Environnés de feu

Diffusion par satellite des Séminaires et Instituts de religion•4 août 2015


 

Frères et sœurs, je suis heureux de l’occasion qui m’est donnée de m’adresser à vous au cours de cette émission mondiale. Nous sommes grandement bénis d’être ici.

Je veux que vous sachiez que j’éprouve un grand amour pour vous que je sais être un don de notre Père céleste et de son Fils, le Seigneur Jésus-Christ. Je sais qu’ils vous aiment et qu’ils veulent que je vous voie comme ils vous voient et que je vous aime comme ils vous aiment. C’est pour cela qu’ils m’ont accordé ce don. Je prie pour que vous ressentiez leur amour et le mien aujourd’hui.

Je prie aussi pour que le Saint-Esprit soit avec nous dans notre réflexion sur les implications d’un message simple. Le message m’a été donné personnellement, mais je ressens que je dois vous en faire part aussi. Le voici : Quel que soit le niveau de spiritualité qui est le nôtre actuellement, quel que soit notre degré actuel de foi en Jésus-Christ, quelle que soit la force de notre engagement et de notre consécration, quel que soit notre niveau d’obéissance, d’espérance ou de charité, quel que soit le niveau de compétence et de capacité professionnelle que nous avons obtenu, cela ne suffira pas pour l’œuvre qui nous attend.

Frères et sœurs, nous aurons besoin, vous et moi, d’être meilleurs que nous le sommes maintenant. Les Écritures nous enseignent que le monde est maintenant agité et continuera à l’être. La méchanceté et les ténèbres augmenteront. Pourtant dans ce monde de plus en plus sombre, la lumière divine sera plus présente. Le Seigneur Jésus-Christ a une grande œuvre à nous faire accomplir auprès de la génération montante. C’est une œuvre plus grande que ce que nous avons jamais accompli. Le Seigneur œuvre avec puissance pour renforcer l’enseignement et l’apprentissage dans son Église vraie et vivante. Il hâte son œuvre et il prépare la terre, son royaume et nous-mêmes pour son retour.

Tout cela fait partie d’un modèle merveilleux que nous voyons depuis le début du Rétablissement. En 1820, Dieu le Père et son fils, Jésus-Christ, sont apparus au jeune Joseph Smith. Depuis ce jour dans le Bosquet sacré, Jésus-Christ a édifié son Église et son peuple ligne sur ligne, précepte sur précepte, pas après pas.

Voici ce qu’il a dit :

« Car je me susciterai un peuple pur qui me servira avec justice1. »

« Afin que l’œuvre du rassemblement de mes saints continue, que je les édifie pour mon nom en des lieux saints, car le temps de la moisson est venu, et ma parole doit s’accomplir2. »

« Mon peuple doit être mis à l’épreuve en tout, pour qu’il soit préparé à recevoir la gloire que j’ai pour lui, c’est-à-dire la gloire de Sion3. »

C’est le plan du Seigneur : Il suscite, édifie et prépare son peuple et son Église. Ce modèle se voit de nos jours dans l’appel que Thomas S. Monson a lancé à nous tous d’élever et d’édifier le royaume de Dieu. Écoutez les invitations qu’il nous lance à faire plus et à faire mieux dans l’œuvre du salut. Je veux vous lire des citations de plusieurs discours du président Monson qu’il a donnés en conférence générale depuis qu’il est devenu président de l’Église.

« Nous lançons de nouveau cette invitation sincère : Revenez. Nous vous tendons la main avec l’amour pur du Christ. […] Nous disons à ceux dont l’esprit est blessé ou qui sont en proie à des problèmes et à la peur : laissez-nous vous aider, vous réconforter et apaiser vos craintes4. »

« Si l’un d’entre vous est tombé dans l’apathie à propos de ses visites d’enseignement au foyer […] je vous dis qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour vous réengager5. »

« Il y a des pas à affermir, des mains à saisir, des esprits à encourager, des cœurs à inspirer et des âmes à sauver6. »

« À partir de ce jour, tous les jeunes hommes dignes et capables qui ont obtenu leur diplôme d’études secondaires ou son équivalent [...] auront l’option d’être recommandés pour le service missionnaire à partir de l’âge de dix-huit ans au lieu de dix-neuf. […]

« Les jeunes filles capables et dignes qui ont le désir de servir peuvent être recommandées pour le service missionnaire à partir de l’âge de dix-neuf ans au lieu de vingt-et-un7. »

« [Notre] problème est d’être des serviteurs plus productifs dans la vigne du Seigneur. Cela s’applique à nous tous, quel que soit notre âge, pas seulement à ceux qui se préparent à faire une mission à plein temps, car nous avons tous reçu le commandement de prêcher l’Évangile du Christ8. »

« C’est maintenant que les membres et les missionnaires doivent s’unir et travailler ensemble, œuvrer dans la vigne du Seigneur afin de lui amener des âmes9. »

« Il ne suffit pas de souhaiter. Le Seigneur veut que nous pensions, que nous agissions. […] que nous nous consacrions10. »

« Je vous témoigne que les bénédictions qui nous sont promises sont au-delà de toute mesure. Même si les nuages annonciateurs d’orage se rassemblent, même si la pluie se déverse sur nous. [...] Rien dans ce monde ne pourra nous vaincre.

« Mes chers frères et sœurs, ne craignez pas. Prenez courage. L’avenir est aussi brillant que votre foi11. »

Mes frères et sœurs, c’est l’appel que nous lance le prophète. Au Département d’Éducation de l’Église cela signifie que nous avons besoin de serviteurs du Seigneur dignes de confiance, prêts à œuvrer dans les séminaires et instituts, dans les établissements d’enseignement supérieur et les écoles de l’Église. Chaque emploi, chaque appel, chaque personne du Département d’Éducation de l’Église et chacun d’entre nous, y compris moi, doit être meilleur qu’il ne l’a jamais été.

Je crois qu’il y a deux raisons à cela :

Raison numéro 1 : Nous devons éduquer la génération montante plus profondément et avec plus de puissance que jamais auparavant ou plus que personne ne l’a jamais fait.

L’apprentissage profond augmente le pouvoir de « savoir, de faire et de devenir12 ». Cela signifie manifestement plus de connaissances, mais cela signifie aussi une meilleure compréhension venant du cœur. Cela signifie une plus grande compétence et une plus grande capacité d’agir. Plus de force de caractère, donc d’intégrité, de courage, et de gentillesse.

L’apprentissage profond est intrinsèquement une expérience spirituelle. La génération montante n’apprendra plus en profondeur que si les pouvoirs rédempteurs et fortifiants du Christ opèrent dans leur vie, les purifiant, les sanctifiant et les qualifiant de sorte qu’ils reçoivent sa grâce et les dons qu’il a préparés pour eux. Ils doivent œuvrer diligemment et rechercher la connaissance, mais ils doivent aussi être purifiés par le sang expiatoire du Christ afin de pouvoir recevoir plus de lumière et être instruits par le Saint-Esprit.

Un enseignement inspiré qui mène à un apprentissage profond est aussi une expérience spirituelle. Nous avons besoin que l’expiation du Sauveur opère avec plus de puissance dans notre vie. Nous devons nous qualifier pour recevoir les bénédictions et les dons purificateurs et sanctificateurs du Saint-Esprit afin de pouvoir aider la génération montante à apprendre plus profondément.

La génération montante a besoin de cet apprentissage en profondeur parce que le monde qu’elle affrontera sera à la fois magnifique et terrible, la lumière et le pouvoir des cieux seront plus abondants, mais il y aura encore plus de méchanceté, de troubles et de confusion. Les jeunes auront besoin d’être fermement ancrés dans les vérités simples et pures de l’Évangile, l’Évangile devra être au plus profond de leur cœur, et ils auront besoin de ce que Russell M. Nelson a appelé une foi infaillible au Christ : « Pourquoi avons-nous besoin de cette foi infaillible ? Parce que des jours difficiles nous attendent. À l’avenir il sera rarement facile ou populaire d’être un saint des derniers jours fidèle. Nous serons tous mis à l’épreuve. L’apôtre Paul a averti que dans les derniers jours, les personnes qui suivront diligemment le Seigneur ‘seront persécutées’ (2 Timothée 3:12). Cette persécution peut soit vous réduire à une faiblesse silencieuse, soit vous motiver à mener une vie quotidienne plus exemplaire et plus courageuse13. »

Raison numéro 2 : Je crois que les jeunes qui viendront à nous serons prêts à recevoir bien plus que ce que nous leur donnons maintenant, et le voudront. De plus, certains d’entre eux auront besoin de plus parce que leur foyer ne leur aura fourni ni ce qu’ils désirent ni ce dont ils ont besoin.

Je ne dis pas que les jeunes doivent s’aventurer dans les herbes folles de la complexité et de la conjecture. Ils auront besoin des vérités simples et pures de l’Évangile enseignées avec plus d’amour et plus de pouvoir du Saint-Esprit.

Je vais vous donner un exemple de point de doctrine simple et pur que nos étudiants doivent apprendre de manière bien plus profonde. Depuis sept ans, l’université Brigham Young-Idaho exige que les étudiants suivent un cours sur la famille dans leur programme de base. (Ce tel cours fait partie de la nouvelle série Pierre angulaire obligatoire pour tous les étudiants de l’institut, des établissements d’enseignement supérieur et universitaires du Département d’éducation de l’Église.) Comme tous les étudiants de l’université Brigham Young-Idaho suivent ce cours, l’université a eu un aperçu de ce que pensent et ressentent les étudiants au sujet de la doctrine du mariage telle qu’elle est présentée dans la déclaration sur la famille.

Ce que les enseignants ont découvert est assez troublant. Beaucoup d’étudiants, peut-être quarante à cinquante pour cent, ont au mieux une compréhension incomplète et au pire une mauvaise compréhension de cette doctrine des plus importantes. Il s’agit là de bons jeunes saints des derniers jours pratiquants diplômés du séminaire et qui n’ont pas suffisamment appris la doctrine du mariage dans leur foyer ou au séminaire, à l’École du Dimanche, dans leur classe de Jeunes Filles ou leur collège de prêtrise et, dans certains cas, même pas en mission.

Non seulement les étudiants ont besoin de mieux connaître la doctrine du mariage, mais ils doivent aussi la comprendre avec le cœur. Ils ont besoin d’un témoignage spirituel de sa véracité, et ont besoin d’agir conformément à ce témoignage de manière à se préparer maintenant à être des maris ou des femmes, des pères et des mères dans une famille éternelle.

Ils ont également besoin de savoir comment parler de la doctrine du mariage avec leurs amis et avec les personnes qui ne partagent pas leurs croyances. Ils ont aussi besoin d’accroitre leur capacité de discerner la vérité de l’erreur. Ils ont besoin d’une plus grande foi en Jésus-Christ et d’une plus grande espérance en lui.

C’est ce dont la génération montante a besoin. Et donc que devons-nous faire ?

Nous devons chacun faire ce que le Seigneur veut que nous fassions dans notre vie. J’espère que l’expérience suivante vous aidera dans votre réflexion et vos prières pour savoir ce que le Seigneur veut que vous fassiez :

Il y a de nombreuses années, à un moment très difficile de notre vie, je me suis senti assailli par l’adversaire. Au cours de cette expérience le Seigneur m’a fait clairement comprendre que je devais faire plus et être meilleur. Je vais vous expliquer le contexte.

Sue et moi étions mariés depuis plus de trente ans. Nous étions pratiquants et engagés dans l’Église depuis toujours. Nous servions dans l’Église ; nous allions au temple chaque semaine ; nous priions avec nos enfants, étudiions les Écritures avec eux et faisions la soirée familiale. Nous essayions d’être de bons saints des derniers jours. Et pourtant, le Seigneur m’a dit : « Tu dois faire plus. »

Une nuit j’ai fait un terrible cauchemar. Je me suis réveillé très inquiet et soucieux, je me suis mis à genoux et j’ai prié mon Père céleste de m’aider. Alors que je priais, un passage d’Éphésiens m’est venu à l’esprit, au chapitre 6 : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes14. »

Au matin j’ai repris l’Écriture et j’ai lu ces mots :

« Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.

« Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable15. »

Quand j’ai lu les mots « revêtez-vous de toutes les armes de Dieu », l’Esprit m’a témoigné avec puissance que c’était la réponse à ma prière. Je devais revêtir toutes les armes de Dieu, chacune d’entre elles.

Alors, Sue et moi avons parlé de ce que cela signifiait et avons prié pour être guidés. J’ai appris que nous devions nous poser deux questions. Je crois que ce sont les questions dont les réponses nous conduiront à faire ce que nous devons pour nous préparer à ce qui nous attend. Les voici : (1) Qu’est-ce que je fais et que je devrais arrêter de faire ? et (2) Qu’est-ce que je ne fais pas et que je devrais faire ?

Quand nous avons posé ces questions dans la prière, nous avons reçu des réponses très précises. Nous avons changé notre manière d’utiliser notre temps, les médias que nous autorisions dans notre foyer, notre manière de servir au temple, notre manière d’étudier les Écritures, notre manière de servir le Seigneur et bien d’autres choses. Nous devions accroitre notre spiritualité. Par ce processus de repentir, le Seigneur Jésus-Christ nous a tendu la main et a changé notre vie. Nous avons senti sa miséricorde, sa grâce, son amour et son pouvoir. Par son pouvoir incomparable il a changé notre cœur et notre esprit et nous a élevés vers lui. Je sais que, si nous n’avions pas écouté et n’avions pas agi conformément à ce que nous avions reçu, je n’aurais pas été appelé à servir à l’université Brigham Young-Idaho et je ne me tiendrais pas ici aujourd’hui devant vous. Ça a été un tournant de notre vie.

Mes frères et sœurs, je sais que je parle à des saints des derniers jours fidèles, qui respectent leurs alliances. Je sais que vous êtes très, très bons dans ce que vous faites. Pourtant je sais de ma propre expérience que nous avons besoin de nous poser ces deux questions régulièrement. Nous devons changer et nous repentir afin que l’expiation du Christ puisse opérer avec encore plus de puissance dans notre vie. Si nous le faisons, notre Père céleste nous bénira en nous accordant un plus grand pouvoir spirituel. Je sais que c’est vrai.

Et je crois que c’est là toute la clé pour être à la hauteur des formidables possibilités et responsabilités qui nous attendent. Il y a beaucoup de choses pratiques que nous devrons faire. Nous devrons beaucoup réfléchir, planifier, œuvrer, tenir conseil et nous préparer pour faire de notre mieux. Mais ce sera le pouvoir du Saint-Esprit qui produira l’apprentissage profond et un plus grand discernement et le pouvoir rédempteur et fortifiant du Christ dans la vie de nos étudiants.

Les jeunes de la génération montante ont besoin des vérités simples et pures de l’Évangile enseignées et apprises avec un regain d’amour, avec un plus grand pouvoir spirituel et un impact plus grand dans leur vie. Je crois que l’impact se produira parce que l’Évangile de Jésus-Christ sera plus puissamment enraciné dans notre cœur et dans notre esprit et parce que le Saint-Esprit sera notre compagnon constant. Notre vie reflètera plus pleinement et plus complètement les enseignements du Sauveur. Puis, quand nous administrerons nos programmes, les élaborerons ou mettrons en œuvre de nouvelles méthodes, embaucherons ou appellerons et formerons de nouveaux instructeurs, ou planifierons de nouveaux bâtiments, ou ouvrirons une nouvelle interrégion, ou entrerons dans une salle de classe pour instruire les enfants de Dieu, nous recevrons la révélation dont nous avons besoin et nous ferons l’œuvre avec l’amour pur du Christ par le pouvoir du Saint-Esprit. Les jeunes de la génération montante apprendront en profondeur, et ils s’élèveront !

Nous savons que cela se fera. Nous savons comment tout cela se terminera. Le Seigneur Jésus-Christ viendra et son peuple et son Église seront prêts à le recevoir.

Quand je pense à vous et à ce que vous faites dans le royaume de Dieu, je pense à cette magnifique expérience rapportée dans 3 Néphi 17, où le Sauveur rassemble les enfants autour de lui. Je veux que vous visualisiez cette scène dans votre esprit parce que vous en faites partie. Les parents amènent leurs précieux enfants au Sauveur. Il les rassemble autour de lui ; il est au centre. Il prie pour eux et leurs parents de manière miraculeuse et il bénit les enfants un par un. Puis des anges descendent du ciel « comme au milieu d’un feu16 » et servent les enfants, et ce feu sacré environne les enfants.

Dans un sens puissant, c’est ce que nous faisons au séminaire et à l’institut. En fait, c’est le Département d’Éducation de l’Église. Les parents nous amènent leurs enfants Le Sauveur est au centre, le cœur de tout ce qui arrive aux enfants. Il prie pour eux et pour nous ; il est notre avocat auprès du Père. Nous sommes les anges, vous êtes les anges, qui viennent servir ces enfants dans le feu sacré. Voilà, mes chers frères et sœurs, ce que nous devons être.

Et c’est ce que nous serons parce qu’il y a un Dieu dans les cieux. Il est notre Père. Son Fils, le Seigneur Jésus-Christ, est le Sauveur et le Rédempteur de toute l’humanité. Il vit ! Je rends témoignage de son saint nom. Je l’ai vu œuvrer, je connais sa miséricorde et sa grâce et j’ai ressenti son amour. Il a tout pouvoir pour nous purifier du péché, changer notre cœur, nous élever et nous fortifier pour que nous devenions tout ce qu’il veut que nous soyons. Je sais que, si nous nous tournons vers le Christ, qui se tient les bras toujours tendus vers nous, il nous bénira pour que nous soyons meilleurs et que nous fassions plus dans cette œuvre sainte qui est la sienne. Et j’en témoigne, au nom sacré de Jésus-Christ, amen.

Notes

  1. Doctrine et Alliances 100:16.

  2. Doctrine et Alliances 101:64.

  3. Doctrine et Alliances 136:31.

  4. Voir Thomas S. Monson, « Regarder en arrière et aller de l’avant », Le Liahona, mai 2008, p. 90.

  5. Thomas S. Monson, « Les vrais bergers », Le Liahona, novembre 2013, p. 68.

  6. Thomas S. Monson, « Désireux et dignes de servir », Le Liahona, mai 2012, p. 69

  7. Thomas S. Monson, « Bienvenue à la conférence », Le Liahona, novembre 2012, p. 4–5.

  8. Thomas S. Monson, « Que tous les fils de Dieu », Le Liahona, mai 2013, p. 66.

  9. Thomas S. Monson, « Bienvenue à la conférence », Le Liahona, novembre 2013, p. 4.

  10. Thomas S. Monson, « Le sauvetage », Le Liahona, juillet 2001, p. 49.

  11. Thomas S. Monson, « Prenez courage », Le Liahona, mai 2009, p. 92.

  12. Kim B. Clark, « Learning and Teaching : To Know, To Do, and To Become », (discours au faculty meeting, BYU-Idaho, 6 septembre 2011), byu.edu/presentations.

  13. Russell M. Nelson, «Abordez l’avenir avec foi», Le Liahona, mai 2011, p. 35–36.

  14. Éphésiens 6:12.

  15. Éphesiens 6:10–11.

  16. 3 Néphi 17:24.