance aux élèves qu’ils vont travailler sur la Maîtrise de la doctrine pendant une durée déterminée (cinq à dix minutes en début de cours par exemple) et qu’ils vont ensuite étudier une séquence d’Écritures spécifique (telle que 2 Néphi 4) pendant le reste du cours. Retour en haut de la page

Au lieu d’enseigner la Maîtrise de la doctrine dans une partie distincte de la leçon, puis-je enseigner un point de doctrine quand il est mentionné dans une séquence d’Écritures ? Par exemple, puis-je simplement traiter les points mentionnés dans le troisième sujet doctrinal, « L’expiation de Jésus-Christ », lors de l’enseignement de l’expiation du Sauveur dans Mosiah 3 ?

N’enseignez pas uniquement les sujets doctrinaux lorsqu’ils sont mentionnés dans une séquence d’Écritures. Il faut enseigner séparément les neuf points de doctrine qui se trouvent dans le fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence. Il se peut que vous ou vos élèves remarquiez des correspondances entre la documentation de la Maîtrise de la doctrine que vous être en train d’étudier et une séquence d’Écritures particulière, mais souvenez-vous que la Maîtrise de la doctrine est une approche doctrinale et non séquentielle de l’étude de l’Évangile. Par exemple, si vous essayez d’enseigner le sujet doctrinal de l’expiation de Jésus-Christ lors de l’étude de Mosiah 3, vous risquez de faire manquer à vos élèves le sens plus large du discours du roi Benjamin et vous les empêcherez, peut-être, d’identifier les autres principes et points de doctrine enseignés dans ce chapitre. De même, souvenez-vous que la Maîtrise de la doctrine ne remplace pas l’enseignement séquentiel des Écritures en classe. Retour en haut de la page

Quel est le rôle de la mémorisation dans la Maîtrise de la doctrine ?

Le fait d’utiliser le temps du cours imparti à la Maîtrise de la doctrine qui se consacre à l’étude d’une doctrine et de passages scripturaires, ainsi qu’aux exercices pratiques et aux activités de révision, il est fort probable que vous n’aurez pas le temps de faire des activités de mémorisation en classe. Cependant, étant donné que la mémorisation des passages scripturaires peut s’avérer être une bénédiction pour les élèves, encouragez-les à apprendre ces Écritures en dehors des cours. L’activité de révision de la Maîtrise de la doctrine qui se trouve à la section « Les prophètes et la révélation » du fascicule Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur donne un exemple de la manière dont on peut le faire. Retour en haut de la page

Que dois-je faire quand je vois des références à la maîtrise des Écritures dans le manuel Livre de Mormon, manuel de l’instructeur du séminaire ?

Vous trouverez des instructions concernant la maîtrise des Écritures partout dans le manuel Livre de Mormon, manuel de l’instructeur du séminaire (à moins que vous n’enseigniez à partir de la version révisée du manuel 2017, disponible uniquement en ligne et en anglais pour le moment). Ne tenez pas compte de ces instructions. Le fascicule Maîtrise de la doctrine, Livre de Mormon, documentation pour l’instructeur remplace ces instructions. Retour en haut de la page

Quel rapport y a-t-il entre les points de doctrine clés et les cent passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine ?

Certains points de doctrine et principes dans les sections « Acquérir la connaissance spirituelle » et « Sujets doctrinaux » du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence sont appuyés par des passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine. On les appelle les énoncés principaux de la doctrine (voir la partie 2a de la section « Introduction à la Maîtrise de la doctrine » du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence). On encouragera les élèves à situer les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine, à les marquer et à les étudier afin de pouvoir les utiliser pour enseigner et expliquer les points de doctrine corroborés par ces passages. Une partie importante de votre travail d’instructeur est d’aider les élèves à mémoriser ces passages, à les situer et à comprendre comment ils enseignent la doctrine du Sauveur.

Il y a vingt-cinq passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine pour chaque cours (Ancien Testament, Nouveau Testament, Livre de Mormon, et Doctrine et Alliances et histoire de l’Église), soit un total de cent passages. Vous trouverez la liste de ces passages à la fin du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence. Chacun des cent passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine est utilisé pour n’appuyer qu’un seul point de doctrine dans Maîtrise de la doctrine, document de référence. Par exemple, Joseph Smith, Histoire 1:15-20 est mentionné dans le sujet doctrinal n° 4, « Le Rétablissement », pour appuyer la vérité suivante : Dieu le Père et son Fils, Jésus-Christ, sont apparus à Joseph Smith en réponse à sa prière et ils l’ont appelé à être le prophète du Rétablissement. Mais ce passage d’Écriture de la Maîtrise de la doctrine pourrait également être utilisé pour appuyer le point de doctrine du sujet doctrinal n° 1, « La Divinité », qui affirme que la Divinité est composée de trois personnages distincts : Dieu, le Père éternel ; son Fils, Jésus-Christ ; et le Saint-Esprit. Ce passage d’Écriture de la Maîtrise de la doctrine est donc aussi présenté comme référence apparentée pour ce sujet. Retour en haut de la page

Puis-je adapter les exercices ?

Presque tous les apprentissages de la Maîtrise de la doctrine proposent au moins un exercice pratique. Ces exercices sont généralement des études de cas, des jeux de rôle ou des scénarios auxquels les élèves peuvent participer, ou encore des questions dont ils peuvent discuter en petits groupes ou tous ensemble. Ces exercices sont essentiels pour aider les élèves à comprendre comment les points de doctrine qu’ils apprennent s’appliquent aux situations actuelles. Les exercices soulignent également comment la doctrine que les élèves apprennent peut être une source de bénédictions et une aide pour vivre et enseigner l’Évangile et expliquer leurs croyances aux autres de manière calme et posée. Vous pouvez adapter ces exercices pratiques (ou en ajouter d’autres) en fonction des besoins et des intérêts de vos élèves. Retour en haut de la page

À quelle fréquence devons-nous réviser en classe les énoncés principaux de la doctrine et les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine ?

Réviser fréquemment les énoncés principaux de la doctrine et les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine qui les étayent aidera les élèves à les apprendre et à les mettre en application. Chaque apprentissage comporte une section contenant des idées pour vous aider à faire réviser aux élèves les points de doctrine et les passages d’Écritures correspondants à la Maîtrise de la doctrine qu’ils ont appris tout au long de l’année. Réviser la Maîtrise de la doctrine à pour objectif d’aider les élèves à atteindre les résultats suivants de la Maîtrise de la doctrine :

  • savoir comment les points de doctrine sont enseignés dans les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine, être capable de s’en souvenir et de les situer ;
  • expliquer clairement chaque point de doctrine à l’aide des passages apparentés de la Maîtrise de la doctrine ;
  • appliquer ce qu’ils apprennent dans leurs choix quotidiens et dans leurs réponses aux questions et aux problèmes doctrinaux, sociaux et historiques (voir la section « Introduction à la Maîtrise de la doctrine » du fascicule Maîtrise de la doctrine, document de référence).

Bien qu’il ne soit pas donné d’estimation de durée pour les activités dans la section « Révision de la Maîtrise de la doctrine », vous en trouverez une indication dans le guide de planification qui se trouve à la section « Instructions pour les enseignants » du fascicule Maîtrise de la doctrine, documentation pour l’instructeur. Par exemple, cent cinquante minutes sont allouées au sujet « Acquérir la connaissance spirituelle ». Comme les apprentissages de ce sujet nécessitent approximativement quatre-vingts minutes, vous disposerez encore de soixante-dix minutes pour réviser les principes, les points de doctrine et les passages de la Maîtrise de la doctrine associés à ce sujet. Dans cet exemple, le temps consacré à la révision pourra être étalé sur quatre ou cinq semaines.

Vous pouvez ajouter des activités d’apprentissage supplémentaires afin d’aider les élèves à maîtriser les points de doctrine et les passages d’Écritures de la Maîtrise de la doctrine qui les appuient. Cependant, veillez à ce que les activités de révision ne se substituent pas à l’enseignement séquentiel des Écritures ou aux objectifs de résultat de la Maîtrise de la doctrine. Retour en haut de la page